La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LES 60 ANS DE RADIO-CANADA – TÉLÉ De 1967 à 1971 Cliquez pour avancer.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LES 60 ANS DE RADIO-CANADA – TÉLÉ De 1967 à 1971 Cliquez pour avancer."— Transcription de la présentation:

1 LES 60 ANS DE RADIO-CANADA – TÉLÉ De 1967 à 1971 Cliquez pour avancer

2 À l’automne 2012, la télévision de Radio-Canada aura 60 ans.
À l’automne 2011, la Société Radio-Canada fêtait ses 75 ans d’existence. À l’automne 2012, la télévision de Radio-Canada aura 60 ans. Star Québec poursuit donc son hommage à la télévision de Radio-Canada avec ce quatrième diaporama couvrant la période de 1967 à 1971. Cette période s’ouvre sur un événement qui expose Montréal au monde entier. Cependant, une crise politique sans précédent se prépare.

3 1967 EXPO 67 « Un jour, un jour, quand tu viendras, nous t’en ferons voir de grands espaces… » C’est sur ces mots que la chanson de Donald Lautrec nous invite à visiter l’Expo 67. Pavillon de la France, devenu le Casino de Montréal Durant l’été 1967, Montréal accueillait le monde dans cette exposition universelle intitulée « Terre des hommes ». Des personnalités du monde entier, dont plusieurs têtes couronnées, nous ont alors rendu visite alors que le public découvrait les traditions des autres peuples. Pavillon des États-Unis

4 1967 EXPO 67 Le site était accessible à tous. D’ailleurs, plus de 50 millions de personnes ont visité l’Expo. Malgré tout, la télévision de Radio-Canada présenta une série qui faisait la visite du site, des différents pavillons et présentait certaines activités. Andrée Champagne anima cette émission. Une hôtesse de l’Expo 67 Parallèlement à l’Expo s’ouvre un parc d’amusement connexe, La Ronde, qui inspire à Marc Gélinas une chanson devenue célèbre.

5 VISITE DU GÉNÉRAL DE GAULLE
1967 VISITE DU GÉNÉRAL DE GAULLE Parmi les visiteurs célèbres venus visiter l’Expo 67, on compte le président de la France, le général Charles De Gaulle. Partout où il passe, on le reçoit de façon officielle, comme l’exige sa fonction. À Montréal, il est invité à prendre la parole devant une foule réunie devant l’Hôtel de ville. Monté au balcon de l’édifice, De Gaulle y prononce un discours devenu célèbre pour une simple petite phrase: « Vive le Québec libre ! » Réjouissant pour les nationalistes de plus en plus nombreux à cette époque, ces mots font sourciller les autorités politiques. Le général de Gaulle à Montréal

6 1967 – 1968 D’IBERVILLE Pierre Le Moyne D’Iberville, voilà le personnage historique qu’a campé le comédien Albert Millaire dans cette série historique d’abord conçue pour la jeunesse, mais très divertissante et éducative pour tous. L’histoire se déroule en Nouvelle-France, de 1862 à 1704, alors que D’Iberville conquiert une partie du territoire en combattant les Anglais de Boston et les Hollandais de Manhattan. Albert Millaire

7 1968 ÉMISSIONS JEUNESSE Les enfants sont tristes en 1968, puisque c’est la fin de « La boîte à surprise ». C’est la fin d’une époque, certes, mais le début d’une autre puisqu’elle marque la venue de séries-cultes pour les petits. En effet, les personnages de « La boîte à surprise » obtiennent à peu près tous leur propre émission. C’est le cas de: Fanfreluche Le pirate Maboule Sol et Gobelet, etc.… Pierre Thériault Quant à Monsieur Surprise, il poursuit jusqu’en 1972 à l’émission « Monsieur Surprise présente ».

8 1968 – 1971 FANFRELUCHE « Fanfreluche va raconter un beau conte pour vous amuser… » Tout le monde se souvient de cette ritournelle. Mais Fanfreluche (jouée par Kim Yaroshevskaya) ne faisait pas que nous raconter ses histoires. Lorsqu’elle était contrariée par les événements, elle entrait littéralement dans le livre pour aller changer les choses ou réprimander les méchants. Chaque épisode, consacré à un conte différent, permet de faire appel à plusieurs comédiens invités venus personnifier « Cendrillon » ou « Pinocchio ». Kim Yaroshevskaya

9 Jacques Létourneau et Paul Berval
1968 – 1971 LE PIRATE MABOULE L’une des émissions jeunesse les plus populaires de l’époque fut sans doute « Le pirate Maboule » joué par Jacques Létourneau qui signe également les textes. Autour de ce pirate attiré par les sucreries, on retrouve son complice Loup-garou (Edgar Fruitier), le constable Polycarpe (Yves Létourneau), la commerçante Madame Bec-Sec (Huguette Uguay), Rosa Petitpas (Yvonne Laflamme) ainsi que Timothé Yé-Yé (Paul Berval). Jacques Létourneau et Paul Berval

10 Gisèle Mauricet et Lise Lasalle
1968 – 1971 GRUJOT ET DÉLICAT Également né à « La boîte à surprise », Saucissonville est dirigée par le maire Grujot (Lise Lasalle) et son bras droit Délicat (Gisèle Mauricet) et habitée par des chiens joués par François Tassé et Benoît Girard. Le seul personnage humain est joué par Clémence Des Rochers (Mlle Sainte-Bénite). Gisèle Mauricet et Lise Lasalle Vous souvenez-vous de la célèbre expression de Délicat ? « C’est comme l’œuf de Christophe Colomb »… qu’il énonce lorsqu’il trouve une idée.

11 Luc Durand et Marc Favreau
1968 – 1971 SOL ET GOBELET C’est de la fantaisie à l’état pure que nous offre les clowns Sol et Gobelet, deux drôles de pistolet. Sol, personnage de Marc Favreau, déforme les expressions françaises pour notre plus grand plaisir. Après avoir fait partie du duo Sol et Bim, puis Sol et Bouton, il trouve avec Gobelet son compagnon inséparable avec qui il vivra les aventures les plus imagées… Luc Durand et Marc Favreau Gobelet (Luc Durand) a une amoureuse, Isabelle (Suzanne Lévesque) qu’il appelle affectueusement « Isabelle comme du miel », ce à quoi elle répond « Gobelet comme du lait… »

12 1968 – 1971 LA RIBOULDINGUE « Mandibule, Bendondaine, Paillasson, Friponneau et Dame Plume, Giroflée… » La chanson-thème de cette série nous rappelle les personnages qu’on a tant aimés. Ils étaient joués par Denise Morelle, André Montmorency, Marcel Sabourin, Jean-Louis Millette et plusieurs autres. Ce village est sorti de « La boîte à surprise ». Micheline Giard, Jean-Louis Millette, Roland Lepage, Denise Morelle et Marcel Sabourin. Vous souvenez-vous de quoi raffolait le clown Paillasson ? Des patates en chocolat, bien sûr !!!

13 1968 ÉMEUTES DE LA ST-JEAN La montée du nationalisme amène des tensions au sein de la société québécoise. Ainsi, le 24 juin 1968, le défilé de la St-Jean-Baptiste tourne à l’émeute à Montréal. Alors que Radio-Canada présente le défilé en direct, des fêtards font du grabuge, sans que rien n’y paraisse à la télé. L’une des images marquantes de la soirée, c’est celle du chef du Parti Libéral du Canada, Pierre-Elliott Trudeau, qui regarde le défilé du balcon de l’Hôtel de ville. Lorsqu’on lui lance des projectiles, il refuse de quitter les lieux… Le lendemain, il était élu premier ministre du Canada. Émeute de la St-Jean 1968

14 Monique Miller, Janine Sutto et Jean Duceppe dans « Bilan »
1968 – 1969 LE MONDE DE MARCEL DUBÉ Il est évident que Marcel Dubé est l’un de nos grands auteurs de théâtre. Il s’est aussi aventuré du côté des téléthéâtres et téléromans. Dans cette nouvelle série, il réunit tous ses personnages de théâtre et en fait des dramatiques. On y retrouve notamment « Florence », « Le temps des lilas », « Bilan », « Virginie » et « Manuel ». Monique Miller, Janine Sutto et Jean Duceppe dans « Bilan » Parmi les grands interprètes de Dubé, on compte Denise Pelletier, Jean Duceppe, Janine Sutto, Benoît Girard et plusieurs autres.

15 1968 JUDITH JASMIN 6 juin 1968: moins de deux mois après l’assassinat du pasteur Martin Luther King, le sénateur américain Robert Kennedy est à son tour abattu. En tant que correspondante à Washington, la journaliste Judith Jasmin offre un reportage mémorable qui est passé à l’histoire, y parlant de « l’Amérique malade ». Judith Jasmin Ce n’est pas la première fois que Judith Jasmin parlait des célébrissimes Kennedy. Après l’assassinat du président John F. Kennedy, à Dallas, en 1963, elle avait réalisé une entrevue avec la mère de son assassin, Lee Harvey Oswald.

16 Gisèle Schmidt et Jean Lajeunesse
1968 – 1972 LE PARADIS TERRESTRE Dans ce téléroman de Réginald Boisvert et Jean Filiatrault, Gisèle Schmidt et Jean Lajeunesse incarnent un couple de retraités, les Damphousse, qui voient leurs vies perturbées par le snobisme et les préjugés sociaux. L’importante distribution de la série compte notamment les noms de Pierre Boucher, Gisèle Dufour et Gérard Poirier. Le 18 septembre 1972, l’émission est retirée des ondes. On crie au scandale alors qu’une scène a montré un geste homosexuel: deux hommes se tenaient la main. Gisèle Schmidt et Jean Lajeunesse

17 Claude Landré, Françoise Lemieux, Marthe Fleurant et Donald Lautrec
1968 BYE-BYE 1968 Le 31 décembre 1968, une nouvelle tradition voit le jour. Pour défoncer l’année, on présente une émission de variétés qui accompagnera le Québec dans son réveillon du nouvel an. Même si, avec les années, l’émission est devenue une revue humoristique, cette première édition était surtout musicale, avec les chanteurs Donald Lautrec et Marthe Fleurant, la comédienne Françoise Lemieux et l’imitateur Claude Landré. Claude Landré, Françoise Lemieux, Marthe Fleurant et Donald Lautrec

18 1969 – 1974 QUELLE FAMILLE Sur des textes de Janette Bertrand et Jean Lajeunesse (aussi acteurs principaux), cette comédie met en scène les parents d’une famille de classe moyenne qui doivent éduquer leurs adolescents. C’est l’occasion d’explorer des thèmes sociaux de l’époque, comme la libération de la femme et la drogue chez les jeunes. En plus des membres de la famille eux-mêmes, l’une des stars de la série est le chien Macaire. Ghislaine Paradis, Martin Lajeunesse, Macaire, Joane Verne, Robert Toupin, Janette Bertrand, Isabelle Lajeunesse et Jean Lajeunesse

19 1969 – 1974 QUELLE FAMILLE Pour les besoins de l’émission, Janette Bertrand et Jean Lajeunesse ont donné leur chance à deux de leurs réels enfants: Isabelle et Martin qui jouent deux des enfants Tremblay. En plus de Ghislaine Paradis, Robert Toupin et Joane Verne, on y retrouve Olivette Thibault et Michel Noël dans le rôle des grands-parents. En 1972, Radio-Canada vend 13 épisodes pour diffusion en France, en Belgique, en Suisse et au Luxembourg. En Europe, la série s’intitule « Les Tremblay ». Ghislaine Paradis, Martin Lajeunesse, Macaire, Joane Verne, Robert Toupin, Janette Bertrand, Isabelle Lajeunesse et Jean Lajeunesse

20 Gary Carter (à l’avant) et quelques joueurs des Expos
1969 – 1999 LE BASEBALL DES EXPOS Youppi Le 8 avril 1969, les Expos de Montréal entrent dans la Ligue Nationale de baseball et jouent leur premier match télédiffusé contre les Mets de New York. Radio-Canada diffusera les matches jusqu’en Guy Ferron, Raymond Lebrun et Claude Raymond en sont les plus marquants animateurs. Durant les belles années de « Nos amours » (surnom que l’on donnait aux Expos), Gary Carter demeure la vedette incontestée de l’équipe. Gary Carter (à l’avant) et quelques joueurs des Expos

21 1969 CONQUÊTE DE LA LUNE Radio-Canada a toujours été aux premières loges lorsqu’il était question de la conquête spatiale. On a offert au public des émissions spéciales, animées par Marcel Sicotte et Henri Bergeron, à propos de toutes les missions Appollo que les Américains ont envoyé dans l’espace. Les deux animateurs étaient toujours en poste, le 21 juillet 1969, lorsque Neil Armstrong est devenu le premier homme à marcher sur la Lune. En compagnie de Michael Collins et Buzz Aldrin, il faisait partie de la mission Appollo 11.

22 LES CARNETS DU MAJOR PLUM POUDING
1969 – 1973 LES CARNETS DU MAJOR PLUM POUDING L’une des séries jeunesse les plus mystérieuses de l’époque, c’est sûrement « Les carnets du Major Plum Pouding ». Yves Létourneau incarne l’agent secret anglais Plum Pouding. Aidé de son assistante Bibiane (Françoise Lemieux), il tente de déjouer l’espion Aristide Cassoulet (Gaétan Labrèche). Françoise Lemieux, Gaétan Labrèche et Yves Létourneau La distribution compte aussi les noms de Janine Sutto et Élizabeth Chouvalidzé.

23 1969 – 1972 DONALD LAUTREC CHAUD La superstar de la chanson Donald Lautrec a animé sa propre émission musicale. En plus de faire sa petite chanson personnelle à chaque semaine, il présente les vedettes de l’heure, comme Isabelle Pierre, Renée Claude, Steve Fiset, Claire Lepage, Michel Pagliaro, Robert Charlebois et Louise Forestier. L’une de ses émissions souligne l’immense succès de la chanson « Comme j’ai toujours envie d’aimer » de Marc Hamilton qui a avait été vendu à un million de copies en France. Donald Lautrec

24 Denise Bombardier, « Format 60 »
1969 – 1977 FORMAT 60 / LE 60 Après quelques années de l’émission « Format 30 », la série d’information prend un nouveau rythme dans ce créneau de 60 minutes. En 1972, le nom de l’émission change pour s’appeler tout simplement « Le 60 ». Pierre Nadeau, « Le 60 » en 1973 Pour animer l’émission, on retrouve tour à tour Michel Pelland, Pierre Nadeau et André Payette. Une équipe de reporters solides donne ses lettres de noblesse à la série. Parmi ces reporters, on compte la jeune Denise Bombardier. Denise Bombardier, « Format 60 »

25 1970 – 1975 MONT-JOYE Dans ce téléroman de Réginald Boisvert, Théo Joyal (Guy Provost) est propriétaire d’une auberge et d’un centre de ski. Tout se complique lorsque sa fille se marie au fils du garagiste Léo Mathieu (Yvan Canuel), son rival depuis la petite enfance. Dans la distribution, on retrouve des noms comme Denise Pelletier, Andrée Boucher, Julien Bessette, Jacques Godin et plusieurs autres. Denise Pelletier, Guy Provost, Jacques Godin, Bondfield Marcoux, Andrée Boucher

26 CONSOMMATEURS AVERTIS
1970 – 1978 CONSOMMATEURS AVERTIS D’abord conçu comme une émission documentaire sur l’économie, l’émission est devenue au fil des mois un magazine sur la consommation qui dénonce les abus et qui teste les produits et services offerts à la population. Pendant toutes ces années, Simon Durivage a animé l’émission d’une main de maître. Simon Durivage

27 1970 LA CRISE D’OCTOBRE Le 5 octobre 1970, le diplomate britannique James Richard Cross est enlevé par le FLQ (Front de Libération du Québec). Le mouvement souverainiste vient de déclencher ce qui deviendra la plus importante crise politique au Canada. Pierre Laporte Le 10 octobre, c’est au tour du ministre du Travail Pierre Laporte d’être la cible d’une autre cellule de ravisseurs. Il sera retrouvé sans vie le 17 octobre. Tout ça entraîne la proclamation des mesures de guerre par les autorités.

28 1970 LA CRISE D’OCTOBRE Les libertés individuelles sont suspendus et des centaines de Québécois sont arrêtés, par crainte d’une rébellion. L’armée débarque dans les rues de Montréal et du Québec, des scènes jamais vues chez-nous jusqu’à ce jour. Le 8 octobre, Radio-Canada cède aux demandes du FLQ et offre du temps d’antenne pour la lecture intégrale d’un Manifeste qui exprime leurs revendications. Gaétan Montreuil La lecture de ce texte sensible est confiée à Gaétan Montreuil, l’un des animateurs du « Téléjournal ». Le journaliste Bernard Derome fait ses débuts à cette époque.

29 Denis Drouin et Olivier Guimond
1970 BYE-BYE 1970 La crise d’octobre est sans contredit l’événement marquant de Pour la revue humoristique de l’année, Denis Drouin et Olivier Guimond livrent un sketch mémorable où un soldat canadien surveille la maison d’un riche citoyen de Westmount, la veille du jour de l’an. Le sketch passe à l’histoire, entre autres parce qu’Olivier Guimond y excelle. Il nous quitte quelques mois plus tard. Denis Drouin et Olivier Guimond Les vedettes féminines de l’émission sont Louise Latraverse, Françoise Lemieux et Louise Forestier.

30 DES SOURIS ET DES HOMMES
1971 DES SOURIS ET DES HOMMES Le 17 janvier 1971, on présente une adaptation télé de cette pièce de John Steinbeck. Ce sera l’un des meilleurs téléthéâtres jamais produits chez-nous. Jacques Godin tient le rôle du simple d’esprit Lennie, qui vit grâce à la bonté de George (Hubert Loiselle). On y retrouve aussi Jean Duceppe, Luce Guilbeault, Gérard Poirier et Benoît Girard. Jacques Godin et Hubert Loiselle Pour la première fois, Radio-Canada décide de tourner autant en extérieur qu’en intérieur, un procédé qui donne un réalisme nouveau à l’émission.

31 L’abbé Marcel Brisebois
1971 – 1991 RENCONTRES Pendant 20 ans, l’émission a présenté une série d’entrevues à saveur spirituelle avec des grands noms de ce monde, des philosophes, des artistes ou des écrivains. Parmi les grands noms interviewés, citons entre autres Hubert Reeves, Henri Laborit, François Truffault, Fernand Dumont, Félix-Antoine Savard, Françoise Dolto et l’acteur français Jean-Louis Barrault. L’abbé Marcel Brisebois C’est l’abbé Marcel Brisebois qui a le plus longtemps mené ces entrevues, mais on a également retrouvé à l’animation les Wilfrid Lemoine et Raymond Charette.

32 1971 – … LA SEMAINE VERTE Les agriculteurs du Québec ont toujours eu droit à un rendez-vous télé. Le dimanche après-midi, on regarde ce magazine agricole qui traite de toutes les sphères de la production agro-alimentaire, que ce soit des percées technologiques pour le développement des fermes, jusqu’à la production de produits spécifiques comme le miel ou la canneberge. Yvon Leblanc Yvon Leblanc a animé l’émission pendant 24 ans, de 1978 à C’est aujourd’hui Errol Duchaine qui en est le maître. Errol Duchaine

33 1971 – 1974 BOUBOU Enregistré en direct d’un centre commercial de Montréal, l’émission est animée par Jacques Boulanger qui devient rapidement la coqueluche de ces dames. Tous les ingrédients sont réunis pour faire de « Boubou » l’émission de variétés par excellence: musique, humour et jeux un peu simplistes, mais qui permettent au public de participer activement à l’émission. Jacques Boulanger

34 Marcel St-Germain, Serge Grenier, Marc Laurendeau et André Dubois
1971 BYE-BYE 1971 Marcel St-Germain, Serge Grenier, Marc Laurendeau et André Dubois Avec leur humour grinçant, les Cyniques ont eu leur heure de gloire dans les années 60 et 70. C’est à eux qu’on confie le « Bye-Bye 1971 » qui marque son époque. Ils se moquent notamment du « Téléjournal ». Comme partenaires, ils choisissent Denise Filiatrault et Dominique Michel qui joue ainsi dans son premier « Bye-Bye ».

35 Voici en vrac d’autres émissions présentées au cours de cette période.
À la seconde : Animé par Jean-Pierre Coallier (1967 – 1972) puis par Jacques Boulanger, ce jeu consiste à répondre aux questions de panélistes sans dire oui ou non. Marie Qaut’Poches : Un autre personnage de « La boîte (1967 – 1968) à surprise » obtient son émission. Marie Quat’Poches (Jani Pascal) partage la vedette avec son ami Naphtaline (Gisèle Mauricet) et le général Tortillas (Yvon Thiboutot). Jani Pascal et Yvon Thiboutot

36 Tony Roman et Nanette Workman
Fleurs d’amour, fleurs d’amitié : (1968) Le couple de l’heure dans le milieu de la chanson, Nanette Workman et Tony Roman, reçoit des invités musicaux entourés de danseuses Lors du premier épisode, ils reçoivent Céline et Liette Lomez, Donald Lautrec et Adamo. Tony Roman et Nanette Workman Zoom : Émission de variétés présentant des (1968 – 1971) récitals des grandes vedettes de la chanson, elle est tour à tour animée par Jacques Boulanger, Claude Landré et Yves Corbeil.

37 Paul Buissonneau et Guy L’Écuyer
Picolo : Picolo (Paul Buissonneau) est un (1968 – 1971) clown qui veut divertir les petits, d’abord seul, en faisant du mime et chantant du folklore, puis avec sa bande d’amis Pantalon (Yves Massicotte), Colombine (Christine Olivier), le docteur (Guy L’Écuyer) ainsi que le capitaine de police (Albert Millaire). Paul Buissonneau et Guy L’Écuyer Les 2 D : Les 2 D, ce sont Dominique Michel (1969 – 1970) et Denise Filiatrault qui animent ce magazine culturel et présentent des chroniques, notamment de René Homier-Roy, sur les événements artistiques.

38 Maigrichon et Gras Double :
(1970 – 1973) Émission jeunesse mettant en vedette le duo Maigrichon (Daniel Gadouas) et Gras-Double (Claude Michaud) Propos et confidences : De grandes personnalités se (1970 – 1986) racontent devant la caméra, sans animateur. Parmi les plus connues, citons le cardinal Léger, Thérèse Casgrain et l’abbé Pierre. La flèche du temps : Paul-Émile Tremblay anime ce (1971 – 1975) magazine dédié à l’actualité scientifique, l’ancêtre de « Découverte ».

39 Au masculin : Non seulement la femme peut avoir
(1971 – 1973) une émission qui lui parle, mais l’homme moderne bénéficie aussi de son magazine animé par Gaston L’Heureux. Il reçoit des invités avec qui il discute de sujets variés. Gaston L’Heureux Politique Atout : Animé par André Payette, cette (1971 – 1975) émission reçoit des personnalités politiques venues discuter d’un sujet chaud de l’actualité.

40 Une présentation de Star Québec
À suivre… Une présentation de Star Québec En collaboration avec Joke Joce (www.jokejoce.com)


Télécharger ppt "LES 60 ANS DE RADIO-CANADA – TÉLÉ De 1967 à 1971 Cliquez pour avancer."

Présentations similaires


Annonces Google