La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Balance des paiements et taux de change HEC Montréal Octobre 2002.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Balance des paiements et taux de change HEC Montréal Octobre 2002."— Transcription de la présentation:

1 1 Balance des paiements et taux de change HEC Montréal Octobre 2002

2 2 Balance des paiements Enregistre la valeur des transactions entre résidents canadiens et non-résidents BP = CC + CCF –BP : balance des paiements –CC : compte courant –CCF : compte capital et financier Comptes consolidés

3 3 Compte capital et financier Enregistre la valeur des actifs existants qui sont transigés entre résidents et non-résidents. Actifs réels (investissements directs) ou financiers (investissements de portefeuille). Les actifs peuvent être détenus par la Banque du Canada (réserves officielles) –Or –Titres gouvernementaux dautres pays –Devises étrangères La banque centrale peut utiliser ces réserves pour intervenir sur le marché des changes

4 4 Compte courant Enregistre la valeur de toutes les autres transactions entre résidents et non-résidents Entre autres : la valeur des biens et services transigés CC = (EX – IM) + RNA + TN –(EX – IM) : exportations nettes ou balance commerciale –RNA : revenus nets dactifs étrangers (ex : dividendes et intérêts) –TN : transferts nets (ex : aide au développement)

5 5 Liens entre CC et CCF CC + CCF = 0 Si une firme canadienne exporte pour une valeur de 100 $CDN aux États-Unis, alors : –Augmentation du CC de 100 $ Par ailleurs, les américains ont dû convertir leurs $US en $CDN. –Les banques commerciales américaines ont réduit leurs actifs canadiens ($CDN) de 100 $. –Réduction du CCF de 100 $CDN Laugmentation du CC de 100 $ est compensée par une baisse du CCF de 100 $CDN. CC + CCF demeure égal à 0.

6 Balance des paiements canadienne (2000) Exportations Importations Revenus dinvestissement Paiements dinvestissement 26,82,5 Exportations nettes 52,6 Réserves officielles Canadiennes Autres actifs Canadiens 477, ,3 Revenus net actif - 27,2 42,3 - 69,5 Transferts nets 1,4 - 15,1 Augmentation des actifs étrangers détenus par les canadiens - 134,9 - 5, ,4 Augmentation des actifs canadiens des étranger 119,8 Compte courant Compte capital et financier Divergences statistiques - 11,7 5,0 - 2,6 0,1 - 1,4 -12,8 11,3 - 1,1 Milliards de dollars % PIB

7 7 Interprétation du CC Lien entre CC et lépargne étrangère (E F ) CC = (EX – IM) + (RNA + TN)hyp: RNA + TN = 0 = (Y – C – G – I ) = (Y – (T – Tr) – C) + ((T – Tr) – G) – I = E P + E G – I = - E F Un déficit du compte courant (CC 0) Un surplus du compte courant (CC > 0) est souvent associé à un prêt à létranger (E F < 0)

8 8 Interprétation du CC CC + CCF = 0 Déficit du CC surplus du CCF entrée de fonds au Canada (augmentation des actifs nets canadiens détenus par des non-résidents) Surplus du CC déficit du CCF sortie de fonds du Canada (augmentation des actifs nets étrangers détenus par des canadiens)

9 9 Actifs et richesse nationale Richesse nationale = Actifs domestiques (capital physique) + Actifs nets étrangers Pour augmenter la richesse nationale, on peut : – les actifs domestiques, par CC 0 et augmentation de la dette étrangère – les actifs étrangers, par CC > 0 et CCF < 0

10 10 Expérience canadienne Depuis la 2e Guerre mondiale, le Canada a généralement été un emprunteur net –CC 0 –Durant les années 50 et 60, ceci a permis daccumuler des actifs réels productifs au Canada PIB et richesse nationale Récemment, le Canada a été un prêteur net –CC > 0 et CCF < 0 –Ceci correspond à une baisse de la dette étrangère –Le ratio dette étrangère / PIB a atteint 45 % en 1993 et 25 % en 2000.

11 11 Expérience internationale Un petit nombre de pays sont des prêteurs étrangers nets –Japon, Arabie Saoudite La plupart des pays sont généralement des emprunteurs nets –Canada (en général), USA Il y a aussi des PMD lourdement endettés à létranger –Argentine, Bolivie, Brésil, Chili, Colombie, Côte dIvoire, Équateur, Mexique, Maroc, Nigeria, Pérou, Philippines, Uruguay, Venezuela, Yougoslavie. –Dette largement contractée auprès de banques commerciales des USA, du Japon et de lUE –En 1986 : dette étrangère de + de 100 % du PIB combiné

12 12 Expérience internationale: années 1980 Banques commerciales ont craint de ne pas être remboursées Arrêt des prêts aux PMD lourdement endettés (CCF 0) PMD ont continué à payer des intérêts Ils ont dû EX et IM (CC 0) IM dans les biens dinvestissement croissance économique à long terme

13 13 Expérience internationale durant les années 1990 : le plan Brady taux dintérêt sur la dette des PMD Contrepartie : la garantie dêtre remboursés

14 14 Introduction au marché des changes Taux de change : le prix en monnaie locale de la devise étrangère. Contexte canadien le prix du dollar américain est le taux de change le + important. Le marché des changes que nous allons étudier est donc un marché où lon vend le dollar américain contre le dollar canadien (offre) et où lon achète le dollar américain en payant en dollars canadiens (demande).

15 15 La demande sur le marché des changes Taux de change ($CDN/$US) F Quantité demandée de $US contre $CDN + : déplacement vers la droite - : déplacement vers la gauche Facteurs déplaçant la courbe : – – + D (P US, P, Y, r US, r, F A ) La pente est négative : F prix des b&s et titres CDN quantité demandée de $US

16 16 Loffre sur le marché des changes F Quantité offerte de $US contre $CDN Facteurs déplaçant la courbe : + – + – + – O (P US, P, Y US, r US, r, F A ) La pente est positive : F prix des b&s et titres CDN quantité offerte de $US

17 17 Régime de change flexible Pour que le taux de change soit équilibré, il faut que les achats correspondent aux ventes; la demande doit être égale à loffre. Le taux de change déquilibre est celui pour lequel –D = O de $US sur le marché des changes et –Réserves officielles constantes F dépréciation du $CDN F appréciation du $CDN

18 18 Régime de change flexible F Quantité échangée de $US D ($US contre $CDN) O ($US contre $CDN) Taux de change déquilibre

19 19 Effet dune hausse des prix aux USA (P US ) Quantité de $US F O0O0 D1D1 D0D0 F0F0 F1F1 Laugmentation des prix américains augmente lattrait des biens et services canadiens (EX) tout en réduisant lattrait des b&s américains (IM). O $US et D $US F. Le dollar canadien sest apprécié vis-à-vis du dollar US. O1O1

20 20 Effet dune hausse des taux dintérêt à court terme aux États-Unis (i US ) Quantité de $US F F0F0 D0D0 O0O0 O1O1 D1D1 F1F1 Laugmentation des taux dintérêt américains augmente lattrait des titres américains tout en réduisant lattrait des titres canadiens. O $US et D $US F. Le dollar canadien sest déprécié vis-à-vis du dollar US. i USNote : Lanticipation dune hausse de i US cause une appréciation immédiate.

21 21 Effet dune baisse des taux dintérêt à court terme au Canada (i) Quantité de $US F F0F0 D0D0 O0O0 O1O1 D1D1 F1F1 La diminution des taux dintérêt canadiens augmente lattrait des titres américains tout en réduisant lattrait des titres canadiens. O $US et D $US F. Le dollar canadien sest déprécié vis-à-vis du dollar US. iNote : Lanticipation dune hausse de i cause une appréciation immédiate.

22 22 Note sur la parité des taux dintérêt en régime de taux de change flexible Supposons que le taux dintérêt diminue au Canada (politique monétaire) –Le dollar se déprécie face au $US Les gens sont prêts à accepter un taux dintérêt + faible sur leurs placements canadiens, si ils anticipent maintenant une appréciation du $CDN –Il y a donc toujours parité des taux de rendement (i + faible au Canada mais anticipation dappréciation)

23 23 Effet dune diminution PIB américain (Y US ) La diminution du PIB américain réduit la demande pour les b&s canadiens (nos exportations diminuent). O $US F. Une récession aux USA cause une dépréciation du $CDN. Quantité de $US F O1O1 D0D0 F0F0 F1F1 O0O0

24 24 Régime de change fixe La valeur du $CDN est fixée à un taux officiel (F) Ce taux peut différer du taux déquilibre (F 0 ) – F dévaluation du $CDN – F réévaluation du $CDN

25 25 Régime de change fixe Taux de change ($CDN/$US) F Quantité de $US D $US O $US F0F0 Ici, le taux officiel F < F 0. Le $CDN est surévalué F QoQo QdQd

26 26 Mécanique du régime de change fixe La banque centrale peut utiliser ses réserves officielles dans le marché des changes pour empêcher le taux de bouger Si le $CDN est surévalué la Banque du Canada vend des $US et achète des $CDN (Q d – Q o ). –Les réserves officielles en actifs diminuent Ne peut être utilisé à long terme pour soutenir une devise surévaluée: –Les réserves officielles sont limitées –Il faut donc éventuellement que F = F 0

27 27 Note sur la parité des taux dintérêt en régime de taux de change fixe Supposons que le taux dintérêt diminue au Canada (politique monétaire) –Le taux de change ne bouge pas (la banque centrale achète des $CDN) Les gens ne sont pas prêts à accepter un taux dintérêt + faible sur leurs placements canadiens, si ils nanticipent pas dappréciation du $CDN –Vente massive de titres libellés en $CDN prix des titres rendements et taux dintérêt

28 28 Mécanique du régime de change fixe Autre possibilité : limiter ou taxer IM ou les sorties de capitaux D $US le taux de change déquilibre diminue jusquau taux officiel Extension de cette politique empêcher le public de transiger des devises étrangères sans laccord du gouvernement Ex : France (1984)

29 29 Mécanique du régime de change fixe Taux de change ($CDN/$US) F Quantité échangée de $US D 0 $US O $US F0F0 Limiter ou taxer IM ou les sorties de capitaux D $US F 0 diminue jusquà F F D1D1

30 30 Régime de change fixe : exemples Étalon-or ( ): –Taux de change fixe face à lor –Les banques centrales utilisaient leurs réserves dor pour maintenir les taux fixes Bretton-Woods ( ): –$US fixé à 35 $ / once dor –Les autres devises étaient fixées par rapport au $ US (ex : $CDN/$US = 1,08) –Les réserves officielles contenaient de lor et des $US

31 31 Certains régimes sapparentent à un régime fixe Zone monétaire (ex : euro et UME). –Pays utilisent la même devise. Il y a donc taux de change fixe entre les pays de la zone. « Peg » (ex : zone CFA-France et Argentine-USA) –Certains pays tentent de fixer leur taux de change face à une monnaie forte $US (ex : Équateur, éventuellement le Canada ?) –Certains pays adoptent le dollar US

32 32 Crises financières : origines Souvent : CC < 0 au départ Mexique (1994) : élimination des barrières commerciales, suite à lALENA –CC / PIB = - 8 % Thaïlande (1997) : forts investissements et E N faible –CC / PIB = - 8 % Russie (1998) : faible E G (impossibilité de collecter des taxes) –CC / PIB = - 7 %

33 33 Crises financières : origines Aussi : CCF > 0 Surplus du CCF causé par des investissements de portefeuille de CT (très liquides) Exemples : Mexique, Thaïlande et Russie

34 34 Crises financières : ruées spéculatives Se produisent lorsque les investisseurs étrangers craignent une dévaluation rapide dune devise surévaluée –Perte de valeur des actifs dénommés dans cette devise Les investisseurs vendent les actifs liquides Exemples : –Mexique (instabilité politique) –Thaïlande (instabilité du système financier) –Russie (incohérence de la politique fiscale et moratoire sur le remboursement de la dette étrangère)

35 35 Ruée spéculative Taux de change ($CDN/$US) F Quantité échangée de $US D 0 $US O $US F0F0 D1D1 F1F1 F

36 36 Implications des ruées La banque centrale doit utiliser encore plus de réserves officielles pour maintenir F. –Accélération de la dévaluation Mexique (1994) : dévaluation du Peso de 15 % face au $US Crise asiatique (1997) : dévaluation de 50 % dans certains cas

37 37 Effets de contagion Propagation des effets des crises dans dautres pays, via les marchés financiers Pertes des investisseurs dans un marché ventes dactifs dans dautres pays –« Tequila Effect » : crise au Mexique sest propagée à lArgentine et au Brésil –« Asian Flu » : crise en Thaïlande sest propagée à 7 autres pays dAsie de lEst

38 38 Transmission internationale des cycles : régime de change flexible Reprise économique américaine ( Y US ) Marché des changes : – Y US EX O $US F appréciation du $CDN Marché des biens et services : EX DA (se déplace vers la droite) F EX et IM DA (se déplace vers la gauche) Y US a peu dimpact sur DA, donc sur Y et P

39 39 Régime de change flexible Taux de change ($CDN/$US) F Quantité échangée de $US D ($US contre $CDN) O 0 $US F0F0 O1O1 F1F1 Q0Q0 Q1Q1

40 40 Transmission internationale des cycles : régime de change fixe Reprise économique américaine ( Y US ) Marché des changes : – Y US EX O $US la banque centrale soutient le taux de change en achetant $US (Q 1 – Q 0 ) en vendant des $CDN les réserves officielles liquidités système bancaire ( taux dintérêt) Marché des biens et services : EX DA (se déplace vers la droite) r C et I DA (se déplace vers la droite) Y US a un fort impact sur DA, donc sur Y et P

41 41 Régime de change fixe Taux de change ($CDN/$US) F Quantité échangée de $US D $US O 0 $US F O1O1 Q0Q0 Q1Q1

42 42 Régime de change fixe vs flexible Un choc étranger (ex : Y US ) affecte + le Canada sous un régime de change fixe On verra + tard que : –La politique budgétaire est + efficace en régime de change fixe –La politique monétaire est + efficace en régime de change flexible

43 43 Avantages du régime de change flexible Permet à léconomie domestique de réduire leffet des chocs étrangers Permet dadopter une politique monétaire autonome –Utile si le pays est frappé par des chocs distincts ou si les objectifs de la politique économique diffèrent

44 44 Avantages du régime de change fixe Réduit lincertitude du taux de change – coûts de transaction pour titres ou biens et services Impose une discipline aux autorités monétaires –Impossibilité de poursuivre des politiques monétaires inflationnistes


Télécharger ppt "1 Balance des paiements et taux de change HEC Montréal Octobre 2002."

Présentations similaires


Annonces Google