La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA PHOTOGRAPHIE Lecture dimages. 1.LE CADRAGE 2.LECHELLE DES PLANS 3.CADRER CEST CHOISIR 4.LA PROFONDEUR DE CHAMP 5.LETAGEMENT DES PLANS 6.LIGNES ET POINTS.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA PHOTOGRAPHIE Lecture dimages. 1.LE CADRAGE 2.LECHELLE DES PLANS 3.CADRER CEST CHOISIR 4.LA PROFONDEUR DE CHAMP 5.LETAGEMENT DES PLANS 6.LIGNES ET POINTS."— Transcription de la présentation:

1 LA PHOTOGRAPHIE Lecture dimages

2 1.LE CADRAGE 2.LECHELLE DES PLANS 3.CADRER CEST CHOISIR 4.LA PROFONDEUR DE CHAMP 5.LETAGEMENT DES PLANS 6.LIGNES ET POINTS DE FUITE 7.LANGLE DE VUE 8.LA SOURCE LUMINEUSE 9.LES FONCTIONS DE LA LUMIERE 10.LIMPLICATION DU SPECTATEUR 11.GLOSSAIRE

3 1.LE CADRAGE

4 Cette photographie de Robert Doisneau a été recadrée.

5 Entourez le sujet principal de cette image.

6 Tracez des flèches indiquant la direction des regards des deux personnages.

7 Pourquoi cette image suscite-t-elle une interrogation chez le spectateur ?

8 Limage est cadrée de telle façon que le spectateur ne peut pas voir ce que regardent les personnages. Par contre, le cadrage en plan rapproché poitrine permet au spectateur de voir distinctement le regard des personnages et leur direction. Ce que regardent les personnages est hors-champ : on désigne ainsi tout ce qui reste hors du cadre et qui nest donc pas visible. Cet hors-champ est ici mystérieux et éveille la curiosité du spectateur. ? ?

9 Donnez un titre à cette image.

10 Voici maintenant la photographie non recadrée de Robert Doisneau intitulée Le regard oblique. Robert Doisneau Le regard oblique : la vitrine de Romi, 1948 © Robert DOISNEAU/ RAPHO

11 Robert Doisneau Le regard oblique : la vitrine de Romi, 1948 © Robert DOISNEAU/ RAPHO Tracez des flèches pour indiquer ce que regardent les personnages.

12 Robert Doisneau Le regard oblique : la vitrine de Romi, 1948 © Robert DOISNEAU/ RAPHO Que permet de comprendre ce nouveau cadrage ?

13 Robert Doisneau Le regard oblique : la vitrine de Romi, 1948 © Robert DOISNEAU/ RAPHO Le cadrage plus large permet de comprendre : - que les deux personnages sont face à une vitrine présentant des tableaux ; - que la femme regarde le tableau face à elle, mais que lhomme regarde un autre tableau, situé à sa droite, et qui représente une femme nue, de dos.

14 Le sens de limage se trouve-t-il transformé par ce cadrage différent ?

15 Le sens de limage est totalement différent suivant le cadrage choisi. Le cadrage de Doisneau apporte une dimension humoristique à la photographie. Conclusion Le cadrage est un élément fondamental dans la construction du sens dune image. Selon ce qui est placé dans le cadre ou laissé hors-champ, le message adressé au spectateur nest pas exactement le même ; il peut même savérer très différent.

16 2.LECHELLE DES PLANS

17 Comparez ces trois images. Le photographe se rapproche du champ de coquelicots. Quelles conséquences entraine la position du photographe sur la taille des fleurs? A B C La taille du sujet dans le cadre varie avec la distance qui le sépare du photographe. Plus cette distance est grande, plus le sujet apparait petit. Plus le photographe se rapproche, plus le sujet prend de limportance dans le cadre.

18 Classez ces images du plus proche (1) au plus lointain (2 puis 3). A B C 1 2 3

19 Plan densemble (le paysage seul, vu de loin) LES ECHELLES DE PLAN Plan de demi-ensemble (le paysage avec présence de petits personnages) Plan moyen (le personnage en pied) Plan américain (le personnage est coupé à mi-cuisses) Plan rapproché (le personnage est coupé à la taille ou à la poitrine) Gros plan (la tête du personnage) Très gros plan (un détail vu de près)

20

21 TYPES DE PLAN Plan densemble Plan de demi-ensemble Plan moyen Plan américain Plan rapproché Gros plan Très gros plan Classez ces images dans le tableau déchelle des plans

22 À l'intérieur d'une image existante, quelle que soit l'échelle de plan choisie par son auteur, il est possible en modifiant le cadre de créer une autre image caractérisée par une autre échelle de plan. 3.CADRER CEST CHOISIR

23 Georges de La Tour ( ) Le tricheur à l'as de carreau, (c.1635) huile sur toile, (H) 106 cm x (L) 146 cm, musée du Louvre, Paris Cadrage Plan de demi-ensemble

24 Il triche! Cadrage Plan américain

25 Elles se méfient Cadrage Plan rapproché

26 Luxe, tricherie et volupté Cadrage Très gros plan

27 4.LA PROFONDEUR DE CHAMP Les peintres, les dessinateurs et les photographes disposent de plusieurs moyens pour créer lillusion de la troisième dimension.

28 La lumière éclairant de côté les objets crée des ombres et des variations de couleur qui restituent limpression de volume.

29 Létagement de bas en haut des objets : on trouve en bas les plus proches (et donc les plus gros) et en haut les plus lointains (et les plus petits).

30 La perspective Les lignes de constructions se rejoignent au fond de limage et créent limpression de profondeur.

31 La superposition des objets celui qui est le plus proche dissimule en partie celui qui est plus lointain.

32 5.LETAGEMENT DES PLANS

33 Létagement des plans accentue leffet de profondeur. On appelle: premier plan, celui qui est le plus proche de lobservateur second plan celui qui se trouve juste derrière et ainsi de suite jusquà larrière-plan. Premier plan Homme de dos + table Second plan Amoureux + passant Troisième plan Passants Quatrième plan Passants flous réverbère Sixième plan Hôtel de ville Arrière plan Paris Le baiser de lHôtel de Ville – Robert DOISNEAU 1950 Quels sont les différents plans de cette photographie? Cinquième plan Rue

34 6.LIGNES ET POINTS DE FUITE

35 Le regard est orienté vers un point particulier lequel?

36 Quelles sont les lignes de constructions qui focalisent le regard sur ce point? Ligne dhorizon Lignes de fuite Observateur Lignes de fuite Point de fuite

37 LA PERSPECTIVE LINEAIRE Le point de fuite PF est le point de convergence des lignes de fuite. Il détermine la position de lobservateur par rapport au sujet. La ligne dhorizon passe horizontalement par ce point de fuite et matérialise la hauteur des yeux de lobservateur.

38

39 7.LANGLE DE VUE

40 -Angle de vue normal = l'observateur est au même niveau que le sujet.Souci d'objectivité, neutralité. -Angle de vue en plongée (vers le bas). Lobservateur est au dessus du sujet. Ecrasement du sujet: impression de puissance,de domination. -Angle de vue en contre-plongée (vers le haut). Lobservateur est placé en dessous du sujet. Mise en valeur du sujet, effet de dramatisation.

41 ANGLE DE VUE Normal Plongée Contre plongée

42 8.LA SOURCE LUMINEUSE

43 Indiquez doù vient la lumière dans chacune de ces images. Quels détails vous ont guidé ?

44 La lumière éclaire certaines parties et laisse les parties non éclairées dans lombre. Elle peut produire une ombre portée. La lumière est ici directionnelle.

45 Doù vient la source lumineuse?La source lumineuse est face à lobservateur. Le photographe crée un contre jour. Quels sont les effets de ce type déclairage sur limage? Les couleurs disparaissent Dominante de teintes sombres Le sujet se découpe en ombres chinoises Le sujet et son ombre portée sont symétriquement opposés

46 9.LES FONCTIONS DE LA LUMIERE

47 Parmi les adjectifs suivants, quels sont les trois qui caractérisent la lumière de cette image? Crue Douce Vive Diffuse Blanche Colorée Non directionnelle Directionnelle Quel effet la lumière produit-elle ? Il s'agit d'une lumière du soir. Elle réduit l'éclat des couleurs, uniformise le relief et le contraste. Le paysage n'est pas visible dans ses détails, ce qui laisse place à limagination et à la rêverie. La lumière joue donc un rôle important pour créer une atmosphère.

48 Que met la lumière en valeur? La lumière met en valeur: Le regard de lenfant : direct, intense Ses bras croisés qui marquent lattente Dans une image la lumière guide notre regard. Elle focalise notre attention sur un point précis pour nous faire comprendre quelque chose.

49 Localisez les zones sombres. Que mettent-elles en valeur ? Le regard de Charlot : tendresse, amour, inquiétude, protection Le visage de lenfant, yeux baissés: fragilité, innocence, vulnérabilité La main de Charlot : protection, attachement, lien entre les personnages

50 Cette image nous dit lessentiel du scénario du film « The Kid » de Charlie Chaplin (1921) Charlot, généreux clochard, recueille un enfant abandonné. Il sy attache et décide de le protéger et de lélever malgré les difficultés. Les zones sombres focalisent lattention sur les zones claires: Les expressions des visages et de la main protectrice.

51 Soulignez les trois adjectifs qui définissent laspect de la route : Brillant Mat Mouillé Sec Lisse Granuleux Craquelé Bosselé Quel rôle joue la lumière ? En créant des reflets ou des zones dombres, la lumière rend laspect mouillé de la route. Elle fait ressortir les aspérités, le grain, les fissures de lenrobé. Elle aide à percevoir la matière. Les variations dintensité de la lumière, rasante et à contre-jour, favorisent ces effets : si la lumière était strictement homogène, les modelés disparaîtraient.

52 10.LIMPLICATION DU SPECTATEUR

53 Où est placé le photographe? Comment sont vus les personnages? Sont ils conscients de la présence du photographe? Le spectateur est il impliqué dans limage? Derrière les amoureux De dos Non, ils lignorent totalement Non, le spectateur est un voyeur ignoré du sujet photographié

54 Où est placé le photographe? Comment sont vus les personnages? Sont ils conscients de la présence du photographe? Le spectateur est il impliqué dans limage? Sur le quai du métro De profil Non, ils lignorent totalement Non, le spectateur est noyé dans lanonymat de la foule.

55 Où est placé le photographe? Comment sont vus les personnages? Sont ils conscients de la présence du photographe? Le spectateur est il impliqué dans limage? Au dessus de la foule Du haut La foule lignore, une femme le voit Le spectateur est ignoré de la foule La femme le fixe du regard = implication partielle

56 Où est placé le photographe? Comment est vu le personnage? Est il conscient de la présence du photographe? Le spectateur est il impliqué dans limage? Face au miroir De face Dans les fictions la présence du photographe est ignorée Adèle se regarde dans le miroir. Le spectateur est placé face au miroir, à la place du personnage. forte implication Louise BOURGOIN « Les extraordinaires aventures dAdèle Blanc-Sec » Luc BESSON

57 11.GLOSSAIRE

58 Amorce : un personnage ou un objet sont dits en amorce lorsquils apparaissent au bord du cadre, parfois flous. Angle de vue (ou angle de prise de vue) : il varie en fonction de la place de l'observateur par rapport à lobjet regardé. Langle normal est à la hauteur du regard. La plongée résulte dune élévation du point de vision par rapport au sujet. La contre-plongée résulte dun abaissement du point de vision par rapport au sujet. Aplat : désigne une zone de teinte uniforme, sans aucune différence de ton. Arrière-plan : éléments dune image perçus comme les plus éloignés de lœil du spectateur. Axe de prise de vue : axe sous lequel le spectateur voit le ou les personnages dans limage. Un personnage peut être représenté de face, de profil, de trois-quarts gauche ou droit, de dos.

59 Cadrage : opération du regard par laquelle l'opérateur détermine le champ visuel représenté. Un cadrage peut être plus ou moins large ou serré. Le cadrage définit l'échelle du plan. Cadre : bords de l'image qui marquent les limites de l'espace représenté ou champ. Le cadre sépare le champ du hors-champ. Champ : portion despace perceptible dans limage et limitée par le cadre. Composition : art de disposer dans le cadre les différents éléments constituant une image. La composition hiérarchise et oriente la vision à travers les lignes de force. Contrechamp : portion despace opposée au champ. Le champ- contrechamp alterne deux plans aux champs opposés, notamment pour présenter deux interlocuteurs face-à-face. Contre-plongée : angle de vue résultant dun abaissement du point de vision par rapport au sujet.

60 Echelle des plans : gamme des plans définis selon leur taille. Chaque taille de plan correspond à un rapport de surface entre la dimension de limage et celle du principal motif inscrit dans le cadre. Léchelle des plans permet de nommer et de décrire les plans représentés. Le centre de léchelle est le plan moyen (personnages cadrés en pied). Par rapport à lui, il y a toute une gradation possible entre le plan densemble (personnages lointains dans un vaste espace), le plan de demi-ensemble (personnages identifiables dans un espace plus ou moins large), le plan américain (personnages coupés à mi- cuisse), le plan rapproché (personnages coupés au-dessus de la ceinture), le gros plan (personnage cadré au visage), le très gros plan (isole un détail, partie du visage, objet). Gros plan : personnage cadré au visage. Hors-champ : espace en dehors de limage que le spectateur peut imaginer.

61 Instantané : un instantané désigne au départ une photographie prise sur le vif, sans préparation ni mise en scène des éléments présents dans limage. Cependant, certains grands photographes (comme Henri Cartier-Bresson) ont montré quon peut faire de la photographie instantanée, tout en travaillant sur la lumière ou le cadrage. Lignes de force : lignes visibles qui structurent la composition dune image. Lignes de fuite : dans la représentation en perspective, tracés idéaux se rencontrant au point de fuite. Ligne d'horizon : dans une représentation en perspective, ligne horizontale qui passe par le point de fuite. Ombre portée : zone sombre produite par un objet placé entre une source lumineuse directionnelle et une surface. L'ombre portée est plus ou moins longue selon la position plus ou moins haute de la source lumineuse par rapport à l'objet qu'elle éclaire.

62 Perspective : art de représenter les objets sur une surface plane de façon que cette représentation donne limpression dune vision "naturelle". Plan : 1. Type de cadrage. 2. Position respective des objets dans la profondeur de champ : premier plan, second plan, arrière-plan. Plan américain : les personnages sont coupés à mi-cuisse. Plan de demi-ensemble : les personnages sont identifiables dans un espace plus ou moins large. Plan densemble : les personnages sont à peine visibles dans un vaste espace. Plan moyen : les personnages sont cadrés en pied. Plan rapproché : les personnages sont coupés au-dessus de la ceinture, à la taille (plan rapproché taille), à la poitrine (plan rapproché poitrine).

63 Plongée : angle de vue résultant dune élévation du point de vision par rapport au sujet. Points forts : zones où se rencontrent les lignes de force dune composition. Point de fuite : dans une représentation en perspective, point où se rencontrent les lignes de fuite. Profondeur de champ : partie du champ qui est nette dans la troisième dimension et qui contribue à donner limpression de volume. Très gros plan : il isole un détail, une partie du visage, un objet. Diaporama réalisé par Carine CALAFATO-CALBA Conseillère pédagogique Arts Visuels BIBLIOGRAPHIE « Parlons dimages » CD rom Collection « Banques pédagogiques » Edition SCEREN CRDP Académie de Grenoble


Télécharger ppt "LA PHOTOGRAPHIE Lecture dimages. 1.LE CADRAGE 2.LECHELLE DES PLANS 3.CADRER CEST CHOISIR 4.LA PROFONDEUR DE CHAMP 5.LETAGEMENT DES PLANS 6.LIGNES ET POINTS."

Présentations similaires


Annonces Google