La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lautogestion, un concept pertinent et un terrain innovant pour la communication organisationnelle Suzy Canivenc, Doctorante au PREFics, EA 3207/UMR CNRS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lautogestion, un concept pertinent et un terrain innovant pour la communication organisationnelle Suzy Canivenc, Doctorante au PREFics, EA 3207/UMR CNRS."— Transcription de la présentation:

1 Lautogestion, un concept pertinent et un terrain innovant pour la communication organisationnelle Suzy Canivenc, Doctorante au PREFics, EA 3207/UMR CNRS 81 43, Équipe du CERSIC Université Rennes 2, Université Européenne de Bretagne « La communication en débat dans les SIC : quels objets, terrains, théories » Université Rennes 2, 11 et 12 juin 2009

2 Sujet de recherche Sujet de recherche « Lautogestion et les nouvelles formes organisationnelles dans la société de linformation, de la communication et du savoir » Terrains - Deux coopératives autogérées - Deux entreprises caractéristiques de la société de linformation: une SSII et un éditeur de logiciels Objectifs du jour Objectifs du jour - Souligner la pertinence de l « autogestion » pour la communication organisationnelle - Éclairer les points de rupture et de contact de ces travaux avec les SIC INTRODUCTION

3 Définition du terme « autogestion » : « Toutes les décisions sont prises par la collectivité qui est, chaque fois, concernée par lobjet de ces décisions » CASTORIADIS, Cornélius. Autogestion et hiérarchie. Éditions grain de sable « Lautogestion implique la suppression de toute distinction entre dirigeants et dirigés et laffirmation de laptitude des hommes à sorganiser collectivement » GJIDARA, Marc. « Autogestion ». Encyclopædia Universalis, 1998 La mise en pratique de lautogestion : La place centrale de linformation, de la communication et du savoir La place centrale de linformation, de la communication et du savoir « Trois éléments principaux vont permettre à ce principe de fonctionner : la maximisation dinformation, la multiplicité de structure déchanges, et enfin lapprentissage du pouvoir » SAINSAULIEU, Renaud, TIXIER, Pierre Eric, avec la participation de MARTY, Marie-Odile. La démocratie dans les organisations, vers des fonctionnements collectifs de travail. Librairie des Méridiens, 1983 QUEST-CE QUE LAUTOGESTION ?

4 « Décider, cest décider en connaissance de cause. (…) Cela signifie que ceux qui décident doivent disposer de toutes les informations pertinentes » CASTORIADIS, Cornélius. Autogestion et hiérarchie. Éditions grain de sable « Il sagit donc de diffuser linformation à tous les membres, quelles que soient leurs fonctions » LABORIT, Henri. Société informationnelle, idée pour lautogestion. Les Editions du Cerf, 1973 « La décision étant donc le fait de lensemble des participants et non plus dun petit noyau situé au sommet, elle doit se préparer par une circulation intense de linformation » SAINSAULIEU, Renaud, TIXIER, Pierre Eric, avec la participation de MARTY, Marie-Odile. La démocratie dans les organisations, vers des fonctionnements collectifs de travail. Librairie des Méridiens, 1983 « Le plus important nest peut être pas les règles formelles de prise de décision mais linformation et la compréhension des problèmes. Pour prendre des décisions collectives et adéquates il faut que tout le monde soit au courant de tout et pense à tout. La circulation de linformation est donc fondamentale » (Document sur lautogestion rédigé par les membres dune coopérative autogérée étudiée dans le cadre de cette thèse) LINFORMATION : une variable fondamentale pour permettre limplication de tous

5 « Les moyens dexpression sont infiniment supérieurs à ceux dont on dispose en système hiérarchique » MARTY, Marie-Odile. « La stratégie de laffectif ». Autrement n°20, 1979 « Le projet autogestionnaire et les incertitudes vécues par lorganisation impliquent un système de réunions beaucoup plus fréquentes » SAINSAULIEU, Renaud, TIXIER, Pierre Eric, avec la participation de MARTY, Marie-Odile. La démocratie dans les organisations, vers des fonctionnements collectifs de travail. Librairie des Méridiens, 1983 LA COMMUNICATION : une variable fondamentale pour permettre une négociation permanente

6 « La participation directe de tous les associés à la gestion de lentreprise ne pourra être effective que si louvrier nest pas condamné à une tâche parcellaire mais sil est préparé, par une éducation encyclopédique et par un apprentissage polyvalent, à occuper temporairement des emplois différents et à comprendre lensemble du fonctionnement de lentreprise à laquelle il est associé » ANSART, Pierre. Naissance de lanarchisme. PUF, 1970 « Sans tomber dans lexcès, [nous souhaitons] développer une prise en charge collective des différentes tâches à effectuer. Ce qui implique que chacun sintéresse à tout et se forme à toutes les tâches nécessaires au fonctionnement de lentreprise ». (Document sur lautogestion rédigé par les membres dune coopérative autogérée étudiée dans le cadre de cette thèse) « Cette pratique ne pourrait tenir sil nexistait par ailleurs un mécanisme majeur de régulation de linégalité : lapprentissage » MARTY, Marie-Odile. « La stratégie de laffectif ». Autrement n°20, 1979 LE SAVOIR : une variable fondamentale pour dépasser la division entre conception et exécution

7 L « euphémisation » du pouvoir : La persistance dun clivage technique/stratégie, exécution/conception, dirigé/dirigeant qui se matérialise par : - Un espace scindé en open-space/bureaux personnels - Un leadership oscillant entre « laisser-faire »/directivité Une euphémisation des rapports hiérarchiques qui se traduit par le tutoiement, lemploi des prénoms, la facilité daccès, lhumour, les hobbies communs, les relations extraprofessionnelles… Des constats déjà effectués : « Abolition apparente de la différenciation sociale que suppose le tutoiement » OLIVESI, Stéphane. La communication au travail, une critique des nouvelles formes de pouvoir dans les entreprises. PUG, 2006 (2ème édition) « La notion de pouvoir, le rapport dominant-dominé paraissent éludés » SABOURAUD, Olivier. « Avance ou recul dune idée ? Avatars de la démocratie industrielle ». Dans La démocratie dans lentreprise : une utopie ? Condé-sur-Noireau : Corlet, 2000 « Le management (…) forme en fait une idéologie qui tente de masquer les divisions et les écarts existant au sein de lentreprise » LE GOFF, Jean-Pierre. Les illusions du management, pour le retour du bon sens. La Découverte/Poche, 2000 Point de contact avec les travaux existants: lanalyse des nouvelles formes organisationnelles

8 La violence symbolique : « Violence douce, invisible, méconnue comme telle » BOURDIEU, Pierre. Le sens pratique. Éditions de Minuit, 1980 « Cette dissimulation lui confère de nouveaux pouvoirs et une efficacité spécifique (…) Le méconnu, cest-à-dire, en loccurrence, les rapports de force, continue de peser et dagir et son efficacité est dautant plus grande quil est invisible » TERRAY, Emmanuel. « Réflexions sur la violence symbolique ». Dans LOJKINE, Jean (dir.). Les sociologies critiques du capitalisme, en hommage à Pierre Bourdieu. PUF, 2002 Un constat déjà effectué par : Xavier De la Véga : « despotisme soft » DE LA VEGA, Xavier. « De nouveaux dispositifs de pouvoir ». Dans CABIN, Philippe, CHOC, Bruno (coord.). Les organisations, états des savoirs. Éditions Sciences Humaines, 2005 (2° édition actualisée) Isabelle Orgogozo : « soft tyrannie » ORGOGOZO, Isabelle. Lentreprise communicante, des châteaux forts aux cloisons mobiles. Les Éditions dOrganisations, 1998 Éric Fay : « contrainte douce ». FAY, Éric. Information, parole et délibération ; lentreprise et la question de lhomme. Les Presses de lUniversité de Laval, 2004 Point de contact avec les travaux existants: lanalyse des nouvelles formes organisationnelles

9 La place centrale de la communication dans ces nouvelles formes de pouvoir : - La communication institutionnelle : des discours sinspirant de la rhétorique autogestionnaire où lentreprise apparaît comme un lieu démancipation, de liberté, de réalisation personnelle et de convivialité - La communication interpersonnelle : des pratiques managériales jouant de la proximité, de la convivialité voire de lamitié Un constat déjà effectué par Jean-Pierre Le Goff : « les nouvelles méthodes de communication et de management dessinent une nouvelle figure du pouvoir qui le rend moins visible » LE GOFF, Jean-Pierre. Les illusions du management, pour le retour du bon sens. La Découverte/Poche, 2000 Point de contact avec les travaux existants: lanalyse des nouvelles formes organisationnelles

10 Une conception réductrice de la communication dans les organisations : La persistance du modèle unidirectionnel de la communication : Émetteur > Canal > Récepteur Un constat déjà effectué : « La conception dite instrumentale du langage (…) généralement attribuée aux travaux précurseurs dingénieurs en télécommunication daprès guerre (Shannon et Weaver, 1949) inspire toujours, globalement, les pratiques et la littérature professionnelles sur la communication en entreprise » BORZEIX, Anni. « Le travail et sa sociologie à lépreuve du langage ». Dans BORZEIX, Anni, FRAENKEL Béatrice. Langage et travail, communication, cognition, action. CNRS Édition, 2005 « Sous couvert dune communication à la Habermas favorisant léchange dinformations par une interaction soutenue entre émetteurs et récepteurs, ce qui nous est réellement non pas proposé mais bien imposé, cest une communication à la Shannon » MASSIE, Jean-Marc. « Système expert et communication dentreprise : communication manquée, information manquante ». Quaderni n°20, Printemps 1993 Point de contact avec les travaux existants: lanalyse des nouvelles formes organisationnelles

11 Lautogestion comme terrain et concept innovant pour la communication organisationnelle : « You cant beat something with nothing. (…) You must offer an alternative » SIMON, Herbert A. « Rational decision-making in business organisations ». Nobel Memorial Lecture, 8 December, 1978 La nécessité dadopter un regard critique envers lautogestion : La mise en lumière des limites et dérives de lautogestion : - des limites en nombre, en taille et en durée - des obstacles contextuels - des dérives intrinsèques > Un double regard critique sur les nouvelles formes organisationnelles et lautogestion visant à éclairer les phénomènes organisationnels dun point de vue communicationnel. Point de rupture avec les travaux existants: lanalyse des organisations autogérées

12 MERCI… Suzy CANIVENC, Doctorante au PREFics, AE 3207/UMR CNRS Équipe du CERSIC Université Rennes 2, Université Européenne de Bretagne


Télécharger ppt "Lautogestion, un concept pertinent et un terrain innovant pour la communication organisationnelle Suzy Canivenc, Doctorante au PREFics, EA 3207/UMR CNRS."

Présentations similaires


Annonces Google