La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Www.atilf.fr/perso/buchi Les langues romanes sont-elles des langues comme les autres ? Ce quen pense le DÉRom XXVII e Congrès international de linguistique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Www.atilf.fr/perso/buchi Les langues romanes sont-elles des langues comme les autres ? Ce quen pense le DÉRom XXVII e Congrès international de linguistique."— Transcription de la présentation:

1 Les langues romanes sont-elles des langues comme les autres ? Ce quen pense le DÉRom XXVII e Congrès international de linguistique et de philologie romanes (2013) Éva Buchi ATILF (CNRS & Université de Lorraine)

2 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 2 Plan 1. Introduction 2. Propriétés phonologiques des étymons 3. Propriétés sémantiques des étymons 4. Propriétés morphosyntaxiques des étymons 5. Étymons dépourvus de corrélats en latin écrit 6. Conclusion

3 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 3 Particularisme flagrant de létymologie romane Abondance des témoignages écrits du latin, réputé être lancêtre commun des idiomes romans reconstruction comparative superflue Reconstruction comparative : Hock 1986, ; Anttila 1989, ; Fox 1995, ; Rankin 2003 ; Campbell 2004 : Peuvent être prélevés dans les dictionnaires latins (méthode de la pioche, Chambon 2010 : 65) Au besoin moyennant des modifications ad hoc (fiddled with classical Latin, Buchi 2010 : 2)

4 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 4 Appel au comparatisme Il conviendrait […] dappliquer aux parlers romans la méthode comparative : rien quelle, telle quelle, et, pour tout dire, dans sa sèche simplicité (Chambon 2007 : 68 ; cf. aussi Chambon 2010) Rappelle lappel au comparatisme lancé par deux sinisants pour une autre famille linguistique bénéficiant du douteux privilège de disposer de témoignages écrits dun système linguistique assimilé par raccourci à la protolangue (Norman/Coblin 1995)

5 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 5 DÉRom (Dictionnaire Étymologique Roman)

6 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 6 Débat méthodologique Vàrvaro 2011a ; Buchi/Schweickard 2011a ; Vàrvaro 2011b ; Buchi/Schweickard 2011b Contribution pratique au débat (théorie : Chambon 2007 ; 2010 ; à paraître), sur la base des 73 articles du DÉRom actuellement publiés Les langues romanes seront déclarées normales si placer la reconstruction comparative au centre de létymologie de leur lexique héréditaire produit des résultats plus puissants que ceux obtenus par la méthode traditionnelle

7 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 7 Plan 1. Introduction 2. Propriétés phonologiques des étymons 3. Propriétés sémantiques des étymons 4. Propriétés morphosyntaxiques des étymons 5. Étymons dépourvus de corrélats en latin écrit 6. Conclusion

8 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 8 Impression de match nul Système graphique du latin REW FEWLEIDÉRom brūma (von Wartburg 1928) brūma (Stemper/Pfister 2001) */'brum a/ (Birrer/Reinhardt/ Chambon 2013) crēscĕrecrēscĕre (von Wartburg 1945) */'kresk e / (Maggiore 2011/2012) rŏta (von Wartburg 1962) */'rɔt a/ (Groß 2012) Mots-formes versus unités lexicales Différences de surface, impression déquivalence

9 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 9 Fausse impression Quantité vocalique versus degré daperture REW FEWLEIDÉRom brūma (von Wartburg 1928) brūma (Stemper/Pfister 2001) */'brum a/ (Birrer/Reinhardt/ Chambon 2013) crēscĕrecrēscĕre (von Wartburg 1945) */'kresk e / (Maggiore 2011/2012) rŏta (von Wartburg 1962) */'rɔt a/ (Groß 2012) Témoignage concordant des langues romanes : leur ancêtre commun ne connaissait que des oppositions de timbre

10 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 10 Meyer-Lübke (1890 : 53-54) Le latin possédait originairement cinq voyelles qui pouvaient être longues ou brèves : ă ā ; ĕ ē ; ĭ ī ; ŏ ō ; ŭ ū. […] Mais, dans le cours des siècles, il y eut des changements. Une différence qualitative sattacha à la différence quantitative ; les voyelles toniques longues devinrent fermées, les brèves ouvertes : ĕ > ę, ē >, ĭ > į, ī >, ŏ > ǫ, ō >, ŭ > ų, ū >. Il ny a que ă et ā qui paraissent avoir eu le même timbre. […] Plus tard encore, la différence quantitative disparut […]. Toutes les langues romanes partent de cet état, qui peut être considéré comme étant celui du latin vulgaire.

11 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 11 Seconde différence structurelle Accent dintensité REW FEWLEIDÉRom brūma (von Wartburg 1928) brūma (Stemper/Pfister 2001) */'brum a/ (Birrer/Reinhardt/ Chambon 2013) crēscĕrecrēscĕre (von Wartburg 1945) */'kresk e / (Maggiore 2011/2012) rŏta (von Wartburg 1962) */'rɔt a/ (Groß 2012) Témoignage quasiment unanime des langues romanes : accent lexical en protoroman Unité phonologique suprasegmentale justifiée

12 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 12 Plus-value plus immédiatement apparente REW FEWLEIDÉRom battuĕrebattuere (von Wartburg 1924) batt(u)ere (Calò/Pfister 1995) */'batt e / (Blanco Escoda 2011– 2013) februarius (von Wartburg 1932) */ɸe'βrari u/ (Celac 2009–2013) hĕdĕra (von Wartburg 1949) */'ɛder a/ (Reinhardt 2010–2013) hĕrba (von Wartburg 1949) */'εrb a/ ~ */'εrβ a/ (Reinhardt 2010–2013)

13 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 13 Résultats des deux méthodes assez similaires… … mais pas identiques ! Tels le nord magnétique (déterminé par laxe du champ magnétique terrestre) et le nord géographique (défini par laxe de rotation de la terre), les résultats des deux méthodes diffèrent Différence dangle entre le nord magnétique et le nord géographique = déclinaison magnétique Déclinaison étymologique

14 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 14 Plan 1. Introduction 2. Propriétés phonologiques des étymons 3. Propriétés sémantiques des étymons 4. Propriétés morphosyntaxiques des étymons 5. Étymons dépourvus de corrélats en latin écrit 6. Conclusion

15 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 15 Cf. Buchi 2012 Sens «charbon» non attesté : angle mort définitoire de la méthode traditionnelle REW FEWLEIDÉRom fames/*famĭne « faim » fames « faim » (von Wartburg 1931) */'ɸamen/ « faim ; famine ; désir » (Buchi/González Martín/Mertens/ Schlienger 2012) sagĭtta « flèche » (von Wartburg 1961) */sa'g ɪ tt a/ « flèche ; courson ; éclair » (Delorme 2011–2013) tītio, -ōne « tison » tītio « tison » (Müller 1966) */ti'tion e/ « tison ; charbon (maladie des céréales) » (Jactel/Buchi 2012/2013)

16 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 16 Plan 1. Introduction 2. Propriétés phonologiques des étymons 3. Propriétés sémantiques des étymons 4. Propriétés morphosyntaxiques des étymons 5. Étymons dépourvus de corrélats en latin écrit 6. Conclusion

17 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 17 Valence verbale REW FEWLEIDÉRom clāmāre [v.intr./tr.] « appeler ; nommer » clamare [v.intr./tr.] « appeler » (von Wartburg 1939) */'klam a / v.intr./tr./pron. (Mertens/Budzinski 2012/2013) crēscĕre [v.intr.] « croître » (von Wartburg 1945) */'kresk e / v.intr./tr. (Maggiore 2011/2012) Die verschiedenen bed. nüancen, die das verbum im gallorom. hat, bestehen meist schon im lt. […]. Im gallorom. kommt neu dazu die transitive verwendung (von Wartburg 1945 in FEW 2, 1328b, CRĒSCĔRE )

18 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 18 Domaine nominal Déclinaison étymologique la plus flagrante (cf. Delorme 2011 : ) REW FEWLEIDÉRom fames/*famĭne ø [s.f. ?] fames ø [s.f. ?] (von Wartburg 1931) */'ɸamen/ s.n. (Buchi/González Martín/Mertens/ Schlienger 2012) laurus ø [s.f. ?] laurus ø [s.f. ?] (von Wartburg 1949) */'laur u/ s.m. (Reinhardt/Richter 2011/2012) vīnāceus [adj.] « relatif au vin » Dérivation idioromane (von Wartburg 1960) */βi'n aki a/ s.f. (Delorme 2010–2012)

19 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 19 Plan 1. Introduction 2. Propriétés phonologiques des étymons 3. Propriétés sémantiques des étymons 4. Propriétés morphosyntaxiques des étymons 5. Étymons dépourvus de corrélats en latin écrit 6. Conclusion

20 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 20 Étymons dépourvus de corrélats en latin écrit Sous-ensemble du lexique héréditaire roman pour lequel la doxa a toujours admis lutilité de la méthode régressive (mais pas forcément de la reconstruction comparative, cf. Chambon à paraître : 11-12) Grammaire comparée = pis-aller

21 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 21 Étymons « non attestés » REW FEWLEIDÉRom Dérivation idioromane *apriliu (von Wartburg 1970 in FEW s.v. APRĪLIS ) probabilmente già latino * APRILIU (Lupis/Pfister 1987 in LEI s.v. APRĪLIS ) */a'pril i u/ (Celac 2009–2013) Évolution sémantique idioromane longob. barbas (von Wartburg 1968) barba è dunque forma latina con unimpronta semantica germanica (Glessgen/Pfister 1994 in LEI s.v. BARBA [s.f.]) */'barb a/ 2 s.m. « oncle » (Schmidt/Schweickard 2010– 2013) Dérivation idioromane greffe préfixale en ex (Chauveau 2000 in FEW s.v. AUSCŬLTARE ) */es'kʊlt a / (Schmidt/Schweickard 2010– 2012) * mŏntanealatméd. *montanea (Baldinger 1966) */mon't ani a/ (Celac 2012/2013)

22 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 22 Plan 1. Introduction 2. Propriétés phonologiques des étymons 3. Propriétés sémantiques des étymons 4. Propriétés morphosyntaxiques des étymons 5. Étymons dépourvus de corrélats en latin écrit 6. Conclusion

23 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 23 Pour revenir à la question posée dans le titre Langues romanes = langues comme les autres Déclinaison étymologique entre méthode traditionnelle et reconstruction comparative bien réelle Pour autant, le DÉRom préconise-t-il de renoncer au témoignage du latin écrit de lAntiquité ? Non, bien au contraire !

24 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 24 Videsott 2012 in DÉRom s.v. */' ʊ nkt u/ Le corrélat du latin écrit du type II., unctum s.n. « onguent », est connu depuis Apulée (* ca 123/125 – ca 170, OLD). Le latin écrit de lAntiquité, qui atteste par ailleurs ce lexème dans le sens « nourriture riche » (dp. Horace [* 65 – 8], OLD), ne connaît pas, en revanche, de corrélat dans le sens « matière grasse élaborée utilisée en cuisine » (ci-dessus I.). Du point de vue diasystématique (latin global), le sens « matière grasse élaborée utilisée en cuisine » (ci-dessus I.) de protorom. */' ʊ nkt u/ ~ lat. unctum est donc à considérer comme un particularisme de loral, « nourriture riche », comme un particularisme de lécrit, le sémème « matière grasse élaborée utilisée pour enduire » (ci-dessus II.) constituant lintersection entre les deux codes.

25 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 25 Dworkin (à paraître : 7) Practitioners of Romance etymology are blessed (or cursed ?) by having at their disposal the rich documentation afforded by written Latin Cursed si elle détourne létymologiste de la reconstruction comparative Blessed si létymologiste accepte le fait que les langues romanes sont dabord des langues comme les autres

26 Analyse et Traitement Informatique de la Langue Française 26 Leonard (1980 : 40) Texte programmatique qui se lit un peu comme une prémonition du projet qui anime le DÉRom Once the role of Latin as a red herring in comparative Romance linguistics has been recognized, our future progress will have implications outside the field that will make scholars in other areas look on our diachronic studies with quickened interest


Télécharger ppt "Www.atilf.fr/perso/buchi Les langues romanes sont-elles des langues comme les autres ? Ce quen pense le DÉRom XXVII e Congrès international de linguistique."

Présentations similaires


Annonces Google