La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

AVEC MARIJO grenoble « Dor aux trois roses de gueules »

Présentations similaires


Présentation au sujet: "AVEC MARIJO grenoble « Dor aux trois roses de gueules »"— Transcription de la présentation:

1

2 AVEC MARIJO

3 grenoble

4 « Dor aux trois roses de gueules »

5 Installée sur un plateau ne dépassant guère 200 m daltitude, au confluent de lIsère et du Drac, Grenoble, ville de habitants en 2007, est entourée des massifs du Vercors et de la Chartreuse ainsi que de la chaîne de Belledonne. Cette situation faisait dire à Stendhal « au bout de chaque rue, une montagne… » Elle possède une histoire de plus de ans. A lépoque gallo-romaine, cétait Cularo (ville acculée à la montagne) puis elle devint Gratianopolis en lhonneur de lempereur Gratien. Son importance saccrut au XIe siècle alors que les comtes dAlbion la choisirent comme capitale du Dauphiné. Puis, au XVIIe siècle, ce fut lIndustrie avec la ganterie et à la fin du XIXe, la découverte de la houille blanche. Mais son développement le plus important survint durant les 30 Glorieuses, ces années, 28 en réalité, entre la fin de la guerre et la crise mondiale du pétrole de Ce furent notamment les Xe jeux olympiques dhiver, en 1968, qui favorisèrent le développement de linfrastructure routière et ferroviaire.

6 Grenoble en 1575

7 Grenoble, cest lun des grands centres scientifiques européens. La recherche y occupe une place primordiale avec 8 organismes nationaux, 4 centres internationaux et 4 centres techniques industriels qui regroupent environ chercheurs. On retrouve trois pôles principaux dexpertise : un pôle numérique et logiciel (micro et nanotechnologie, informatique, électronique), un pôle de biotechnologie à la croisée de la chimie et de la biologie (imagerie de la santé, imagerie médicale, neuroscience et cancérologie), un pôle lié aux nouvelles technologies de lénergie (énergie solaire photovoltaïque et pile à combustible). Le polygone scientifique et Europole comportent une série de bâtiments modernes dont le World Trade Center, le Palais de Justice, le Centre scolaire international, etc.

8 Un exemple de modernité : le centre européen des nanotechnologies.

9 Mais ce nest pas le côté moderne de Grenoble que je vous présenterai ici. Ma visite se fera dans le quartier historique en suivant un itinéraire proposé par lOffice du Tourisme.

10 Pour illustrer les débuts de la ville, vestiges de la première enceinte bâtie entre 286 et 293 après J.-C.

11 Ici naquit, le 23 janvier 1783, le célèbre écrivain romantique, Stendhal. La diapositive suivante nous fait découvrir la place Grenette qui fut place principale à partir du XVIIe siècle. Elle accueillait les marchés aux grains et aux bestiaux.

12 Place Grenette Fontaine de pierre ornée de dauphins chevauchés par des génies ailés, œuvre de Victor Sappey.

13 Dans ce quartier, on retrouve de très belles portes du XVIIe siècle, souvent à imposte de fer forgé.

14 La place Victor Hugo, garnie de marronniers, fut créée en 1885 à lemplacement dun bastion et danciennes casernes.

15 Les façades de la fin du XIXe siècle bordant la place Victor Hugo.

16 On retrouve de plus en plus en plus souvent, dans les villes françaises, ces rappels dune autre époque qui font la joie des enfants…

17 Léglise Saint-Louis qui fut consacrée en Face à cette église, de lautre côté de la rue, deux immeubles à remarquer, érigés après 1900, dits « Des Eléphants » et « Des Trois-Dauphins » Ils sont caractéristiques de larchitecture de fausses pierres. Les décors de leurs façades sont réalisés en ciment… Lexploitation de la pierre à ciment fit de la région grenobloise le premier producteur français. Avec moules et préfabriqués, les coûts sont de 25 fois inférieurs à ceux de la pierre…

18 Les Eléphants

19 Les Trois-Dauphins

20 Trois fontaines datant de 1676.

21 Le jardin de Ville et lancien hôtel de Lesdiguières construit dans la première moitié du XVIIe siècle.

22 La place de Gordes créée en 1793 à lemplacement de la maison des chanoines de la collégiale Saint-André et… … lélégante flèche gothique de la collégiale, élevée au XIVe siècle.

23 Intérieur de la collégiale Saint-André et mausolée du chevalier Bayard.

24 Collégiale Saint-André et statue en lhonneur du chevalier Bayard.

25 Sur la place Saint-André, lancien palais du parlement du Dauphiné.

26 La place aux Herbes fut un lieu de rassemblement populaire dès le Moyen Age. Elle accueille maintenant un marché de producteurs locaux du mardi au dimanche.

27 La passerelle Saint-Laurent a remplacé un pont souvent détruit par les crues de lIsère. Le premier y fut implanté dès le XIe siècle.

28 Maison gothique de la rue Chenoise qui fut une importante voie hors remparts jusquau XIVe siècle.

29 Voisine de la précédente, cette maison offre un bel escalier sur loggias.

30 Sur la place Notre-Dame sélève la cathédrale nantie de sa tour-porche du XIIIe siècle. On remarque également la fontaine des trois ordres construite en 1897 pour commémorer les événements prérévolutionnaires de Ce fut la journée des Tuiles qui ouvrit la voie à la Révolution.

31 La halle Sainte-Claire fut érigée en Profitons-en pour remarquer les nombreux fils électriques servant aux tramways qui sillonnent la ville.

32 Sainte-Cécile, ancien couvent des Bernardins, fondé en 1624, fut supprimé à la Révolution. En 2008, il fut restauré par les éditions Glénat qui y établirent leur siège social.

33 Couvent Sainte-Cécile

34 Place de Verdun Ancienne place dArmes, lieu de représentation au Second empire, elle est bordée de beaux édifices en pierre calcaire dont la préfecture ci- haut et lancien musée-bibliothèque, à droite.

35 Le lycée Stendhal occupe lancien collège des Jésuites. Dans son escalier dhonneur est abritée une horloge solaire à cadran à réflexion, installée en 1673, unique au monde. Ci-dessous, un portrait de Henry Beyle Stendhal par Johan Olaf Sodemark.

36 Au bord de lIsère…

37 On ne peut imaginer une visite de Grenoble sans une incursion à la Bastille, ancien fort qui domine la ville et en permet les meilleures vues densemble. Pour cela on peut utiliser le téléphérique constitué de sortes de bulles qui font maintenant partie de ce paysage urbain et sont devenues des emblèmes de la ville… Mais il existe plusieurs chemins de terre que lon peut emprunter. Jai donc décidé de les utiliser pour la descente. Trajet difficile car la plupart du temps sous un soleil de plomb, erreur de parcours qui ma conduite à une porte fermée mais, finalement, découverte de la porte Saint-Laurent et de lun des vieux quartiers de la rive droite de lIsère…

38 Quai de lIsère à partir du téléphérique.

39 Le musée dauphinois installé dans lancien couvent de Sainte-Marie-den-Haut.

40 Cest en 1591 que, sur la volonté du Duc de Lesdiguières, est construite la première fortification. Un siècle plus tard, Vauban imagine un nouveau projet qui, comme à Sisteron, ne sera pas réalisé… Sous son aspect actuel, la place forte est due au Général Haxo et elle fut réalisée entre 1823 et 1848.

41 Une porte et le donjon.

42

43 Du belvédère, vue sur la ville.

44 Vue sur lIsère et la ville.

45 Au terme de la descente, le clocher-porche de léglise Saint-Laurent et la porte du même nom.

46 Léglise romane Saint-Laurent, du XIIe siècle dans sa forme actuelle, ne se visite malheureusement pas. Elle est en restauration depuis au moins deux ans Une église funéraire cruciforme, datant du VIe siècle, a été mise à jour dans le sous-sol. Sa crypte en fait un site archéologique unique en Europe. Plus de 1500 sépultures y ont été mises à jour. Léglise carolingienne fut donnée aux moines bénédictins en Ce prieuré participa à la fortification de la ville et protégea ce qui devait devenir le faubourg Saint-Laurent. Lessentiel des constructions actuelles de ce faubourg date de la fin du XVIIe alors que sétaient développées diverses activités artisanales. Seule la ganterie passa au stade de la manufacture. Au début du XXe siècle, ce fut la petite Corato, ville des Pouilles, tant était important le nombre de familles italiennes venant de cette région et installées dans la rue Saint-Laurent!

47 La rue Saint-Laurent

48 Traditionnellement, lIsère fut symbolisée par le serpent et le Drac, son affluent, par un dragon, à cause de ses emballements furieux de bête sauvage. Ces rivières furent la cause de multiples inondations et, très probablement, de milliers de morts… En fait, 150 inondations majeures furent recensées dont 80 entre 1600 et 186O. En 1843, après la construction des digues destinées à contenir lIsère, on voulut célébrer la mort technique de lennemi. Pour ce faire, Victor Sappey fut chargé de réaliser une fontaine place de la Cymaise, à la jonction de la rue Saint-Laurent et du quai Xavier Jouvin. La ville est symbolisée par un lion qui tient dans ses griffes un serpent de bronze agonisant figurant lIsère. Il y eut cependant encore quatre crues catastrophiques dans les vingt années suivantes…

49 En 1957, à loccasion du bimillénaire de la ville, une inscription fut ajoutée en haut du monument pour rappeler la construction du premier pont en cet endroit, en juin de lan 43 av. J.-C.

50 Musique : Rue des Pignons – Richard Abel Documentation prise sur place, dans les dépliants de lOffice du tourisme et sur Wikipédia. Photos, conception et réalisation : Marie-Josèphe Farizy-Chaussé Juillet 2010

51 AU REVOIR

52


Télécharger ppt "AVEC MARIJO grenoble « Dor aux trois roses de gueules »"

Présentations similaires


Annonces Google