La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Létanchéité à lair, un défi majeur R. Carrié S. Berthault, S. Charrier, J.P. Grand, R. Jobert, D. Limoges CETE de Lyon Lyon, 27 juin 2008 Colloque Bâtiment.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Létanchéité à lair, un défi majeur R. Carrié S. Berthault, S. Charrier, J.P. Grand, R. Jobert, D. Limoges CETE de Lyon Lyon, 27 juin 2008 Colloque Bâtiment."— Transcription de la présentation:

1 1 Létanchéité à lair, un défi majeur R. Carrié S. Berthault, S. Charrier, J.P. Grand, R. Jobert, D. Limoges CETE de Lyon Lyon, 27 juin 2008 Colloque Bâtiment & Aménagement Durables Concevoir et réaliser des bâtiments performants

2 2 Etanchéité à lair Ce nest pas un sujet nouveau Analysé en détail 1980 en Norvège et aux Etats-Unis … Rapport de 1983 du CETE de Lyon … Source : Revue AIR (Air Infiltration Review), August 1980, AIVC,

3 3 Etanchéité à lair … pourquoi sen préoccuper maintenant plus quavant ? Un impact de lordre de kWh/m 2 /an sur les besoins de chauffage pour une maison individuelle Un gain comparable à linstallation de capteurs solaires (ECS) Un point incontournable dans les constructions basse consommation dénergie (BBC-Effinergie, PassivHaus, Minergie-P, Maison 3 litres, etc.) Isolation de l'enveloppe Performances des systèmes Etanchéité à lair Grenelle de l'environnement : exigences

4 4 Comment ça marche ? En présence de vent, le débit total de ventilation augmente => Déperditions énergétiques supplémentaires Léchangeur est court-circuité !!! Le phénomène existe aussi en ventilation simple flux, mais pour des vitesses de vent plus élevées +

5 5 Où sont les fuites ?

6 6

7 7 Exprimer la perméabilité à lair Sous forme dun débit à une pression donnée : I 4 ou Q 4Pa-surf (RT 2005 et Effinergie) n 50 (PassivHaus ou Minergie-P) Indicateurs mesurables (cf. lyon.equipement.gouv.fr, domaine dactivité construction) n 50 = Débit de fuite à 50 Pa Volume chauffé Unités : Vol/hI 4 = Débit de fuite à 4 Pa Surface de parois froides, sauf plancher bas Unités : m 3 /h/m 2

8 8 Exprimer la perméabilité à lair

9 9 Résultats de campagnes de mesure

10 10 Résultats de campagnes de mesure

11 Ce disque a une surface denviron 56 cm 2. Cela correspond à lexigence dune maison passive pour le cas étudié. Ce disque a une surface denviron 282 cm 2. Cela correspond à la surface équivalente des défauts pour une maison individuelle ayant un I 4 de 0.8 m 3 /h/m 2, de 110 m 2 de surface habitable, 2.5 m de hauteur sous plafond (soit un volume de 275 m 3 ) et dont la surface froide est de 196 m 2. Dans cette maison, les infiltrations représentent le quart du renouvellement dair du système de ventilation. La moitié des maisons présente une perméabilité supérieure à ce I 4 (0.8 m 3 /h/m 2 ).

12 12 La démarche Programmer Sensibiliser Concevoir Vérifier Corriger

13 13 Soigner les détails dès la conception Limiter le nombre de pénétrations (recommandation PassivHaus : 15 pénétrations max.) Plans détaillés explicitant les matériaux et méthodes utilisées Lien avec « Qui fait quoi »

14

15 15 Soigner les détails dès la conception Des pièges classiques à éviter, en particulier, en rénovation : Traiter les infiltrations deau et remontées capillaires Prévoir un système de ventilation Veiller à la compatibilité du principe de ventilation (y/c obturation dentrées dair) avec les appareils à combustion Problèmes avec les systèmes à combustion ouverts Etanchéité à lair Etanchéité à la vapeur

16 16 Quel coût ? Système complet « étanchéité » estimé à 2500 à 3000 pour une maison individuelle, fourni posé Dont environ 1200 pour les produits

17 17 Des résultats encourageants Bureaux POUGET Consultants (PREBAT-PABHI) Sur-coût estimé pour létanchéité à l'air soignée dans ce cas : 800 Avant : U bat = 2.54 W/m 2 /K Après : U bat = 0.29 W/m 2 /K I 4 = 0.37 m 3 /h/m 2 n 50 = 0.94 Vol/h

18 18 Des résultats encourageants Opération PREBAT-Beuvraignes. Bibliothèque scolaire.

19 19 Des résultats encourageants Une voie à explorer : lauto-contrôle

20 20 Conclusions Une excellente étanchéité est absolument nécessaire pour des bâtiments à très faible consommation d'énergie Les labels BBC-Effinergie, PassivHaus et Minergie-P comprennent une exigence sur létanchéité à lair Un test d'étanchéité à la réception est absolument nécessaire, un test en cours de chantier est souhaitable (nécessaire ?) Des démarches engagées dans ce sens donnent de bons résultats

21 21 Annexes

22 22 Réaliser un test d'étanchéité Une pratique courante selon un protocole normé Enveloppe : norme EN Réseaux : norme EN Coût 900 Euros pour une mesure sèche pour un logement, y compris déplacement Euros par essai supplémentaire

23 23 Réaliser un test d'étanchéité

24 24 Quelles conséquences sur la consommation énergétique ? Lefficacité dun échangeur de chaleur peut passer de 80% à 30% à cause des fuites du bâti ! Fichier source : bureaux2 THC-APP16ref.thc (jeu d'essais publics, 2000)

25 25 Rappel sur la réglementation thermique Usage Référence ou démarche qualité Défaut A justifier par une mesure Garde-fou BBC- Effinergie Logement individuel0.81.3I 4 < Logement collectif, bureaux, hôtels, restauration, enseignement, petits commerces, établissements sanitaires I 4 < (collectif) Autres usages2.53.0I 4 < 3.0- Toutes les valeurs de ce tableau sont exprimées en débit de fuite à 4 Pa par unité de surface de parois froides au sens de la RT 2005 (m 3 /h/m 2 à 4 Pa) n 50 = 3.1 Vol/h si V/A = 1.4 m

26 26 Les labels Standards PassivHaus ou Minergie-P => n h -1, neuf et rénovation tout type dusage Des maisons passives présentent une étanchéité bien meilleure : n h -1 Le label BBC-Effinergie fixe une exigence 0.2 m 3 /h/m 2 inférieure à la valeur de référence de la réglementation RT 2005

27 27 Quelles conséquences sur la consommation énergétique ? Source du fichier projet : Bastide-Bondoux Ingénieurs Conseil Environ 4 kWh/m 2 par unité de n 50

28 28 Quelles conséquences sur la consommation énergétique ? Impact sur les besoins généralement estimé à environ : Entre 2 et 5 kWh/m 2 /an par unité de n 50 Près de 7 kWh/m 2 /an par unité de n 50 dans certains cas Ou entre 5 et 10 kWh/m 2 /an par unité de I 4 ou Q 4Pa-Surf plus de 25 kWh/m 2 /an par unité de I 4 dans certains cas Impact sur confort local (courant dair) … non chiffré Impact sur les performances des isolants … non chiffré Pour une maison individuelle : 10% à 20% (voire plus) de réduction sur le Cep en passant de la valeur par défaut (1.3 m 3 /h/m 2 ) à 0.3 m 3 /h/m 2 Un impact de lordre de kWh/m2/an … des gains comparables à linstallation dECS solaire (10 à 15% pour ECS)

29 29 Des résultats encourageants Médiane à 0.85 Vol/h à 50 Pa Remèdes connus


Télécharger ppt "1 Létanchéité à lair, un défi majeur R. Carrié S. Berthault, S. Charrier, J.P. Grand, R. Jobert, D. Limoges CETE de Lyon Lyon, 27 juin 2008 Colloque Bâtiment."

Présentations similaires


Annonces Google