La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Mesure des saveurs lourdes et des quarkonia avec le détecteur ALICE au LHC Motivations ALICE au LHC Saveurs lourdes Quarkonia Conclusion et perspectives.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Mesure des saveurs lourdes et des quarkonia avec le détecteur ALICE au LHC Motivations ALICE au LHC Saveurs lourdes Quarkonia Conclusion et perspectives."— Transcription de la présentation:

1 Mesure des saveurs lourdes et des quarkonia avec le détecteur ALICE au LHC Motivations ALICE au LHC Saveurs lourdes Quarkonia Conclusion et perspectives 1

2 Diagramme de phase de la matière nucléaire deconfined quarks and gluons atomic nuclei 2 Etudier les propriétés dun système composé dun grand nombre de particules interagissant par interaction forte Variables thermodynamiques: Température: T Potentiel chimique baryonique: μ B ~ N B -N B 4 phases: Liquide: noyaux (T 0, μ B 0.97 GeV) Solide: étoiles à neutrons (T 0, μ B 1.3 GeV) Gaz de hadrons (faible T, faible μ B ) Plasma de Quarks et de Gluons (PQG) (grande T, grand μ B ) Collins & Perry, PRL34, 1353 (1975) Cabibbo & Parisi, PLB59, 67 (1975)

3 Prédiction du deconfinement par la QCD sur réseaux Prédictions de la QCD sur réseau: μ B = 0 GeV, T c 175 MeV (crossover) μ B 0 GeV, incertitudes importantes, point critique, ordre de la transition non connu QCD sur réseaux (lattice QCD): Discrétisation de lespace-temps résolution numérique des équations QCD Paramètre dordre: ε/T 4 (ε densité dénergie du système) Le paramètre dordre en fonction de la température augmente jusquà la température critique de changement de phase puis devient constant F. Karsch, Lect. Notes Phys. 583 (2002) 209 F. Karsch, Nucl. Phys. A 698 (2002) 199 3

4 Le PQG dans les collisions dions lourds J. D Bjorken, PRD27, 140 (1983) Les faisceaux dions lourds permettent de concentrer une grande quantité dénergie dans un volume important de matière nucléaire Paramètres clés: Energie dans le centre de masse nucléon-nucléon Centralité de la collisions (centrales, périphériques) zone de recouvrement entre les noyaux lors de la collision Plus lénergie et la centralité sont importantes plus il es probable de créé le PQG 4

5 Hard processes Sonder le PQG avec les saveurs lourdes K. Safarik LHCproduction importante de saveurs lourdes: σ c, J/ψ (LHC) ~ σ c, J/ψ (RHIC) × 10 σ b, ϒ (LHC) ~ σ b, ϒ (RHIC) × 100 Quarks lourds produits dans les premiers instants de la collision (τ production ~ 1/m Q ~ fm/c) Les quarks lourds interagissent avec le milieu créé lors de la collision Mesurer les saveurs lourdes (b,c, B,D) Densité du milieu Etats liés de quarks lourds produits avant le PQG ou dans le PQG Les quarkonia (J/ψ, ϒ…) devraient interagir avec le milieu Température du milieu 5 J. D Bjorken, PRD27, 140 (1983)

6 Mesure des saveurs lourdes et des quarkonia dans les collisions pp, pA 6 Les collisions proton-proton: Test des modèles de production dans un nouveau régime dénergie: Saveurs lourdes: QCD perturbative incertitudes importantes: facteur ~2 NLO pQCD Quarkonia: QCD non relativiste (NRQCD) LO: décrit mal les données RHIC/Tevatron, NLO meilleurs résultats Référence pour les mesures dans les collisions proton-Noyau et Noyau-Noyau Les collisions proton-Noyau: Etudier linfluence du milieu nucléaire froid Densités importantes de gluons de petit x-Bjorken attendues aux énergies du LHC Saveurs lourdes et quarkonia Modification des PDF dans le noyau: (anti-)shadowing Saturation de gluons Quarkonia Perte dénergie ou absorption dans le noyau incident NRQCD: COM pQCD Gluon fusion LONLO

7 7 Les observables clés dans les collisions AA: R AA, v 2 Le Rapport de modification nucléaire (R AA ): Le flow elliptique (v 2 ): Collisions périphériques mouvements collectifs attendu dans le PQG Lanisotropie spatiale est convertie en anisotropie dans lespace des impulsions QuantifierDépendance azimutale du nombre de particules développée en série de Fourier: z: axe du faisceau Plan de réaction Anisotropie spatiale Anisotropie dans lespace des impulsions PQG i: centralité de la collision Y: nombre de particules produites par événement : Nombre moyen de collisions nucléon-nucléon dans la collision AA Production relative dans les collisions AA par rapport aux collisions pp

8 Densité du PQG avec les saveurs lourdes 8 Les saveurs lourdes dans les collisions AA sonde tomographique pour le PQG La perte dénergie des quarks lourds dans le PQG: Gluonstralhung (perte dénergie radiative): α s : constante de couplage de linteraction forte C R : Facteur de Casimir : opacité ou coefficient de transport du milieu L: Longueur du chemin parcouru dans le milieu BDMPS NPB 483 (1997) 291, DGLV NPA 733 (2004) 265 Dead cone effect gluonstralhung supprimé pour θ

9 Saveurs lourdes: les résultats de RHIC 9 STAR: PRL98, (2007) PHENIX: PRL98, (2007) Rapport de modification nucléaire: Suppression des ec,b de grande impulsion transverse GeV) Perte dénergie des quarks lourds dans le milieu déconfiné La relation R h

10 10 Les quarkonia comme sonde de température Signature du déconfinement: Suppression des quarkonia par écrantage de couleur: masse importante des quarks lourds théorie des potentiels non relativistes r distance entre le quark et lanti-quark Potentiel des états liés dans le PQG: r D rayon de debye: portée de linteraction forte r D ~ 1/T: r D < r dissociation Sonde de température: Suppression séquentielle: espèces de quarkonia, r températures de dissociation Augmentation du nombre de quarkonia par (ré-)génération: grand nombre de quarks lourds évoluant librement (re-)combinaison des quarks lourds Matsui and Satz, PLB 178 (1986) 416 Digal, Petreczky, Satz,PRD 64 (2001) PQG petite T suppression PQG grande T régénération Andronic, Braun-Munzinger, Redlich,Stachel, PLB 571(2003) 36 Rafelski et al. PRC 63 (2001) Rapp et al. JPG 38 (2011)

11 Le J/ψ au SPS, au RHIC et au LHC: R AA 11 Au SPS, une suppression ne pouvant être expliquée par les effets froids uniquement a été observée Indication dun milieu chaud Le puzzle de RHIC: Plus grande suppression à lavant où la densité dénergie devrait être moins importante Suppression comparable à celle observée au SPS malgré une s NN environ 10 fois plus importante Non prédit par le modèle décrantage de couleur Les modèles de (ré-)génération ont été introduits pour décrire les données récoltées au RHIC Aux LHC, on sattend à ce que le PQG soit beaucoup plus chaud: σ c (LHC) ~ σ c (RHIC) × 10 (ré-)génération importante attendue Les mesures du R AA devraient être décisives pour comprendre le la contribution des processus de suppression et de (ré-)génération Brambilla et al., EPJ C71(2011) 1534) PHENIX: arXiv: v1 (2011) Braun-Munzinger & Stachel, Nature Vol. 448 (2007) PbPb 5.5 TeV

12 12 Le J/ψ au RHIC et au LHC: v 2 Si les quarks charmés participent aux mouvements collectifs, leur v 2 devrait être transféré aux J/ψ issus des processus de recombinaison des quarks lourds Aux énergies du RHIC, v 2 ~0 Aux énergies du LHC, le v 2 devrait être très supérieur à zéro si la contribution des J/ψ créés par recombinaison est importante TeV, mid-rapidity, dσ c-cbar /dy=0.7 mb, no B feed down

13 Collisions hadroniques au LHC 13 AnnéeSystèmeEnergie s NN (TeV) 2009pp pp pp7 2010PbPb pp7 2011PbPb pp8 Jan. 2013pPb Long Shut down (LS1) 20 Nov. premières collisions 30 Nov. record mondial dénergie 8 Nov.-7 Dec. premières collisions PbPb 12 Nov.-8 Dec. PbPb haute luminosité 21 Avril record mondial de luminosité

14 La collaboration et le détecteur ALICE A Large Ion Collider Experiment Expérience du LHC dédiée à létude des collisions dions lourds Détecteur: Longueur: 26 mètres Hauteur: 16 mètres Poids: tonnes Collaboration: >1000 membres >100 instituts >30 pays 14

15 Le détecteur ALICE Champs Magnétiques partie centrale: B z = 0.5 T partie avant: B y 0.7 T 15 Partie centrale ITS: reconstruction des vertex dinteraction ITS, TPC, TRD: trajectographie TPC, TOF, HMPID: particules chargées ID TRD: électrons ID et trajectographie EMCal, PHOS: électrons et photons < 0.9, φ=2π

16 Le détecteur ALICE 16 Spectromètre à muons Cathode Pad Chambers: μ tracking Resistive Plate Chambers: μ ID et trigger -4< < -2.5 Partie centrale ITS: reconstruction des vertex dinteraction ITS, TPC, TRD: trajectographie TPC, TOF, HMPID: particules chargées ID TRD: électrons ID et trajectographie EMCal, PHOS: électrons et photons < 0.9, φ=2π Champs Magnétiques partie centrale: B z = 0.5 T partie avant: B y 0.7 T

17 Le détecteur ALICE Champs Magnétiques |η|< 0.9: B z = 0.5 T -4< η < -2.5: B y 0.7 T 17 Spectromètre à muons Cathode Pad Chambers: μ tracking Resistive Plate Chambers: μ ID et trigger -4< < -2.5 Champ Magnétique: B y 0.7 T

18 Le détecteur ALICE 18 Spectromètre à muons Cathode Pad Chambers: μ tracking Resistive Plate Chambers: μ ID et trigger -4< < -2.5 Détecteurs de petite acceptance Déclenchement et tâches spécifiques T0 (synchronisation), V0, ZDC (centralité), FMD (N ch -3.4< <5), PMD (N, N ch )…. Partie centrale ITS: reconstruction des vertex dinteraction ITS, TPC, TRD: trajectographie TPC, TOF, HMPID: particules chargées ID TRD: électrons ID et trajectographie EMCal, PHOS: électrons et photons < 0.9, φ=2π Champs Magnétiques partie centrale: B z = 0.5 T partie avant: B y 0.7 T

19 Le détecteur ALICE V0 scintillator hodoscopes Centralité/plan de réaction dans les collisions PbPb Participe au déclenchement (MB, centralité) Participe à la sélection des événements (élimination des événements faiseau-gaz) V0C: -3.7< < -1.7 V0A: 2.8 < < 5.1 V0A V0C ITS 19 Détermination de la centralité des collisions PbPb Mesure de la multiplicité des particules Ajustement avec un modèle de Glauber conversion en intervalles en centralités ( % de la section efficace nucléaire) conversion en nombre moyen de nucléons participant à la collision périphériquescentrales

20 Partie centrale Electrons simples: c, be +- Dielectrons: J/ψe + e - Hadrons: D 0 K - π + D + K - π + π + D *+ D 0 π +K - K + π + D + sφπ + K + K - π + Spectromètre à muons Muons simples: c,bμ +- Dimuons: J/ψμ + μ - 20 Mesure des saveurs lourdes et des quarkonia avec ALICE Canaux pour lesquels les résultats sont publiés Etudes en cours: ψ μ + μ -, ϒ μ + μ -, Λ c p K - π + …

21 Résultats et conditions de prises de données: saveurs lourdes 21 μb,c DonnéesPublicationsL int 2010 pp à 7 TeV PLB 708 (2012) nb PbPb à 2.76 TeV PRL 109 (2012) μb pp à 2.76 TeV PRL 109 (2012) nb -1 pp Pb-Pb

22 22 pp Pb-Pb μb,c/eb,c/D DonnéesPublicationsL int 2010 pp à 7 TeV PLB 708 (2012) 265 arXiv: JHEP 01 (2012) /2.6/5 nb PbPb à 2.76 TeV PRL 109 (2012) JHEP 09 (2012) /2.2 μb pp à 2.76 TeV PRL 109 (2012) JHEP 07 (2012) /11.9/1.1 nb PbPb à 2.76 TeVTravail en cours (R AA,v 2 /R AA,v 2 ) Résultats et conditions de prises de données: saveurs lourdes

23 Résultats dans les collisions pp: μb,c 23 FONLL calculation from M. Cacciari et. al. La production des μb,c est mesurée jusquà 10 GeV/c A s=7 TeV et s=2.76 TeV, les données sont reproduites par les calculs FONLL (pQCD) Prédictions théoriques: μb devient plus important que μc pour p t >6 GeV/c La section efficace de production dans les collisions pp à s=2.76 TeV sert de référence pour la mesure du R AA dans les collisions PbPb à s NN =2.76 TeV Phys. Rev. Lett. 109 (2012) Phys. Lett. B708 (2012) 265

24 24 La production deb,c a été mesurée dans les collisions pp à 7 TeV et 2.76 TeV Les prédictions de la pQCD (FONLL) reproduisent les données Les mesures dATLAS et de ALICE dans les collisions pp à 7 TeV sont en accord Références pp pour le calcul du R AA arXiv: Résultats dans les collisions pp: eb,c

25 25 La production de D 0,D +,D +* a été mesurée dans les collisions pp à 7 TeV et à 2.76 TeV Les prédictions de la pQCD (FONLL) reproduisent les données La pQCD (FONLL) reproduit les données pp à 2.76 TeV (JHEP 07 (2012) 191) Les résultats de la mesure de la production de D s + dans les collisions pp à 7 TeV sont reproduits par les prédictions de la QCD perturbative (CERN-PH-EP ) Références pp pour le calcul du R AA Résultats dans les collisions pp: D 0,D +,D +* JHEP 01 (2012) 128

26 R AA PbPb à s NN =2.76 TeV: μb,c 26 R AA en fonction de p t : Mesuré jusquà p t =10 GeV/c Une suppression est observée Elle ne dépend pas du p t Elle est plus importante dans les collisions centrales que périphériques Les quarks lourds perdent de lénergie dans le milieu

27 R AA PbPb à s NN =2.76 TeV: μb,c 27 R AA en fonction de la centralité (p t >6 GeV/c): 6


28 R AA PbPb à s NN =2.76 TeV: eb,c 28 Mesuré pour des électrons dimpulsion p t <18 GeV/c Suppression évidente des eb,c (facteur 1.5-3) Perte importante dénergie des quarks lourds dans le milieu

29 R AA PbPb à s NN =2.76 TeV: D 0,D +,D +* 29 Données 2010: R AA en fonction de la centralité Intervalles en p t larges Suppression observée (facteur 4) pour les trois espèces de hadrons charmés Perte dénergie importante des quarks charmés dans le milieu JHEP 09 (2012) 112

30 R AA PbPb à s NN =2.76 TeV: D 0,D +,D +* 30 Données 2011: Centralité 0-7.5% Intervalles étroits en p t R AA mesuré pour des impulsions allant jusquà 36 GeV/c Suppression compatible pour les trois espèces de hadrons Suppression allant jusquà un facteur 5 à p t = 10 GeV/c Perte dénergie importante des quarks charmés dans le milieu

31 Première mesure du R AA des D s + 31 Données 2011 Première mesure dans les collisions dions lourds On sattend à une augmentation du nombre de D s dans les régions de p t intermédiaires si les quarks charmés shadronisent par recombinaison dans le PQG Suppression dun facteur 3-5 pour 8


32 Suppression en fonction de la rapidité: μb,c / eb,c 32 Partie centrale: ec,b (|η|<0.6 ) Spectromètre: μc,b (-4<η<-2.5 ) Dans les collisions centrales (0-10%) la suppression des saveurs lourdes mesurée dans |η|<0.6 est la même que celle mesurée dans 2.5< η <4. Suppression peu dépendante de la rapidité

33 33 Hiérarchie de la suppression: μb,c/ D 0,D +,D +* ALICE Coll. arXiv: (2012) ALICE Coll. arXiv: (2012) pQCD: p t >6 GeV/c, μb important Même évolution du R AA en fonction de la centralité pour les μc,b et les hadrons D de grand p t

34 34 ALICE Coll. arXiv: (2012) ALICE Coll. arXiv: (2012) Hiérarchie de la suppression: μb,c/ D 0,D +,D +* pQCD: p t >6 GeV/c, μb important Même évolution du R AA en fonction de la centralité pour les μc,b et les hadrons D de grand p t Les données ne permettent pas de conclure quant à une suppression différente pour les hadrons légers et charmés Les données ne permettent pas de conclure quant à une perte dénergie radicalement différente pour les gluons et les quarks charmés

35 35 Hiérarchie de la suppression: D 0,D +,D +* / J/ψB (CMS) La comparaison avec le rapport de modification nucléaire des J/ψB mesuré par CMS indique une perte dénergie plus importante pour les quarks charmés que pour les quarks beaux Une conclusion ferme ne peut être obtenue car les intervalles en rapidité sont différents et la cinématique de désintégration empêche une comparaison quantitative

36 36 Comparaison avec les modèles: μb,c/D Le shadowing ne peut pas expliquer la suppression pour des p t >4 GeV/c Le modèle prenant en compte la perte dénergie radiative uniquement (BDMPS-ASW) et les modèles prenant en compte la perte dénergie radiative associée à la perte dénergie par collisions (Vitev, BAMPS) décrivent les données, à la fois pour les μc,b et les mésons D PRL 109 (2012)

37 37 v 2 PbPb à s NN =2.76 TeV: eb,c v 2 non nul à bas p t Compatible avec le v 2 de PHENIX Indication de la participation des quarks lourds aux mouvements collectifs dans le milieu

38 38 v 2 PbPb à s NN =2.76 TeV: D 0,D +,D +* Données 2011 v 2 compatible pour D 0,D +,D +* Indication dun flow elliptique non nul Indication dune participation des quarks charmés aux mouvements collectifs dans le milieu

39 39 Contraindre les modèles: v 2, R AA (eb,c/D 0,D +,D +* ) Les modèles de perte dénergie ont des difficultés à décrire simultanément le R AA et le v 2

40 Résultats et conditions de prise de données: quarkonia 40 pp Pb-Pb μ+μ- μ+μ- RésultatsPublicationsL int 2010Production du J/ψ TeVPLB 704 (2011) nb Production du J/ψ TeVPLB 718 (2012) nb Polarization du J/ψ TeVPRL 108 (2011) ~100 nb Production du J/ψ v.s. multiplicité dans les collisions TeV PLB 712 (2012) nb Production du J/ψ TeVPRL 109 (2012) μb Production du J/ψ TeVTravail en cours70 μb -1

41 41 pp Pb-Pb μ+μ-/e+e- μ+μ-/e+e- RésultatsPublicationsL int 2010Production du J/ψ TeVPLB 704 (2011) /5.6 nb Production du J/ψ TeVPLB 718 (2012) /1.1 nb Polarization du J/ψ TeVPRL 108 (2011) ~100 nb Faction de BJ/ψ TeVJHEP 1211 (2012) nb Production du J/ψ v.s. multiplicité dans les collisions TeV PLB 712 (2012) /4.5 nb Production du J/ψ TeVPRL 109 (2012) Travail en cours 2.88 μb μb Production du J/ψ TeVTravail en cours70 μb -1 Résultats et conditions de prise de données: quarkonia

42 Résultats collisions pp: section efficace 42 PLB 718 (2012) ALICE est unique par sa large couverture en acceptance jusquà p t = 0 GeV/c Les calculs de QCD non relativiste reproduisent les données Collisions proton-proton à s NN =2.76 TeV références pour les collisions PbPb

43 PRL 108 (2011) Résultats collisions pp à 7 TeV: polarisation Polarisation du J/ψ (Eur. Phys. J. C69 (2010) 657) : Basées sur lanalyse angulaire des particules filles Distributions angulaires (1,2) exprimées dans 2 référentiels: Collins-Soper (CS), Héllicité (HE) Extraction des paramètres de polarisation (λ θ, λ φ ): λ θ et λ φ quantifient la polarisation (e.g.. λ θ >0 pol. transverse, λ θ <0 pol. longitudinale) Résultats: Polarisation mesurée à lavant dans les collisions pp à 7 TeV Les paramètres de polarisation sont compatibles avec zéro dans les deux référentiels

44 44 Polarisation du J/ψ (Eur. Phys. J. C69 (2010) 657) : Basées sur lanalyse angulaire des particules filles Distributions angulaires (1,2) exprimées dans 2 référentiels: Collins-Soper (CS), Héllicité (HE) Extraction des paramètres de polarisation (λ θ, λ φ ): λ θ et λ φ quantifient la polarisation (e.g.. λ θ >0 pol. transverse, λ θ <0 pol. longitudinale) Résultats: Polarisation mesurée à lavant dans les collisions pp à 7 TeV Les paramètres de polarisation sont compatible avec zéro dans les deux référentiels Premières prédictions théoriques (NRQCD) données/théorie accord raisonnable M.Butenschoen, A.Kniehl, arXiv: accepté pour PRL Résultats collisions pp à 7 TeV: polarisation

45 Evolution du R AA avec la centralité 45 Résultats: Suppression clairement observée Suppression dépendant très peu de la centralité pour un nombre de nucléons participants > 100

46 Evolution du R AA avec la centralité 46 Résultats: Suppression clairement observée Suppression dépendant très peu de la centralité pour un nombre de nucléons participants > 100 Comparaison avec les résultats de la partie centrale (J/ψe + e - ): Suppression observée dans la région centrale Les incertitudes importantes ne permettent pas de conclure quant à un comportement différent suivant la rapidité

47 Evolution du R AA avec la centralité 47 Résultats: Suppression clairement observée Suppression dépendant très peu de la centralité pour un nombre de nucléons participants > 100 Comparaison avec les résultats de la partie centrale (J/ψe + e - ): Suppression observée dans la région centrale Les incertitudes importantes ne permettent pas de conclure quant à un comportement différent suivant la rapidité Comparaison avec les données du RHIC: Suppression moins importante observée à lénergie du LHC Dépendance à la centralité moins importante au LHC Comportement attendu en considérant des processus de (ré-)génération

48 R AA en fonction de la centralité: comparaison avec les modèles 48 Modèles de transport: fraction importante de J/ψ produits par (re-)combinaison des quarks charmés (>50% dans les collisions centrales) Modèle dhadronisation statistique: tous les J/ψ sont produits au moment de lhadronisation par des processus purement statistiques Les deux types de modèles décrivent les résultats dALICE pour les collisions (semi-)centrales et dans les deux intervalles en rapidité

49 Evolution du R AA avec limpulsion transverse 49 Comparaison du R AA pour les J/ψ de bas p t (0< p t <2 GeV/c) et de grand p t (5< p t <8 GeV/c): Suppression différente Suppression plus importante pour les J/ψ grand p t

50 Evolution du R AA avec limpulsion transverse 50 La production de J/ψ par recombinaison devrait être plus importante à bas p t Comparaison du R AA pour les J/ψ de bas p t (0< p t <2 GeV/c) et de grand p t (5< p t <8 GeV/c): Suppression différente Suppression plus importante pour les J/ψ grand p t Comparaison avec les modèles: Dans ce modèle de transport, ~50% des J/ψ de bas p t sont produits par recombinaison de quarks charmés Aux p t importants la recombinaison est négligeable Accord assez bon pour un nombre de nucléon participant plus grand que 100

51 Evolution du R AA avec limpulsion transverse 51 La production de J/ψ par recombinaison devrait être plus importante à bas p t Données: Suppression plus importante pour les J/ψ de haut p t La différence de suppression pour les haut et les bas p t est plus importante dans les collisions les plus centrales Comparaisons avec les modèles: Dans les modèles de transport considérés, ~50% des J/ψ de bas p t sont produits par recombinaisons de quarks charmés dans les collisions les plus centrales et à bas p t Assez bon accord entre les données et les modèles 0-90%

52 52 Evolution du R AA avec la rapidité Le R AA diminue de ~40% entre y=2.5 et y=4 Une suppression à lavant ne pouvant être expliquée seule par les calculs actuels des effets nucléaires froids est observée Prochaines collisions pA (Janvier) évaluation des effets nucléaires froids Les modèles de (ré-)génération reproduisent ils la dépendance du R AA à la centralité? Plus de prédictions théoriques sont nécessaires 0-90%

53 v 2 en fonction de limpulsion transverse 53 Résultats: Une indication de v 2 différent de zéro pour 2


54 v 2 en fonction de limpulsion transverse 54 Résultats: Une indication de v 2 différent de zéro pour 2


55 v 2 en fonction de limpulsion transverse 55 Résultats: Une indication de v 2 différent de zéro pour 2


56 Conclusion 56 ALICE permet de sonder le PQG créé dans les collisions dions lourds au LHC Les saveurs lourdes et les quarkonia sont des outils privilégiés Les saveurs lourdes: La QCD perturbative reproduit la production des saveurs lourdes dans les collisions pp Une preuve de linteraction importante des quarks lourds avec le milieu créé dans les collisions PbPb a été fournie Les modèles intégrant la perte dénergie radiative des partons dans le milieu et les modèles ajoutant une composante de perte dénergie par collisions reproduisent la suppression observée pour les μb,c, les eb,c, et les hadrons D Les modèles ont du mal à reproduire simultanément le v 2 et le R AA des hadrons charmés ou des électrons de décroissance des saveurs lourdes Les quarkonia: Laccord entre les prédictions de la NRQCD avec la section efficace de production du J/ψ et sa polarisation mesurées à lavant dans les collisions pp est prometteur La comparaison entre données et théorie suggère limplication importante de processus de (ré-)génération du J/ψ dans les collisions PbPb au LHC


Télécharger ppt "Mesure des saveurs lourdes et des quarkonia avec le détecteur ALICE au LHC Motivations ALICE au LHC Saveurs lourdes Quarkonia Conclusion et perspectives."

Présentations similaires


Annonces Google