La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

$ 1 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 CINQ SECTIONS A Définition B Historique C Acteurs et instruments D Conséquences E Résistances.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "$ 1 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 CINQ SECTIONS A Définition B Historique C Acteurs et instruments D Conséquences E Résistances."— Transcription de la présentation:

1 $ 1 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 CINQ SECTIONS A Définition B Historique C Acteurs et instruments D Conséquences E Résistances

2 2 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 A Définition l Un aspect du capitalisme dans la période néo-libérale l Capitalisme néo-libéral s Concentration du capital s Financiarisation de léconomie s Mondialisation des marchés LA MONDIALISATION DES MARCHÉS

3 3 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 La mondialisation « Je définirais la mondialisation comme la liberté pour mon groupe dinvestir où il veut, le temps quil veut, pour produire ce quil veut, en sapprovisionnant et en vendant où il veut, et en ayant à supporter le moins de contraintes possibles en matière de droit du travail et de conventions sociales ». Percy Barnevik, président de ABB, 1995 « Penser mondialement et agir localement »

4 4 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Le néo-libéralisme, version actuelle du capitalisme (depuis ) Quatre (4) grandes politiques de fond Déréglementation Privatisation Démantèlement des protections sociales (services sociaux et assurances collectives) Libéralisation A Définition

5 5 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 HISTORIQUE DE LA MONDIALISATION B Historique l 500 ans de conquête, l Naissance et mort du Keynésianisme l La mondialisation néolibérale,

6 6 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 LA CONQUÊTE DU MONDE, UNE DYNAMIQUE TRÈS ANCIENNE l LEurope à la conquête du monde l En Amérique, des millions de morts chez les autochtones et des millions desclaves africains déracinés. l En Afrique et en Asie: chacun son morceau B Historique

7 7 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 l'État au service des marchands l Lexpansion mondiale du capitalisme occidental, grâce à lÉtat l Le protectionnisme Tout les pays développés se sont industrialisé en se protégeant du libre-échange Toujours le plus fort qui veut le libre-échange Le tiers-monde ne peut concurrencer les multinationales du nord B Historique

8 8 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 La mondialisation de la guerre Pour garder le contrôle des entreprises occidentales sur les pays du Sud, les États imposent le libre-échange, Inde (et lindustrialisation de lAngleterre) Chine (Guerre de lOpium) Depuis la fin de la 2 e guerre mondiale, les interventions occidentales, et surtout américaines, se multiplient Coup d'état pour protéger les multinationales : *Guatemala 1954 s *Indonésie 1965 s *Chili 1973 s Des guerres contre des régimes différents ou rebelles s *Cuba, de 1959 à aujourdhui s *Nicaragua, s *Salvador, s Guerre pour le contrôle des ressources s *Irak, défendre le pétrole de la dictature koweïtienne B Historique

9 9 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 La dynamique capitaliste, la logique qui pousse vers la mondialisation Le capitalisme commercial, XVe-XVIIIe siècles, les premières compagnies commerciales dirigent déjà le commerce mondial Le capitalisme industriel, fin du XVIIIe à aujourdhui Base du capitalisme: faire du profit Il faut trouver des débouchés pour vendre ses marchandises, conquérir de nouveaux marchés B Historique

10 10 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Le keynésianisme, (les 30 glorieuses) l Réaction à la Grande crise, à la montée des luttes sociales et révolutionnaires l Logique de croissance l Politiques économiques et sociales progressistes B Historique

11 11 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Du keynésianisme au néolibéralisme, l Début de la Crise l Montée de la bulle spéculative B Historique

12 12 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Le néolibéralisme, l Crise économique, krachs financiers, appauvrissement l Crise de surproduction l Expansion de la bulle spéculative l Politiques économiques et sociales régressives B Historique

13 13 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Vers où on va? l Tendance actuelle : croissance des inégalités, crise l Si on agi : reprise de contrôle de léconomie l Amélioration des droits sociaux et de lenvironnement B Historique

14 $ 14 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 LES ACTEURS ET LES INSTRUMENTS DE LA MONDIALISATION Qui est en-dessous de tout ça? Quels moyens ont-ils pris pour réussir pareille avancée? C acteurs et instruments

15 15 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Une soupe à l'alphabet Des organisationsDes outils OMC OCDE FMI + BM É.U. + Canada + Mexique Cycle du millénaire AMI PAS ALÉNA Sommet des Amériques ZLÉA C acteurs et instruments

16 16 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 L'OMC l L'Organisation mondiale du commerce s fondée en 1994, plus de 130 pays en font partie l Un véritable gouvernement mondial s Favorise systématiquement les investisseurs s Applique des sanctions l LOMC se donne 3 ans pour achever la libéralisation du commerce mondial s (ronde du millénaire lancé à Seattle en novembre 1999 ) l Plus de 160 secteurs et sous-secteurs sont sur la table des négociations (biotechnologies, forêts…) C acteurs et instruments

17 17 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 L'OCDE C'est l'Organisation de coopération et de développement économiques Les 29 pays les plus riches du monde L'OCDE produit des rapports sur les pays analyse néolibérale, souvent propagande antisociale ses études préconisent sans cesse déréglementation «flexibilité» et baisse des salaires privatisations Le budget de lOCDE a doublé en 10 ans... C acteurs et instruments

18 18 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 L'AMI l L'Accord multilatéral sur l'investissement s Projet avorté de l'OCDE, négocié secrètement pendant 3 ans s Une «Charte des droits des investisseurs» qui prévoyait : 4 linterdiction dappliquer des conditions dinvestissement 4 une combinaison du traitement national et du traitement de la nation la plus favorisée 4 un tribunal international pour « crimes contre les investisseurs » (pertes de profits anticipés) 4 linterdiction de réglementer les capitaux spéculatifs s Bonne nouvelle : l'AMI est mort. Mauvaise nouvelle : il s'est réincarné à l'OMC! C acteurs et instruments

19 19 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale l Créés en 1944, lors des Accords de Bretton-Woods s pour stabiliser léconomie mondiale de manière à éviter des crises comme celle des années 1930 l Rôle initial s FMI : assurer la stabilité du système monétaire international par l'octroi de prêts à court terme s BM : promouvoir le développement et la reconstruction des pays détruits par la guerre par loctroi de prêts à long terme, à des taux dintérêts fixes l Aujourdhui, ces deux institutions travaillent en coordination et imposent leurs « recettes économiques » C acteurs et instruments

20 20 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Les programmes d'ajustement structurel l Des programmes initiés au début des années 1980 quand la crise de la dette des pays du Sud a éclatée (ex. Mexique) l Leur objectif : s faire payer la dette aux pays surendettés du Sud l La recette des PAS : s Dévaluation de la monnaie 4 (appui aux exportations et hausse des pris des produits importés) s Augmentation des taux dintérêt 4 (entreprises poussées à la faillite) s Coupures dans les programmes publics (éducation, santé…) et privatisation des entreprises de lÉtat s Déréglementation des prix des biens et services et levée des obstacles au commerce international C acteurs et instruments

21 21 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 C acteurs et instruments Les conséquences des PAS l Des milliers et des milliers de chômeurs et chômeuses l Corruption des élites locales l Concentration de la richesse l Pénurie des produits alimentaires essentiels l Hausse des prix l Diminution des services gratuits et accessibles l Augmentation de l'analphabétisme l Réapparition des maladies contagieuses l Grave augmentation de la criminalité l Augmentation de la monoculture l Dégradation de l'environnement Le Québec et le Canada… Pour éviter limposition dun PAS : déficit zéro

22 22 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Le «libre»-échange (historique) l Au milieu du 18e siècle, cétait la Grande-Bretagne qui prêchait le libre-échange. Elle dominait léconomie mondiale et le libre-échange servait ses buts commerciaux l Les États-Unis restaient systématiquement protectionnistes s « Abolissez les douanes et soutenez le libre-échange : alors, dans tous les domaines de l économie, nos ouvriers seront ramenés au niveau des serfs et pouilleux, comme en Europe » 4 Abraham Lincoln, 16e président des États-Unis ( ) l Maintenant, ce sont les USA qui sont les « preachers » du libre-échange... C acteurs et instruments

23 23 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Le «libre»-échange (principes) l Les accords de libre-échange sont un moyen de faire avancer la mondialisation en Amérique du Nord s se négocient en cercles fermés, loin des assemblées parlementaires (déficit démocratique) s abolissent les tarifs douaniers sur de nombreux produits s affaiblissent les politiques protectionnistes des États s consacrent des droits nouveaux aux investisseurs s remettent en question la souveraineté des États s négociation perpétuelle (pour faire tomber les exceptions) C acteurs et instruments

24 24 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Les accords en Amérique du Nord l Accord de libre-échange Canada–États-Unis (ALÉ) s entré en vigueur en janvier 1989 s donne le coup d'envoi aux autres l Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) s entre le Canada, les États-Unis et le Mexique s entré en vigueur en janvier 1994 l Zone de libre-échange des Amériques (ZLÉA) s en négociation, adoption d'ici 2005? C acteurs et instruments

25 25 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 L'ALÉNA l L'Accord de libre-échange nord-américain s donne aux entreprises le droit de poursuivre les gouvernements si une politique nuit à leurs profits 4 Le cas du MMT, un cas troublant s ces droits fonctionnent à sens unique, car un gouvernement ne peut poursuivre une entreprise l Un précurseur de l'AMI s avec la clause de «traitement national » C acteurs et instruments

26 26 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 La ZLÉA l L'ALÉNA étendu au 34 pays des Amériques s à l'exclusion de Cuba l Des négociations amorcées en 1994 s À cela, une Alliance sociale continentale tente d'offrir une réponse populaire, syndicale et solidaire l Le prochain Sommet des Amériques se tiendra dans la ville de Québec en 2001 s Il faudra bien s'inviter aux négociations... C acteurs et instruments

27 27 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Une soupe à l'alphabet Des organisationsDes outils OMC OCDE FMI + BM US + Canada + Mexique Cycle du millénaire AMI PAS ALÉNA Sommet des Amériques ZLÉA C acteurs et instruments

28 28 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 D'autres acteurs importants l Les « quelques » transnationales l « Leurs » idéologues, penseurs du profit l « Leurs » gouvernements l Les investisseurs institutionnels l Et nous... C acteurs et instruments

29 29 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Les gouvernements l Appliquent les grandes politiques économiques des institutions internationales de gré quand ils sont riches ou bons élèves, de force s'ils ne le sont pas l Le déficit démocratique s Le pouvoir concentré dans les mains d'un exécutif restreint, composé d'adeptes du dogme néolibéral s Le pouvoir législatif mis devant le «fait accompli», après les négociations l Mais… les gouvernements demeurent un levier important pour le bien commun s Tous les gouvernements peuvent faire des choix C acteurs et instruments

30 30 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Les penseurs du profit l Les «think tanks» et les groupes d'affaires s Groupes d'idéologues qui se spécialisent dans les manœuvres de lobbying et de propagande 4 Forum économique mondial de Davos WBF 4 Forum des gens daffaire des Amériques ABF 4 Transatlantic Business Dialogue ou TABD 4 Geneva Business Dialogue 4 Chambre de commerce internationale 4 Au Canada : Fraser Institute, CD Howe Institute l Ils utilisent les médias s Des liens entre le financement de ces groupes et les propriétaires des médias l Et manipulent l'opinion publique C acteurs et instruments

31 31 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Les Corporations transnationales (CTN) l Entreprises privées qui ont des opérations dans différents pays et qui font leurs choix en fonction de lintérêt des actionnaires l De quelques-unes il y a 20 ans, aujourdhui plus de entreprises se disent: Transnational corporation l 52 des 100 plus grosses économies du monde sont celles de multinationales s le revenu annuel de 200 entreprises = 182 pays (où vivent 4/5 de la population du globe) l Les transnatioanles supplantent de plus en plus l'État comme institution dominante de la société C acteurs et instruments

32 32 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Fusions/acquisitions Des géants deviennent titans l Une cascade de fusions et d'acquisitions s Daimler-Benz avec Chrysler s Exxon et Mobile s Alcan, Pechiney, Alu-groupe s Renaud et Nissan s Sprint et MCI l Les fusions s'accélèrent et grossissent : s pour milliards de $US, en 1998 s 9 des 10 plus grosses transactions de tous les temps au cours de la dernière année C acteurs et instruments

33 33 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Fusions/acquisitions… Pourquoi? l Parce qu'il y a trop de production mondiale l Pour éliminer la concurrence l Parce que les capitaux sont disponibles l Pour «rationaliser» les opérations l Conséquences : s de moins en moins de compétition 4 les gros font la loi s les entreprises se concentrent 4 deviennent des quasi monopoles s élimination massive d'emplois C acteurs et instruments

34 34 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Ce que sont les zones franches et pourquoi existent-elles? l Une zone où lon transforme des produits s importés sans droits de douane (en franchise) s qui ne sont pas non plus taxés après transformation 4 Au Mexique, ce sont les «maquiladoras» s Plus de 850 zones franches dans le monde l Logique de substitution des importations vs promotion des exportations s les pays du tiers-monde ont cru quen sintégrant à léconomie mondiale et quen déroulant le tapis rouge aux multinationales, ils se sortiraient du sous- développement C acteurs et instruments

35 35 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Comment les zones franches l De grosses infrastructures, payées par les pays s à l'«aide» de gros emprunts 4 bâtiments, usines d'assemblage 4 aéroports, installations douanières 4 routes, gaz et électricité 4 logements pour les employés l Et en plus, d'autres facilités financières s exemptions d'impôts, tarifs préférentiels, financement et crédits divers… s lÉtat paie les salaires ou une partie des salaires des employés C acteurs et instruments

36 36 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Qui sont dans les zones franches? l Surtout des femmes y travaillent (60 % à 90 %) l On y travaille dès l'âge de 13 ou 14 ans s parfois même des enfants l Les conditions de vie : miroir inversé des avantages qu'en tirent les entreprises s peu ou pas de protection sociale s harcèlement sexuel, agressions s mauvaises conditions et problèmes de santé s règlements répressifs, peu de syndicats s heures interminables s aucun congés, surtout pas payés, surtout pas de maternité C acteurs et instruments

37 37 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Lévasion fiscale l Pression de la mondialisation pour une « fiscalité compétitive » s concurrence entre les pays pour attirer les entreprises l Québec et Canada : presque des paradis fiscaux s Canada : pays du G-7 où les entreprises payent le moins dimpôt s seul pays du G-7 sans impôt sur lhéritage et le patrimoine s les entreprises payaient 50% des impôts en 1950; aujourdhui, cest seulement entre 4% et 7% l Conséquences : coupures massives dans les programmes sociaux s baisse des services publics et des conditions de travail s appauvrissement C acteurs et instruments

38 38 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Les paradis fiscaux l Création de filiales des compagnies dans des pays où le taux dimposition est très faible ou nul s les profits sont transférés vers ces filiales pour ne pas payer dimpôt (ex. Irving) l Blanchiment dargent l Exemple de paradis fiscaux s sociétés constituées aux îles Caïman l La pression des manifestantEs pousse les gouvernements à intervenir C acteurs et instruments

39 39 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Les «zinzins» l Les investisseurs institutionnels s fonds de pension, compagnies d'assurances, maisons de courtage... s contrôlent la somme de milliards de dollars 4 plus que le produit national brut (PNB) de tous les pays industrialisés réunis (lire deux fois, c'est sérieux!) 4 ou environ $ US pour chacun des six milliards d'habitants de la planète l Il n'y a plus d'argent, qu'on nous dit... l L'argent de nos fonds de pension en fait partie s Sommes-nous prêt à agir, même s'il nous en coûte quelque chose? C acteurs et instruments

40 40 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Spéculation : domination de léconomie casino l La spéculation : la recherche dun gain par un pari sur le futur s Quiconque prend une décision économique doit spéculer sur une évolution imprévisible l Spéculation sur la monnaie s depuis 1971, les taux de change ne sont plus stables s la monnaie nest plus le reflet de léconomie dun pays, mais des choix des spéculateurs l Spéculation sur les dettes s les spéculateurs poussent les gouvernements à adopter des politiques de déficit zéro l Spéculation sur les actions à la bourse s krash boursier en 1987 s depuis, le Dow Jones est 5 fois plus élevé; léconomie est-elle 5 fois plus forte? C acteurs et instruments

41 41 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Le problème... l Les investisseurs recherchent la meilleure rentabilité possible et à court terme s les débiteurs sont en position de concurrence les uns par rapport aux autres s Les entreprises doivent alléger leurs coûts de production pour dégager des profits et offrir des rémunérations importantes et rapides aux investisseurs 4 dégradations des conditions de travail 4 licenciements massifs 4 non respect de lenvironnement l Les gouvernements doivent satisfaire les détenteurs de capitaux afin déviter les attaques spéculatives sur leur monnaie (ex. Brésil) C acteurs et instruments

42 42 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Pis nous! Des acteurs à ne pas oublier l Nous autres et nos organisations s Les organisations non gouvernementales s Les syndicats s Les mouvements sociaux et citoyens s Chacun, chacune d'entre nous! l On est des acteurs importants l On pourrait bien changer leurs plans... C acteurs et instruments

43 43 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Des crises graves et inquiétantes l Lhumanité vit la pire période dappauvrissement de toute son histoire l Accélération des débâcles depuis que la mondialisation financière sest imposée s krash boursier de 1987 s crise des monnaies européennes, puis mexicaine, 1994 s crise des pays émergents dAsie en 1997 s crise de la Russie en 1998 s à quand celle qui frappera durement le Québec? C acteurs et instruments

44 44 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Pourquoi les crises? l Alors que la croissance de l'économie mondiale est de 3 % à 4 % par année l Que les taux d'intérêts à long terme dépassent à peine 2 % l Comment peut-on exiger des taux de rendement des investissements de 20 %, voire 25 % par année? l Les crises viennent de la confrontation entre ces trois chiffres C acteurs et instruments

45 45 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 C acteurs et instruments La crise asiatique : un exemple du pillage mondialisé l Partie de Thaïlande à lété 97, la crise sétend rapidement s En quelques semaines, 210 milliards $US 4 les banques centrales et les actifs nationaux sont pillés l La plus grave crise économique mondiale depuis les années 1930 s pas quun accident financier, elle touche les ressorts profonds de la croissance mondiale 4 la spéculation

46 46 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 LIBERTÉ DENTREPRISE ET DINVESTISSEMENT l La mondialisation des marchés signifie une énorme capacité de production. l Il y a un mythe que la croissance économique crée automatiquement de nouveaux emplois. l Ces emplois iraient surtout dans le Tiers-Monde, plus compétitif… D Les conséquences

47 47 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 APPAUVRISSEMENT GÉNÉRALISÉ l 30 millions de personnes meurent de faim chaque année, sans compter les autres effets de la mondialisation des marchés… l Les 20% les plus riches possèdent 86% du revenu mondial. Les 20% les plus pauvres ne possèdent que 1% de ce revenu ! l 225 multimillionnaires accumulent une richesse équivalente à celle détenue par deux milliard et demi de personnes, constituant 47% de la population mondiale. Voici deux ans à peine, il fallait prendre en compte la fortune de 358 multimillionnaires pour parvenir au même montant. P.N.U.D. Rapport sur le Développement Humain D Les conséquences

48 48 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 LENVIRONNEMENT EN PÉRIL l Pour la première fois de notre histoire, nos actions ont un impact énorme sur lenvironnement. l Nos ressources naturelles sont menacées D Les conséquences

49 49 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Les femmes poursuivent la Marche… l Un an après la manifestation devant l'ONU à New-York, la 3e Rencontre internationale de la Marche mondiale des femmes s'est tenu à Montréal du 2 au 6 octobre l Des délégations venues de 35 pays se sont retrouvées et ont décidé de poursuivre la Marche Mondiale des Femmes. Les problèmes de pauvreté et de violences envers les femmes non seulement n'ont pas diminué mais continuent d'augmenter. Les pouvoirs politiques tant au niveau national que mondial manifestent une absence de volonté politique quant à l'application des grandes conventions et protocoles internationaux; les décideurs économiques interpellés par la Marche (Banque mondiale et Fonds monétaire international) ne remettent pas en cause leurs orientations et leurs actions. D Les conséquences

50 50 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 LA RUPTURE DES LIENS HUMAINS l Les solutions individualistes aux problèmes sociaux prennent le dessus l Plutôt que de privilégier la solidarité et de saider, on préfère ne rien faire D Les conséquences

51 51 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 LA PERTE DES DROITS HUMAINS La mondialisation mène une attaque de front contre nos droits les plus fondamentaux En excluant des millions de pauvres En marginalisant le reste de la population… D Les conséquences

52 52 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 LEFFRITEMENT DES POLITIQUES SOCIALES l Les droits sociaux sont considérés comme des privilèges, et sont mis en péril parce quils coûtent trop cher… l On privilégie les solutions qui créent une société à deux vitesses, comme cest le cas pour les soins de santé. D Les conséquences

53 53 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 QUELQUES AUTRES CONSÉQUENCES Les inégalités de par le monde s La mondialisation, telle quelle est actuellement, consacre bien des inégalités ; entre hommes et femmes, entre pays du Nord et du Sud, entre riches et pauvres… La culture s Une culture mondiale imposée de force… La démocratie en péril s Les populations ne sont pas tenues au courant de ce que font leurs gouvernements s Les gouvernements nen savent pas beaucoup plus… s Des organisations négociant dans le plus grand secret D Les conséquences

54 54 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 La mondialisation des marchés touche Toute la société Tous les secteurs s Économie, Éducation, Santé, Écologie, Culture À tous les niveaux s Mondial, International, National, Régional, Local, Personnel E Résistances

55 55 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Une tendance qu'il est possible de renverser l Montréal 1998 : AMI l Seattle 1999 : OMC l Washington 2000 : FMI et BM l Davos 2000 : Discrédité l Millau 2000 : Le procès José Bové etc... l La lutte pour la taxe Tobin.... l La lutte pour l'abolition des paradis fiscaux... l La lutte pour l'éradication de la dette du Tiers-Monde... E Résistances

56 56 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Un devoir de solidarité l Initiatives locales et personnelles La marche des femmes l La campagne " Jubilée 2000" l ATTAC : désarmer les marchés financiers...et de convergence l avec les syndicats l les associations étudiantes l les groupes populaires et communautaires l les femmes l les écologistes... E Résistances

57 57 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 S'impliquer dans son quartier l Consommer autrement l Réutiliser, récupérer et enfin recycler l Encourager le commerce équitable l Parler à son voisin l Imaginer E Résistances

58 58 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 Initiatives locales et personnelles E Résistances l S impliquer dans son quartier, son syndicat pour gagner des luttes à court et moyen terme l Consommer moins et mieux s Éviter les produits suremballés, s Réutiliser s Récupérer ce que lon peut s Recycler au maximum l Encourager le commerce é quitable (ex : caf é é quitable) s Produit des coopératives des pays du sud s Agriculture biologique l Discuter avec son entourage de la mondialisation

59 59 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 LE SOMMET DES AMÉRIQUES ( PRÉCÉDÉ DU SOMMET DES PEUPLES) l Rencontre des 34 chefs détats non-mandatés des Amériques l Où ? À Québec l QUAND ? en avril 2001 l QUOI ? Mobilisation des progressistes de toutes les Amériques l....et OQP2001 E Résistances

60 60 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 OQP2001 (.org) ( Opération Québec printemps 2001) l Une coalition de groupes et d'individus de la région de Québec s Comité de formation s Comité de communication s Comité appui et finances s Comité action s Comité artistique l...actions directes non-violentes avant et pendant le sommet des Amériques. E Résistances


Télécharger ppt "$ 1 Session mondialisation RQIC-SalAMI-OQP2001 CINQ SECTIONS A Définition B Historique C Acteurs et instruments D Conséquences E Résistances."

Présentations similaires


Annonces Google