La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

[T]he subject manifests itself as an always singular moment, radically subtracted from the ordering of objects, although objectively embedded in the specificity.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "[T]he subject manifests itself as an always singular moment, radically subtracted from the ordering of objects, although objectively embedded in the specificity."— Transcription de la présentation:

1 [T]he subject manifests itself as an always singular moment, radically subtracted from the ordering of objects, although objectively embedded in the specificity of the situation to which it belongs; and it appears as the moment in which the question of the universal appears as an excess over the contingent determinations of the present. It is exactly as a critical articulation of the singular and the universal that Badious concept of the subject has a radical influence on contemporary philosophy, because it is in this articulation that philosophy not only thinks its contemporaneity, but thinks it as once under condition of, and towards, the radical, subjective transformations of this same present. Bruno Besana, The subject, in Bartlett & Clemens, pp , p. 47

2 Jacques Lacan entreprenait de soustraire la psychanalyse à toute tendance psychologique et normative. Il montrait quill fallait distinguir absolument le Moi, figure dunité imaginaire, et le Sujet. Que le sujet navait aucune substance, aucune nature. Quil dépendait, et les contingentes du langage, et de lhistoire, toujours singulière, des objets du désir. Il sensuivait que toute vision de la cure analytique comme réinstauration dun désir normal était une imposture, et que, plus généralement, il nexistait aucune norme dont puisse se soutenir lidée dun sujet humain dont la philosophie aurait eu pour tâche dénoncer les devoirs ou les droits. Ce qui était ainsi contesté était lidée dune identité, naturelle ou spirituelle, de lHomme, et par conséquent le fondement même dune doctrine éthique au sens où on lentend aujourdhui : législation consensuelle concernant les hommes en général, leurs besoins, leur vie et leur mort. Ou encore : délimitation évidente et universelle de ce qui est mal, de ce qui ne convient pas à lessence humaine. Alain Badiou, LEthique. Essai sur la conscience du mal, 1993, pp. 8-9

3 Or lHomme, comme immortel, se soutient de lincalculable et de limpossédé. Il se soutient du non-étant. Prétendre lui interdire de se représenter le Bien, dy ordonner ses pouvoirs collectifs, de travailler à lavènement de possibles insoupçonnés, de penser ce qui peut être, en rupture radicale avec ce qui est, cest lui interdire, tout simplement, lhumanité elle-même. p. 16 Disons-le crûment: ce que lentreprise de Lévinas nous rappelle avec une obstination singulière, cest que toute tentative de faire de léthique ce qui est au principe du pensable et de lagir est dessence religieuse. Disons que Lévinas est le penseur cohérent et inventif dune donnée quaucun exercise académique di voilement ou dabstraction ne peut faire oublier : sortie de son usage grec (où elle est clairement surordonnée au théorique), et prise en général, léthique est une catégorie du discours pieux. p. 23


Télécharger ppt "[T]he subject manifests itself as an always singular moment, radically subtracted from the ordering of objects, although objectively embedded in the specificity."

Présentations similaires


Annonces Google