La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Aviation Légère de l’Armée de Terre

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Aviation Légère de l’Armée de Terre"— Transcription de la présentation:

1 Aviation Légère de l’Armée de Terre
ALAT Aviation Légère de l’Armée de Terre Les Galdiv (1re partie) Ami(e) Internaute, Ce diaporama, continuant la série débutée avec les unités de l’ALAT en Algérie, est consacré au Galdiv 1. Pour tout ce qui concerne l’ALAT, des origines à nos jours (historiques, insignes, aéronefs), vous pouvez aussi consulter le site : http.//www.alat.fr Merci aux propriétaires des photos dont les noms apparaissent entre parenthèses. N'hésitez pas à faire circuler ce diaporama. Sans restriction ! Vos précisions, corrections et compléments seront les bienvenus. Bien cordialement. Christian Malcros

2 Les Galdiv La période voit la naissance de l'aéromobilité grâce à l'utilisation croissante de l'hélicoptère et l'apparition de la capacité de la lutte antichar avec des missiles en appui de l'infanterie. Les missions de soutien logistique et d'évacuation sanitaire subsistent toujours mais ne sont plus des objectifs prioritaires. A la fin du conflit algérien, l'ALAT dispose d'un matériel important et surtout d'une expérience de mobilité tactique acquise au combat soit avec une grande unité d'intervention, comme le GH N°2, soit à l'échelon régional avec les pelotons divisionnaires. Cet acquit va être redistribué au profit des forces de manoeuvres en Europe. Les avions sont peu à peu remplacés par des hélicoptères permettant une plus grande souplesse d'emploi sur le champ de bataille. Le premier groupe d'ALAT divisionnaire, créé au sein des nouvelles divisions de type 59, est celui de la 3e Division à Baden. Formé le 20 avril 1961, c'est la première unité de combat aéromobile de l'ALAT. Sa mission est la reconnaissance de grande envergure et la recherche de renseignement sur l'adversaire avec des hélicoptères légers en vol de patrouille; l'appui feu dans la lutte antichars, engagé en groupe ou en patrouille, en liaison avec l'infanterie et le transport de personnel ou de matériel au profit de la division avec des hélicoptères cargos, permettant le déplacement rapide d'un point à un autre sur le théâtre d'opération. Il est à noter qu'il s'agit là, fait nouveau, d'une mission opérationnelle plus que d'un simple transport. Les unités engagées en Algérie commencent à rentrer en métropole, à partir de septembre Elles sont réparties dans les unités d'emploi des forces de manoeuvre sur le théâtre européen (Galdiv 3 et Galdiv 1 créé en novembre en Allemagne), les forces d'intervention (PMAH de la 11e DI et pelotons en Afrique) et aussi dans les groupes d'ALAT des unités territoriales. Le GALDIV est organisé en un peloton de commandement et des services, un peloton de liaison, un d'observation, un de reconnaissance et un d'hélicoptères regroupant un total de vingt avions et autant d'hélicoptères. .../...

3 En mars 1962, une décision ministérielle consacre définitivement l'autonomie de l'ALAT par rapport à l'Armée de l'Air. L'Armée de Terre est dorénavant "responsable de tous les hélicoptères légers, intermédiaires et cargos légers utilisés organiquement". En septembre, deux autres Galdiv sont créés dans l'Est de la France au sein des 7e et 8e divisions. Le dernier Galdiv à voir le jour sera celui de la 4e division en janvier 1968. Au cours de l'année 1963 les Alouette III commencent à remplacer les Djinn dans les unités. En juillet 1969, du fait de la création du Galca 1, les Galdiv subissent une modification organique avec la disparition des avions. Ils sont réorganisés en une escadrille de commandement et des services, une de soutien et de ravitaillement, deux pelotons d'hélicoptères légers avec vingt Alouette II ou Gazelle, un d'hélicoptères antichars avec dix Alouette III SS11 et un d'hélicoptères de manoeuvre avec sept hélicoptères cargos. Les NC 856 et les Piper L-21B sont retirés du service en Le virage vers l'usage quasi exclusif de la voilure tournante est alors définitivement entamé. L'année 1972 voit l'arrivée des premières SA 341 Gazelle qui vont remplacer les Alouette II qui se substituent elles-mêmes aux Bell 47-G2. Le chef d'état-major de l'Armée de Terre, chargé de définir l'emploi de l'ALAT, donne à ce moment la priorité au combat antichars, au profit du corps d'armée, de la division ou des régions, avec une utilisation plus groupée, intégrée à la manoeuvre terrestre, en appui des troupes au sol, ou en leur lieu et place. Les missions de soutien logistique (transport de munitions, ravitaillement d'unités isolée, etc) et les évacuations sanitaires tendent à disparaître. C'est durant cette période que l'ALAT va acquérir une maîtrise, unique dans le monde, de vol tactique en hélicoptère. Christian Malcros

4 1er GROUPE D'AVIATION LEGERE DIVISIONNAIRE - GALDIV 1 -

5 1er GROUPE D'AVIATION LEGERE DIVISIONNAIRE - GALDIV 1 - (suite)

6 Capitaine COURNILLE Jean 1962 au 29 mars 1963
L’aérodrome de Sétif en 1931 (SHD) Peloton de Commandement et des Services puis Escadrille de Commandement et de Soutien Capitaine COURNILLE Jean au 29 mars 1963 Capitaine SAVIN Serge 30 mars 1963 au 31 mars 1964 Capitaine MAIGRET Teddy 1er avril 1964 au Je recherche des photos pour illustrer cette unité et le complément des commandants 1931 (SHD)

7 Peloton Avions puis Peloton d'Observation
Créé le 1er novembre 1961, à Trèves-Euren en Allemagne, avec dix Nord 3400, le peloton d'observation perçoit ses premiers Cessna L-19E et Piper L-21BM en octobre Les Piper sont reversés en octobre 1965 et en mars 1966, les Nord 3400, interdits de vol, sont eux aussi retirés du service ­et dirigés vers Rennes. Seuls restent en ligne les Cessna L-19E. En juillet 1967, le parc de L-19E passe de 5 à 3 appareils. Le peloton avions est dissous en mars 1968. Sources : JMO du Galdiv 1. Capitaine LE BOT Yvan 1962 Capitaine LAQUIEZE Pierre au 2 octobre 1964 Capitaine RIOU Jean 3 octobre 1964 Capitaine Je recherche des photos pour illustrer cette unité et le complément des commandants 1958 (Francis Fontaine) Vue aérienne (Francis Fontaine)

8 L'Alouette II, codée CVH en 1973 ( photo Frédéric ROLLAND).

9 Alouette II du peloton d'observation (photo Frédéric ROLLAND).

10 Peloton Reconnaissance puis Escadrille d'Hélicoptères d'Attaque
Au début de l'année 1963, le Galdiv 1 perçoit ses premières Alouette III destinées au peloton d'hélicoptères d'attaque. Ce peloton, devenu escadrille, installé à Trèves-Euren, suit le déménagement du groupe en janvier 1977 sur le terrain de Föhren, à 20­ kilomètres au nord de la ville de Trèves. Nouvelle ­infrastructure conçue et réalisée spécialement, cette base moderne ­porte le nom de Capitaine Jeannesson, ancien commandant de l'EHL du Galdiv 1 mort en service aérien le 29 octobre 1975 à l'EA.ALAT du ­Cannet-des-Maures. L'EHA est dissoute le 25 juillet Ses huit Alouette III sont convoyées le lendemain sur le Galdiv 3 de Fribourg. Sources : JMO du Galdiv 1. Capitaine PREAUD Henry 30 mars 1963 Capitaine BARATCHART Jean 2 mars 1964 Je recherche des photos pour illustrer cette unité et le complément des commandants

11 Alouette III codée CVP, à Bitburg en août 1972 (photo Paul BANNWARTH).

12 Alouette III, codée CVM, en 1973 (photo Frédéric ROLLAND)

13 Peloton de Liaison puis Escadrille de Liaison
Créé le 1er novembre 1961, à Trèves-Euren en Allemagne, avec cinq Djinn et cinq Alouette II, le peloton de Liaison perçoit des Alouette supplémentaires au début de l'année 1963 et perd ses Djinn en juin. En 1973, l'escadrille compte douze Alouette II (en fait huit lui appartiennent, les deux autres sont théoriquement à la deuxième escadrille, non ­dotée et non formée). Avril 1976 voit la réduction du nombre des Alouette à cinq et la mise en service des­ premières SA 341F Gazelle au sein de l'EHL. En 1978, le GALDIV va bientôt se transformer et les Alouette II doivent être reversées. Le 26 juillet, deux SA 341F Gazelle en provenance du GALDIV 3 de Fribourg viennent renforcer l'escadrille. Et le 2 août, c'est le convoyage des quatre Alouette II sur Montauban. Le parc est­ alors de dix SA 341F Gazelle. Le 1er septembre 1978, la restructuration des formations de l'Armée de Terre amène­ la création, au sein du 2e Corps d'Armée, du 12e Groupe d'Hélicoptères ­Légers sur la base ALAT de Trèves-Föhren par modification organique et ­nominale du GALDIV 1. C'est l'escadrille de liaison qui en forme l'ossature. Sources : JMO du Galdiv 1. Capitaine PAYEN Bernard au 4 octobre 1964 Capitaine LENOIR Pierre 5 octobre 1964 Je recherche des photos pour illustrer cette unité et le complément des commandants La chapelle (Pierre Tabart)

14 Peloton de Manoeuvre puis Escadrille d'Hélicoptères de Manoeuvre
Peloton d'Hélicoptères de Manoeuvre Créé au début de l'année 1963, à Trèves-Euren en Allemagne, le peloton d'hélicoptères de manoeuvre du Galdiv 1 perçoit son premier Westland S-55, le 12 février de la même année. Quelques Sikorski H-19 viennent renforcer le parc du peloton à partir de juin Début octobre 1965, après le retrait des Westland, il reste plus que 5 H-19 en ligne. Il seront 10 en mai Le 31 juillet 1970, l'escadrille H-19 est dissoute à 0 heure. Escadrille d'Hélicoptères de Manoeuvre En avril 1972, le Galdiv 1 perçoit son premier Puma. L'EHM commence son entraînement et ses missions. Début juillet les Puma seront dix. Puis en 1974, le parc redescend à 6 machines. C'est alors que va germer l'idée d'abriter ce matériel, jusqu'alors bâché et arrimé sur le parking. Le hangar de l'EHM sera donc construit et, à la fin de l'année 1973, il pourra héberger quatre appareils, les autres étant répartis entre la SVR et la SRALAT. En novembre 1975, l'escadrille fête ses heures de vol. Puis, en janvier 1977, le Galdiv 1 déménage vers sa nouvelle base de Fohren. Les bruits de dissolution se font persistant et il n'y a pas de hangar prévu pour l'EHM. Les appareils sont dispersés et hébergés par les autres unités, certains, moins chanceux, sont bâchés à l'extérieur. En juillet 1977, avant sa transformation organique et nominale en 12e GHL, le GALDIV 1 a reversé ses 6 Puma (2 au GM de l’EA-ALAT et 4 au 3e RHC). Au 30 juin 1977, l'escadrille aura effectué plus de heures de vol et assuré 70 évacuations sanitaires, ainsi qu'un tour de France avec tous ses effectifs. Sources : JMO du Galdiv 1. Capitaine FILEUX Raymond au 4 octobre 1964 Capitaine AUZEILL Gustave 5 octobre 1964 au Capitaine ROUSSIN Capitaine AUVERGNE avril 1972 Lieutenant FARRUGIA avril 1974 Capitaine QUEROL janvier 1975 au 31 août 1977

15 Puma du Galdiv 1, n° 1172/CUE, à Cognac en mars 1977 (photo Jean-Louis GAYNECOETCHE).


Télécharger ppt "Aviation Légère de l’Armée de Terre"

Présentations similaires


Annonces Google