La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ENJEUX ENERGETIQUES ET IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Jean-Charles Abbé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ENJEUX ENERGETIQUES ET IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Jean-Charles Abbé"— Transcription de la présentation:

1

2 ENJEUX ENERGETIQUES ET IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Jean-Charles Abbé

3 Énergies Sécurité approvisionnement Efficacité économique Impacts environnementaux HumanitairesTechniques PolitiquesSociétaux Géopolitiques DES ENJEUX MULTIPLES Jean-Charles ABBE

4 Des impacts environnementaux variés Pollution chimique (rejets, déchets) Pollution lumineuse Pollution sonore Pollution visuelle Pollution par rayonnements Pollution thermique

5 … qui doivent sinscrire dans le cadre dun développement durable Capacité de notre génération à améliorer sa situation matérielle tout en préservant le milieu pour que nos successeurs puissent en faire autant.

6 développement durable - Préservation de lenvironnement global - Croissance soutenable - Garantir laccès aux besoins vitaux (eau, céréales) - Organisation de la maîtrise et du partage des ressources planétaires - Valorisation des ressources et des patrimoines locaux - Priorité aux marchés des PVD - Impact sociétal - Santé publique, éducation/ formation - Aménagement soutenable du territoire (urbanisation, exode rurale) - Promotion de mode de vie durable assurant la qualité de vie, la solidarité

7 DE SACRO-SAINTS PRINCIPES NIMBY (Not In My Backyard) NIMBY (Not In My Backyard) : pas dans mon jardin ! BANANA (Build Absolutely Nothing Anywhere Near Anybody) : ne rien construire où que ce soit à proximité de quiconque Le principe de précaution Le principe de précaution et … le risque de ne rien faire

8 Un accroissement prévisible de la demande énergétique ……

9 Jean-Charles ABBE DEMOGRAPHIE La population croît de 3 milliards dindividus tous les 50 ans ! … le plus grave des problèmes que le monde ait jamais eu à résoudre. E.Pisani (Vive la révolte)

10 Urbanisation : 80% de la population en sites urbains !

11 Lamélioration du niveau de vie et limpact sur la consommation électrique

12 Consommations en énergie primaire par habitant (MTEP)

13 Structure de la consommation France 2004 Monde2004

14 Dans un contexte politique, géopolitique, économique troublé et de raréfaction des ressources, notamment en hydrocarbures,

15 Pétrole : réserves identifiées

16 Prospective : production mondiale de pétrole

17 et dindicateurs climatiques et environnementaux préoccupants

18 CH 4 CO 2 T Variations au cours des millénaires

19 Variations au cours des trois derniers siècles

20 Variations des températures au cours des siècles

21 Variations des concentrations en fluorocarbones

22 … mettant en cause un effet de serre, associé à une pollution généralisée

23 Leffet de serre

24 Pollution au dessus des lacs nord américains

25 Gaz constituants de l'air sec Volumes (en %) Azote (N 2 )78,09 Oxygène (O 2 )20,95 Dioxyde de carbone (CO 2 )0,035 Hydrogène (H 2 )5, Ozone (O 3 )1, Constituants de lair

26 Constituant C (ppm) Valeur relative (effet radiatif) Gaz carbonique801 Méthane0,856 Oxyde nitreux0, zone0, CFC0, SF 6 0, Effets comparés des différents GES

27 Les différents gaz à effet de serre

28 Origines des émissions de CO 2

29 Emissions de CO 2 dans lUE

30 Emissions de CO 2 / habitant Kg équivalent CO2/habitant

31 Origines des émissions de CO 2

32 Ozone Lozone (O 3 ) est généré par laction des rayons UV sur loxygène. Concentration, ordre de 8 ppm, la plus forte vers 35 kms (ozone stratosphérique). Formation également induite par les émanations des moteurs automobiles (ozone troposhérique – 7 à 10 kms) qui provoque irritation des yeux et des voies respiratoires. La dégradation de la couche dozone implique une moindre filtration des rayons UV avec des conséquences importantes (brûlures superficielles, conjonctivites, cataractes, augmentation des cancers et vieillissement de la peau, maladies du système immunitaire, réduction de la photosynthèse : diminution des rendements et de la qualité des cultures, disparition du plancton, premier maillon des chaînes alimentaires aquatiques... )

33 Conséquences actuelles et anticipées du réchauffement climatique

34 Augmentation des vagues de chaleur, périodes sèches Recrudescence de maladies infectieuses (paludisme, fièvre jaune, encéphalites virales) Modifications des productions agricoles (famines) Déplacement des isothermes de 150 à 500 kms Élévation du niveau des océans (10 cm à 1 m) Recrudescences de perturbations climatiques majeures (tempêtes, cyclones, inondations, épisodes de pollution,..) Modifications des écosystèmes (montagne, côtiers) Impacts sociétaux ( changements des ressources, de lenvironnement,..)

35 Déviation du Gulf Stream

36 Mieux appréhender les phénomènes physico chimiques dans lenvironnement les évolutions technologiques, économiques, sociétales pour mieux modéliser agir efficacement, anticiper, maîtriser et agir efficacement, anticiper, maîtriser Nécessité dune recherche inter-disciplinaire

37 Quelles énergies face à ces contraintes environnementales ?

38 Le pétrole Facilité dutilisation Non renouvelable Émetteur CO 2 Aléa géo-politiques Forte variabilité des prix

39 Emploi du pétrole

40 Gaz Relativement abondant (Un peu) mieux réparti que le pétrole Pollution moindre quavec pétrole et charbon (souffre, métaux lourds, particules) Moins de C/unité de masse et donc moins de CO 2 que le pétrole (- 20%) et que le charbon (- 40 %) Mais : Contribue néanmoins à lémission de CO 2 Gaz naturel = méthane Non renouvelable Épuisement rapide si consommation accrue fortement

41 Réserves importantes (épuisement estimé à 250 ans) et bien distribuées Polluant gaz carbonique, soufre, cendres (radioactives)Nécessité - daugmenter les rendements - de piéger les polluants - de traiter les fumées Le Charbon

42 Les différentes voies Chaudières à charbon pulvérisé et traitement des fumées Chaudières à lit fluidisé circulant Chaudières à lit fluidisé sous pression Gazéification intégrée à un cycle combiné (coûts très élevés)

43 nincite pas à préconiser le parc de centrales au charbon en France, sauf en cas dabandon du nucléaire. « La mauvaise performance du charbon en matière démission de gaz carbonique nincite pas à préconiser le parc de centrales au charbon en France, sauf en cas dabandon du nucléaire. Les centrales avec gazéification intégrée et celles à lit fluidisé seront alors candidates » Mission dévaluation économique

44 Stockage du CO 2

45 FISSION et REACTION EN CHAINE U 235 n Fragments de fission Le nucléaire Réaction en chaîne

46

47 Déchets nucléaires : classification

48 80 % FMA-VC 80 % TFA 11 % MA-VL 4,5 % FA-VL 4,5% Volume % MA-VL 4 % HA-VL 96% Activité % Déchets nucléaires Répartition des différents types

49 Loi du 30 décembre 1991 sur la gestion des déchets nucléaires Trois axes détudes : 1.Séparation, transmutation 2.Stockage en formation géologique profonde 3.Conditionnement et entreposage de longue durée en surface

50

51 Les réserves duranium Épuisement prévisible : 50 ans Porté à 3000 ans pour des surgénérateurs !

52 Nouveaux réacteurs EPRNouveaux réacteurs EPR - Sûreté accrue - Rendement améliorée - Durée de vie prolongée - Déchets minimisés (relatif) Réacteurs hybridesRéacteurs hybrides - Sûreté de fonctionnement -Combustion de déchets 4ème génération, haute température4ème génération, haute température FusionFusion (très long terme) : projet ITER

53 Le réacteur de fusion ITER Combustible inépuisable !!!

54 Combustible Eau refroidissement Soufre (SO 2 ) Oxyde azote (NO 2 ) 27 tonnes. 2.3 millions de tonnes 1.5 million de tonnes Oxygène 3.4 milliards m milliards m millions m 3 Rejets thermiques millions m 3 Eau refroidissement : 4 mlliards de kWh Eau refroidissement : 8 milliards de kWh Cheminée : 2.4 milliards de kWh Cheminée : 2.5 milliards de kWh Eau de refroidissement + cheminée : 12.3 milliards de kWh Activité Bq Bq Bq Déchets solides négligeable tonnes Déchets haute activité : 14 m 3 0 Gaz carbonique 3 milliards m milliards m tonnes tonnes millions m millions m 3 0 FuelCharbonNucléaire 720 millions m 3

55 Les énergies renouvelables

56 HYDROÉLECTICITÉ de la production électrique GRANDE HYDROÉLECTRICITÉ Barrages et lacs de montagne (Mont Cenis : 600 GWh/an) Barrages sur fleuve (Rhin : 700 GWh/ an) Usine marémotrice (Rance : 600 GWh/an - Consommation agglomération Rennes) 90 % des sites potentiels équipés PETITE HYDROÉLECTRICITÉ ( 8 MW) petites centrales (PCH) 7,5 TWh/an soit 6% production nationale Potentialité : 5 TWh/ an

57 Patrimoine naturel très riche Potentiel acceptable : – sur terre : 70 TWh/ an – offshore : 230 TWh/ an (consommations UE, 1900 Twh/an, et France, 400 Twh/ an) France : EOLE 2005 Démontrer la compétitivité éolien Offrir à des industriels une vitrine technologique juillet 96 : 50 MW mars 98 : 100 MW 2005 : 250 à 500 MW Éolien

58 Désavantages FORTE VARIABILITÉ Heure (passages nuageux) Journée (cycle diurne) Semaines, mois (séquences climatiques) Année (cycle saisons) RENDEMENTS DE CAPTAGE LIMITÉS ET FORT VARIABLES APPLICATIONS DOMESTIQUES, PEU COMPATIBLES AVEC APPLICATIONS INDUSTRIELLES Éolien

59 Pas de puissance garantie (systèmes couplés) Puissance instantanée fonction de la vitesse du vent [P=f(v 3 )] Grande dilution dans lespace : 1 TWh/ an : 25 à 65 km 2 ( 1% espace réellement occupé) Aspect visuel et bruit

60 PaysPuissance Installée (MWh) Production 2002 (TWh) Equivalent heures pleine puissance (sur h/an) Allemagne , Espagne , Danemark , Italie , R.U , Total EU , / = 22 % équivalent temps plein Éolien : puissance installée et production effective France (1 er semestre 2006) : 150 parcs, machines, P inst : MW

61 Densité de puissance nominale installée dans un champ d'éoliennes situé dans une zone favorable : 10 MW par km2, soit une production annuelle : 20 GW.h par km2, quelque soit la taille des éoliennes concernées Production française d'électricité en 1997 : 506 TW.h surface (favorable) à équiper de ÷ 20 = km2, soit environ 5% du territoire métropolitain, ce qui représente à peu près la superficie actuellement occupée par les villes, les routes et les parkings ! Les villes dévorent les campagnes : léquivalent dun département avalé tous les 10 ans ! Problème majeur : stockage de lénergie Éolien : Questions de surface …

62 Avantages Avantages : durable abondant propre (sauf à intégrer lélaboration du Si) sûr « gratuit » décentralisé universel Solaire

63 La production française d'électricité 2002 : 550 TW.h ; La production annuelle d'un panneau solaire photovoltaïque : 100 kWh / m km 2 de panneaux solaires pour assurer la production délectricité en France (1% du territoire), ie couvrir la moitié des toits, ce qui paraît tout à fait concevable. Problème majeur le stockage de lénergie Solaire Photovoltaïque Thermique Technique simple et éprouvée Mise en œuvre aisée Couplé avec une isolation thermique des logements de bonne qualité, le recours au solaire thermique pourrait couvrir 25 % de la consommation énergétique !

64 Hydraulique4 Nucléaire6 Éolien3 à 22 Photovoltaïque60 à 150 Cycle combiné427 Gaz naturel (TAC pointe)883 Fuel891 Charbon978 Émissions comparées de CO 2 en g/kWh électrique (analyse du cycle de vie)

65 Jean-Charles ABBEÉnergies pour demain Une grande variabilité de la demande (journée, année) COURBE DE CHARGE/ JOURNEE Comment ajuster une production purement aléatoire à la demande Centrales gaz ou fuel gaz effets de serre

66 Problème essentielProblème essentiel pour - énergie intermittente (éolien, solaire) - aménager les fluctuations production et demande SolutionsSolutions - hydroélectricité - compression de gaz - volants (sustentation magnétique) - hydrogène Stockage de lénergie

67 Production simultanée, à partir dune seule source dénergie primaire, dénergie mécanique et de chaleur. Dans une majorité de cas, lénergie mécanique est convertie en électricité par un alternateur et la chaleur est utilisée pour satisfaire des besoins thermiques de procédés industriels et/ou de chauffage Cogénération

68 100 MW Électricité 35 MW Сogénération Chaleur 50 MW Pertes 15 MW 120 MW Électricité 35 MW Cycle combiné Chaleur 50 MW Pertes 35 MW Chaudière combustible sans avec Cogénération

69 CaractéristiquesCaractéristiques - abondant - énergétique - non polluant ProductionProduction - dissociation électrolytique, photochimique de leau - cycles oxydoréduction ou thermochimiques Distribution et stockageDistribution et stockage - hydrogènoduc, réserves souterraines - hydrures métalliques (LaNi 5 ) Hydrogène

70 Pile à combustible

71 Biomasse Transformation en énergie ou en matière énergétique de la biomasse Bois Produits de lagriculture Déchets urbains

72 Biomasse Trois filières Chimiques Chimiques Hydrolyse : éthanol Liquéfaction : carburants Biologiques : micro-organismes Biologiques : micro-organismes Production directe méthane, éthanol Fermentation méthanique (biogaz) Thermochimiques Thermochimiques Production de chaleur

73 Biogaz PROCHE PARENT DU GAZ NATUREL FOSSILE Production Actuelle : 15 ktep/ an Potentielle : 3 Mtep/ an Origines Stations épurations urbaines Épurations industries Déchets Digesteurs agricoles

74 Biocarburants Oléagineux Colza, Tournesol Alcools (Blé, betterave, canne) Méthane (biogaz) (Fermentation) Huile pure Diesel EMVH (Ester) 5 à 30% dans diesel Alcools purs modifs des moteurs ETBE et MTBE (Ethyl,Méthyl) Tertio Butyl Ether) Sous produits : tourteaux (alimentation animale) Sous produits : glycérine (chimie) ETBE et MTBE (Ethyl,Méthyl) Tertio Butyl Ether) Utilisation directe EMVH : Ester Méthylique dhuile végétale Sous produits : drèches (blé), vinasses (betteraves)

75 FilièreCultureTcarb / HaTep/T% territoire % terres cultivées HuileColza HuileTournesol EthanolBetterave EthanolBlé Source : DIDEM/ ADEME En noir : surface bruteEn rouge : surfaces pondérées (nettes) « Les villes dévorent la campagne : léquivalent dun département avalé tous les 10 ans ! » Surface à mobiliser pour remplacer le pétrole dans les transports (50 Mtep)

76 un kilo de maïs 300 litres deau 6 l de carburant / 100 Kms (8 l de bio-carburant) litres deau/ 100 kms ! Voiture au biocarburant ou … à eau ?

77 Lalimentation est aussi une arme La France risque de devoir importer de la nourriture, sur une planète au climat de plus en plus imprévisible et où le volume des récoltes variera fortement dune année sur lautre (récolte catastrophique de céréales en Australie, due à un été torride 2006). Les nouveaux conflits sont à nos portes. Regardons la récente crise de la galette de maïs, aliment de base au Mexique, due à la réorientation de la récolte de maïs nord-américain vers la production de biocarburant éthanol Demain, il faudra nourrir, sur la planète, 9 milliards dhabitants, à partir de nos rares terres agricoles toujours plus menacées par lurbanisation et lérosion? Et, en plus, y produire des quantités très importantes de biocarburants, le tout avec moins deau, une énergie hors de prix et des risques sanitaires accrus. Larme alimentaire pourrait devenir beaucoup plus importante que par le passé. Bruno Parmentier (Nourrir lhumanité)

78 Jean-Charles ABBEÉnergies pour demain Extraction de lénergie thermique accumulée dans le sous sol Haute température (> 150 °C)Haute température (> 150 °C) Moyenne température (90/150 °C)Moyenne température (90/150 °C) (électricité, chauffage collectif) Basse température (30/90 °C)Basse température (30/90 °C) (chauffage collectif) Très basse température (<30 °C)Très basse température (<30 °C) pompe à chaleur : chauffage Géothermie

79 Réfléchissez au mouvement des vagues, au flux et reflux, au va-et-vient des marées. Qu'est-ce que l'océan ? une énorme force perdue. Comme la terre est bête! ne pas employer l'océan ! Utilisez la nature, cette immense auxiliaire dédaignée. Faites travailler pour vous tous les souffles de vent, toutes les chutes d'eau, tous les effluves magnétiques. Le globe a un réseau veineux souterrain; il y a dans ce réseau une circulation prodigieuse d'eau, d'huile, de feu; piquez la veine du globe, et faites jaillir cette eau pour vos fontaines, cette huile pour vos lampes, ce feu pour vos foyers. Réfléchissez au mouvement des vagues, au flux et reflux, au va-et-vient des marées. Qu'est-ce que l'océan ? une énorme force perdue. Comme la terre est bête! ne pas employer l'océan ! Victor Hugo Quatre-vingt-treize, 1874 Locéan

80 ENERGIE DES VAGUES

81 Contribution des énergies renouvelables à lapprovisionnement mondial (Mtep) - AIE

82 Production énergie primaire dorigine renouvelable

83 Part énergies renouvelables/ consommation électricité

84

85 Évolutions de lintensité énergétique dans différents secteurs

86 SECTEUR TRANSPORTS Véhicules - Véhicules allègement des véhicules, aérodynamismes, moteurs hybrides, piles à combustibles, véhicules électriques Urbanisme et transports en commun -Urbanisme et transports en commun Ferroutage, voies fluviales et maritimes (cabotage) Ferroutage, voies fluviales et maritimes (cabotage)

87 Ferroutage (distance de pertinence : 500 kms) - profonds bouleversements dans lorganisation des entreprises -marché étroit options politiques : - prendre en considération les effets négatifs des différents modes sur la sécurité, lenvironnement et la congestion du territoire - tenir compte des impératifs logistiques des entreprises en termes de niveau de service et de coûts, dacquisition de matériel spécifique; visibilité, leur montrant quil sera possible damortir le surcoût initial de ces matériels. - coordination de la stratégie de lensemble des pays européens vis-à-vis du combiné.

88 Autoroutes de la mer PL 1 Eu / Km soit pour la liaison Toulon-Rome : 850 Eu Péage tunnel : 250 Eu Total : 1200 Eu Passage maritime : 450 Eu Durée de la liaison par camion : 22 h, par bateau : 14h30

89 trafic fluvial Relancer le trafic fluvial « le ministre des Transports, Dominique Perben, assure que lobjectif du gouvernement est de doubler le trafic fluvial en moins de 10 ans, parce quil sagit dun transport alternatif, moins coûteux en énergie. Le ministre rappelle que le trafic conteneurs sur le bassin de la Seine a augmenté de 30% lan passé » OF Appel à projet, CEREO 2005, pour le transport fluvial de céréales et oléo- protéagineux A quand le canal Rhin Rhône ? Le transport fluvial est 36 fois moins polluant que le transport routier et a une efficacité énergétique 2 fois et demi supérieure !

90 Canal Seine-Nord Europe Début des travaux en 2009 Ouverture en millions de tonnes marchandise/an Équivalent 1,6 million poids lourds/an Enfin ! 20 wagons/convoi, soit 40 PL Équivalent PL/an

91 Prospective du CIAT sur les transports

92 SECTEUR TERTIAIRE Éclairage, eau sanitaire, chauffage / climatisation - Éclairage, eau sanitaire, chauffage / climatisation lampes basse consommation, cogénération, chauffe eau solaire, piles à combustibles Appareils informatiques et communications Appareils informatiques et communications Composants électroniques, moniteurs, gestion des équipements

93 SECTEUR INDUSTRIEL Amélioration des rendements des moteurs - Amélioration des rendements des moteurs Amélioration des procédés de fabrication Amélioration des procédés de fabrication

94 Mort aux vaches ! Les bovins sont responsables de 6,5 % des émissions de gaz à effet de serre (3 fois plus que les 14 raffineries de pétrole du pays) ! Les rots expédient dans latmosphère 26 millions de tonnes de GES et le stockage des déjections avant épandage représente 12 millions de tonnes, essentiellement du méthane et du NO. Changer la nourriture des bêtes Récupérer les gaz de fumier dans des silos pour en faire de lénergie.

95 Incidence de larrêt des émissions de CO 2

96 Changer les mentalités

97 Jean-Charles ABBE Développement durable

98 OBJECTIVES - La demande énergétique ne pourra que croître dans le monde. - Les enjeux environnementaux sont cruciaux. - Problème grave et préoccupant - Paramètres multiples et imbriqués - Pas de solution miracle -Décisions politiques majeures indispensables -Prise de conscience généralisée urgente conclusions

99 SUBJECTIVES mais - Les énergies renouvelables doivent être développées mais elles seront insuffisantes pour satisfaire la demande mais - Les économies dénergie sont à rechercher mais leur effet restera limité mais - Le « tout »nucléaire a vécu mais son utilisation reste pour une large part incontournable.

100

101 Jean-Charles ABBE Énergies pour demain Jai accumulé quantité de matériaux sans quen moi sesquisse une logique autre que celle de la complémentarité des contraires Edgar PISANI « Vive la Révolte ! »

102

103 Jai déjà trop déversé de paroles, Affligé du présent, craignant pour lavenir. Mais je voulais que ceux pourvus de jugeote Aient honte enfin et se mettent à réfléchir. ABAÏ KOUNANBAÏEV ( )

104 Coût des énergies


Télécharger ppt "ENJEUX ENERGETIQUES ET IMPACTS ENVIRONNEMENTAUX Jean-Charles Abbé"

Présentations similaires


Annonces Google