La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN 1 Séminaire sur les filières en génie civil 25 novembre 2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN 1 Séminaire sur les filières en génie civil 25 novembre 2013."— Transcription de la présentation:

1 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN 1 Séminaire sur les filières en génie civil 25 novembre 2013

2 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN2 Le point sur les réformes S-SI et STI2D

3 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN3 La réforme du lycée, menée par le ministre Luc Chatel, sest faite dans un contexte de diminution des effectifs au cycle terminal du lycée, en STS, et dans les premiers cycles universitaires scientifiques. La série S ne peut à elle seule fournir les bacheliers nécessaires à la formation des cadres scientifiques et technologiques dont la Nation a besoin.

4 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN4 En effet, si 95 % des S-SI poursuivent des études supérieures longues scientifiques et technologiques, ils ne sont que 40 % en S-SVT. Les nombreuses séries STI étaient identifiées par des noms évoquant des champs professionnels très spécialisés. Ces appellations, ainsi que des enseignements technologiques très porteurs de savoir-faire professionnels, entretenaient une confusion entre les objectifs de formation de STI et ceux du baccalauréat professionnel.

5 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN5 Le ministre a donc souhaité réorienter la série STI2D clairement vers la préparation détudes supérieures longues scientifiques et technologiques, même si de nombreux parcours passeront par un BTS.

6 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN6 Série STIDD Sciences et Technologies de lIndustrie et du Développement Durable 25 novembre 2013

7 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN7 La réforme de la voie technologique industrielle doit permettre de participer à la réponse de 3 exigences : - égalité sociale, afin de corriger la courbe dévolution de la répartition des CSP de la 6 e à luniversité ; - nécessité délargir le vivier de recrutement des filières scientifiques et technologiques supérieures ; - 50 % dune classe dâge au niveau L. 25 novembre 2013

8 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN8 Les enjeux fixés par le ministre au CSE du 1 e avril 2010 sont les suivants: préparer les élèves à la poursuite détudes jusquà M2 ; retrouver les effectifs du début des années novembre 2013

9 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN9 STI2DBTS STI2D Au plus haut niveau : M2 donc L, BTS, DUT Prépare à la poursuite d études Programmes écrits en fonction des BTS

10 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN10 Faire de la voie STIDD une voie dexcellence au même titre que la voie générale destinée à conduire les élèves au niveau M. Doù une déspécialisation et une déprofessionnalisation des anciens baccalauréats technologiques industriels. 25 novembre 2013

11 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN11 Déspécialisation et déprofessionnalisation : sortir du geste du professionnel et/ou du spécialiste dans un domaine donné. Cela ne veut pas dire : - moins dactivités expérimentales ; - plus de cours de magistraux et « dhypothético- déductif ».

12 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN12 Toutes ces réflexions et ces principes ont conduit à un baccalauréat technologique industriel avec 4 approfondissements. La formation a pour objectifs de faire acquérir à lélève des compétences selon lapproche Matière – Énergie – Information, et les connaissances associées, indépendamment des supports utilisés lors des activités pédagogiques. 25 novembre 2013

13 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN13 Enseignements technologiques transversaux : 7 heures en première - 5 heures en terminale Approfondissement : 5 heures en première – 9 heures en terminale Énergie Matière Information Système dInformation et Numérique Énergie et Environnement Architecture et Construction Innovation Technologique et éco conception 25 novembre 2013

14 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN14 Enseignements technologiques transversaux Énergie Matière Information Stratégie refusée 25 novembre 2013

15 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN15 La « philosophie » de la voie STI2D et des programmes impose de ne pas découpler lenseignement technologique transversal et lenseignement spécifique de spécialité qui est en réalité un APPROFONDISSEMENT. 25 novembre 2013

16 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN16 La « philosophie » de la voie STI2D et des programmes impose de ne pas fractionner lenseignement technologique transversal. 25 novembre 2013

17 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN17 Premier bilan de la réforme STI2D

18 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN18 Enseignements Lesprit des enseignements nest pas toujours respecté en STI2D, et la fragmentation dans lETT existe malheureusement. Certains enseignants ont du mal à se dégager de laspect professionnel de lancienne série STI.

19 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN19 Laboratoires Globalement, les laboratoires sont conformes à ce qui est attendu, grâce aux régions qui ont bien accompagné cette réforme, et ce dès la 3 e année de mise en application de la réforme. Seuls ceux situés dans les lycées qui étaient spécialisés génie civil ne présentent pas toujours lorganisation et les équipements souhaités.

20 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN20 Enseignements spécifiques de spécialité Les progressions en ETT et en ESS ne sont pas toujours pensées comme formant un tout. Des progrès sont à faire dans ce domaine. Il faut veiller à ce que la composante professionnelle ne revienne pas par « la petite porte » en ESS.

21 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN21 De plus en plus de lycées nimposent pas à leur élèves de choisir lESS en début de première et mettent en place une organisation en conséquence. Cette initiative doit être considérée et approfondie.

22 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN22 Projet Le projet a créé une véritable dynamique qui correspond à létat desprit des jeunes daujourdhui. Des projets « inter ESS » sont de plus en plus en fréquents, il faut les encourager.

23 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN23 1 re ACEEITECHSIN R R R La dernière ligne mérite lattention car les effectifs dans les approfondissements ne sont pas encore connus pour toutes les académies, certaines proposent aux élèves de choisir au bout de quelques mois. Effectifs en 1 re STI2D en France métropolitaine

24 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN24 Cette augmentation des effectifs ne sest pas faite au détriment de la série S-SI dont les effectifs en métropole en première sont passés de à la rentrée 2011 à la rentrée 2013.

25 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN25 Série S-SI 25 novembre 2013

26 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN26 Dans la réforme du lycée, cette série a été souhaitée plus conceptuelle et plus scientifique. En sciences de lingénieur, le programme est basé autour du triptyque M-E-I et de la mise en évidence des écarts entre le souhaité, le réalisé et le simulé. Les domaines dapplication ont aussi été étendus à celui de la construction.

27 Domaine du laboratoire Performances mesurées Domaine du commanditaire Performances attendues Domaine de la simulation Performances simulées Écart L-C Écart S-L Écart S-C 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN27 Système souhaité Système réel Système simulé

28 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN28 Le projet présenta aussi un caractère novateur (Bulletin officiel spécial n° 9 du 30 septembre 2010) Interdisciplinarité En classe de première, les travaux personnels encadrés sont intégrés dans lhoraire de sciences de lingénieur. Le principe de base est la pluridisciplinarité, deux disciplines au moins doivent être impliquées : la discipline caractéristique de la série ainsi que, par exemple, les mathématiques, la physique-chimie ou encore les sciences de la vie et de la Terre.

29 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN29 En classe terminale, un projet interdisciplinaire sera également mis en place dans un volume horaire denviron 70 heures en collaboration avec les disciplines scientifiques ou encore les disciplines de lenseignement commun. Lhoraire affecté pour le programme (hors projet et TPE) de sciences de lingénieur est donc de 6 heures, aussi bien en première quen terminale.

30 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN30 Objectifs 1. Gommer leffet néfaste des 8 (respectivement 7) heures hebdomadaires en sciences de lingénieur en terminale (respectivement en première), en introduisant linterdisciplinarité. 2. Initier et valoriser les comportements collaboratifs dans les classes. Le mode de formation traditionnel et unidirectionnel (un professeur face à ses élèves) doit être complété par une pédagogie plus participative.

31 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN31 Moyens pour le projet et le TPE Lhoraire officiel de SI est de 8 heures en terminale (respectivement de 7 heures en première), dont 2 heures pour le projet (respectivement 1 heure pour le TPE). Ces 2 heures (respectivement 1 heure) sont à répartir entre les professeurs qui interviennent sur le projet (respectivement le TPE).

32 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN32 Les moyens existent donc pour mettre en place ces projets interdisciplinaires qui ne sont pas des projets GE-GM, contrairement à ce que sous- entend cette phrase maintes fois entendues : « certains chefs d'établissement et/ou chefs de travaux n'ont pas joué leur rôle incitateur arguant de l'absence de moyens horaires dédiés dans leur DHG ».

33 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN33 Différence entre S-SI et STI2D

34 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN34 En S-SI : par une approche analytique et conceptuelle, s'appuyer sur les sciences pour découvrir et approfondir le monde technologique qui est associé aux études supérieures. Des sciences vers la technologie. En STI2D : par une approche concrète et active, s'appuyer sur la technologie pour acquérir les bases scientifiques nécessaires à la réussite dans l'enseignement supérieur. De la technologie vers les sciences. Les stratégies pédagogiques, les démarches (inductive, déductive), la durée de lenseignement sont différentes.

35 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN35 Bac S - SIBac STI2D Objectifs Développer des compétences et des démarches pour aborder des systèmes pluri technologiques dans leur complexité. Modéliser, analyser, prédire le comportement et les performances attendues. Analyser de manière fonctionnelle et structurelle des solutions technologiques qui répondent à un besoin donné. Concevoir, réaliser, ….

36 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN36 Les projets en S-SI portent plus sur lélaboration et la mise au point dun couplage entre un protocole expérimental et une modélisation que sur la conception structurelle dun objet technique. Ces profils de projet, plus scientifiques, constituent une différence marquée avec les projets dapprofondissement menés en terminale STI2D, qui sont davantage centrés sur la conception structurelle et son prototypage de validation.

37 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN37 Conclusion

38 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN38 Les programmes de S-SI et de STI2D se situent dans un véritable continuum de lenseignement de la technologie de la 6 e aux sciences industrielles de lingénieur en CPGE. Il sagit dune avancée considérable quil faut faire fructifier.

39 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN39 Les sciences industrielles de lingénieur nont pas vocation à nêtre enseignées que dans certains lycées. Il faut promouvoir leur enseignement dans tous les lycées, dautant plus que 95 % des bacheliers S-SI poursuivent des études supérieures scientifiques et technologiques. Il en est de même pour les bacheliers STI2D

40 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN40 Cette promotion passe aussi par la participation à des concours nationaux comme les olympiades de sciences de lingénieur et Batissiel.

41 25 novembre 2013 Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN41


Télécharger ppt "Norbert Perrot - Doyen du groupe STI de lIGEN 1 Séminaire sur les filières en génie civil 25 novembre 2013."

Présentations similaires


Annonces Google