La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Hommage à Antoine Martinez diaporama de Claude Jacquemay Recherches de Roger,Marcel et Pascal Picon.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Hommage à Antoine Martinez diaporama de Claude Jacquemay Recherches de Roger,Marcel et Pascal Picon."— Transcription de la présentation:

1

2 Hommage à Antoine Martinez diaporama de Claude Jacquemay Recherches de Roger,Marcel et Pascal Picon.

3 La flamme entretenue sur la tombe du soldat inconnu sous l arc de triomphe à Paris serait censée servir à remémorer le sacrifice de tous ceux qui ont donné leur vie pour sauver leur patrie la France, mais ce n est malheureusement pas toujours le cas.

4 En effet Antoine Martinez fait partie des soldats Français d Algérie qui sont morts deux fois car les monuments qui avaient porté linscription de leurs noms jusquen 1962 ont été détruits, transformés ou dispersés. On peut voir ci-dessous celui de Sidi-Bel-Abbès sa ville natale, où ceux de sa famille et les autorités officielles pouvaient autrefois venir lui rendre hommage lors de toutes les cérémonies commémoratives danniversaires.

5

6 Antoine Martinez est né le 26 juillet 1892 à Sidi-Bel-Abbès

7 On le voit ici âgé de deux ou trois ans, sous la garde de ses grands parents maternels Francisco Casquel et Isabel Picon. Ces derniers ne sont plus très jeunes et travaillent comme modestes ouvriers agricoles au clos Bastide appartenant à lun des premiers maires de la ville. Léon Bastide était né à Madrid de parents français venus sinstaller à Sidi-Bel-Abbès en 1844.

8 En ce samedi 18 avril 1903 Antoine laîné des six enfants et sa petite sœur tous deux en vêtements de luxe pour lépoque doivent se trouver au passage du président de la République Emile Loubet venu visiter la ville. Bon souvenir car ce dernier à pris dans ses bras la mignonne petite fille.

9 Sur cette Photo de famille prise pour la Saint Vincent Antoine se trouve appuyé sur le coude en bas à droite

10 La place de léglise du même nom quil connaissait bien sur une carte datée de 1905.

11 Vers l âge de 18 ans on le voit ici à droite sur une échelle. Veut-il devenir peintre en bâtiment ?

12 Ces rues centrales de la ville lui étaient familières

13

14 Il avait probablement souvent eu le plaisir daller aux spectacles de lancien théâtre, car ses parents étaient les tenanciers de son bar.

15 Eut-il la chance de connaître quelque idylle avec lune de ces demoiselles.

16 En 1913 il est appelé sous les drapeaux pour accomplir son service militaire comme tous les jeunes Français de lhexagone. Les trois départements d Algérie situés outremer et créés en 1848, avant d être suivis plus tard par le comté de Nice et la Savoie, sont soumis aux mêmes lois que dans lensemble de la métropole.

17 En effet daprès l article 8 de la loi du 26 juin 1889 sur la nationalité: « sont Français, tout individu né dun Français en France ou à létranger… tout individu né en France dun étranger qui lui-même y est né ». A condition quil accepte évidemment daccomplir son service militaire. Bien quayant des origines espagnoles Antoine Martinez se trouvait dans ce cas.

18 On peut ajouter de plus que son père né dans la même ville du département dOran, avait également accompli son service militaire en 1889 et quil avait obtenu la notification officielle de sa naturalisation en 1903.

19

20

21 Après ses classes en Algérie et une seule permission pour voir sa famille, il rejoint la garnison dAlbi au 15 ème Régiment dInfanterie.

22 Dans une lettre du 29 mai 1914 il pleure la mort de son frère Emile et se désole de ne pouvoir rejoindre sa famille. Il évoque également des manœuvres à Carmaux et Gaillac pendant deux jours et des exercices de tir de combat à Castres.

23 Doctobre 1913 au 6 août 1914 ses lettres en provenance dAlbi sont écrites à lencre dans un café de la ville ou à la caserne. Tout le monde autour de lui parle de René Viviani président du conseil des ministres, chef du gouvernement de la France. Cest donc avec plaisir quil peut dire que le célèbre personnage ayant à peu près lâge de son père est un compatriote dAlgérie né comme lui à Sidi-Bel-Abbès.

24 Curieusement, cest ce pacifiste ami de Jean Jaurès qui fait entrer la France dans le conflit le jour de la déclaration de guerre par lAllemagne, ce qui aura pour conséquence directe lenvoi dAntoine vers le front.

25 Après le 6 août 1914 ses lettres seront écrites au crayon dans des conditions moins paisibles et confortables. Il aurait eu la possibilité dêtre lauteur de ce tableau croqué par un soldat anonyme, car daprès sa sœur il dessinait bien et possédait des dons dartiste.

26 Il nest pas possible dans ce cadre de détailler tous ses déplacements et les combats menés par son régiment le 15ème Ri en 1914 mais on sait que dAlbi à Mirecourt, Toul, Compiègne, Nancy etc… et jusquà Verdun il avait participé à de nombreux engagements. A chaque repos il envoyait à ses parents des cartes postales.

27 Avant son arrivée à Jouaignes le 18 octobre le régiment avait obtenu une citation à lordre de larmée.

28 Dans sa lettre du 5 octobre 1914 il annonce à ses parents quarrivé de Luneville il est reparti vers Nancy

29 Le 15 septembre après une reconnaissance en Alsace jusquà 30 km de Strasbourg, puis un repli en Meurthe et Moselle il dit quil pris part à cinq combats et que les Allemands ont été repoussés hors des frontières.

30 « Cest la déroute générale pour les Allemands…mais il y a pas mal de camarades qui sont restés dans ces combats. »Le fils Bendjo et le garçon de Chanzy qui avait mangé à la maison sont morts. Navarro de Bel-Abbès et un compatriote dOran ont été blessés par des éclats dobus.

31 Si vous navez pas de mes nouvelles: « ne vous faites pas du mauvais sang. Sil marrivait malheur vous seriez prévenus par voie télégraphique. »

32 Parti de Nancy dit-il: « nous longeons la frontière, nous Protégeons les forts sur notre front. L ennemi a évacué la ligne, voila 3 jours que nous n avons pas entendu le canon jusquà ce matin. » Il évoque alors les nuits à la belle étoile, le froid, et la pluie dans les tranchées.

33

34 « On bouffe des kilomètres de Nancy à Toul, je profite dune pause pour vous écrire ces quelques lignes sur mon sac, au milieu dun champ de betteraves ». Il demande lenvoi dun chandail et il termine par: « Chers parents ayez du courage car jespère toujours vous voir, je ne crois pas que ça durera longtemps.

35 Nouvelle lettre de Toul le 10 octobre: « Nous sommes demeurés 12 jours en première ligne et avons pris à la baïonnette 3 villages, Mandres-les-Quatre tours, Beaumont et Seicheprey, où lennemi sest retiré à la frontière » Après deux jours à Toul lunité repart 3 jours vers une destination inconnue.

36

37 De Jouaignes dans lAisne près de Soissons, il écrit à ses parents le 20 octobre 1914 pour les remercier de lui avoir envoyé un colis avec des gants, des chaussettes et vêtements chauds car il se plaint du climat rigoureux. Il ajoute alors: « nous sommes en ce moment avec larmée anglaise »,et il ne tarit pas déloges à légard de ces soldats polis quil trouve élégants, et très aimables. Ils leurs offrent généreusement à manger des conserves fines.

38

39 Il ne peut se retenir de confier à sa mère son état dépuisement en raison des marches de nuit interminables, et de jour dans des tranchées à cause des aéroplanes. Il signale la lourdeur de son sac à dos qui porte en plus le couvre-pieds, la toile de tente et les piquets. Récemment il vient de faire trois jours de marche pour aller relever les Anglais dans les tranchées où il est resté deux jours dans les avant- postes.

40

41 Du 2 au 6 novembre la compagnie du 15 ème RI d Antoine, et des éléments du 143 ème reçoivent lordre d attaquer Wytschaete dans le cadre des violents combats opposant aux Allemands les Français, les Anglais et les Belges aux environs dYpres. Lourd bilan dès le début: 247 blessés tués ou disparus parmi lesquels le lieutenant Calvel et le capitaine Bailly blessé.

42 A léglise Saint Vincent de Sidi-Bel-Abbès nombreuses sont les mères qui prient pour leurs enfants qui sont au Front. Chaque semaine les gendarmes viennent annoncer dans les familles la mort dun des leurs. Les parents dAntoine qui nont plus de nouvelles depuis une dernière lettre datée du 27 octobre sont des plus inquiets.

43 A larrière, en Algérie comme en métropole la presse informe le public en exaltant le patriotisme, mais les familles connaissent grâce aux lettres écrites par les combattants quelles sont les hécatombes et horreurs de leur quotidien. Au sein du clan Martinez depuis quune lettre a été renvoyée aux expéditeurs sans réponse le désespoir alterne avec lespérance.

44 Le supplice dun père, les pleurs dune mère, des frères et sœur, dureront malheureusement pendant sept ans. Le jugement officiel confirmant sa disparition ne sera rendu que le 18 mars 1921.

45 Grâce aux précieux travaux de recherche de ses neveux et petit neveu, nous savons maintenant ce que fut la fin tragique des garçons de cette section et de leur compagnie.

46 le journal de marche du 15 ème Régiment d Infanterie nous donne la preuve formelle qu Antoine Martinez a disparu en Belgique à Wytschaete lors du combat du 6 novembre Ce jour-là: «la 10 ème compagnie du capitaine Bailly se porte en avant à 12 heures après préparation de lartillerie. Cette compagnie enlève la tranchée allemande mais à peine installée éclate une fusillade(mousqueterie et mitrailleuse) et la 10 ème compagnie sortit de la tranchée pour contrer le feu des mitrailleuses soit pour aborder à la baïonnette une contre attaque allemande qui arrivait sur elle ». le journal de marche du 15 ème Régiment d Infanterie nous donne la preuve formelle qu Antoine Martinez a disparu en Belgique à Wytschaete lors du combat du 6 novembre Ce jour-là: «la 10 ème compagnie du capitaine Bailly se porte en avant à 12 heures après préparation de lartillerie. Cette compagnie enlève la tranchée allemande mais à peine installée éclate une fusillade(mousqueterie et mitrailleuse) et la 10 ème compagnie sortit de la tranchée pour contrer le feu des mitrailleuses soit pour aborder à la baïonnette une contre attaque allemande qui arrivait sur elle ».

47

48

49 Sur le même journal de marche on peut lire: « aucun des hommes de la compagnie nest revenu et il a été impossible de savoir ce quelle est devenue. Les hommes envoyés pour le savoir dans la journée ont été tués. Les patrouilles envoyées à la tombée de la nuit ont été accueillies à coup de fusil. »

50 Voici ce que lon trouve à lemplacement de l ancienne église du village.

51 Les très minutieuses recherches des descendants de la famille d Antoine Martinez ont permis de consulter le journal de marche allemand du 5 ème RI bavarois qui avait combattu la compagnie du 15 ème RI à Wystchaete. La traduction du compte rendu se termine par la phrase suivante: « après 4 jours de violents combats on découvrait dhorribles images de troncs éclatés, de corps déchirés amis et ennemis. Le champ de bataille était recouvert de fragments de corps humains dispersés.

52 On sait maintenant quil a été tué dans un corps à corps sur la route de Kemmel à Wytschaete et quil na disparu que faute de motivation de la part de ceux qui devaient lidentifier.

53

54

55 Le cimetière de Wytschaete regroupe 486 Britanniques,31 Australiens, 19 Canadiens, 11 Sud Africains, 7 Néo Zélandais, un Allemand et 673 cadavres non identifiés.

56 Le secteur de Wytschaete a été tenu par les Anglais jusqu à la fin de la guerre. Le cimetière du lieu parmi dautres regroupe 673 soldats non identifiés, mais probablement tous britanniques.

57 Personne ne peut dire exactement où se trouve inhumé le corps dAntoine Martinez. Dautres nécropoles comme Potijze, Roulers, Kessel, pourraient cependant y prétendre.

58 Par lexemplaire sacrifice de sa vie pour la France, Antoine Martinez restera toujours le modèle représentatif des disparus de cette guerre, ainsi que celui des Français d Algérie victimes des mêmes combats. Ces derniers sont morts deux fois, une fois au champ dhonneur et lautre lorsque leurs monuments aux morts ont été détruits ou dispersés après 1962, et que les plaques de marbre portant leurs noms ont disparu. Même les Belges flamands ignorent ce quils leur doivent.

59 1789, Révolution française:« la nation, la loi, le roi». On ne peut parler de nation avant cette date donc ni de nationalité ni de citoyen. Le pays barbaresque colonisé par la Turquie ne compte pas encore. Cest donc après cette date que la notion de nationalité se précise et elle est essentiellement fondée sur le droit du sang (jus sanguinis) en métropole, ce que confirme le code civil napoléonien.

60 La conquête et la colonisation de ce que la France nommera plus tard Algérie, nest que la réalisation dun projet monarchique commencé par Charles X et poursuivi par Louis Philippe au moyen dune armée puissante, disciplinée et sans états dâme.

61 Sous son règne la politique de peuplement de la colonie par des Français de souche est un échec. Il conserve donc strictement le droit du sang, même pour les délinquants et opposants politiques envoyés-là comme au bagne. Limmigration espagnole ou italienne linquiète tant, quil organise linstallation de plusieurs dizaines de milliers dAllemands auxquels il offre des terres pour créer de nouvelles agglomérations.

62 La révolution de 1848 instaure la seconde république qui prend la décision de créer trois départements français en Algérie. Le peuplement européen sintensifie, mais les Espagnols, Italiens ou Maltais nés dans ces départements obtiendront-ils le droit du sol (jus soli) ?

63 La prise de pouvoir par Napoléon III va porter un coup darrêt à lévolution voulue par la deuxième république, elle même remplacée par le second empire. Après la guerre de 1870 et la perte de lAlsace- Lorraine, la France devient une république, la troisième, celle qui durera jusquen 1940.

64 Après son instauration en 1875, la troisième république craint la menace allemande et envisage la reconquête de lAlsace-Lorraine. Confrontée à une situation de faible natalité, il ne lui reste que le recours à des lois combinant le retour au droit du sol, associé à lexigence de service militaire obligatoire pour renforcer ses effectifs. Les 3 départements dAlgérie représentent alors un réservoir idéal pour atteindre ses buts. Le décret Crémieux de 1870 avait commencé en naturalisant en bloc tous les juifs indigènes d Algérie.

65 Ces nouveaux Français volontaires ne diffèrent en aucune manière de ceux qui précédemment pouvaient se dire de souche. Leur réelle motivation patriotique reste indiscutable.

66 Dans le département dOran la plupart des nouveaux Français ayant profité de la loi du 26 juin 1889 (JO du ) descendaient de Parents espagnols poussés à sexpatrier en raison des crises économiques ou politiques, comme Francisco Casquel le grand père d Antoine, le vieil ouvrier agricole photographié ci- contre. Dans le département dOran la plupart des nouveaux Français ayant profité de la loi du 26 juin 1889 (JO du ) descendaient de Parents espagnols poussés à sexpatrier en raison des crises économiques ou politiques, comme Francisco Casquel le grand père d Antoine, le vieil ouvrier agricole photographié ci- contre.

67 Parmi les Français dits de souche on comptait les descendants dopposants politiques à la monarchie ou lEmpire. Il y avait également les socialistes de la commune de Paris après 1870, et les Alsaciens fuyant loccupation Prussienne. Parmi les Français dits de souche on comptait les descendants dopposants politiques à la monarchie ou lEmpire. Il y avait également les socialistes de la commune de Paris après 1870, et les Alsaciens fuyant loccupation Prussienne.

68 A linverse du soldat inconnu, puisse Antoine Martinez le disparu maintenant connu, participer à la reconnaissance des autres disparus de , ainsi quaux Français dAlgérie morts pour la France comme lui, mais privés du devoir de mémoire après la disparition de leurs monuments aux morts portant leurs noms.

69 Tous ceux de qui reposent dans des tombes anonymes, ceux dont les noms ont été effacés de leurs monuments, ajoutés aux Français dAlgérie de la génération suivante morts pour libérer la France de 1940 à 1945, tous ces hommes ne pouvaient imaginer la désolante ingratitude que lon manifesterait envers leurs sacrifices. Ces peintres en bâtiment, jardiniers, petits agriculteurs ouvriers, commerçants ou fonctionnaires pouvaient-ils envisager que 50 ans plus tard leurs descendants méprisés seraient alors affublés du révoltant adjectif de colonialistes ?

70

71 Hommage à Antoine Martinez Diaporama de Claude Jacquemay daprès des recherches familiales de Roger, Marcel et Pascal Picon.

72

73


Télécharger ppt "Hommage à Antoine Martinez diaporama de Claude Jacquemay Recherches de Roger,Marcel et Pascal Picon."

Présentations similaires


Annonces Google