La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

SOLUTIONS ET PROJETS DE SUBSTITUTION Bureau de la CLE Réunion du 8 juin 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "SOLUTIONS ET PROJETS DE SUBSTITUTION Bureau de la CLE Réunion du 8 juin 2009."— Transcription de la présentation:

1 SOLUTIONS ET PROJETS DE SUBSTITUTION Bureau de la CLE Réunion du 8 juin 2009

2 Les principaux choix à arrêter sont notamment : quelles ressources de substitution ? quel scénario de desserte ? quels planning et délais de mise en œuvre ? quelle(s) maîtrise(s) d'ouvrage ? quelles conditions d'accompagnements économique et financier ? Il est évident que la démarche décisionnelle n'est pas aussi progressive que pourrait le laisser croire cette liste. Certains choix sont liés et des orientations fortes sur différents points seront indispensables pour permettre aux acteurs de se positionner. Substitutions de ressources Processus de décision Principales questions

3 Certaines ressources en eau souterraine, dont notre alimentation en eau potable dépend à 99%, sont localement surexploitées. Le SAGE Nappes profondes de Gironde a : identifié les unités de gestion concernées par des risques liés à cette surexploitation ; arrêté un objectif de réduction des prélèvements dans ces unités de gestion (30 millions de m 3 ); défini les moyens de procéder à ces réductions (50% économies, 50% substitutions). Pourquoi substituer ?

4 Le SAGE arrête l'objectif de réduction à 30 millions de m 3 /an mais : les projections de population utilisées pour construire le SAGE sous estiment les besoins, le SAGE n'a pas pris en compte la nécessité de soulager l'Oligocène en périphérie de l'agglomération bordelaise. Quel volume substituer ?

5 Zones dénoyées entre 1980 et km² + 50 km² Dénoyage de l'Oligocène

6 La future version du SAGE précisera les besoins actualisés en ressource de substitution. Dans l'attente, compte tenu : de notre incapacité à maîtriser l'évolution piézométrique de certaines ressources (Eocène et Oligocène), au moins localement ; de l'évolution des besoins ; de la nécessaire sécurisation des services de l'eau ; il apparaît raisonnable de retenir comme besoin de ressources nouvelles pour soulager les nappes profondes un volume de l'ordre de 40 M de m 3. Si l'objectif de 15 M de m 3 /an d'économies est confirmé, les ressources de substitution devront fournir 25 M de m 3 /an environ. Quel volume substituer ?

7 Trois solutions sont déjà opérationnelles ou sur le point de l'être : la production d'eau industrielle à partir de la Garonne pour la Presqu'île d'Ambés (capacité de 2 M de m 3 /an) ; deux forages à l'Eocène nord en substitution à des prélèvements à l'Eocène centre déficitaire : forage de Bayas (SIAEP de Guîtres) pour 1 M de m 3 /an ; forage de Salignac (SIAEP du Cubzadais-Fronsadais) pour 1 M de m 3 /an ; soit des possibilités existantes de substitution de près de 4 M de m 3 /an. Quelles ressources pour substituer ? Les solutions existantes

8 Description des 11 principales ressources étudiées L'Isle à Galgon Nappe alluviale de l'Isle Le Ciron à Barsac Oligocène libre de l'Entre deux Mers Eau géothermale Nappe alluviale de la Garonne en rive gauche Nappe alluviale de la Garonne en rive droite Oligocène de Sainte Hélène Eocène et Oligocène Nord Médoc Cénomanien du sud Gironde Eau de Garonne, ré-infiltration et reprise Quelles ressources pour substituer ? Les solutions étudiées

9 Nature de la ressource : eau superficielle Vulnérabilité : très forte Productivité : 3,5 millions de m 3 /an Quelles ressources pour substituer ? L'Isle à Galgon Montant études : études menées par le CG33 avant 2001 puis pour le SMEGREG Descriptif des études : Étude des possibilités de transformation de la filière deau industrielle existante en unité de potabilisation (CG33). Protection de la prise d'eau (propagation dune pollution dans la rivière).

10 Conclusions : Protection délicate avec une très lente atténuation des pollutions et des phénomènes d'allers-retours devant la prise deau dans certaines conditions de marée. Dépassement des valeurs limites eau brute pour certains paramètres. Abandon du projet pour des raisons sanitaires et économiques ( HT et 0,45 /m 3 ) Quelles ressources pour substituer ? L'Isle à Galgon

11 Quelles ressources pour substituer ? Nappe alluviale de l'Isle Nature de la ressource : eau souterraine Vulnérabilité : moyenne Productivité : quelques dizaines de m 3 /h Montant études : Descriptif des études : Synthèse bibliographique, étude géophysique sur les méandres les plus prometteurs, réalisation de forages de reconnaissance et essais.

12 Conclusions : Une ressource à faible potentiel dont la qualité nécessite une traitement ou une dilution avec une autre ressource. Quelles ressources pour substituer ? Nappe alluviale de l'Isle

13 Quelles ressources pour substituer ? Le Ciron à Barsac Nature de la ressource : eau superficielle Vulnérabilité : très forte Productivité annoncée : 10 à 15 millions de m 3 /an Montant études : étude Lyonnaise complétée par des investigations SMEGREG pour Descriptif des études : Campagne de suivi physico- chimique et bactériologique sur un cycle hydrologique complète.

14 Conclusions : Une ressource utilisable pour la production d'eau potable avec une filière de traitement complète pour les eaux de surface, mais disponibilité quantitative discutable. Quelles ressources pour substituer ? Le Ciron à Barsac

15 Quelles ressources pour substituer ? Oligocène libre de l'Entre deux Mers Nature de la ressource : eau souterraine Vulnérabilité : faible à forte Productivité : faible et très locale (20 m 3 /h en diffus) Montant études : Descriptif des études : Synthèse bibliographique puis forage d'essai (exploité par SIAEP de Bonnetan pour dilution fluor). Conclusions : Une ressource offrant localement de faibles débits pour une dilution uniquement.

16 Quelles ressources pour substituer ? Eau géothermale Nature de la ressource : eau souterraine profonde Vulnérabilité : très faible Productivité : 2 à 5 M de m 3 /an Conclusions : Une ressource intéressante hors usage eau potable (transfert de propriété des ouvrages obligatoire dans ce cas). Montant études : Descriptif des études : Inventaire des installations et analyse possibilités de valorisation de l'eau.

17 Quelles ressources pour substituer ? Nappe alluviale de la Garonne en rive gauche Nature de la ressource : eau souterraine Vulnérabilité : moyenne Productivité : 4,5 M de m 3 /an Montant études : Descriptif des études : Synthèse bibliographique, géophysique, forages de reconnaissance, tests hydrauliques, pompages dessai, modélisation.

18 Conclusions : Possibilité de produire au moins 4,5 M de m 3 /an avec filière de traitement du fer, du manganèse, ponctuellement des pesticides, voire une décarbonatation. Absence dimpact sur la zone humide des bords de Garonne difficile à démontrer. A noter que la participation de la Garonne reste toujours minoritaire. Quelles ressources pour substituer ? Nappe alluviale de la Garonne en rive gauche

19 Quelles ressources pour substituer ? Nappe alluviale de la Garonne en rive droite Nature de la ressource : eau souterraine Vulnérabilité : moyenne Productivité : 3 à 4 M de m 3 /an Montant études : Descriptif des études : Synthèse bibliographique, géophysique, forages de reconnaissance, tests hydrauliques, essais de pompage, étude du colmatage des berges, et modélisation.

20 Conclusions : Possibilité de produire 2 à 4 millions de m 3 /an d'eau potable en mettant à profit la relation nappe-rivière via la gravière de Baurech avec une filière de traitement complète. Quelles ressources pour substituer ? Nappe alluviale de la Garonne en rive droite -1, % de leau provient de la Garonne 9 % de leau provient de la Garonne A noter que la participation de la Garonne est majoritaire.

21 Quelles ressources pour substituer ? Oligocène de Sainte Hélène Nature de la ressource : eau souterraine profonde Vulnérabilité : très faible Volume : au moins 5 millions de m 3 /an Montant études : , comportant 3 forages opérationnels Descriptif des études : Synthèse bibliographique, géophysique (sismique), forages, tests hydrauliques, pompages dessai, modélisation.

22 Conclusions : Un champ captant deau souterraine de bonne qualité, avec des rabattements limités à la proximité du champ captant. Quelles ressources pour substituer ? Oligocène de Sainte Hélène

23 Conclusions : Potentiel trop faible pour un projet mutualisé => des solutions locales sont proposées dans le schéma du Nord Médoc. Quelles ressources pour substituer ? Eocène et Oligocène en Nord Médoc Nature de la ressource : eau souterraine Vulnérabilité : faible Productivité recherchée : m 3 /an Montant études : Descriptif des études : Synthèse bibliographique, forages de reconnaissance

24 Quelles ressources pour substituer ? Cénomanien du sud Gironde Nature de la ressource : eau souterraine profonde Vulnérabilité : très faible Productivité : 10 à 12 M de m 3 /an Montant études : (avec quatre forages profonds) Descriptif des études : Synthèse bibliographique, géophysique (sismique), forages dessai, tests hydrauliques, modélisation.

25 Conclusions : Faisabilité dun champ captant pour au moins 10 millions de m 3 /an sur une nappe deau souterraine de bonne qualité non concernée par le SAGE nappes profondes. Quelles ressources pour substituer ? Cénomanien du sud Gironde

26 Quelles ressources pour substituer ? Eau de Garonne, ré-infiltration et reprise Nature de la ressource : eaux superficielles et souterraines Vulnérabilité : forte Productivité : 10 à 12 millions de m 3 /an Montant études : réalisé par Lyonnaise pour la CUB avec expertise SMEGREG pour Descriptif des études : Géophysique, forages d'essai, tests d'infiltration, modélisation.

27 Conclusions provisoires : A priori, faisabilité dun champ captant leau de Garonne au travers de ses berges et dune ré-infiltration dimensionnée en fonction des éléments de terrain de 10 à 12 M de m 3 /an. Attente d'un rapport de synthèse et d'un argumentaire pour avis définitif SMEGREG. Quelles ressources pour substituer ? Eau de Garonne, ré-infiltration et reprise

28 Critères pris en considération pour sélectionner les ressources jugées intéressantes pour des substitutions : nature de la ressource ; vulnérabilité ; qualité de l'eau (traitement) ; productivité ; localisation, distance au besoin ; impacts de l'exploitation sur le milieu ; évolutivité de la capacité de production ; autre ; et élimination sur la base de critères jugés rédhibitoires. Quelles ressources pour substituer ? Critères de sélection

29 Quelles ressources pour substituer ? Tableau comparatif

30 Ressources sélectionnées classées sur la base des critères énoncés : 1. Cénomanien du Sud Gironde (10 à 12 Mm 3 /an) 2. Oligocène des environs de Saint Hélène (5 Mm 3 /an) 2. eau de Garonne, ré-infiltration et reprise (10 à 12 Mm 3 /an) 3. nappe alluviale de la Garonne rive droite (2 à 3 Mm 3 /an) Quelles ressources pour substituer ? Ressources sélectionnées et proposition de classement

31 Les substitutions visent à soulager : la ressource de l'Eocène en zone centre où elle est considérée comme déficitaire ; la ressource de l'Oligocène dans les secteurs où elle est soumise au risque de dénoyage (périphérie de l'agglomération bordelaise). A prendre en compte pour définir les services de l'eau qui seront desservis par ces ressources de substitution : les ressources qui les alimentent ; l'importance de leurs besoins ; les problèmes auxquels ils sont confrontés (quantité et qualité) ; les distances de transport et les volumes transférés. Où substituer ?

32 Objectifs de la substitution : réduire les prélèvements à l'Eocène centre ; réduire les prélèvements dans la ZAR de l'Oligocène centre ; résoudre des problèmes de qualité (domaine minéralisé par ex.) ; résoudre des problèmes de quantité (actuels ou futurs). Optimisation des projets => rapport du volume transporté à la distance de transport le plus élevé possible. construction de scénarios de base de desserte en eau de substitution à partir de chaque ressource sélectionnée combinaison des ces scénarios de base pour construire un scénario opérationnel Où substituer ?

33 Déficit besoin- ressource à terme : inconnu nul moyen fort Où substituer ?

34 Remarques : Une desserte directe de tous les services concernés à partir des ressources identifiées à été examinée au cours des études. Les scénarios de base présentés correspondent aux projets d'infrastructures nouvelles les plus pertinents. Ces scénarios de base ne permettent pas d'identifier tous les services qui seront concernés par ces projets. Les services desservis par transfert (interconnexion) ou qui pourront augmenter leurs prélèvements dans les nappes profondes ne sont pas précisés. Les scénarios opérationnels permettront d'identifier ces services. Où substituer ?

35 Scénarios de base sélectionnés (parmi ceux étudiés) : 1.1. Cénomanien du Sud Gironde vers la CUB 1.2. Cénomanien du Sud Gironde vers la CUB et vers le nord est 2. Pompage en berge de Garonne, ré-infiltration et reprise vers la CUB 3. Oligocène Sainte Hélène vers la CUB 4.1. Alluvions rive droite pour l'Entre deux Mers (2 Mm 3 /an) 4.2. Alluvions rive droite pour l'Entre deux Mers étendu (3 Mm 3 /an) Où substituer ? Scénarios de base service dont les ressources sont impactées ouvrage de captage transfert par nouvelle canalisation service desservi directement

36 Scénarios de base Scénario 1.1 – Cénomanien sud Gironde (10 à 12 Mm 3 /an)

37 Scénarios de base Scénario 1.1 – Cénomanien sud Gironde (10 à 12 Mm 3 /an) Ressource : eau souterraine profonde Vulnérabilité : très faible Type de traitement : simple (fer) Linéaire de canalisation : 45 km Point de livraison : CUB Productivité : 10 à 12 Mm 3 /an Investissement : 42 M HT Prix de l'eau* : 0,XX /m 3 * subvention à l'investissement respectivement de 80, 60 et 40 %

38 Scénarios de base Scénario 1.2 – Cénomanien sud Gironde variante (10 à 12 Mm 3 /an)

39 Scénarios de base Scénario 1.2 – Cénomanien sud Gironde variante (10 à 12 Mm 3 /an) Ressource : eau souterraine profonde Vulnérabilité : très faible Type de traitement : simple (fer) Linéaire de canalisation : 47 km Points de livraison : CUB, Villagrains, SIAEP de S t Sèlve Productivité : 10 à 12 Mm 3 /an Investissement : 43 M HT Prix de l'eau : 0,XX /m 3 * subvention à l'investissement respectivement de 80, 60 et 40 %

40 Scénarios de base Scénario 2 – Eau de Garonne, ré-infiltration et reprise (10 à 12 Mm 3 /an)

41 Scénarios de base Scénario 2 – Eau de Garonne, ré-infiltration et reprise (10 à 12 Mm 3 /an) Ressource : eaux superficielles et souterraines Vulnérabilité : forte Type de traitement : complet (par le milieu naturel sauf pesticides) Linéaire de canalisation : 30 km Point de livraison : CUB Commentaire : brevet, étude en cours, incertitudes qualité (pesticides) Productivité : 10 à 12 Mm 3 /an Investissement : 30 M HT Prix de l'eau : 0,XX /m 3 * subvention à l'investissement respectivement de 80, 60 et 40 %

42 Scénarios de base Scénario 3 – Oligocène Sainte Hélène (5 Mm 3 /an)

43 Scénarios de base Scénario 3 – Oligocène Sainte Hélène (5 Mm 3 /an) Ressource : eau souterraine profonde Vulnérabilité : très faible Type de traitement : simple (fer) Linéaire de canalisation : 45 km Point de livraison : CUB Productivité : 5 Mm 3 /an Investissement : 21 M HT Prix de l'eau : 0,XX /m 3 * subvention à l'investissement respectivement de 80, 60 et 40 %

44 Scénarios de base Scénario 4 1 – Alluvions rive droite (2 Mm 3 /an)

45 Scénarios de base Scénario 4 1 – Alluvions rive droite (2 Mm 3 /an) Ressource : eau souterraine Vulnérabilité : moyenne Type de traitement : complet Linéaire de canalisation : 44 km Points de livraison : Haux, SIAEP de LYDE, de Targon, de Langoiran, de Latresne, de Camblanes, de Bonnetan Productivité : 2 Mm 3 /an Investissement : 15 M HT Prix de l'eau : 0,XX /m 3 * subvention à l'investissement respectivement de 80, 60 et 40 %

46 Scénarios de base Scénario 4.2 – Alluvions rive droite variante (3 Mm 3 /an)

47 Scénarios de base Scénario 4.2 – Alluvions rive droite variante (3 Mm 3 /an) Ressource : eau souterraine Vulnérabilité : moyenne Type de traitement : complet Linéaire de canalisation : 55 km Points de livraison : Haux, SIAEP de LYDE, de Targon, de Langoiran, de Latresne, de Camblanes, de Bonnetan de Carbon-Blanc Productivité : 3 Mm 3 /an Investissement : 22 M HT Prix de l'eau : 0,XX /m 3 * subvention à l'investissement respectivement de 80, 60 et 40 %

48 Les deux scénarios opérationnels proposés permettent d'atteindre l'objectif de substitution de 20 à 25 M de m 3 /an (en cumul avec les solutions déjà existantes) en combinant différents scénarios de base. Quel que soit le scénario, 6 M HT de travaux sont prévus pour améliorer les capacités de transfert sur le réseau CUB et permettre la livraison des volumes nécessaires aux syndicats de Carbon-Blanc, Latresne et Bonnetan. Scénarios opérationnels

49 Sont identifiés : les services de l'eau desservis directement ; les services de l'eau desservis indirectement (transfert d'eau ou accès direct à la ressource) ; les services de l'eau dont la ressource subira un impact potentiel. Exemples de scénarios opérationnels service desservi directement service dont les ressources sont impactées ouvrage de captage transfert par nouvelle canalisation service desservi par interconnexion service pouvant solliciter plus les nappes profondes transfert par interconnexion

50 Exemples de scénarios opérationnels Scénario

51 Phasage : trois phases Ressources : Cénomanien sud Gironde, Oligocène S te Hélène et alluvions rive droite Progression : à 12 Mm 3 /an pour M HT Mm 3 /an pour +21 M HT Mm 3 /an pour +22 M HT Avantages : 80% d'eau souterraine profonde, progressivité et adaptabilité Inconvénients : coût élevé (Entre deux Mers) Capacité : 18 à 20 Mm 3 /an Investissement : 92 M HT Prix de l'eau* : 0,XX /m 3 * non compris prix du transfert via réseau CUB Exemples de scénarios opérationnels Scénario 1

52 12 Exemples de scénarios opérationnels Scénario 2

53 Phasage : deux phases Ressources : Cénomanien sud Gironde et Pompages berges de Garonne, ré-infiltration puis reprise Progression : à 12 Mm 3 /an pour M HT à 12 Mm 3 /an pour +30 M HT Avantages : capacité de production élevée, évolutivité Inconvénients : 50 % d'eau superficielle, une solution protégée par brevet Productivité : 20 à 24 Mm 3 /an Investissement : 79 M HT Prix de l'eau : 0,XX /m 3 * non compris prix du transfert via réseau CUB Exemples de scénarios opérationnels Scénario 2

54 Les deux scénarios opérationnels proposés s'appuient en premier lieu sur la solution Cénomanien du sud Gironde et ne se différencient donc qu'en phase 2. Il est donc possible de décider l'exécution de cette première phase sans arrêter un choix définitif de scénario. Le scénario opérationnel 1 permet une montée progressive de la capacité de production et les phases 2 et 3 peuvent être interverties. Le scénario opérationnel 2 offre une capacité de production très élevée. Exemples de scénarios opérationnels Autres éléments

55 Les principaux choix à arrêter sont notamment : quelles ressources de substitution ? quel scénario de desserte ? quels planning et délais de mise en œuvre ? quelle(s) maîtrise(s) d'ouvrage ? quelles conditions d'accompagnements économique et financier ? Il est évident que la démarche décisionnelle n'est pas aussi progressive que pourrait le laisser croire cette liste. Certains choix sont liés et des orientations fortes sur différents points seront indispensables pour permettre aux acteurs de se positionner. Processus de décision Principales questions


Télécharger ppt "SOLUTIONS ET PROJETS DE SUBSTITUTION Bureau de la CLE Réunion du 8 juin 2009."

Présentations similaires


Annonces Google