La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les dispositifs daffichage émissifs Jean-Marc Frigerio Institut des NanoSciences de Paris Université Paris VI - CNRS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les dispositifs daffichage émissifs Jean-Marc Frigerio Institut des NanoSciences de Paris Université Paris VI - CNRS."— Transcription de la présentation:

1 Les dispositifs daffichage émissifs Jean-Marc Frigerio Institut des NanoSciences de Paris Université Paris VI - CNRS

2 Plan Introduction Introduction Des écrans pour la vision humaine Des écrans pour la vision humaine Les différentes technologies daffichage émissifs Les différentes technologies daffichage émissifs La cathodoluminescence La cathodoluminescence La photoluminescence La photoluminescence Lélectroluminescence Lélectroluminescence Conclusion Conclusion

3 Introduction Le 1 er dispositif daffichage électronique : loscilloscope Le 1 er dispositif daffichage électronique : loscilloscope Oscilloscope de Braun (1897) Karl Ferdinand Braun ( ) Invente loscilloscope en 1897 Prix Nobel de Physique 1909 avec Marconi Telefunken SE-III lignes (1934)

4 Des écrans pour la vision humaine La trichromie La trichromie La synthèse additive La synthèse additive La fusion optique La fusion optique La fréquence de rafraîchissement La fréquence de rafraîchissement Le contraste Le contraste

5 La trichromie La possibilité de simuler toutes les impressions colorées avec trois sources primaires a été découvert par Maxwell en 1850 La possibilité de simuler toutes les impressions colorées avec trois sources primaires a été découvert par Maxwell en 1850 Lobservateur perçoit la même impression colorée de la source test et du mélange de trois sources rouge, vert et bleu

6 Rendu incomplet des couleurs en trichromie Intensité relative des primaires RVB pour les rayonnements monochromatiques Sensibilité relative des différents cônes de la rétine

7 Système RVB CIE (1931) Système NTSC Normes FCC 546 nm 700 nm 436 nm Système SECAM Normes UER Différents systèmes RVB

8 La synthèse additive Tous les dispositifs daffichage émissifs sont basés sur le principe de la synthèse additive : Tous les dispositifs daffichage émissifs sont basés sur le principe de la synthèse additive : Le choix des trois primaires va déterminer la zone de lespace des couleurs que lon pourra reproduire

9 La fusion optique Lœil à un pouvoir de séparation limité : 1 darc soit 0,3mm à 1m, des points plus petits sont confondus et leurs couleurs sont « additionnées » Lœil à un pouvoir de séparation limité : 1 darc soit 0,3mm à 1m, des points plus petits sont confondus et leurs couleurs sont « additionnées » Fréquence angulaire (cycles/degré) Georges Seurat – Le cirque 1890 Mise en œuvre par les impressionnistes en particulier Seurat et Signac Mise en œuvre par les impressionnistes en particulier Seurat et Signac

10 La fréquence de rafraîchissement CFF : Critical Flicker Frequency (fréquence limite de perception dune variation de la luminosité) Cette perception dépend beaucoup de la luminosité Elle est très faible dès que lon sort de la vision fovéale. Elle dépend fortement de la longueur donde à faible luminosité (on est beaucoup plus sensible au bleu quau rouge dans la pénombre)

11 Le contraste de luminosité Un contraste de 20:1 est largement suffisant à condition que le noir soit uniforme. Ladaptation locale des cônes permet la présence de lumière parasite sur une partie de lécran à condition quelle soit fixe. En ambiance lumineuse élevée, il vaut mieux privilégier la qualité des noirs (faible lumière renvoyée par lécran) que la luminosité intrinsèque.

12 Le contraste des écrans Le contraste intrinsèque (ou dans le noir) Le contraste intrinsèque (ou dans le noir) Diffusion latérale du pixel Diffusion latérale du pixel Lumière diffusée puis guidée dans la dalle Lumière diffusée puis guidée dans la dalle Taux dextinction des polariseurs (LCD) Taux dextinction des polariseurs (LCD) Rémanence des phosphores Rémanence des phosphores Couramment 500:1 Couramment 500:1 Le contraste en présence de lumière ambiante Le contraste en présence de lumière ambiante Réflexion spéculaire de la dalle Réflexion spéculaire de la dalle Réflexion diffuse de la lumière qui pénètre dans lécran Réflexion diffuse de la lumière qui pénètre dans lécran Minimum acceptable 10:1 Minimum acceptable 10:1 Nécessite 200cd/m² en intérieur, 1500 à 2000 cd/m² en extérieur Nécessite 200cd/m² en intérieur, 1500 à 2000 cd/m² en extérieur

13 Écrans émissifs/non émissifs Deux possibilités dobtenir des écrans lumineux : Deux possibilités dobtenir des écrans lumineux : Émission des 3 primaires nécessaires à obtenir du blanc et modulation de leurs intensités relatives pour obtenir les différentes couleurs. Écrans émissifs Émission des 3 primaires nécessaires à obtenir du blanc et modulation de leurs intensités relatives pour obtenir les différentes couleurs. Écrans émissifs Filtrage dune source blanche avec des filtres correspondants aux 3 primaires (R, V, B) dont on module la transmission avec des cristaux liquides (LCD) ou la réflexion avec des micro-miroirs (DLP) Écrans non émissifs (La source blanche est obtenue par lune des technologies des écrans émissifs) Filtrage dune source blanche avec des filtres correspondants aux 3 primaires (R, V, B) dont on module la transmission avec des cristaux liquides (LCD) ou la réflexion avec des micro-miroirs (DLP) Écrans non émissifs (La source blanche est obtenue par lune des technologies des écrans émissifs)

14 Projection réelle ou virtuelleVue directe CRT LCD DMD CRT Écrans Plats (tubes) (cristaux liquides) (micro-miroirs) (tubes) EMISSIFS NON EMISSIFS Plasmas Micro-pointes Électroluminescents Diodes LCD (PDP) (FED) (ELD) (LED-OLED) Cristaux liquides Différentes technologies de visualisation

15 AbsorptionEmission f e Décroissance rapide Intensité I = Io exp(-t/ ) Indépendant de la température Luminophore : matériau luminescent : émetteur de lumière Luminescence ( terme générique ) Fluorescence Phosphorescence UVVisible IR 380 nm 555 nm 750 nm e f AbsorptionEmission m kT E Décroissance lente 1/ m = A 0 exp(- E/kT) m : durée de vie de l état métastable Dépend de la température

16 Les luminophores pour les écrans émissifs Les matériaux luminophores sont des semi-conducteurs dopés avec des terres rares (Er, Tb, Eu, Ce, Mn) qui conduiront à des transitions internes à lion ou avec des couples dimpuretés accepteur-donneur (Al, Cu, Ag). Ces luminophores se désexcitent en émettant un photon dans le domaine du visible par fluorescence ( < 25ms) Différentes technologies décrans suivant la méthode employée pour exciter les luminophores : Électronique : électrons accélérés sous vide -> CRT, Micro-Pointes (FED) Photonique : conversion dUV vers le visible -> Plasmas (PDP) Électrique : Excitation par un courant -> Electroluminescence EL, OLED

17 Cathodoluminescence Emission de lumière par des luminophores sous «excitation cathodique» Electrons énergétiques Electrons énergétiques électrons portés à une certaine énergie sous laction dun champ électrique électrons portés à une certaine énergie sous laction dun champ électrique électrons accélérés sous vide électrons accélérés sous vide Bombardement des luminophores par les électrons énergétiques Bombardement des luminophores par les électrons énergétiques Émission de lumière visible par désexcitation radiative Émission de lumière visible par désexcitation radiative Générations délectrons Générations délectrons Émission thermo-ionique (Cathode Ray Tube CRT) Émission thermo-ionique (Cathode Ray Tube CRT) Émission par effet de champ (Field Emission Display FED) Émission par effet de champ (Field Emission Display FED)

18 Génération délectrons : émission thermo-ionique Filaments de différents types, formes et matériaux CRT : 10 keV 40 keV (Haute définition) CRT : 10 keV 40 keV (Haute définition) VFD : (Vacuum Field Display) 50 eV VFD : (Vacuum Field Display) 50 eV

19 Affichage dune image 2 jeux de bobines autour du tube créent un champ magnétique déviant les électrons 2 jeux de bobines autour du tube créent un champ magnétique déviant les électrons Balayage ligne par ligne Balayage ligne par ligne Télévisions : 50Hz, Entrelacé 100Hz Télévisions : 50Hz, Entrelacé 100Hz Moniteurs: 60-80Hz Moniteurs: 60-80Hz Temps moyen dexcitation du pixel 0,15 µs Temps moyen dexcitation du pixel 0,15 µs Principe de balayage dune trame

20 Émission délectrons par effet de champ Principe : intensification du champ électrique par effet de pointe jusquà arrachage des électrons Principe : intensification du champ électrique par effet de pointe jusquà arrachage des électrons Avantage : chaque pixel est un « CRT » individuel, épaisseur réduite à 1ou 2 cm Avantage : chaque pixel est un « CRT » individuel, épaisseur réduite à 1ou 2 cm Inconvénient : électrons de plus faible énergie ~ 1 KeV Inconvénient : électrons de plus faible énergie ~ 1 KeV 1999 PixTech, Inc inch Field Emission Display (FED) pour lU.S. Army

21 Principe de fonctionnement dun écran FED Pas de filament, cathode « froide »; rendement supérieur FED: 300 eV 8 keV FED: 300 eV 8 keV

22 Principe de fabrication dun écran FED Principe de fabrication des émetteurs

23 Ecrans FED: émetteurs en nano-tubes de carbone (CNTs) CNTs préparés par PECVD triode, tension de la grille: a = 0 V c = +200 V d = V Possibilité de contrôler la densité de CNTs et la densité de courant

24 Interactions des ē énergétiques avec les grains du luminophore Les électrons pénètrent dans le matériau et perdent leur énergie lors de collisions successives avec les ions du réseau en générant: Rayons X Rayons X Paires e - -trous dont certaines donnent lieux à des recombinaisons radiatives Paires e - -trous dont certaines donnent lieux à des recombinaisons radiatives Phonons Phonons e - secondaires internes dont certains ressortiront du grain e - secondaires internes dont certains ressortiront du grain Pénétration du faisceau délectrons dans le grain de luminophore en fonction de lénergie des e -. Interaction des électrons avec le matériau Effet de charge dans les isolants

25 Conditions de fonctionnement des différents systèmes TVTVHDPTVProjectionFED Tension 25 kV 30 kV kV 300eV – 5 à 8 kV Densité de courant 1 µA/cm µA/cm 2 20 – 100 µA/cm 2 10 – 200 µA/cm mA/cm 2 pour 3kV (Nanotubes de Carbone) Durée dexcitation du pixel (RGB) 150 ns 20 – 40 ns 150 ns 30 µs

26 Luminophores pour la cathodoluminescence Coordonnée s CIE 1931 NTSCTVTVHDPTVFED x Rouge y Y 2 O 2 S:Eu Y 2 O 3 :Eu 0.35 xVerty ZnS:Cu,Al0.597ZnS:Cu,Al0.368 Y 3 Al 5 O 12 :Tb Gd 2 O 2 S:Tb x Bleu y ZnS:Ag,Al0.07ZnS:Ag,AlZnS:Ag,Al0.14 Y 2 SiO 5 :Ce 0.09 Cu +, Ag +, Al 3+ : métaux, donneur-accepteur Eu 3+, Tb 3+, Ce 3+ : terres rares, transitions internes

27 Avantages/inconvénients de la cathodoluminescence Avantages : Avantages : forte luminance et bon rendement lumineux, surtout avec des électrons de forte énergie forte luminance et bon rendement lumineux, surtout avec des électrons de forte énergie grande dynamique de luminance grande dynamique de luminance bonne saturation des couleurs primaires bonne saturation des couleurs primaires temps de réponse court temps de réponse court contrôle aisé du flux délectrons pour les niveaux de gris contrôle aisé du flux délectrons pour les niveaux de gris Contrainte: enceinte à vide Contrainte: enceinte à vide Inconvénients : Inconvénients : Encombrement du tube pour les CRT Encombrement du tube pour les CRT nécessite lutilisation de tensions élevées nécessite lutilisation de tensions élevées mauvaises coordonnées chromatiques des primaires mauvaises coordonnées chromatiques des primaires

28 Avenir de la cathodoluminescence Les écrans à tubes (CRT) sont amenés à disparaître (en 2004 ils ne représentent plus que 45% du marché des écrans) Les écrans à tubes (CRT) sont amenés à disparaître (en 2004 ils ne représentent plus que 45% du marché des écrans) Les écrans à effet de champ (FED) Les écrans à effet de champ (FED) Fort rendement lumineux (comparable aux CRT) Fort rendement lumineux (comparable aux CRT) Excellent angle de vue et contraste. Excellent angle de vue et contraste. Problème du vide de lenceinte et donc du poids Problème du vide de lenceinte et donc du poids Limité pour linstant à des petites tailles Limité pour linstant à des petites tailles Réalisation technologique encore difficile donc onéreuse Réalisation technologique encore difficile donc onéreuse Un avenir peut-être avec les nanotubes de carbone Un avenir peut-être avec les nanotubes de carbone

29 La photoluminescence (Écrans Plasmas) 1966 – Inventé par Donald Bitzer et Gene Slottow de lUniversité de lIllinois 1966 – Inventé par Donald Bitzer et Gene Slottow de lUniversité de lIllinois 1980 – Première production industrielle limitée à des écrans monochromes 1980 – Première production industrielle limitée à des écrans monochromes 1993 – Fujitsu lance le premier écran couleur à plasma (PDP) 1993 – Fujitsu lance le premier écran couleur à plasma (PDP) 2004 – Écrans plasmas 52 et 60 (130 ou 150 cm de diagonale) 2004 – Écrans plasmas 52 et 60 (130 ou 150 cm de diagonale)

30 Principe de la photo-luminescence Décharge dans un mélange gazeux Xe-Ne ou Ne-Ar créant un plasma émettant des UV ( nm) Décharge dans un mélange gazeux Xe-Ne ou Ne-Ar créant un plasma émettant des UV ( nm) Les phosphores excités par les UV réémettent dans le visible. Les phosphores excités par les UV réémettent dans le visible. Chaque sous-pixel est une cellule individuelle (bleu, vert, rouge) Chaque sous-pixel est une cellule individuelle (bleu, vert, rouge) Émission UV du mélange Xe-Ne

31 Réalisation dun écran à plasma Les sous-pixels sont organisés par rangées Le positionnement des deux dalles est critique (~ 25µm) Les dalles doivent résister à la pression atmosphérique (Ar-Xe ~ 200 millibars) ce qui implique une épaisseur de lordre de 20mm et un poids de 35-40kg pour un écran de 42 (105cm de diagonale) Le plasma reste en permanence amorcé noirs peu profonds, consommation importante Image des barrières entre pixels

32 Phosphores pour la photoluminescence Rouge Vert Bleu

33 Rendement des écrans à plasma Énergie Initiale Énergie des photons UV photons UV excitant la surface du luminophore photons UV excitant la surface du luminophore conversion UV-visible photons visibles efficaces photons visibles efficaces 100% 6% 6% 40% 2,5% 25% 0,6% 40% 0.25% Consommation de lordre de 400W pour un 42 !

34 Diminution de lefficacité lumineuse Origine : Effet des UV, bombardement ionique création de piéges Nécessité de comprendre les mécanismes de vieillissement et de chercher des luminophores plus résistants Bernard Moine LPCML, Villeurbanne

35 Avantages/inconvénients de la photoluminescence Avantages : Avantages : Très bon angle de vue et forte luminance Très bon angle de vue et forte luminance Possibilité dobtenir des très grandes tailles (42 et même 60) Possibilité dobtenir des très grandes tailles (42 et même 60) Facilement adaptable à la haute définition Facilement adaptable à la haute définition Inconvénients : Inconvénients : Faible rendement lumineux forte consommation électrique Faible rendement lumineux forte consommation électrique Contraste un peu faible à cause de la luminance résiduelle Contraste un peu faible à cause de la luminance résiduelle Technologie chère et processus de fabrication complexes Technologie chère et processus de fabrication complexes Problème de la stabilité des luminophores au cours du temps. Problème de la stabilité des luminophores au cours du temps. Poids élevé Poids élevé

36 1983 – écran monochrome jaune ZnS:Mn 1993 – écran multicouleur vert-jaune-rouge (filtrage) 2004 – écran 17 couleur (iFire) Structure dun écran plat EL Lélectroluminescence

37 Deux structures possibles : Structure dun écran électroluminescent

38 Les différents processus physiques Émission délectrons par effet tunnel à partir de linterface isolant-semiconducteur Accélérations des électrons dans la couche de ZnS Excitation par impact des ions Mn 2+ par des électrons suffisamment énergétiques Désexcitation radiative ou non radiative des centres excités (Mn 2+ ) * Piégeage des électrons à linterface opposée isolant – semiconducteur Multiplication délectrons par ionisation du ZnS Processus physiques de l électroluminescence (Zns:Mn) Processus physiques de l électroluminescence (Zns:Mn)

39 Contraintes pour lélectroluminescence Contraintes optiques Réseau hôte : transparent à une émission dans le domaine visible largeur de la bande interdite > 3 eV Centre luminescent : * section efficace dexcitation par impact importante * stable en présence dun champ électrique de lordre de 10 6 V/cm. * rayon ionique compatible pour une substitution * dopant iso-électronique Seules les émissions correspondant à des transitions internes à un ion seront efficaces ions à considérer : Mn 2+, Ln 2+, Ln 3+ Les émissions de Eu 2+ et Ce 3+ correspondent à des transitions permises 5d 4f influence du champ cristallin local sur les orbitales 5d Cu +, Pb 2+ dans CaS et SrS. Spectres démission, coordonnées chromatiques et temps de déclin de lémission compatibles avec la visualisation trichrome et la cadence vidéo.

40 Contraintes pour lélectroluminescence Contraintes électriques Objectif : un grand nombre délectrons transportés à travers le semi-conducteur et accélérés, par un champ électrique de lordre de 1 à 2 MV/cm, jusquà des énergies optiques de 2 à 3 eV afin dexciter par impact les centres luminescents. Isolants : Grande constante diélectrique statique et fort champ de claquage r maximal et épaisseur minimale pour limiter la chute de tension Supporter un champ électrique de 1 MV/cm sans claquage : être un très bon isolant pour E < 1 MV/cm. Niveaux donneurs (volume et surtout interfaces isolant – semi-conducteur) à des profondeurs de lordre de 0.8 à 1 eV transport de charges en champ fort : Interaction électron-phonon = cause principale du refroidissement des électrons. Énergies des phonons optiques plus faibles dans les sulfures comparés aux oxydes

41 Contraintes pour lélectroluminescence Contraintes de mise en forme Déposition du luminophore sous forme de couche mince : Déposition du luminophore sous forme de couche mince : stœchiométrie excellente. stœchiométrie excellente. meilleure cristallinité possible. meilleure cristallinité possible. dopage uniforme. dopage uniforme. bonne adhérence sur la couche précédente. bonne adhérence sur la couche précédente. La qualité de la couche mince sera déterminante pour : La qualité de la couche mince sera déterminante pour : les processus radiatifs : diffusion limitée dénergie entre centres luminescents. les processus radiatifs : diffusion limitée dénergie entre centres luminescents. compétition entre désexcitation radiative/non-radiative compétition entre désexcitation radiative/non-radiative les processus de transport et daccélération des électrons. les processus de transport et daccélération des électrons. Traitement thermique nécessaire Traitement thermique nécessaire 600 – 650°C = traitement maîtrisé 600 – 650°C = traitement maîtrisé > 700°C= problèmes importants. > 700°C= problèmes importants.

42 Possibilité dobtenir 2 primaires avec une même source Émission présentant une bande large Luminophores à électrons d Simplification technologique de réalisation de lécran. Nécessite une très grande luminance 40% de vert, 18% de rouge Élargissement de la bande par modification de la matrice hôte

43 Spectre démission de ZnS:Tb Spectre démission de SrS:Ce SrS:Cu Spectres démission « blanc » Spectre démission de différents luminophores

44 Luminophores Coordonnées chromatiques x y x yRendementlm/WLuminance cd/m 60Hz JauneZns:Mn Bande large = 575 –585 nm = 575 –585 nm Rouge Zns:Mn + filtre VertZnS:TbOF Srs:Ce + filtre Bleu CaGa 2 S 4 :Ce SrS:Ce,Ag + filtre SrS:Cu,Ag BlancSrS:Ce:/ZnS:MnSrS:Cu/ZnS:Mn Performances des différents luminophores

45 Autres solutions pour la trichromie Utilisation de deux luminophores plus des filtres Trichromie par conversion du bleu

46 Ecran électroluminescent trichrome (iFire) Bleu : (Ba, Mg)Al 2 S 4 :Eu Vert : ZnS:Tb Rouge : ZnS:Mn (filtré) (Ba, Mg)Al 2 S 4 :Eu X. Wu,iFire Technology Inc. Canada, EURODISPLAY 2002

47 Avantages/Inconvénients de lélectroluminescence inorganique Avantages * temps de réponse de lémission lumineuse < 1 ms pas de traînage de limage * robustesse : écran tout solide * grand angle de vue 160° * excellente résolution du pixel : jusquà 1 µm * tenue à la température en fonctionnement excellent (-40°C à +85°C) limites proviennent de lélectronique de commande * très bon contraste (fond noir) * stabilité dans le temps excellent 10% de décroissance sur heures Point faibles * nécessité dun recuit thermique élevé ( °C) * Complexité de lélectronique de commande * Tensions de commande 180 V pour les lignes, 40 V pour les colonnes * structure capacitive dont on peut limiter les inconvénients * puissance consommée de lordre de 300 mW/cm 2 (mais 90% dans les circuits de commande) * seulement 10% de la lumière émise sort par la face avant il faut piéger le reste

48 Lélectroluminescence organique Comment une OLED émet de la lumière Électrons et trous forment des excitons (paire électron-trou) Une partie des excitons rayonnent

49 Modification du spectre démission

50 Primaires disponibles en électroluminescence organique Daprès Dow Chemicals Effet du dopage sur la luminescence de Alq 3

51 Lélectroluminescence organique Avantages Matériaux organiques compatible avec la technologie silicium Très forte luminance ( cd/m²) Forte efficacité lumineuse (~ 30 lm/W) Taille de la zone émissive du µm 2 au cm 2 Fabrication facile (dépôt des couches par jet dencre) Fonctionne en basse tension (3 à 10 Volts) Coût de production très faible Inconvénients Durée de vie faible, H 2 O Se dégrade en présence de O 2, H 2 O Nécessite des filtres colorés

52 Utilisation des OLED pour la vision virtuelle Microdisplay OLED Optique pour Microdisplay Vision virtuelle Vision de limage en surimpression sur lenvironnement

53 Efficacité lumineuse des différentes technologies émissives Méthode dexcitation des phosphores Technologie daffichage Efficacité lumineuse (lm/W) pour du blanc Limite théorique 220 Spectre solaire sur terre 100 Photoluminescence : Néons 60 Cathodoluminescence à 30 kV 30 CRT avec 50% TOD à 30 kV 3 FED avec 50% TOD à 8 kV PTV (CRT en projection) PDP avec 50% TOD 0,8 LCD TV ~ 3 LED Inorganique OLED/PLED Electroluminescence ELD 1 – 2 TOD : Transmission optique de la dalle

54 Conclusion CRT : Disparition dans les 20 ans qui viennent. CRT : Disparition dans les 20 ans qui viennent. Prédominance des technologies à cristaux liquides (LCD) Les luminophores seront essentiellement utilisés à fabriquer de la lumière blanche Prédominance des technologies à cristaux liquides (LCD) Les luminophores seront essentiellement utilisés à fabriquer de la lumière blanche Écrans informatiques. Écrans informatiques. LCD LCD FED ou ELD pour les applications embarquées FED ou ELD pour les applications embarquées Télévision Télévision LCD pour les petites tailles (en constante progression 42 actuellement) LCD pour les petites tailles (en constante progression 42 actuellement) Plasmas au dessus de 100cm de diagonale (disponible 61 = 156cm) Plasmas au dessus de 100cm de diagonale (disponible 61 = 156cm) Plus grande taille concurrence de la projection (LCD, DLP) Plus grande taille concurrence de la projection (LCD, DLP) Applications nomades Applications nomades LCD, OLED pour les téléphones portables LCD, OLED pour les téléphones portables Technologies réflectives pour les très basses consommations Technologies réflectives pour les très basses consommations

55 Dernière Nouvelle : Dernière Nouvelle : 7 mars 2005 Samsung présente un 82 LCD. 6,22 millions de pixels résolution de 1920x1080 au format 16:9 Rapport de contraste de 1200:1 luminosité de 600cd/m². Dimension HT : 1,875m x 1,08m x 4,5cm.


Télécharger ppt "Les dispositifs daffichage émissifs Jean-Marc Frigerio Institut des NanoSciences de Paris Université Paris VI - CNRS."

Présentations similaires


Annonces Google