La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Dépression: perspectives en recherche techniques et applications thérapeutiques M.Bacconnier, CCA SHU de psychiatrie du Pr Senon CH Henri Laborit, Poitiers.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Dépression: perspectives en recherche techniques et applications thérapeutiques M.Bacconnier, CCA SHU de psychiatrie du Pr Senon CH Henri Laborit, Poitiers."— Transcription de la présentation:

1 Dépression: perspectives en recherche techniques et applications thérapeutiques M.Bacconnier, CCA SHU de psychiatrie du Pr Senon CH Henri Laborit, Poitiers

2 Neurobiologie des émotions Organisation horizontale et verticale 3 niveaux dorganisation verticale: - cerveau reptilien: fonctionnement neurovégétatif et réflexe - cerveau limbique: pulsions élémentaires, émotions - néocortex: fonctions dites « supérieures »

3 Neurobiologie des émotions (2) SSSYSTEME LIMBIQUE

4 Neurobiologie des émotions (3)

5 Neurobiologie des émotions (4)

6 Neurobiologie des émotions (5) Double nature du message: chimique et électrique. Encodage spatial et temporel du message Structures modulatrices Structures intégratives: notion dinteractivité En somme: message complexe à plusieurs niveaux

7 Implications thérapeutiques Rôle des molécules chimiques (médicaments) dans la modulation de la neurotransmission Intérêt de stimulations directes: - Néocorticales: les rTMS - Limbiques et basales: les Stimulations cérébrales profondes

8 rTMS: Historique Galvani (1783): lélectricité animale Oersted (1820), Faraday (1831): lélectromagnétisme DArsonval (1896): phosphènes. Barker (1985): « Non-invasive magnetic stimulation of human motor cortex ». Bickford (1987): élévation thymique transitoire suite à une stimulation du cortex moteur. Pascual-leone (1996): CPFDLG Hz

9 rTMS: Principe-1 Repose sur la Loi dinduction mutuelle de Faraday: un champ magnétique variable engendre un champ électrique dans un circuit fermé, et réciproquement.

10 rTMS: Principe-2 Application d un champ magnétique (1,5-2T) hautement focalisé transmis verticalement par une bobine posée sur le scalp en un point déterminé, induisant un courant horizontal secondaire qui stimule les neurones sous corticaux, et associés par dépolarisation au niveau de la substance blanche.

11 rTMS en image

12 rTMS: Effet physiologique: modulation cérébrale Stimulation brèves: effet fugace Nécessité de stimulations répétitives (trains dimpulsions séparés par des intervalles) pour un effet plus stable dans le temps: Les fréquences >3Hz ont un effet excitateur sur le cortex cible: Long Term Potentiation Les fréquences <1Hz ont un effet inhibiteur: Long Term Depression

13 rTMS:Technique « classique » de positionnement de la sonde Localisation empirique à partir de repères anatomiques externes (nasion, vertex, tragus….) Selon systême EEG

14 rTMS: La neuronavigation

15 rTMS: Avantages Non invasif Innocuité Indolore Ambulatoire Pas danesthésie

16 rTMS: Effets secondaires Céphalées et cervicalgies (12-23%) Bourdonnements doreilles Inconfort et crispation sur le site de stimulation et muscles faciaux Nausées Crise dépilepsie (exceptionnelle:1/100000): intensité, fréquence (>20Hz), intervalle inter- trains= recommandations de Wassermann

17 rTMS: Contre-indications Contre-indications formelles : – Pacemaker – Clips métalliques, stents, ou autres implants électroniques – Hypertension intracrânienne Contre-indications relatives : – Traumatismes crâniens. – Comitialité De principe: grossesse

18 rTMS en pratique: déroulement dune séance 1. Recherche du seuil moteur: Intensité minimale du champ magnétique qui provoque une réponse motrice, reflet de lexcitabilité corticale propre du patient. Clinique ou EMG (50 µV). Lintensité de la stimulation sera calculée en pourcentage du seuil moteur

19 En pratique: déroulement dune séance (2) 2- Calibrage de la neuronavigation 3- Séance de stimulation: Plusieurs trains de 30 sec à 5 min séparés par des intervalles libres. Durée dune séance de 5 min à 1 heure Dans la plupart des protocoles en psychiatrie, cinq séances par semaines, en général pendant 4 semaines

20 rTMS et dépression 500 études publiées, 25 contrôlées versus placebo, 8 méta-analyses: 7 mettent en évidence une efficacité antidépressive modérée mais significative à 4 semaines. Seule étude à grande échelle, OReardon et al. 2007: résultats significatifs mais décevants. PHRC 2007, E.Poulet: Évaluer la supériorité de lassociation rTMS basse fréquence +Venlafaxine vs Venlafaxine seule. =Inclusion de patients dépressif sans trouble comorbide après échec dau moins un traitement antidépresseur bien conduit (hors Effexor®).

21 Stimulations cérébrales profondes Exceptionnel: PHRC Intervention neurochirurgicale et suivi pluridisciplinaire Cibles limbiques profondes (striatum ventral) Pose dimplants cérébraux bilatéraux et dun stimulateur type pacemaker Technique invasive réservée aux cas sévères et résistants

22 Merci de votre attention


Télécharger ppt "Dépression: perspectives en recherche techniques et applications thérapeutiques M.Bacconnier, CCA SHU de psychiatrie du Pr Senon CH Henri Laborit, Poitiers."

Présentations similaires


Annonces Google