La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Former pour sensibiliser à la diversité culturelle Atelier A Un atelier à lintention des enseignants et des superviseurs des professionnels de la santé

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Former pour sensibiliser à la diversité culturelle Atelier A Un atelier à lintention des enseignants et des superviseurs des professionnels de la santé"— Transcription de la présentation:

1 Former pour sensibiliser à la diversité culturelle Atelier A Un atelier à lintention des enseignants et des superviseurs des professionnels de la santé formés à létranger (PSFE)

2 A2 Diplômés hors Canada et États-Unis FAIT : En 2002, 23% des médecins pratiquant au Canada avaient obtenu leur diplôme à lextérieur du pays (AIPSO, 2004). FAIT : En 2001/2002, des résidents poursuivant une formation au Canada étaient titulaires dun diplôme de médecine obtenu à lextérieur du Canada (Association des facultés de médecine du Canada, 2003).

3 A3 1. Horaire de la journée

4 A4 2. Présentations

5 A5 3. Exercice: Établissement de normes de groupe REMUE-MÉNINGES : Quel type denvironnement accroît votre capacité dapprentissage? DISCUSSION DES PROPOSITIONS: Y a-t-il consensus?

6 A6 4. Quaimeriez-vous apprendre dans le cadre de cet atelier?

7 A7 4. Former pour sensibiliser à la diversité culturelle vise les objectifs suivants Aider les enseignants à mieux comprendre leurs propres antécédents ethno-culturels, croyances, attitudes et valeurs (conscience de soi). Encourager lacquisition dune meilleure compréhension des antécédents culturels et des expériences vécues par les PSFE et la démonstration de sentiments dempathie à cet égard (sensibilisation à la diversité culturelle). Promouvoir le développement et lintégration dun sentiment de conscience de soi et de sensibilisation à la diversité culturelle à lintérieur des activités de lenseignant (développement des habiletés).

8 A8 Structurer la compétence culturelle en tant que processus dapprentissage continu tant pour les enseignants que pour les professionnels de la santé. Susciter la sensibilisation et la réceptivité aux cultures nécessite le développement de qualités et dapproches, par opposition à une connaissance approfondie ou à un ensemble concret de tâches et dhabiletés. 4. Former pour sensibiliser à la diversité culturelle vise les objectifs suivants (suite)

9 A9 4. Raison dêtre « Apprendre à penser, à agir, à diriger et à travailler de façon productive en partenariat avec des personnes de cultures, styles, habiletés, classes, nationalités, races, orientations sexuelles et genres différents va bien au-delà de lacquisition de nouvelles habiletés et attitudes…Cette démarche implique labandon de mécanismes de pensée, dattentes, de rôles et de modèles de fonctionnement familiers que nous estimions les mêmes pour tous. » Salmond, 2000

10 A10 5. Professionnels de la santé formés à létranger Citoyens canadiens ayant effectué leur formation à létranger. Citoyens dautres pays titulaires de diplômes internationaux en soins de santé, au Canada grâce à un visa de travail. Immigrants titulaires de diplômes en soins de santé émis par des institutions étrangères, qui espèrent pratiquer au Canada.

11 A11 5. Intégrer les PSFE dans le système de soins de santé canadien REMUE-MÉNINGES : Quelles habiletés et expériences les PSFE apportent-ils au système de soins de santé canadien? À quels défis peuvent-ils être confrontés durant leur intégration au système de soins de santé canadien?

12 A12 5. Habiletés et expériences des PSFE Connaissance dautres pays, cultures et systèmes de soins de santé Expertise clinique, souvent spécialisée Souvent plus âgés, avec une plus grande expérience de la vie Connaissance de maladies moins familières au Canada Connaissance propre aux diagnostics et aux traitements reposant moins sur la technologie

13 A13 5. Défis potentiels liés à la pratique pour les PSFE Plusieurs cheminements pour obtenir lautorisation dexercer. Ajustement à de nouvelles cultures, de nouvelles croyances en matière de santé et de nouveaux systèmes de soins de santé. Problèmes de langue même pour ceux qui maîtrisent langlais ou le français. Questions dajustement personnel : perte de lidentité personnelle, de lappui de la famille étendue et problèmes destime de soi.

14 A14 5. Défis potentiels liés à la pratique pour les PSFE (suite) Discrimination et racisme. Manque de formation sur le plan des stratégies de communication interculturelle, de certains ensembles de connaissances médicales ou dhabiletés cliniques. Manque de familiarité avec différents styles pédagogiques. Défis économiques. Manque dappui institutionnel pour les besoins culturels ou religieux.

15 A15 5. Défis potentiels liés à la pratique pour les PSFE (suite) REMUE-MÉNINGES : Quavez-vous appris en travaillant avec les PSFE?

16 A16 5. Défis auxquels sont confrontés ceux qui enseignent aux PSFE Stratégies pédagogiques interculturelles. Travailler avec des étudiants dont le français ou langlais nest pas la langue maternelle. Lacune sur le plan de la sensibilisation aux cultures et de la réceptivité à légard des antécédents, des modèles culturels et des besoins des étudiants formés à létranger. Questions liées à lappui institutionnel pour lenseignant ou le PSFE.

17 Volet 1 de latelier : Développer la sensibilisation aux cultures et la conscience de soi

18 A18 1. La culture vue comme une tapisserie

19 A19 1. Le tissage et les principales caractéristiques de la culture La culture est acquise et non innée Elle est transmissible, par le biais de la langue et des symboles Elle est dynamique et évolue pour répondre aux besoins Elle est sélective, créant des limites Elle est ethnocentrique (centrée sur elle-même) Elle possède des facettes interdépendantes – en clair, un système complexe dans le cadre duquel un changement apporté à une composante affecte les autres

20 A20 REMUE-MÉNINGES : À part la culture, par quoi sommes-nous influencés? 1. Le tissage et les principales caractéristiques de la culture

21 A21 2. À part la culture, par quoi nos croyances et nos comportements sont-ils influencés? Personnalités Conscience de soi Expériences antérieures Statut économique Éducation Milieux physiques

22 A22 Nos identités sont plus complexes que nos associations culturelles; nous ne sommes ni influencés uniquement par une culture, ni complètement un produit de notre culture. 2. À part la culture, par quoi nos croyances et nos comportements sont-ils influencés? (suite)

23 A23 3. Exercice: Sensibilisation aux cultures REMUE-MÉNINGES : Comment décririez-vous la sensibilisation et la réceptivité aux cultures? De quelles manières un enseignant peut-il faire preuve de sensibilisation aux cultures?

24 A24 3. Définition de la sensibilisation aux cultures « Appréciation et prise de conscience des différences parmi les groupes avec reconnaissance du caractère unique de chaque individu. » Salmond, 2000

25 A25 3. Principes directeurs de la sensibilisation aux cultures « Conserver une attitude large, objective et ouverte envers les individus et leurs cultures » et éviter de « voir tout le monde de la même manière. » Cette vision implique le désir « des individus et des institutions de se mettre à nu, dexaminer et de clarifier leurs hypothèses sous-jacentes à légard de personnes dont les cultures diffèrent de la leur. » Wells, 2000

26 A26 3. La sensibilisation aux cultures en action

27 A27 3. Sensibilisation aux cultures REMUE-MÉNINGES : Quels obstacles pourraient potentiellement vous empêcher denseigner en démontrant une sensibilisation et une réceptivité aux cultures?

28 A28 3. Sensibilisation aux cultures?

29 A29 3. Sensibilisation aux cultures? Constatez-vous certains problèmes avec ce commentaire? Dans quelle mesure et avec quelle rapidité pouvons-nous nous attendre à ce que les étrangers changent?

30 A30 4. En quoi consistent nos cultures? Comment nous affectent-elles?

31 A31 4. Exercice : Découvrir les valeurs par les proverbes Exemples : –Propreté est la première des vertus –Un point à temps en vaut cent – Qui ne gaspille pas trouve toujours Dautres? Valeurs exposées dans le proverbe?

32 A32 5. Exercice : Réfléchir à notre façon de penser Quoi : Notez le message suscité par ce mot. Essayez de ne pas vous censurer. Où : Essayez didentifier la provenance du message Signification : Avez-vous émis un jugement à légard du message – Bon? Mauvais? Heureux? Triste? Beau? Laid? Etc…

33 A33 6. Nos cultures Nous appartenons tous à de multiples cultures et sous-cultures. Nos cultures, tout comme notre personnalité, notre statut socio-économique, notre éducation et nos milieux physiques, façonnent notre point de vue ou notre perspective.

34 A34 6. Les aveugles et léléphant Que pensez-vous de cette histoire? Pouvez-vous penser à des exemples, dans votre vie personnelle ou professionnelle, de ces multiples versions de lexpérience?

35 A35 6. Notre perspective culturelle « Perspective : tout esprit observateur possède un point de vue précis associé à des dimensions physiques, psychologiques et culturelles qui limitent la quantité déléments pouvant être observés à un moment donné. » Bonder, Martin & Miracle, 2001

36 A36 6. La culture et les préjugés « Préjugés » : préférences, orientations instinctives ou croyances qui influencent notre façon de réagir à chaque situation, certaines prenant racine dans notre héritage (LaMountain & Abramms, 1993). Connaître les préjugés que nous entretenons nous aide à mieux les gérer, augmentant notre efficacité lorsque nous travaillons avec des personnes dantécédents culturels différents des nôtres.

37 A37 7. Exercice: Atteindre le consensus Groupes de 3 ou 4 participants Lisez la feuille de travail individuellement. Inscrivez un « A » si vous êtes en accord avec lénoncé ou un « D » si vous êtes en désaccord. Lorsque tous ont complété la liste, revoyez le tout en groupe. Lorsquil y a divergence dopinions parmi les membres du groupe, discutez des préoccupations et modifiez le libellé de la phrase pour quil soit acceptable pour tous.

38 A38 7. Exercice : Atteindre le consensus (suite) Discussion avec lensemble des participants : chacun des petits groupes présente une phrase quil a modifiée, en expliquant pourquoi. Pensez-vous que cet exercice serait différent sil se déroulait dans un groupe plus diversifié?

39 A39 8. Explorer la culture médicale « La biomédecine est caractérisée à la fois comme une partie de la culture plus vaste, reflétant ses normes, valeurs et croyances principales, de même que comme une culture en elle-même, basée sur le modèle scientifique classique, avec son propre vocabulaire, sa propre structure, ses normes, ses valeurs et ses croyances. » Loustaunau & Sobo, 1997

40 A40 8. Explorer la culture médicale Culture de naissance Culture des soins de santé Culture spécialisée Autres? Kagawa-Singer & Kassim-Lakha, 2003

41 Volet 2 de latelier : Sensibilisation et ouverture à légard de la diversité culturelle

42 A42 1. Exercice : Exposition à diverses cultures Exercice individuel Avec un partenaire, discutez des groupes dont il a été le plus facile de parler et de ceux dont il a été le plus difficile et du pourquoi de cette situation. Ensemble du groupe : impressions ou questions?

43 A43 2. Lethnocentrisme et les stéréotypes Notre manière de vivre les interactions interculturelles est façonnée en partie par notre capacité à remettre en question lethnocentrisme et les stéréotypes.

44 A44 2. La métaphore de la tapisserie

45 A45 3. Lethnocentrisme « Lethnocentrisme implique lutilisation de nos propres normes, valeurs et croyances pour porter des jugements sur autrui. Les normes à la lumière desquelles on mesure les autres sont considérées comme supérieures, véridiques ou moralement exactes. » Loustaunau & Sobo, 1997

46 A46 3. Lethnocentrisme « La tendance voulant quon utilise notre propre culture comme étalon de mesure des autres pratiques. Cette tendance ethnocentrique résultera fort probablement en une imposition culturelle. » Wells, 2000, citant Campinha-Bacote & Ferguson, 1991

47 A47 3. Lethnocentrisme est-il problématique dans le domaine de soins de santé?

48 A48 3. Lethnocentrisme est-il problématique dans le domaine de soins de santé? (suite) Que suppose le médecin dans cet énoncé? Quels problèmes découlent de cet énoncé? Est-il possible pour les professionnels de la santé de laisser de côté leurs antécédents culturels lorsquils franchissent le seuil de la clinique, de lhôpital ou de la faculté?

49 A49 Le concept de lethnocentrisme est transféré au domaine de la médecine par les principes généraux de la science en vertu desquels la connaissance scientifique est perçue comme étant « exacte » ou « vraie ». On suppose ainsi que les connaissances médicales se situent à lextérieur des considérations culturelles. La connaissance médicale est considérée comme la bonne méthode pour expliquer le phénomène de la maladie (Loustaunau & Sobo, 1997). On présume que les professionnels de la santé constituent un groupe homogène (Beagan, 2000). 3. Lethnocentrisme est-il problématique dans le domaine de soins de santé? (suite)

50 A50 4. Présentation des stéréotypes

51 A51 4. Présentation des stéréotypes (suite)

52 A52 4. Études de cas « Tout ce que vous devez savoir sur… » « Trop sensible? »

53 A53 4. La métaphore de la tapisserie

54 A54 5. Stéréotypes « Les stéréotypes sont des généralisations ou des catégorisations au sujet dun groupe en particulier, basées sur une caractéristique commune (p. ex., lapparence, lethnicité, le genre, etc.). Lemploi de stéréotypes est un phénomène courant. La catégorisation est un moyen efficace de composer avec la myriade de stimuli auxquels nous sommes exposés dans notre environnement. User de stéréotypes à légard de groupes dindividus est une extension de notre tendance naturelle à catégoriser. » Bonder, Miracle & Martin, 2001

55 A55 5. Stéréotypes (suite) Voir tous les membres dun groupe culturel de la même manière, comme un ensemble homogène, sans permettre de variations culturelles ou dexceptions aux modèles culturels courants (Wells, 2000). Croire que toutes les personnes dune culture donnée possèdent toutes les caractéristiques attribuées à cette culture (Kemp & Rasbridge, 2004).

56 A56 5. Stéréotypes (suite) Se fonder uniquement sur des marques didentité de base et imparfaites (comme lethnicité ou le genre) pour fixer des attentes face aux comportements dun individu et les interpréter (Turbes, Krebs & Axtell, 2002).

57 A57 5. Stéréotypes (suite) Les énoncés qui se rapportent à des stéréotypes débutent souvent par exemple par : « Les Africains sont… » ou encore « Les Musulmans sont… ». Nous développons des stéréotypes pour nous aider à traiter des renseignements complexes ou manquants, mais ils viennent obscurcir la riche tapisserie culturelle de notre compréhension (Kohls, 1984).

58 A58 6. Exercice : Liceberg Lorsque nous rencontrons quelquun de nouveau : Quest-ce qui nous saute aux yeux? Quest-ce qui nest pas immédiatement apparent? Quelles sont les implications de cette situation lorsque nous travaillons avec des gens dautres cultures?

59 A59 7. Les pièges liés à lemploi de stéréotypes Émettre un jugement hâtif à légard dautrui (Brownlee, 1978). Généraliser à partir dun groupe atypique au sein dune société plus vaste (Brownlee, 1978). Établir une généralisation à partir dun groupe dominant ou puissant au sein dune culture.

60 A60 7. Les pièges liés à lemploi de stéréotypes (suite) Omettre la probabilité dun écart ou dun changement au sein du groupe. Baser son jugement sur des stéréotypes suscite des incompréhensions culturelles, des préjudices et de la discrimination (Helman, 2001), qui peuvent être enchâssés dans les politiques.

61 A61 8. Exercice : Stéréotypes et dynamique de groupe Cinq volontaires Pour discussion : devrions-nous servir de la bière et des chips lors du barbecue dorientation?

62 A62 8. Exercice : Stéréotypes et dynamique de groupe (suite) Compte rendu : –Impressions personnelles? –Impressions de lensemble des participants? –Retrait? Colère? Agression? –Quest-ce qui vous a incité à donner cette réponse? –Volontaires – devinez ce qui était écrit sur les étiquettes puis retirez-les

63 A63 9. Tenir compte de la différence Que signifie selon vous le fait de tenir compte de la différence par opposition au fait de se baser sur les stéréotypes? Quelles hypothèses sous-tendent cette approche? Selon toute vraisemblance, quelle approche permettra dappuyer la formation dun PSFE?

64 A64 9. Tenir compte de la différence (suite) Utiliser la généralisation comme point de départ, au lieu dutiliser les stéréotypes comme aboutissement, la porte fermée au travers de laquelle on ne peut obtenir aucun renseignement nouveau (Galanti, 1997, dans Kemp et Rasbridge, 2004).

65 Volet 3 de latelier : Développement des habiletés

66 A66 1. Communication interculturelle Révision : « La culture peut être vue comme un modèle intégré de croyances et de comportements acquis pouvant être partagés entre des groupes et comprenant des réflexions, des styles de communication, des méthodes dinteraction, des opinions quant aux rôles et aux relations, des pratiques et des coutumes » (Betancourt, 2003, p. 3). On met désormais laccent sur la culture et la communication.

67 A67 2. Exercice : Écoute active Trouvez un partenaire et désignez le premier locuteur. Locuteur : parlez sans arrêt pendant 2 minutes dun sujet qui vous tient à cœur pendant que lautre écoute (sans prendre de notes). Auditeur : résumez verbalement. Locuteur : si le résumé nest pas exact, apportez les corrections nécessaires et demandez à lauditeur de résumer de nouveau. Lexercice se poursuit jusquà ce quon en arrive à une entente mutuelle. Inversez les rôles.

68 A68 2. Exercice : Écoute active (suite) Discussion avec lensemble des participants : Quest-ce qui était marquant dans ce processus? Comment cette conversation peut-elle être différente dans des contextes interculturels?

69 A69 3. Communication efficace Le secret dinteractions interculturelles efficaces, que ce soit avec un PSFE, avec un client dont les antécédents diffèrent des vôtres, ou encore dans votre vie personnelle, réside dans la communication. Un processus en vertu duquel des personnes échangent une série didées, de sentiments et de messages, de façon verbale ou non verbale, intentionnelle ou non.

70 A70 3. Communication efficace (suite) Communication interculturelle : au moins deux personnes de cultures différentes tentent de communiquer – se produit tout le temps! Les interlocuteurs nappliquent pas les mêmes valeurs, croyances, hypothèses et stratégies comportementales pour structurer leurs stratégies de communication verbale et non verbale.

71 A71 3. Communication efficace (suite) « Obtenir des informations sur les niveaux [et le style] de communication peut permettre déviter de mal interpréter les comportements en matière de communication des personnes dautres cultures. » Kim, 2002

72 A72 3. Les caractéristiques de la communication La communication à létat pur est impossible, car nous amorçons le processus de communication avec un bagage dassociations préalables. Nous communiquons de diverses façons et la majeure partie de notre communication est inconsciente. Nous voyons ce que nous nous attendons à voir. Nous ne voyons pas ce que nous ne nous attendons pas à voir. Nous percevons tous les choses différemment.

73 A73 3. Les caractéristiques de la communication (suite) REMUE-MÉNINGES : Quelles sont les implications de ces idées au sujet de la communication lorsque vous travaillez avec des professionnels de la santé formés à létranger ?

74 A74 3. Quels sont les obstacles à une communication interculturelle efficace? Présumer de la similarité – penser que les gestes et les mots ont une signification universelle. Signaux non verbaux différents – variation de la mesure dans laquelle les cultures se fient aux signaux non verbaux et à la signification des gestes. Utilisation du langage verbal – la quantité de paroles/de silence, lutilisation des noms, de largot et des idiomes, les sujets tabous, la terminologie.

75 A75 4. Exercice : Simulation de styles de communication Sept volontaires pour la simulation Lisez votre directive en privé. En groupe, choisissez lemplacement dune conférence et la nourriture qui y sera servie.

76 A76 4. Exercice : Simulation de styles de communication (suite) Compte rendu : –Était-il facile dadhérer à ce style de communication? Pourquoi oui, pourquoi non? –Quavez-vous présumé les uns des autres? –Ensemble des participants : impact des suppositions sur la dynamique? –Comment cette situation peut-elle affecter votre travail avec les PSFE?

77 A77 5. La culture et la sensibilisation à la communication Connaître ses préférences en matière de communication est utile. Il est également utile didentifier les styles de communication qui ont tendance à déclencher chez nous des réactions émotionnelles négatives. En étant sensible à la communication, nous pouvons consciemment tenter damoindrir limpact de ces déclencheurs.

78 A78 5. Exercice : Les valeurs de la communication Remplir les feuilles de travail individuellement. Avec des partenaires, discutez des questions figurant sur les feuilles de travail.

79 A79 6. Communication interculturelle efficace REMUE-MÉNINGES : Quelles qualités les bons communicateurs interculturels affichent-ils? Quelles sont certaines des stratégies pouvant nous permettre de surmonter les obstacles à la communication interculturelle?

80 A80 6. Prêter une oreille attentive aux conflits en matière de communication REMUE-MÉNINGES : Comment savez-vous reconnaître un conflit en matière de communication?

81 A81 6. Prêter une oreille attentive aux conflits en matière de communication (suite) Limpatience et lagacement sont des signes dune mésentente potentielle. Si certaines questions vous semblent indiscrètes ou personnelles, sachez reconnaître que ce comportement est considéré comme essentiel dans certaines cultures pour bâtir un climat de confiance. Le mimétisme nest pas signe de compréhension.

82 A82 6. Prêter une oreille attentive aux conflits en matière de communication (suite) Lhésitation à suivre des recommandations peut indiquer un obstacle culturel caché. Traitez les autres comme ils voudraient être traités.

83 A83 7. Surmonter les obstacles à la communication interculturelle Essayez continuellement de découvrir et de clarifier vos propres identités, préférences et préjugés. Fort de cette connaissance, décidez consciemment de ne pas baser vos agissements sur des stéréotypes. Soyez à lécoute, en vous montrant respectueux même si vous êtes en désaccord avec les propos énoncés. Essayez de vous familiariser davantage aux divers modèles culturels (voir les lectures recommandées).

84 A84 7. Stratégies pour surmonter les obstacles Traitez chaque personne comme si elle était unique. Dans le doute, demandez plus de renseignements ou des commentaires de rétroaction. Tolérez lambiguïté. Bâtissez la confiance et montrez-vous préoccupé par lautre. Soyez sensible à la nécessité pour lautre de « sauver les apparences ». Lhumour et la patience sont des qualités primordiales.

85 A85 7. Stratégies pour surmonter les obstacles (suite) Soyez attentif aux messages non verbaux tout en demeurant conscient quun geste qui vous a blessé peut avoir des significations différentes. Dans le doute, demandez des éclaircissements. Évitez de tenir des propos obscurs ou ayant des connotations douteuses. Mettez-vous à la place de lautre (tout en demeurant vous-même).

86 A86 8. Exercice : Nouveau regard sur la sensibilisation aux cultures Revoyez les notions traitées plus tôt. Quelles seraient selon vous les qualités dun enseignant compétent en matière de culture? Quelles ressources potentielles mises à votre disposition pourraient vous aider à vous familiariser davantage avec dautres cultures?

87 A87 8. Exercice : Nouveau regard sur la sensibilisation aux cultures (suite) Quelles stratégies précises les enseignants peuvent-ils utiliser pour accroître leur niveau de sensibilisation? Comment pouvez-vous intégrer la sensibilisation aux cultures dans votre travail denseignement?

88 A88 8. Comment, en tant quenseignants, pouvons- nous devenir plus sensibles et réceptifs aux cultures? Accédez à des renseignements culturels à partir de sources fiables, y compris les PSFE. Continuez à développer des habiletés en matière de communication interculturelle et denseignement. Engagez-vous à procéder à une auto-évaluation régulière par le biais de la réflexion. Demandez à des collègues et à des étudiants de commenter votre style denseignement régulièrement.

89 A89 8. Enseignement interculturel efficace Utilisez votre inclination scientifique. Développez une hypothèse basée sur lobservation et lexpérience avant de recueillir des données. Exemple : une nouvelle PSFE de votre groupe demeure silencieuse. Pourquoi selon toute vraisemblance? Comment allez-vous tester votre hypothèse?

90 A90 8. Enseignement interculturel efficace (suite) Sachez reconnaître les moments où vous devez généraliser et ceux où vous devez individualiser. Exemple : un PSFE polonais commence à travailler en médecine familiale. Savez-vous quels enjeux peuvent se présenter? Cela sera-t- il le cas avec ce résident?

91 A91 8. Enseignement interculturel efficace (suite) Utilisez votre connaissance des groupes culturels, de leurs environnements et des techniques denseignement utiles comme base de référence pour comparaison, sans toutefois présumer quelle soit vraie. Exemple : vous savez que dans les cultures musulmanes traditionnelles, les hommes nexaminent pas les femmes. Vous avez un nouveau PSFE musulman dans votre groupe de médecine familiale. Comment vous y prendrez-vous pour découvrir ses besoins dapprentissage et son degré de confort avec une telle situation?

92 A92 9. Sensibilisation aux cultures chez les PSFE REMUE-MÉNINGES : Comment pouvons-nous aider les PSFE à sajuster à leur nouveau milieu et à développer des habiletés en matière de sensibilisation aux cultures?

93 A93 9. Appuyer la sensibilisation aux cultures chez les PSFE Prévoyez du temps et suscitez loccasion pour que les apprenants formés à létranger et ceux formés au Canada puissent assister à une formation similaire, propre aux soins interculturels. Encouragez les étudiants à évaluer régulièrement leur travail et à y réfléchir : –Se filmer en action et revoir la cassette avec des collègues –Tenir un journal

94 A94 9. Appuyer la sensibilisation aux cultures chez les PSFE (suite) Demandez au PSFE de consigner dans un journal les expériences interculturelles quil a trouvées difficiles ou gratifiantes, en notant à la fois les détails de la situation et leurs actes et réactions. Revoyez-les périodiquement avec le PSFE ou un groupe détudiants, dans le cadre dune activité non évaluative.

95 A95 9. Appuyer la sensibilisation aux cultures chez les PSFE (suite) Utilisez certaines des ressources de communication fournies ici pour aider les PSFE à développer leurs propres valeurs et préférences en matière de communication. Aidez les PSFE à trouver les ressources correspondant à leurs besoins dapprentissage. Donnez lexemple en illustrant des approches réceptives aux cultures en matière de soins.

96 A Études de cas « Une étudiante silencieuse » « Sexualité en milieu clinique »

97 A Compétences en communication Le modèle de Howell (1982) : – Incompétence inconsciente – Incompétence consciente – Compétence consciente – Compétence inconsciente Note : la compétence suggère un aboutissement, une maîtrise complète. La réceptivité aux cultures est un processus permanent.

98 A98 LaMountain & Abramms, 1993 « Lexposition et le sentiment daise sont aussi importants que la connaissance. »

99 A Aller de lavant (A) Exercice : Plan daction individuel OU (B) Exercice : Plan daction de groupe


Télécharger ppt "Former pour sensibiliser à la diversité culturelle Atelier A Un atelier à lintention des enseignants et des superviseurs des professionnels de la santé"

Présentations similaires


Annonces Google