La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

H ISTOIRE DE L URBANISME Séance 4 Matteo Cavallaro.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "H ISTOIRE DE L URBANISME Séance 4 Matteo Cavallaro."— Transcription de la présentation:

1 H ISTOIRE DE L URBANISME Séance 4 Matteo Cavallaro

2 L A G ENTRIFICATION DE P ARIS

3 R APPEL G ENTRIFICATION « Phénomène à la fois physique, social et culturel en œuvre dans le quartiers populaires, dans lequel une réhabilitation physique des immeubles dégradés accompagne le remplacement des ouvriers par des couches moyennes » (Levy 2002) Processus soit « artificiel » soit « naturel ». Les « bobos ».

4 L A COMPOSITION DE CLASSE A P ARIS

5 L A DÉSINDUSTRIALISATION DE P ARIS

6 L A DYNAMIQUE DES PRIX IMMOBILIERS : +100%. (augmentation plus dans le 16éme). Prix/Mètre carré: 3142 => 6364

7 L A MONTÉE DES CLASSES SUPÉRIEURS Cadres supérieurs surreprésentés à Paris depuis toujours (FR 4%, Paris 9,6% déjà en 1962). 35% des cadres actifs de lÎle de France habitent « intra muros », pour les autres classes sociales cest moins que 20%. Aujourdhui=> surrep plus forte => accélération Nouvelle concentration dans les quartiers « populaires » où le poids relatif augmente plus vite; Problème => ces classes sont sociologiquement les mêmes entre louest et lest de Paris? Problème => arrondissement sont très larges, concentrations dans un quartier ne signifie pas gentrification de larrondissement entier.

8

9

10 L E PROCESSUS DE GENTRIFICATION ( CHRONOLOGIE )

11 L E QUARTIER DE B ERCY Quartier « industriel » retransformé. 1860: village de Bercy annexé à Paris. Année 1960: le plus grand marché vinicole du monde (mais.. Embouteillement « au château »). Année 1980: les « chais » de Bercy deviennent Monuments historiques et restaurés. Restauration commerciale => transformation en boutique. Cour Saint-Emilion => gestion par sociéte immobilière privée. Politique de gentrification sur quatre thèmes Nature Aventure Culture Gastronomie Ministère de lEconomie (1984 => projet du Grand Louvre de Mitterrand).

12

13 L E M ARAIS Le quartier insalubre par excellence. Années 1960: loi Malraux (1962). Elle consiste à définir des secteurs dans lesquels le patrimoine historique doit faire lobjet de restaurations et de remise en valeur. Cette loi induit une nouvelle vision du patrimoine, consacrant la valeur des choses anciennes. Réhabilitation des bâtiments => loyers Fin des années 1970: ZAC des Halles => intervention de lEtat « à côté » mobilise les fonds nécessaires. Ouverture Châtelet – Les Halles => recentralisation du quartier. Prix m2 => entre 8000 et 9000

14 C ANAL S AINT -M ARTIN Nord-Est parisien => quartiers ouvriers. Transport de sable et charbon. Huit écluses pour permettre la navigation Embourgeoisement qui suit celui du Marais. 1960: idée de transformation du canal => autoroute à huit voies de circulation. Abandonné en 1971 Désindustrialisation 1970/1980=> libération des espaces qui se transforment en café/boutiques/ateliers artistiques. Gentrification devient moins forte vers la Villette Anciennement: réservoir deau potable. Cependant => Cité des Sciences et de lIndustrie, plusieurs locaux associatif. Ceinture de transition vers la Seine-Saint-Denis.

15

16 LES COURS DES FAUBOURGS Cours « différentes » : surface de 100 à 500 m2 pour les cours moyennes et de plus de 500 m2 pour les grandes cours, en général étirées en forme de rectangle perpendiculaire à la rue. Faubourg Saint-Antoine (11e et 12e arrondissements). XIXe siècle: des cours artisanales sont construites dans dautres faubourgs alors en pleine industrialisation. Faubourg du Temple et le bas Belleville (10e et 11e arrondissements), noms activité (cour des Fabriques) Années 1950 concurrence des grandes entreprises + pression du marché immobilier fermeture et départ en banlieue des ateliers artisanaux et industriels. Accélération dans les années Arrivée des « gentrifieurs ».

17 LA RRIVÉE DES GENTRIFIEURS DES COURS Deux types de « gentrifieurs » selon renouvellement urbain « interventions lourdes » classes aisées ingénieurs et cadres « gentrification spontanée » Acteurs moins riches que les précédents un fort capital culturel et scolaire, architectes et artistes à la recherche dun espace de travail à bon marché. Gauche « Le style de vie des artistes, comme lœuvre dart elle-même, dépasse les limites de la vie conventionnelle des classes moyennes, mais en même temps représente son arme de progression, de colonisation » (Ley 2003) Cours en copropriété gentrification spontanée à parti des année 1980 (Sain-Antoine) et 1990 (Temple). Changement progressif => mixité sociale. Monopropriétés plus complexe, processus de marché (forte hausse des prix). Réhabilitation tout dun coup milieux sociaux plus proches.

18 L A GENTRIFICATION DES COURS PARISIENS

19 B ELLEVILLE ET LA « RÉSISTANCE » Ouvriers et employés dans le 20 e : 45% des actifs. Quartier qui reste beaucoup plus populaire du reste de la ville. Espaces libérés dans le 20 e aussi + présence du Père- Lachaise pourraient attraire des « gentrifieurs » Rue boyer: débouche sur la rue de Ménilmontant (et après rue dOberkampf). Ingrédients parfaits. Vie associative (La Bellevilloise, La Maroquinerie). Pourquoi « non-gentrifié » alors?

20 B ELLEVILLE ET LA « RÉSISTANCE » 34% des ménages habitant dans le 20 e arrondissement étaient locataires dun local loué vide HLM. Paris 17% 11 e 10,9% Marché immobilier spécifique poids important qui empêcherait le développement dun marché pour les gentrifieurs. Trois âges de ces bâtiments! 1948: aménagement rudimentaire, toilettes dans la cours et parfois les douches aussi. Classe moyennes au-dessus du plafond de revenus à resp. pour laccès : Commodités déjà installées. Pièces exiguës, pas de balcons ou volets aujourdhui. Plus séduisant pour les couches moyennes, mais en concurrence avec des bâtiments situés dans routes plus anciennes. Problèmes sociaux (chômage/santé/sécurité).

21 PAUSE

22 L A G ENTRIFICATION DE M ARSEILLE

23 L A CRISE DE M ARSEILLE Années 1960: système portuaire altéré du fait de la création, à Fos-sur-Mer, de nouvelles infrastructures portuaires combinées à une zone industrielle. Les bassins Est du port de Marseille connaissent une baisse dactivité La ville ne parvient quà se spécialiser dans des activités tertiaires, peu créatrices de valeur ajoutée. Abandon du bâti industriel et portuaire => déqualification (symbolique et de la valeur immobilière). Paupérisations des quartiers et ghettoïsation. Année 1980: crise du modèle fordiste et crise qui saggrave.

24 L ACTION PUBLIQUE Loi Malraux (à Marseille aussi). Opérations de réhabilitation Plus importante => Euroméditerranéé (1990). Obj: création dun centre du tertiaire euroméditerranéen. Quartiers dArenc, de la Belle de Mai, de la rue de la République, de Saint Charles et de la Joliette. Ces quartiers sont un héritage de lapogée économique et culturel marseillais. Projet toujours actif, gestion publique (EPAEM)? « Il a pour objectif de redynamiser et de requalifier le centre- ville, dans le respect de léquilibre des trois fonctions de la ville : le logement, le travail, et les loisirs, en créant des équipements et en produisant des logements par construction ou réhabilitation de lhabitat insalubre » Effets positifs sur lemplois (6000 nouveaux emplois) mais la gentrification inaboutie.

25 P OTENTIEL DE GENTRIFICATION

26 L ES ZONES GENTRIFIÉES Opéra (quartier 6) Situation de départ => population immigrées et ouvrières très faible. Logements de grand volume. Population active et nombre de diplômés de lenseignement supérieur doublés entre 1990 et Camas (quartier 22) Bâtiments suffisamment vastes. Augmentation des célibataires (+17%) Augmentation couples sans enfants (+2%). +20,3% cadres et employés, -9,6% ouvriers. Nouvelle ligne de tramway en 2007.

27 L ES STATISTIQUES DU QUARTIER L E C AMAS Quartier % 0-19 ans % ans % ans % ans % 75 ans et + Le Camas16,75 %30,92 %24,24 %14,51 %13,58 % Total Marseill e 23,16 %28,67 %24,84 %14,18 %9,16 % Quartier 15 ans et + non scolarisés total sans diplômes % sans diplômes total au moins BAC+3 % au moins BAC+3 Le Camas ,81 % ,84 % 2 2 Total Marseill e ,27 % ,44 %

28 L E QUARTIER PAS ENCORE GENTRIFIÉ Quartier de la Joliette immeubles « haussmaniens » qui rélient le vieux port au bassin. Construits pour les bourgeois, occupés par les couches populaires. Racheté vers la fin des années 1990 par une société américaine qui sest occupé de les remettre à nouveau. Investissement privés ont anticipé larrivée de la demande. Agents gentrifieurs « du marché » et gentrification dans les prix mais.. Données INSEE quartier pas gentrifié dans la composition sociale.

29 R AISONS DE L ÉCHEC Lacune de « libre expression » dans la production de logement (formule clés en main): « en investissant une partie du patrimoine dans le centre des villes, la nouvelle classe moyenne exprime sa distance sociale avec les groupes moins fortunés et construit une identité basée sur « la consommation comme une forme dinvestissement, le symbole de leur statut social, et les moyens de leur libre expression » Mémoire collective (expulsion ancien habit. Pas tranquille). Choc des cultures: les classes moyennes préfèrent un populaire soft et un pluriethnique « européanisé ». Ce nest pas le cas dans les quartiers près du port de Marseille. probl de sécurité mais aussi probl. De consommation classes moyennes « trend setter », couches populaires « trend taker ». Gentrification commerciale gentrification résidentielle. Cas du quartier du Panier, quand le processus commercial dépasse celui résidentiel plus de nuisances que de points positifs.

30 B IBLIOGRAPHIE Anne Clerval, « Loccupation populaire de la rue: un frein à la gentrification?: Lexemple de Paris intra-muros », Espaces et sociétés, 2011, vol , n o 1, p. 55. Anne Clerval, « Les anciennes cours réhabilitées des faubourgs: une forme de gentrification à Paris », Espaces et sociétés, 2008, vol , n o 1, p. 91. Sophie Corbillé, « Tourisme, diversité enchantée et rapports symboliques dans les quartiers gentrifiés du nord- est de Paris », Genèses, 2010, n o 3, p Michel Pinçon et Monique Pinçot-Charlot, « IV. «Gentrification» et déprolétarisation de Paris », Repères, 2008, p Silvère Jourdan, « Un cas aporétique de gentrification: la ville de Marseille », Méditerranée: Revue géographique des pays méditerranées, 2008, n o 111, p

31 D ANS LA PROCHAINE SÉANCE Choix entre: La ville au moyen-âge. Reconstruction, mémoire et villes: lexemple de LAquila. Film « Metropolis ». Votez! Instructions sur le dossier.


Télécharger ppt "H ISTOIRE DE L URBANISME Séance 4 Matteo Cavallaro."

Présentations similaires


Annonces Google