La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 1 Les accidents biochimiques Lair que nous expirons est donc composé dazote, doxygène.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 1 Les accidents biochimiques Lair que nous expirons est donc composé dazote, doxygène."— Transcription de la présentation:

1 Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 1 Les accidents biochimiques Lair que nous expirons est donc composé dazote, doxygène et de dioxyde de carbone : N2 (azote) ~ 79,00 % O2 (oxygène) ~ 17,00 % CO2 (dioxyde de carbone) ~ 4,00 % Nous avons besoin dénergie en permanence, même en repos : la combustion au niveau des cellules consomme de lO2 et produit du dioxyde de carbone (CO2) Combustible + O2 Energie + CO2 Rappel Lair que nous respirons est composé dazote (N2) et doxygène (O2) : N2 (azote) ~ 79,00 % O2 (oxygène) ~ 21,00 %

2 Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 2 Les accidents biochimiques dus à l'oxygène Toxicité de l'oxygène L'oxygène est indispensable à la vie. Cependant, la pression partielle d'oxygène que peut supporter l'organisme sans danger est de 1,6 bar, 1,4 bar en eau froide. La profondeur de plongée possible avec de lair comprimé est limitée à 66 m. Dans le cas de respiration doxygène pur au palier, la profondeur limite est de 6m. Dans le cas des plongées avec un mélange de gaz, la toxicité de l'oxygène est latente. Lutilisation de Nitrox de plus en plus fréquente demande une bonne connaissance des méthodes de calcul de profondeurs limites pour éliminer les risques. Une formation spécifique est indispensable. Dans le cas d'un mélange, loxygène a également une limite inférieure: il ne faut pas que la pression partielle de loxygène tombe en dessous de 0,17 bar Limites à retenir: 0,17 bar < PP 02 < 1,6 bar

3 Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 3 Les accidents biochimiques dus à l'oxygène Les accidents d'hyperoxie Description de l'accident Les accidents d'hyperoxie ne peuvent se produire couramment lors des plongées à l'air, car la pression partielle de 1.6 bar n'est atteinte qu'à 66 mètres. Cependant cette limite peut baisser considérablement en cas deffort violent, dangoisse, deau froide etc. Concéquences Crise convulsive avec crampes, contractures de la face, morsure de la langue, émission durine et perte de connaissance. Signes avertisseurs La crise convulsive apparaît le plus souvent sans signes avertisseurs. Elle peut cependant être précédée de signes annonciateurs: rythme cardiaque élevé; tremblement des lèvres; sensation dessoufflement Vertiges; rétrécissement du champ visuel (vision en tunnel) Nausées; secousses musculaires troubles auditifs, bourdonnements; troubles de la vision

4 Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 4 Les accidents biochimiques dus à l'oxygène Les accidents d'hyperoxie (suite) Causes La cause de l'accident hyperoxique est évidemment la respiration doxygène pur ou en mélange à des pressions partielles trop élevées. Prévention La seule prévention consiste à: être parfaitement instruit sur l'utilisation des appareils à circuit fermé, semi-fermé et aux particularités de la plongée Nitrox. Ne jamais dépasser une pp02 de 1,6 bar. Conduite à tenir Retour à la surface le plus rapidement possible, respiration dair normal à pression athmosphérique. Consulter un médecin.

5 Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 5 Les accidents biochimiques dus à l'oxygène Les accidents d'hypoxie Description de l'accident La respiration d'un mélange gazeux dans lequel la pression partielle doxygène est trop faible aboutit à une perte de connaissance. Cet accident est principalement rencontré en plongée libre (en apnée), respectivement chez les plongeurs qui utilisent des appareils à circuit fermé ou semi-fermé. Symptômes L'hypoxie se traduit par une perte de connaissance sans signes avertisseurs. Les conséquences de cet accident dépendent des circonstances et la noyade est à craindre. Prévention connaître les risques de la plongée en apnée, éviter lhyperventilation connaître les risques de la plongée aux mélanges Conduite à tenir Après avoir remonté l'accidenté à la surface, il faut, avant toute autre chose, lui enlever l'embout de la bouche. En général, il récupère sans se souvenir des circonstances de l'accident, sinon on lui appliquera d'urgence le traitement de ranimation classique (oxygène - respiration artificielle - visite médicale obligatoire).

6 Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 6 Les accidents biochimiques dus à l'oxygène Les accidents d'hypoxie (suite) Mécanisme de lhypoxie en apnée Le réflexe respiratoire est déclenché par le taux de CO2 dans le sang. En cas de hyperventilation, le taux de CO2 dans le sang est abaissé. Si un plongeur libre a hyperventilé, le réflexe respiratoire va se manifester tardivement. Il se peut que, entre-temps, le taux doxygène dans le sang soit trop bas pour bien alimenter le cerveau. Il va tomber en syncope. La syncope arrive sans aucun signe avertisseur. Contrairement au surplus de CO2, un manque dO2 ne se remarque pas. En apnée profonde (fosse p.ex.), la pp O2 sera toujours suffisante au fond, la syncope va sinstaller pendant la remontée. Pendant les entraînements de plongée, nous limitons les apnées à 1 minute

7 Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 7 Lintoxication au CO2 (LEssoufflement) Description de laccident Si, pour une raison quelconque, l'évacuation du gaz carbonique devient insuffisante, le taux de CO2 dans le sang augmente. Cette augmentation provoque une accélération du rythme respiratoire qui devient superficiel. Cest lessoufflement. Phase 1 : Augmentation du rythme et de lamplitude respiratoire Phase 2 : Respiration accrue, essoufflement Phase 3 : Syncope Phase 4 : Mort Les causes Facteurs psychiques (peur) Le froid, leffort (les courants, la houle, etc.) Matériel inadapté : Palmes trop longues ou trop courtes, mauvais tuba, trop de lest, vêtement gênant, détendeur mal réglé etc.… Mauvaise technique, mauvaise condition physique La profondeur

8 Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 8 Lintoxication au CO2 (LEssoufflement) Prévention Aisance dans leau Plongée adaptée à lenvironnement et aux conditions météorologiques Matériel fonctionnel, adapté et performant Ne pas faire deffort violent (chercher à remonter un courant, etc.) Se protéger du froid Adapter les profondeurs aux capacités des plongeurs Conduite à tenir Arrêter tout effort et sefforcer à expirer fortement Se faire aider et stabiliser par son partenaire Lessoufflement est un accident, il entraîne impérativement la fin de la plongée Attention L'essoufflement survient d'autant plus rapidement et sa gravité est d'autant plus grande que la profondeur est plus importante

9 Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 9 Lintoxication à lN2 et au CO Lintoxication à lN 2 est généralement appelée « ivresse des profondeurs » Cet accident peut survenir à partir dune profondeur de 30 mètres Il est impossible de prévoir ou et quand cet accident survient Laccident se manifeste par des troubles de vue et des lenteurs dans les réflexions. Il engendre souvent des états deuphorie ou de dépression. Le plongeur devient incapable de gérer sa plongée. Eviter ces profondeurs A lapparition de signes avertisseurs : remonter et continuer la plongée dans une profondeur moins importante. Lintoxication au CO


Télécharger ppt "Cours Fédéral Officiel P2 Chapitre 10 – Les accidents biochimiques Page 1 Les accidents biochimiques Lair que nous expirons est donc composé dazote, doxygène."

Présentations similaires


Annonces Google