La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 EQUINOXE Communications G. Gardarin TECHNIQUES DES SGBDO u 1. Qu'est-ce qu'un SGBDO ? u 2. Architectures des SGBDO u 3. Persistance des objets.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 EQUINOXE Communications G. Gardarin TECHNIQUES DES SGBDO u 1. Qu'est-ce qu'un SGBDO ? u 2. Architectures des SGBDO u 3. Persistance des objets."— Transcription de la présentation:

1 1 EQUINOXE Communications G. Gardarin TECHNIQUES DES SGBDO u 1. Qu'est-ce qu'un SGBDO ? u 2. Architectures des SGBDO u 3. Persistance des objets

2 2 EQUINOXE Communications G. Gardarin Chapitre 1. Introduction.Historique2 Modèle relationnel u année 80 (2ème génération) u objectifs : ­optimisation de laccès aux données indépendance données/schémas langage déclaratif dinterrogation fondement théorique : algèbre relationnelle ­client/serveur

3 3 EQUINOXE Communications G. Gardarin Chapitre 1. Introduction.Historique3 Limites du modèle relationnel u Très bon support théorique u Mais : ­Modèle plat 1FN ­Données type simple ­Attributs atomiques ­Difficile de naviguer dans la structure (jointure) nouvelles applis (CAO, bureautique...) ­structure de données complexe hiérarchie, graphe de dépendance ­nouveaux types : graphique, images, texte, sons ­nouvelles fonctionnalités : objets multimédias, versions

4 4 EQUINOXE Communications G. Gardarin Chapitre 1. Introduction.Historique4 Limites pour le programmeur u pb mélange procédural et déclaratif ­pb de conversions de types ­Extensions procédurale de SQL propriétaires u Modèle de transaction simple ­Pas de transaction longue ­Pas de transaction emboîtée u performances (curseurs) u réutilisation, extension des programmes

5 5 EQUINOXE Communications G. Gardarin Chapitre 1. Introduction.Historique5 Evolution du matériel u avant : ­serveur central avec BD ­terminaux alphanumériques u maintenant : ­stations de travail graphiques en réseau ­puissance de calcul répartie interfaces H/M conviviales et performantes

6 6 EQUINOXE Communications G. Gardarin Chapitre 1. Introduction.Historique6 Besoins administrateur u conception interactive ­modif des données ­modif des schémas ­trace des choix antérieurs u plusieurs concepteurs

7 7 EQUINOXE Communications G. Gardarin Chapitre 1. Introduction.Historique7 Conclusion - Besoins actuels en BD ­persistance, concurrence daccès, tolérance panne ­IHM, données complexes ­liens complexes non-dirigés ­indépendance données/programmes ­support théorique solide ­réutilisation

8 8 EQUINOXE Communications G. Gardarin Rappel modèle objet u Objet u Identifiant u Classe u Attributs u Opérations u Héritage u Objets complexes (collections) u Polymorphisme

9 9 EQUINOXE Communications G. Gardarin 1. Qu'est-ce-qu'un SGBDO ? u The Object-Oriented Database System Manifesto ­Atkinson, Bancilhon, Dewitt, Ditrich, Maier, Zdonick ( DOOD'89) u Fonctionnalités BD obligatoires : ­la persistance ­la concurrence ­la fiabilité (panne) ­la facilité d'interrogation (langage de requête) u Fonctionnalités BD optionnelles : ­la distribution ­les modèles de transaction évolués (longues et emboîtées) ­les versions

10 10 EQUINOXE Communications G. Gardarin Fonctionnalités objets u Fonctionnalités objets obligatoires : ­les objets atomiques et complexes ­l'identité d'objets ­Encapsulation ­Types ou classes ­l'héritage simple ­le polymorphisme (surcharge) ­Langage de programmation objet u Fonctionnalités objets optionnelles : ­l'héritage multiple ­les messages d'exception

11 11 EQUINOXE Communications G. Gardarin Modèle objet « pur » u Persistance : ­Orthogonale au type ­Langages : C++, Smalltal, Java /OQL u Produits : ­Issus des LPO ­O2,ObjectStore, Ontos, Objectivity, Jasmine u Niches technologiques : ­Réseau, CAO, SIG, Gestion de données techniques ­Pas de transactionnel lourd

12 12 EQUINOXE Communications G. Gardarin Modèle objet-relationnel u Modèle relationnel ­Codd, 1969 u Extensions du modèle relationnel : ­Au niveau relation : Imbrication de relations UNISQL ­Au niveau du domaine Oracle 8, SQL 3, Microsoft

13 13 EQUINOXE Communications G. Gardarin Propriétés RICE (Miranda) u Réutilisation : ­Finalité du paradigme objet ­Héritage, généralisation, composition, polymorphisme u Identité : ­Identifier un objet de manière unique u Complexité : ­Définition dobjets complexes et/ou fortement structurés u Encapsulation : ­Boîte noire avec des méthodes de manipulation

14 14 EQUINOXE Communications G. Gardarin Objet « pur » vs. Objet-relationnel Objet purObjet-relationnel RHéritage multipleHéritage ? IOIDROW ID CCollections (set, bag, list, array) Pointeurs (ref et inverse) ADT Collections Opérateurs VALUE, REF, DEREF EMéthodes visibilité Functions et Procedures associées à ADT

15 15 EQUINOXE Communications G. Gardarin Gérant d'objets LOO Persist. OQL OQL = Object Query Language ODL = Object Defintion Language LOO = Langage Orienté Objet Persistance Concurrence Identification Fiabilité Accès Sécurité ODL Outils Interactifs Editeur de classes Manipulateur dobjets Bibliothèques graphiques Débogueur, éditeur ARCHITECTURES SGBDO u Architecture fonctionnelle type :

16 16 EQUINOXE Communications G. Gardarin 3. PERSISTANCE DES OBJETS u Objectifs ­faire persister les objets du LOO sans les démonter ­assurer le plus possible la transparence pour le programmeur ­garder des performances proches du travail en mémoire ­récupérer les emplacements des objets détruits u Moyens ­gérant d'objets persistants assurant concurrence et fiabilité ­identifiant d'objets permettant de retrouver les objets en 1 ou 2 accès ­ramasse-miettes périodique

17 17 EQUINOXE Communications G. Gardarin La Persistance par héritage Pobject New Delete Lookup --> PPerson Nom Prenom … u Classe racine de persistance PObject ­tout objet d'une sous-classe hérite des propriétés de persistance ­New, Delete et Envoi de message sont surchargés ­une primitive Lookup est ajoutée pour les recherches u Non orthogonale au type ­seuls les types héritants de PObject persistent ­nécessité de dupliquer les classes persistantes et transiantes ­possibilité de marquer la persistance pour éviter la duplication (attribut booléen Persistant)

18 18 EQUINOXE Communications G. Gardarin La Persistance par référence voiture toto x Catalogue moteur u Définition par le programmeur de racines de persistance ­Mot clé "persistant" ou "db" ajouté aux déclarations ­exemples: Employe* emp = new persistant Employe("Toto"); persistant int x; ­un objet racine de persistance est catalogué accessible par lookup u Tout objet référencé par un objet persistant est persistant ­les références sont rendues persistantes : lors de l'écriture d'un objet les références sont remplacés par des oid


Télécharger ppt "1 EQUINOXE Communications G. Gardarin TECHNIQUES DES SGBDO u 1. Qu'est-ce qu'un SGBDO ? u 2. Architectures des SGBDO u 3. Persistance des objets."

Présentations similaires


Annonces Google