La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

PRESENTATION « Le doyen des musées parisiens » « situé dans un quartier historique pour l'Histoire » Joint au concept d'urbanisme Une mise en abime complète.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "PRESENTATION « Le doyen des musées parisiens » « situé dans un quartier historique pour l'Histoire » Joint au concept d'urbanisme Une mise en abime complète."— Transcription de la présentation:

1 PRESENTATION « Le doyen des musées parisiens » « situé dans un quartier historique pour l'Histoire » Joint au concept d'urbanisme Une mise en abime complète de l'Histoire

2 PLAN Problématique : comment et pourquoi patrimonialiser l'histoire de Paris au XIXè ? = Quel limite avec le musée d'art ? = Quel avenir ? I. Les origines du musée Carnavalet II. L'architecture en question III. Pour une médiation au musée Carnavalet

3 Introduction / présentation Musée d'histoire de la ville de Paris Situé dans le quartier du Marais (3ème arrondissement) 23 rue de Sévigné Quartier historique Fréquentation d'artisans pendant la Révolution 1969 : programme de préservation par Malraux

4 Composition Hôtel Carnavalet Galerie des enseignes Hôtel le pelletier l'arc de la rue de Nazareth dans l'île de la Cité (xve siècle); la façade du bureau des marchands drapiers des Halles anciennement situe au 11 rue des Déchargeurs(xviie siècle); un avant-corps de l'hôtel Desmarets (début xviiie siècle). Antennes : catacombes Crypte archéologue Parvis de Notre Dame

5

6 Le musée Les départements : Sculptures Peintures Estampes Photographies 800 Pièces de mobiliers Nombre dœuvres7 000 en exposition au total Superficie m2 Nb. de visiteurs/an (2010) Des expo permanentes et temporaires comme en ce moment « la peinture au XVI ième siècle dans les églises parisiennes » Date d'inauguration : 1880

7 Parcours Thématiques : du figuratif Paris sous Louis XIV ref : Le Carnaval Etienne Jeaurat Paris sous Louis XVI ref : Cérémonie de la pause de la première pière à l'Eglise Sainte Geneviève, le 6 septembre 1764, Pierre Antoine Demachy

8 Paris sous la Révolution, ref : Le serment du jeu de Paume, attribué à Louis David (20 juin 1789) Paris sous le Second Empire, Ref : Napoléon II remettant au baron Haussman le décret le décret d 'annexion des communes limitrophes (15 février 1859) Adolph Yvon

9 Paris à la Belle époque ref : Les coulisses de l'Opéra, 1889 Jean Béraud Le Pont Neuf, ref: Le Pont neuf de la pompe Samaritaine, vus du quai de la Méssigerie, 1777 Nicolas-JB, Raguenet

10 Paris : chambres d'écrivains ref : chambre de Marcel Proust ( + chambre de Paul Léontaud)

11 I. Les origines du musée Achat de l'hôtel Carnavalet :1866 Le baron Haussmann : Politique de réaménagement et de grands travaux Inauguration retardée par les communards : 1880 L'importance des fouilles Cohabitation avec la bibliothèque

12 Les premières collections Archéologiques déposées à l'hôtel Cluny futur musée du Moyen âge. Ex : statuette de Vénus époque Gallo-romaine trouvée rue Saint Jacques en 1902 = musée toujours alimenté par nouvelles fouilles = nouvelles acquisition Ex : pirogue monoxyde, époque néolithique (date de ) trouvée en 1992 fouilles de Bercy

13 Secondes collections Ancien bibliothécaire de l'hôtel de ville : Jules Cousin, a offert à la ville un fond de 6000 estampes qu'il possédait lui même. Fut remercié en étant nommé 1er conservateur

14 Les premiers décors Plafonds de Le Brun, les deux salles de l'hôtel La Rivière Charles Le Brun ( ) est un artiste- peintre et décorateur français, premier peintre du roi Louis XIV, directeur de l'Académie royale de Peinture et de Sculpture, et de la Manufacture royale des Gobelins

15 Enrichissement des collections Époque révolutionnaire : plus grande collection du musée = un étage dédié ( pièces) = amalgame « musée de la Révolution » 1880 : Alfred de Liesville, amateur avait une énorme collection objets révolutionnaires + peintures = oeuvres d'art + « objets souvenirs » non non artistiques témoignant des moeurs de l'époque

16 Cohabitation avec la bibliothèque historique Que dans un premier temps : la bibliothèque fut brulée par les communards Agrandissements des collections = 1898 la bibliothèque investit l'hôtel Le Pelletier

17 Un agrandissement sans fin 1921 : objets archéologiques furent retirés des salles et déplacés à l'orangerie 1956 : costumes + accessoires donnés au Palais de la mode (Galiera) 1965 : donation Bouvier (ex : chambre Proust) 1968 : libéré de la bibliothèque ( hôtel Lamoignon) reliée en 1985 par galerie Passant par le lycée V. Hugo 1989 : Hotel le peletier annexé = nouvelle répartition des collections Nouveau bâtiment accueille le XIX et XX 2000 : restauration de l' orangerie = accueil désormais les collections gallo-romaines

18 // Le ventre de Paris, Zola en exposition témoignage littéraire avant le « Nouveau Paris » En écho aux visites du quartier de la Goutte dOr, le musée Carnavalet propose des visites au sein de ses murs à travers deux thèm es "Le Paris de Zola" "La condition féminine au XIXème siècle"

19 « Le Nouveau Paris » Haussmann est un classique et prône trois grands principes : rectitude des percements ordonnance des immeubles et perspective des monuments Lîle de la Cité remodelée par les travaux dHaussmann : nouvelles rues transversales (rouge), espaces publics (bleu clair) et bâtiments (bleu foncé) Accueil - Rez-de-chaussée - Hôtel Carnavalet Le baron Haussmann, préfet de la Seine ( ), attribué à Henri Lehmann ( )

20 Type d'immeuble haussmanien Synthèse de la hiérarchie sociale parisienne : bourgeois au deuxième étage, fonctionnaires et employés aux troisième et quatrième, petits employés au cinquième, gens de maison, étudiants et pauvres sous les combles.

21 Toutefois... une démarche de la « nostalgie » But : représenter Paris par la conjonction de l'hôtel particulier et l'image de Mme de Sévigné À l'image de Napoléon : l'hôtel particulier Dans une démarche romantique un « musée de ville nostalgique » Après le « musée romantique » et la création du musée d'histoire nationale en 1830 « entre culture et nature : représenter l'espace social » Ref : Musée et muséologie, D. Poulot

22 Volonté d'un mimétisme // Période réaliste une restitution complète des arts Exemple : exposition « Le peuple de Paris au XIX » ( février 2012) Ref : le joueur d'orgue de Barbarie, Honoré Daumier, 1865 L'hypotypose : Ref : Jean Béraud, La pâtisserie Gloppe, 1889 Prémisses des « Period- rooms » : conçu par Alexandre du Sommerard « installation suggestive »

23 II. Architecture : intérieur et extérieur Les bâtiments : une facette de l' architecture Renaissance L'hôtel Carnavalet : commencé en 1548 pour Jacques de Lignéris = un grand corps de logis entre cour et jardin deux pavillons un bâtiment plus bas relié relié au corps de logis par deux ailes basses formant des galeries en arcades sur la cour

24 Conservation d'un style renaissance bossages (la pierre ressort en relief) Un fronton sobre (colonne dorique ou ionique) Une loggia renfoncement en retrait de façade formant un espace spacieux à arcades à colonnes Des tours de fenêtre sobre Un étage constitué de petites fenêtres carrées Une corniche ouvragée Exemple : Le Gros- Horloge fait lobjet dun classement au titre des monuments historiques par la liste de 1862

25 Hôtel Carnavalet

26 Jean Gougeon Surnommé le « Phidias français » Jean Goujon est une des figures majeures de la Renaissance française Phildias : (v. 490 – Olympie, av. 430), est un sculpteur du premier classicisme grec. se caractérise par une représentation réaliste de l'anatomie humaine (la colossale Athéna) Les quatre saisons (~1547) (Musée Carnavalet, Paris)

27 L'hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau 1686 : À l'origine hôtel d'Orgeval détruit et reconstruit par l'architecte Pierre Bulet Travaux rapides : 1688 Vaste demeure d'une extrême sobriété pour affirmer le sérieux des charges du propriétaire Le Pelletier : conseiller d'Etat et intendant des finances. Les façades sur rue sont donc dépourvues de tout décor Côté jardin : l'orangerie Le fronton centrale est sculpté de l'allégorie de la vérité

28 Scénographie : le period-room Exposition Karen Knorr, photographe américano- britannique - Fables, photographies Mai 2010 Musée Carnavalet Ces petites bêtes sont mises en scène sous lobjectif de Karen Knorr, créant au sein des fameuses period rooms du XVIIIème siècle, une animation lyrique à limage des fables dÉsope ou de La Fontaine.

29 L'importance d'une scénographie « La scénographie des musées est une affaire dintelligence mais aussi de cœur et dimagination. Cest une chaleur quil convient de faire partager. » J.-P. Laurent ref : Le musée, espace du temps, in Vagues : anthologie de la nouvelle muséologie, (Desvallées, A. dir.), Lyon : W-MNES, L'importance d'Alexandre Lenoir La mise en en espace : Courbet en marge des salons expose dans son pavillon

30 Principes du « period-room » Collectionner et protéger Faire découvrir tous les styles Vocation pédagogique Mettre en scène les objets du quotidien Jonction de l'art et de l'Histoire

31 Mais... Une chronologie qui n'est pas respectée La visite ne correspond pas au principe d'Alexandre Lenoir : problème de cohérence pour un musée d'histoire La répartition résulte de l'agrandissement du musée. Mélange de period-room et de petites salles d'exposition = peut rendre confus = non respect du style

32 III. En guise d'ouverture quel avenir ? « Elles représentent une conception muséale exclusivement centrée sur lexposition permanente, peu ouverte aux évolutions, notamment vers les expositions temporaires en vogue actuellement. Il faut être ferme pour ne pas sacrifier la substance historique à la tentation de vouloir faire preuve douverture desprit en satisfaisant le besoin despace dexposition supplémentaire au dépens des salles historiques » Ref: Rapport 2010 de la Commission fédérale des monuments historiques, Suisse

33 Extrait du rapport : que faut-il conserver ? Exemple : la salle gothique du musée historique de Bâle. Importance: « Particulièrement importante quand y figurent encore des pièces de laménagement originel. Sont dommageables les pertes de substance ou les compléments amenés à la substance » Sauvegarde : « les intérieurs qui disposent encore des éléments architecturaux originaux doivent être intégralement protégés ». = conserver l'original et retirer le pastiche = distinction des objets d'art et des objets souvenirs ?

34 L'objet témoin de l'Histoire peut-il être pris comme art ? Définition art : 1) Au sens ancien, tout savoir-faire humain, toute pratique produisant un résultat non naturel (artificiel). 2) Au sens esthétique moderne, production ou création d'oeuvres destinées à plaire (beaux-arts). Définition de l'objet : Tout ce qui se présente à un sujet, s'offre à la pensée, et qui est distinct de l'acte de représentation ou du sentiment = pas décontextualisé comme le ready made mais recontextualisé = théâtralité:le décor/objets comme dans les ballets russes sert l'artistique

35 - La scénographie joint l'art et l'objet // Art-déco - l'art témoigne de l'Histoire - L'Histoire témoigne de l'art - restitue un contexte comme la scénographie = les deux peuvent se rejoindre

36 Quel musée d'Histoire pour la France ? « Ce dispositif juridique – qui fait fi de l'autonomie scientifique des établissements concernés – se traduira-t-il par un « permis de puiser » sans restriction dans leurs collections ? » (J.M. TOBELEM) = perte de visiteurs + intérêt ? = perte d'authenticité ? = Perte de la valeur historique ?


Télécharger ppt "PRESENTATION « Le doyen des musées parisiens » « situé dans un quartier historique pour l'Histoire » Joint au concept d'urbanisme Une mise en abime complète."

Présentations similaires


Annonces Google