La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Yves PIC nous a écrit : Mes cartons m'ont encore livré une photo. Elle a été prise lors d'une des 2 représentations que le Théâtre Étudiant Philippevillois.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Yves PIC nous a écrit : Mes cartons m'ont encore livré une photo. Elle a été prise lors d'une des 2 représentations que le Théâtre Étudiant Philippevillois."— Transcription de la présentation:

1

2 Yves PIC nous a écrit : Mes cartons m'ont encore livré une photo. Elle a été prise lors d'une des 2 représentations que le Théâtre Étudiant Philippevillois avait donné du Médecin malgré lui et des Précieuses Ridicules en Elle est de fort mauvaise qualité et Jean Yves LAFUENTE à qui je l'ai soumise n'a pas reconnu grand monde. Par contre cela nous a rappelé des souvenirs et lui a permis de retrouver le programme de ces représentations dont je mets les photos en pièce jointe. Nous sommes donc à la recherche de documents sur le sujet. Si tu as les adresses Internet des "comédiens" de l'époque peux-tu me les communiquer, nous tenterons de trouver de meilleures photos. Octobre 2005

3 Plus anonyme…

4

5 Le Théâtre Étudiant Philippevillois… … avait été créé par un groupe d'élèves de seconde, dont, plus particulièrement, Jean-Marie Diem. M.CASSAIGNE, prof de lettres, avait accepté de nous cornaquer, et nous lui devons la mise en scène et les longues répétitions dans la salle des fêtes du lycée mise à notre disposition (Merci, M.Martin [le proviseur]). Il a aussi assuré le rôle du souffleur, sur scène, dans la petite boîte ! Les décors et les costumes avaient été créés par les professeurs de dessin et de couture du collège E.Maupas. Il y a eu deux représentations, toutes deux au théâtre municipal, en mai 1958 (je me souviens d'être allé vérifier auprès du Comité de Salut Public qui venait d'être créé, qu'il n'y avait pas de manifestations prévues ces jours-là !). Jean Yves LAFUENTE Mai 2006

6

7

8 Scène du Médecin malgré lui.. Les figurants sur la photo sont bien de gauche à droite au premier rang Francette Loisel, Jean Marc Casabo, Yves Pic et Liliane Chevalier (la nourrice). Au fond Jean Marc Taboni et Jean Marie Diem

9 Deux autres pièces avaient eu un début de "montage" l'année suivante ("Un Caprice", de Musset, et une autre dont je ne me souviens plus), mais M.Martin, à juste titre je pense, s'y était opposé pour cause de baccalauréat cette année là. Ce fut en tout cas une grande aventure (!) riche en découvertes, culture et amitiés durables ! Jean Yves LAFUENTE L'année suivante, 1959, les évènements et l'année de première nous ont empêché d'aller jusquau bout de Musset.. Je crois que nous nous essayions à "Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée" et "Le jeu de l'amour et du hasard".. nous n'avions peur de rien..!!!! José LEBRAVE qui na donc pas les mêmes souvenirs de pièces que Jean Yves.

10 Jean Yves LAFUENTE reprend la parole. N'en déplaise à mon vieux complice José, je suis formel pour ce qui est de "Un Caprice", de Musset, dans lequel j'apprenais le rôle de M.de Chavigny. Madame de Chavigny (Michèle Castellano), son épouse, était au piano au début de la pièce et M.de Chavigny l'embrassait en arrivant sur scène : crois-moi, la timidité de l'acteur en herbe que j'étais était mise à rude épreuve! Un petit détail encore : il était prévu que Françoise Lengellé (qui est devenue le fer de lance du clavecin français, et que j'ai retrouvée récemment) jouerait en coulisse, du Chopin je crois. Jai vérifié.. Tout est juste.. Mais, qui jouait Mme de Léry ? Car la pièce navait que 3 acteurs..

11 J.Y L. Suite danecdotes..! Casabo/Sganarelle a magnifiquement improvisé dans une des représentations, l'entrée en scéne d'un des personnages ayant été retardée par un changement de costume particulièrement laborieux. (Il s'agissait peut-être de Jean- Marc Taboni ou de Gilles San Martino qui, bien que de corpulence peu voisine, partageaient le même costume).** Dans le style "postillons" que cite Claudine, Mascarille/moi agitait aux répétitions un (vieux) mouchoir sous le nez de Magdelon/Yolaine Taliercio (qui osait prendre un air dégoûté, l'impudente !), mouchoir qui se trouva neuf et imprégné du parfum de ma mère à la première représentation et à la grande surprise de la Précieuse... Au fait, quelqu'un aurait-il des nouvelles de Yolaine ?

12 Monsieur Cassaigne nous avait fait boire une coupe de champagne avant la représentation, "pour nous stimuler" ! et oui ! on a bien rigolé ! Mais sais-tu qu'on a eu un sujet sur le comique chez Molière, au Bac ? Le pied ! 22/06/2005: JY Lafuente ** Gil San Martino, qui avait une autre photo de la même scène… Mais où le Médecin semble avoir perdu son chapeau, a le même souvenir..! Heureusement que jai mis le costume le premier, car Taboni a fait éclater les coutures du costumes..! Ce quil ne nous a pas dit cest si cétait à la première ou la deuxième représentation..!

13 Le médecin tient son chapeau dans la main droite..

14

15 Au téléphone… Claudine CIANFARANI…. -Tout dabord, je nai que de bons souvenirs… et de rigolades… Yves dit Vivi, superbe dans son rôle.. Mon dialogue avec [ou contre] mon mari Sganarelle.. Je hurlais… Et il me souffle « arrête tu postillonnes » de quoi couper les effets ou faire éclater de rire..! Jean Yves L. dont la voix muait et qui donnait de drôles de vocalises Enfin une affaire de gifle.. Je devais donner une gifle, faire semblant et en coulisse quelquun faisait le bruitage.. Hélas, rien ne venant il ne me restait plus quà gifler mon partenaire, qui na plus su ce qui lui arrivait…. Mai 2006

16 …..Liliane CHEVALIER-BELLIER découvre avec surprise : « Mais quel bonheur de revoir notre prestation sur scène....Ce souvenir était resté enfoui dans ma mémoire.... merci beaucoup à tous....c'est génial.....Oui, effectivement, c'est bien moi, en nourrice. Un souvenir me revient en mémoire....Le Directeur, me demandait de rouler les "R".....pendant les répétitions, je n'y arrivais jamais et, dans la magie du spectacle, le jour de la représentation, j'ai roulé les "R"....et je vois encore ce monsieur secouant la tête avec un grand sourire d'encouragement. C'est émouvant ce retour dans la mémoire....de bons moments passés. merci encore, à vous tous… Bien affectueusement. LILIANE

17 Cest au tour dYves PIC.. ! Le retard d'entrée en scène d'un personnage nous avait effectivement mis dans l'obligation d'une courte improvisation et Sganarelle -Casabo avait "attaqué " sur un sujet qui avait fort bien passé... celui de "paiement et de sou". Nous avons été surpris, quand, à la fin du spectacle, nous comprîmes que les spectateurs ne s'étaient rendu compte de rien.... Merci à M. Cassaigne professeur de lettres de nous avoir fait répéter, et même, pour certaines scènes, chez lui. De même grand merci à M.Martin le proviseur de nous avoir laissé répéter sur la petite scène de la salle de fêtes du lycée. Mais si, partie d'un rêve d'adolescents de sortir du quotidien, l'aventure a abouti aux deux représentations données au Théâtre Municipal c'est bien grâce aux talents d'organisateur et de communiquant de Jean Marie Diem. …../

18 …Notre prestation avait d'ailleurs eu droit à un entrefilet, spontané je crois, dans la Dépêche de Constantine du lendemain ou du surlendemain. Je n'ai plus la coupure du journal.. Et bien c'est ce soir, quarante-huit ans après, que je me rends compte qu'il y avait beaucoup de Jean dans l'histoire. Y. PIC – 26/05/2006

19 … Encore la parole aux seconds rôles… - Georges NOIQUE se souvient surtout quil navait quun « très second rôle..! » -- Jeanne Marie BUONO… son épouse, et qui le soutenait déjà à lépoque, a un souvenir piquant.. Georges devait jouer un petit morceau de violon.. Un copain bien intentionné décide de le lui accorder ! Las… Quand Georges prit le violon, la première note lui écorchant les oreilles, il réussit à jouer son morceau juste avec un violon faux… On comprend alors les exploits au News Orléans Jazz band..

20 Et Jean-Marie DIEM prend la parole.. Jétais en 2de au lycée Luciani et nous étions à la fin de lannée Je ne sais comment jai eu lidée de monter une pièce de théâtre mais je suis arrivé facilement à convaincre quelques camarades de lycée de se lancer dans un tel projet. Pour nous aider, je fis appel à mon ancien professeur de lettres de 5 ème Monsieur Cassaigne qui accepta immédiatement. La suite devait montrer quil avait de réels talents de metteur en scène. Au « médecin malgré lui », il proposa dajouter une 2 ème pièce de Molière, « les précieuses ridicules ».

21 Pour « le médecin malgré lui », le principal rôle, celui de Sganarelle, fut confié à Jean Marc Casabo qui était dans la vie de tous les jours un perpétuel « comique » et qui savait faire rire. Les autres acteurs sappelaient, pour ceux dont jai plus ou moins retrouvé la trace : Claudine Cianfarani, Jean Yves Lafuente, Yves Pic, Yolande Taliercio, José Lebrave, Jean Marc Taboni, Jean Louis Gette et Georges Noïque…. Quant à moi, Je devais vite me révéler un piètre acteur et je dus me contenter de petits rôles de figurants qui navaient que quelques mots à dire… En revanche jétais un peu le coordinateur et lanimateur du petit groupe damis que nous formions et que nous avions baptisé pompeusement « le Théâtre Etudiant Philippevillois » - le TEP.

22 Rien ne fut laissé au hasard. Sans trop de problème nous avons obtenu la mise à disposition gratuite du magnifique théâtre de Philippeville. Nous avons fait appel à des professeurs de dessin et de couture du lycée de filles pour les décors (très stylisés) et pour les costumes. Et pour le maquillage, nous avons eu recours à un professionnel qui nétait autre quun député musulman de mes connaissances… Pour les programmes, nous avons fait du porte à porte pour convaincre des commerçants dacheter un espace publicitaire et cela a bien marché. Puis quelques jours avant les représentations, nous avons fait le tour des écoles primaires et des collèges pour vendre des places avec un tarif réduit pour les groupes. Cest en pleine « révolution » de 1958 que nous devions donner les deux représentations de nos deux pièces, lune en matinée pour les scolaires et lautre en soirée. Ce fut un réel succès et le théâtre était quasiment rempli.

23 Sganarelle(Jean-Marc Casabo) - Léandre(Gilles Regairaz)

24 Martine(Claudine Cianfarani),Valère(Jean-Marie Diem), Lucas(Jean-Marc Taboni)

25 X ?, Sganarelle(Casabo) & Lucas(Taboni)

26 Géronte(Yves Pic), Sganarelle(Casabo),Valère(J.M.Diem) & Jacqueline(Liliane Chevalier)

27 Photos Collection JM DIEM, comme les précédentes du Médecin

28 Magdelon (Yolaine Taliercio), Cathos(Rolande Privat) & Mascarille(J.Y.Lafuente

29 Cathos & Magdelon

30 Lannée scolaire suivante, le TEP devait poursuivre sa route avec une pièce de Marivaux choisie cette fois par Mr Cassaigne. Mais étant en 1 ère, cest à dire lannée du Bac, je fus contraint de passer le flambeau. Malheureusement la nouvelle pièce ne devait jamais voir le jour et ma « carrière » théâtrale sarrêta là... Nous avions néanmoins amassé un petit pactole et, par sécurité, largent fut confié à la Proviseur du Lycée de filles. Avec tout ce qui sest passé par la suite, nul ne sait ce quest devenu ce petit trésor…. Jean Marie DIEM mis en ligne le 10/08/2006

31 Vous en aviez déjà vu une photo dans la page des Internes : Luintjij1.html en voici dautres

32 Vestiaire de Don JUAN Derrière : Paul Isel, Paul Debrincat, kerboua, Guy Delmas Devant : Jean Paul Mouton

33 Claude Legressus & Hamaa Kroua DON JUAN

34 De g. à Dte. : Gilberte Descamps (fille du Surveillant Général), Claude Legressus, Paul Isel, Hamra Kroua et Colette de Meritens. Diapo suivante Photos de Paul ISEL

35

36 Un habitant de Paris pourrait-il aller à la BNF section périodique pour essayer de retrouver trace de photos prises par des journalistes ?


Télécharger ppt "Yves PIC nous a écrit : Mes cartons m'ont encore livré une photo. Elle a été prise lors d'une des 2 représentations que le Théâtre Étudiant Philippevillois."

Présentations similaires


Annonces Google