La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Futur Facteur 4 1 Le climat et lénergie, enjeux du XXI e siècle Lille Intervention de Pierre Radanne 4 octobre 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Futur Facteur 4 1 Le climat et lénergie, enjeux du XXI e siècle Lille Intervention de Pierre Radanne 4 octobre 2012."— Transcription de la présentation:

1 Futur Facteur 4 1 Le climat et lénergie, enjeux du XXI e siècle Lille Intervention de Pierre Radanne 4 octobre 2012

2 Futur Facteur 4 2 Lémergence de la question du changement climatique 1827 – Compréhension de la capacité de certains gaz à piéger le rayonnement infrarouge 1896 – Identification par Arrhenius du mécanisme de leffet de serre, Mais impossibilité dinterprétation des variations du climat 1960 – Début dun suivi sérieux des températures grâce aux satellites, 1985 – Reconstitution de lévolution du climat depuis ans à partir de lanalyse de glaces de lAntarctique Mobilisation de la communauté scientifique 1992 – Conférence de Rio en 92 Adoption de règles qualitatives 1997 – Protocole de Kyoto en 97 Adoption dobjectifs quantitatifs pour 2010 pour les pays industrialisés 2005 – Entrée en vigueur du Protocole de Kyoto sans les USA 2009 – Conférence de Copenhague, un « échec fondateur » 2012 – Fin de la 1 ère période du Protocole de Kyoto 2020 – Horizon de la 2 ème période dengagement.

3 Futur Facteur 4 Effet de serre et bilan radiatif 9% 31% 22% 28% pertes vers lespace T atmosphère rayonnement vers surface T surface rayonnement surface albédo surface

4 Futur Facteur 4 Augmentation globale des températures Rank Year IPCC, AR4, 2007

5 Futur Facteur 4 5 Les principaux gaz à effet de serre Deux paramètres à prendre en compte : - La durée de séjour dans latmosphère, - La capacité à faire barrage au rayonnement infrarouge de la terre

6 Futur Facteur 4 6

7 Concentrations de gaz à effet de serre

8 Futur Facteur 4 8 Concentrations de CO 2 et températures au cours des temps géologiques Source : C. Lorius, LGGG-CNRS Ecarts de température en °C Concentration de CO 2 en ppmv

9 Futur Facteur 4 9

10 10 Evolution des températures moyennes annuelles en 2050

11 Futur Facteur 4 11 Projection des changements de précipitations en 2050 Changements annuels de précipitations par rapport à la situation actuelle pour un accroissement des concentrations de GES de 1% par an.

12 Futur Facteur 4 12 Club développement durable des communes25/05/2010

13 Futur Facteur 4 Attribution are observed changes consistent with expected responses to forcings inconsistent with alternative explanations Observations All forcing Solar+volcanic

14 Futur Facteur 4 14 Certitudes et variables Certitudes absoluesImpacts pouvant varier Variables majeures Blocage par certains gaz du rayonnement émis par la terre Hausse moyenne de la température dici 2100 : de 1,4° à 5,8° Vitesse dans le temps du déclenchement de processus irréversibles Mesure de laugmentation des températures Ampleur des événements extrêmes : cyclones, canicules,… Adaptabilité des écosystèmes et dégradation de la biodiversité Corrélation entre concentration de CO 2 et température Adaptabilité des systèmes agricoles selon les régions Capacité des océans à absorber le CO 2 à long terme Accroissement des précipitations dans certaines régions Accélération du réchauffement par dégel du permafrost et dégagement de méthane Niveau démission compatible à long terme avec la stabilisation du climat Hausse du niveau des mersModification des courants marins (Gulf stream) Existence de mécanismes amplificateurs ou au contraire compensateurs

15 Futur Facteur 4 15

16 Futur Facteur 4 16

17 Futur Facteur 4 17 Le dimensionnement du problème pour la France Diviser par 4 les émissions dici 2050 En MtCO 2

18 Futur Facteur 4 Les impacts sanitaires et sociaux Comme toutes les catastrophes, la catastrophe climatique est inégalitaire –La catastrophe brusque : Le cyclone, linondation, la canicule. Elle frappe les plus faibles : Ex : la population noire sans voiture aux USA, Les pays les plus pauvres, principales victimes, Par exemple : 250 millions dhabitants qui vivent à une altitude inférieure à 1 m. –La catastrophe lente, invisible mais aussi inexorable : La dégradation de la biodiversité, Lextension des maladies tropicales. Une attention est à porter aux populations les plus vulnérables Notamment, –Les personnes âgées, –Des professions fortement exposées. La catastrophe provoque aussi une prise de conscience –Avec un processus dapprentissage, –Dans une société qui favorise lévénementiel. 18

19 Futur Facteur 4 19 Les ruptures provoquées par le changement climatique Lhumanité confrontée à une limite pour la 1 ère fois depuis le début de la Révolution Industrielle Le climat est maintenant cogéré par lhomme Le Principe de précaution simpose : pas dexpérimentation possible sur lhabitabilité de la planète La négociation à Kyoto : Un rationnement par des quotas démissions par pays. Doù une nécessaire ingérence dans les politiques énergétiques –Par une obligation globale de performance énergétique, environnementale et économique, –Avec nécessité de règles communes (politiques sectorielles, recherche, fiscalité). Cest un retour du politique, un mouvement de rerégulation –Au-delà du marché, cest de la responsabilité des Etats, –Et pour notre comportement individuel : nos modes de consommation disent notre inscription au monde. Une extension du rôle de lONU –Nécessité de convergence des politiques entre pays du nord et du sud. –Faire respecter les engagements par une capacité de sanction.

20 Futur Facteur 4 20

21 Futur Facteur 4 Le climat, la 1 ère question politique totale Une question planétaire à solidarité obligatoire –Il y a déjà des questions planétaires, mais sans dépendance des pays entre eux La faim dans le monde, léradication de maladies, lalphabétisation, la maîtrise de la démographie… –Cette fois-ci, les émissions de gaz à effet de serre dun pays ont des impacts aussi sur tous les autres Une participation personnelle à travers chacun de nos comportements individuels –La moitié des émissions vient des ménages ; –La nécessité dun bond démocratique. Le rôle central des collectivités locales –Elles décident des investissements ayant la plus longue durée de vie : Les bâtiments, les infrastructures de transport, les réseaux –Elles répartissent les activités sur le territoire –Elles ont le contact direct avec le citoyen

22 Futur Facteur 4 Les 4 entrées de la négociation internationale sur le climat Objectifs climatiques pour 2050 et 2020 Pas plus de 2°C /2 des émissions mondiales Engagements pour la période des pays développés dans un cadre juridiquement contraignant Un financement adéquat, pérenne et prévisible pour ladaptation, latténuation, le REDD+ et les transferts de technologies Un passage généralisé à laction des tous les pays à travers des plans nationaux (NAMAs et PANA) avec un mécanisme dintéressement financier Solidarité et équité 22

23 Futur Facteur 4 –Les objectifs climatiques –Un accord sur la nécessité de limiter le réchauffement à 2°C ; –Sans saccorder sur la trajectoire pour y parvenir –Refus de la Chine dune division par 2 des émissions pour –Les engagements des pays industrialisés et émergents –Un désaccord entre pays sur les objectifs pour 2020 ; –Une incapacité à sinscrire dans les objectifs du GIEC. –Une validation globale des propositions dactions (NAMAs et REDD+) –Un dispositif financier –Un mécanisme fast start de 30 milliards de $ pour ; –Une montée en puissance de financements sur la période pour atteindre 100 milliards $ en 2020, toutes sources de financement réunies. –Une traçabilité des efforts –De la qualité dutilisation de lAPD, –De la réalisation des engagements des pays industrialisés, –Des progrès des pays émergents. –Une « déclaration politique de Copenhague » qui reste à confirmer et à appliquer lors de la CdP de Cancun LAccord de Copenhague Son contenu 23

24 Futur Facteur 4 24 Evolution du prix du pétrole brut En $/bl En $ constants 2003

25 Futur Facteur 4 25 Les 5 couches de la crise pétrolière 1.- La demande mondiale a rattrapé loffre Doù hausse des prix. 2.- Une faute industrielle Pas assez dinvestissements : production, transport, raffinage. 3.- Une exploitation politique et financière Iran, Russie, Venezuela, Bolivie, Nigeria, Instabilité du Moyen-Orient qui bloque les investissements, Spéculation financière et surtout gourmandise des actionnaires. 4.- Perspective du déclin de la production pétrolière Justifie des prix élevés. 5.- Nécessité de se désengager des combustibles fossiles pour réduire les émissions de CO 2

26 Futur Facteur 4 26 Découvertes et consommations dhydrocarbures Exxon Mobil 2002

27 Futur Facteur 4 Pourquoi les prix sont-ils si hauts ? Les Etats producteurs sont en position de force –Les ressources pétrolières puis gazières vont se concentrer sur 6 pays dici Les compagnies veulent maintenir des prix élevés Pour protéger leurs marges avec la répartition des bénéfices suivante : Rémunération des actionnaires, Investissements, Rachat par les compagnies de leurs propres actions. Les pays industrialisés ont semblé un moment supporter des prix élevés sans crise majeure Au-delà de 150 $/bl la demande baisse du fait des difficultés sociales, Le seuil est plus bas pour les pays les plus pauvres. Le cas de lélectricité Les prix sont tirés par les prix de gros européens, Des prix spots alignés sur lélectricité ex gaz en Europe, Des compagnies sont devenues instables, Tandis que de gros investissements sont en perspective. 27

28 Futur Facteur 4 28 Renouvellement et augmentation des réserves de pétrole Production cumulée 130 Réserves prouvées 157 Huiles non récupérées 350 Nouvelles découvertes Hausse du taux de récupération Ressources non conventionnelles Ressources conventionnelles Gtep *35 ** Nouvelles découvertes et extensions > 100 Récupération améliorée Ressources dhuiles extra-lourdes et de sables asphaltiques 460 (en place) * Taux moyen actuel ** Taux envisageable pour 2020 Offshore Source: IFP 25 En %

29 Futur Facteur 4 29 Le débat sur le peak Oil Economiser le pétrole pour retarder léchéance

30 Futur Facteur 4 Prospective des prix des énergies Léquilibre offre-demande –Une croissance de la demande de 1,5 à 2% par an ; –Une croissance de loffre de 1% par an ; –Résorption de la bulle spéculative ; –Tassement de la demande avec la crise économique. Le prix plancher –Une surchauffe actuelle du secteur parapétrolier après linsuffisance dinvestissement dans les années 90 : –La valeur de mise en œuvre des ressources nouvelles vers 40$/bl ; –A long terme : le prix des alternatives : essence ex-charbon, biocarburants : 100$/bl. Le prix plafond –Des maxima qui peuvent atteindre des sommets ponctuellement (guerre, accident industriel…). –Ne pas confondre maximum ponctuel et prix économique de long terme. Linstabilité –Linstabilité accroît les difficultés : les acteurs attendent. 30

31 Futur Facteur 4 31 Ventilation des réacteurs nucléaires par année de décision de construction ou darrêt

32 Futur Facteur 4 Production délectricité dorigine nucléaire en

33 Futur Facteur 4 33 Le renouvellement du parc nucléaire Pour le Ministère de lIndustrie 40 ans de durée de vie 2 EPR par an mis en service à partir de 2020

34 Futur Facteur 4 Dissociation en France entre croissance économique et consommation dénergie par habitant de 1973 à 2007 Consommation énergie finale Produit Intérieur Brut +110% +25% +2,01%

35 Futur Facteur 4 Evolution des émissions françaises par secteur En augmentation constante : transports Pas de gain pour lhabitat Evolution par activité des émissions de CO2 seul (en France) depuis 1960, en millions de tonnes équivalent carbone.équivalent carbone 35

36 Futur Facteur 4 Consommation dénergie pour le chauffage dun logement neuf 36 Réglementations thermiques Dates de construction

37 Futur Facteur 4 Le bâtiment à énergie positive Les programmes précurseurs : –Passiv Haus en Allemagne et Minergie en Suisse. Un niveau très élevé disolation et defficacité énergétique –Moins de 50 kWh /m², –Les points difficiles : Les ponts thermiques, La ventilation. Une énergie essentiellement apportée par les énergies renouvelables –Le chauffage urbain, –La géothermie (moyenne température ou par pompe à chaleur) pour le chauffage voire le rafraîchissement, –Le bois en usage thermique, –Le solaire thermique pour leau chaude, –Le photovoltaïque en production délectricité en couche intégré dans les matériaux de construction sur les surfaces exposées au soleil. Mais pas en soit une maison en autarcie Jouer sur la complémentarité offerte par les réseaux. 37

38 Futur Facteur 4 38 Fribourg im Breisgau Crédit photos : V. LEVENOK BedZed Crédit photos :Bill Dunster Architects. 38

39 Futur Facteur 4 Les technologies matures –Lhydraulique au fil de leau –Lhydraulique des barrages –Les stations de pompage –Léolien on-shore Des unités de 3 MWe ; vive concurrence pour les sites favorables. Les technologies qui arrivent –Léolien off-shore Evite la pénurie de site ; unités de 5 MWe ; plus cher. –La méthanisation Les technologies du futur –Le photovoltaïque En couches minces et intégré dans les matériaux du bâtiment –La gazéification de la biomasse Des problèmes de corrosion par les gaz difficiles à résoudre. –La géothermie de grande profondeur Potentiel illimité mai coûteux. Les énergies renouvelables pour la production délectricité 39

40 Futur Facteur 4 Les surcoûts de linnovation Les surcoûts de conception –Formation des équipes, –Acquisition des méthodes, –Etudes supplémentaires pour une conception plus sophistiquée. Un surcoût important sur les premières opérations. La mise en œuvre de matériaux et déquipements nouveaux –Des surcoûts qui peuvent être de lordre du tiers du prix, Ils sestompent progressivement. Les surcoûts résultants après la mise en place deffet de série –Il reste des surcoûts de complexité, –Des surcoûts sur des appareils utilisant des matériaux plus coûteux et technologiquement plus complexes à produire Un surcoût souvent compris entre 5 et 10% après 10 ans dexpérience. 40

41 Futur Facteur 4 Les difficultés de montage dune opération neuve innovante 41 La complexité de conception initiale, La difficulté de chiffrage initial du coût, La multiplicité des cibles techniques, Le fait que les entreprises prennent des marges de précaution par aversion au risque, Linadaptation du code des marchés publics qui bloque les améliorations en cours de réalisation, Les insuffisances des méthodes de calcul économique, Linsuffisance de formation professionnelle, Labsence dindustrialisation des composants nouveaux, Le changement de procédé constructif, Le risque de marchés infructueux, Mettre lensemblier en responsabilité générale de lopération, Linsuffisance de coopération entre les métiers, La coordination des métiers sur le chantier.

42 Futur Facteur 4 42 Vitesse maximale et consommation urbaine Source INRETS

43 Futur Facteur 4 43

44 Futur Facteur 4 44

45 Futur Facteur 4 45 Importations 146,26 Mtep Production : 132 Les Flux dénergie en 2000 Exportations -27 Soutes : -3 Variation stocks 3,1 Ressources : 294 Energie primaire disponible : 269 Charb. 14 Uranium 108 Gaz 36 Pétrole brut 94 Renouv. 12 Transformation 94 Dont production électrique 83 Consomm.d'énergie finale 158 Charb. 3 Electricité 34 Gaz 32 Pétrole 74 Renouv. 11 Industrie 39 Transports 50 Agri. 3 Habitat-tertiaire 67 Consomm.d'énergie finale 158 Energie utile 86 Pertes à la consommation : 72 Importations : 165,1 En Mtep Usages non énergétiques 17 Rendement global : 35 %

46 Futur Facteur 4 46 Les espoirs technologiques La technologie au service de la morale –Assistance technique aux comportements. Le développement des énergies renouvelables –Mais avec des niveaux de maturité et des potentiels très différents Le stockage de lélectricité –Permet une diffusion du véhicule électrique dans les transports, –Permet une meilleure intégration des renouvelables à production intermittente. La séquestration du CO2. –Permet un maintien des combustibles fossiles dans les grandes installations industrielles, –Permet une production électrique en base comme en pointe à partir du charbon. Le développement du vecteur hydrogène –Production possible par des centrales nucléaires et des renouvelables, –Impossibilité de production à partir des fossiles sauf stockage massif de CO 2, –Impossibilité de réformage embarqué.

47 Futur Facteur 4 Le coût global Linsuffisance de sincérité actuelle de léconomie Pas de prise en compte de la limitation des ressources, Pas de prise en compte des pollutions, Pas de prise en compte de leffet de serre. La démarche de coût global Dabord, tenir compte sur temps long de toutes les dépenses : –Investissement –+ fonctionnement –+ maintenance –+ impacts –+ fin de vie. Puis, Intégrer une valeur du carbone, Internaliser les impacts environnementaux, Prendre en compte une tendance à laugmentation des prix des énergies. Les différences avec la démarche comptable classique Sappuyer sur une comptabilité analytique, Ne pas se contenter du provisions. 47

48 Futur Facteur 4 48 Vous économisez et vous préservez la planète Coût total dun éclairage pour heures Niveau d'éclairage supérieur à 600 lumens IncandescenceHalogèneFluo.compact Prix énergie + achat ampoule et ballast en Coût énergie Coût d'achat 60 W 10 et 5 W 50 W Source ADEME

49 Futur Facteur 4 Une mutation profonde de léconomie : arrêter de jouer au Mistigri Intégrer dans les prix les impacts environnementaux et sociaux externes Un PIB qui donne une lecture très partielle de léconomie Analyse de cycle de vie – du berceau à la tombe ; Les impacts environnementaux ; Les coûts délimination. Pas dharmonisation des méthodes, donc échec dans la prise en compte. Adopter un taux dactualisation faible Définition : marque la référence au présent. Classiquement entre 8 et 9% en France pour 5% par LOCDE Commissariat au Plan Le Rapport du Commissariat au Plan de janvier 2000 Un taux dactualisation de 4% et de 2% à long terme. Stern Le Rapport Stern : 1,4% A long terme, le taux dactualisation tend vers le taux de croissance Sinon, on prélève de la richesse sur les générations futures. 49

50 Futur Facteur 4 La relation économie – écologie - social 2 configurations : Court terme Long terme 1 - Les ressources sont bon marché Ex entre 86 et 2000, Le portefeuille est à laise, Mais on est schizophrène : Nos intérêts économiques : la consommation, sans guère compter. Nos intérêts écologiques : protéger lenvironnement 2 – Les ressources sont chères Pendant les chocs pétroliers et maintenant, Le portefeuille souffre, Une grande difficulté sociale Mais on est réunifié : Nos intérêts économiques : économiser lénergie et les matières premières, Nos intérêts écologiques : épargner les ressources épuisables et protéger lenvironnement. EconomieEcologie EconomieEcologie

51 Futur Facteur 4 51 La progression du marché des équipements Larticulation des instruments publics et du marché Niveau defficacité énergétique Distribution statistique des équipements Réglementation pour retirer du marché les matériels obsolètes Labels et information Prescriptions technologiques dachat collectif Recherche & Développement Subventions pour amorcer le marché Certificats verts et blancs

52 Futur Facteur 4 Une nouvelle révolution industrielle Travail Capital et technologie Energie 52 La révolution industrielle du début du XIXème siècle La réduction demplois dans le travail manuel est compensée par les emplois créés du fait de la croissance économique

53 Futur Facteur 4 Une nouvelle révolution industrielle Energie et Ressources rares Capital et technologie Travail 53 La nouvelle révolution industrielle de la confrontation aux limites La réduction de la consommation dénergie rend nécessaire : une nouvelle mobilisation de technologies, du travail pour en optimiser lutilisation y compris par le biais des comportements individuels

54 Futur Facteur 4 Léconomie du Monde fini Lesprit des mécanismes de Kyoto Laccouplement improbable du dirigisme dEtat et de léconomie de marché rationnement –1 – Décliner le rationnement global par des obligations de réduction avec une échéance et ne menace de sanction. monnayer leur avance –2 – La possibilité pour ceux qui sont en avance de monnayer leur avance par ceux qui sont en retard. Un changement profond de modèle économique : une forme déconomie dirigée. Les précédents historiques –Les quotas de pèche ou les licences de taxi. Les quotas échangeables –Le malentendu sur les mots –Ils sexercent entre les Etats, –Lintention américaine à Kyoto : absorber le « hot air » russe pour ne pas agir au niveau national. –Montesquieu : « Rémunérer la vertu ». 54

55 Futur Facteur 4 Létat de lopinion sur le changement climatique Une très grande partie de lopinion sait quil y a un problème Sensibilisée par les catastrophes, Net changement depuis la canicule de Mais importante confusion quant aux causes et quant aux effets Réchauffement, dérèglement du climat, trou dans la couche dozone, pollution atmosphérique. Près de la moitié des émissions de gaz à effet de serre découle de décisions prises dans la sphère familiale –Essentiellement à travers le chauffage, les choix alimentaires et le transport individuel. Paradoxalement, bonne identification des facteurs déclenchants La consommation de combustibles fossiles, lindustrialisation et surtout les transports. Cette prise de conscience débouche sur une angoisse

56 Futur Facteur 4 56 Émissions de CO 2 dun ménage français moyen 17 tonnes / an ou 4,6 teqC / an Source : ADEME.

57 Futur Facteur 4 57 Ces émissions dans notre vie quotidienne 1 tonne équivalent carbone, cest soit : 1 an de chauffage au gaz pour un 3 pièces, 840 kg de viande de bœuf, 310 kg de mangues transportées depuis lAfrique du Sud, 1,8 tonnes de papier, km en Twingo en Ville, km en 4x4 en Ville, 1 aller-retour Paris – New York en avion, 160 aller-retour Paris-Londres en train, 20 aller-retour Paris-Londres en avion. Il va nous falloir apprendre à visualiser la portée de nos actes quotidiens.

58 Futur Facteur 4 Ce qui ne marche pas Vouloir sensibiliser en agitant la perspective de catastrophe –Cela accroît langoisse, –Provoque des tensions sociales graves, –Et non une prise en charge rapide par la communauté humaine. Cela génère des comportements de fuite –Le déni En sengouffrant dans des désaccords scientifiques ou issus dintérêts divergents pour évacuer le sujet –Lamnésie volontaire On range le sujet dans un coin reculé de sa tête et… le quotidien reprend. –Le repli sur soi, voire… la flambe Dans ce cas là, profitons de la vie tout de suite.

59 Futur Facteur 4 Les formes de limaginaire régressif au plan personnel Le sentiment diffus de perte de maîtrise de sa vie alors que tout saccélère –Lavenir sera pire que le présent Puisquil ny a plus dexpansion possible, ce qui compte cest la défense de ses intérêts –La montée des replis identitaires, chacun dans son groupe (national, social, économique ou culturel). –La banalisation morale de la fragmentation du corps social –La montée dimages dun avenir conflictuel dans laudiovisuel. La crainte que la démocratie ne puisse pas prendre en charge ces enjeux –Une production médiatique qui amplifie, –Dun avenir obscur à lobscurantisme.

60 Futur Facteur 4 Les étapes de la sortie de langoisse 1.Constater une prise en charge sérieuse par les principaux acteurs Les responsables publics, Les entreprises y compris à travers la publicité, Le secteur éducatif et les médias. Alors que lon perçoit des intérêts et des discours divergents. 2.Bénéficier dun réel effort dexplication rationnel Comprendre le processus, En identifier le rythme, 3.Evaluer surtout quantitativement ses propres sources démission dans la vie quotidienne. Le chauffage, lalimentation, la consommation quotidienne, les transports. 4.Identifier les réponses possibles Techniques, Organisationnelles, Comportementales. En dégager la vision dun nouvel équilibre entre sa recherche personnelle de plaisir et les conditions de la stabilité du climat

61 Futur Facteur 4 Les consommations dénergie dans Lille Métropole Consommation dénergie finale par catégories dusage: Confort résidentiel (792 ktep) Alimentation (447 ktep) Secteurs amont (410 ktep) Produits de consommation (327 ktep) Information, éducation et relationnel (263 ktep) Loisirs (224 ktep) Services (198 ktep) Déplacements professionnels (167 ktep) Santé (118 ktep) 61

62 Futur Facteur 4 Avec « une mise en scène de la responsabilité du politique » 1.Apporter la preuve par des réalisations exemplaires –Un rôle majeur des collectivités locales, –Qualité de construction neuve, transports, énergies renouvelables… 2.Visualiser la réponse à leffet de serre à travers un calendrier Distinguer les possibilités daction dans le temps. 3.Tirer parti des co-bénéfices Identifier les actions ayant un bénéfice économique immédiat, Et favorables à lemploi. 4.Avoir des garanties déquité dans le passage à laction Un engagement simultané de tous : Les collectivités publiques, Les entreprises, Les citoyens. Avec un souci déquité sociale. « Je fais, si tu fais, si nous faisons tous ».

63 Futur Facteur 4 La question centrale du XXI ème siècle Li ntérêt général, le retour. Les enjeux : Nous serons nombreux, Tous voudront bien vivre, Les ressources sont limitées et parfois en net déclin, La charge sur lenvironnement de la planète est déjà trop lourde. La valeur de ce siècle, au sens moral et au sens économique sera : Loptimisation de lutilisation des ressources Tirer de chaque ressource : énergies, matières premières, produits agricoles Ce qui souvre Un Pilotage fin des usages et léconomie des ressources, Un Recyclage des matières, Une Optimisation des transports pour réduire les flux, Et donc une relocalisation partielle de léconomie. Cest là une nouvelle définition du progrès, Cest la condition de la cohésion sociale et de la paix. On entre donc dans un mouvement profond et durable de rerégulation.

64 Futur Facteur 4 De grands progrès réalisés depuis 1/3 de siècle La consommation de matières dans les pays industrialisés commence à plafonner Le développement du recyclage Des potentiels déconomie de matières premières et dénergie importants et régénérés par les progrès de la recherche –Des avancées déterminantes pour la vie domestique sectorielle, –Une difficultés surtout importantes pour les transports Le développement des technologies de communication La dématérialisation de léconomie –Les nouveaux besoins portent sur des services La mutation a commencé

65 Futur Facteur 4 Vers une nouvelle vision du monde Les grands rendez-vous du milieu de ce siècle –La fin de la croissance démographique humaine avec près de 10 milliards dhabitants ; –La nécessité de diviser par 2 les émissions mondiales de gaz à effet de serre –Les tensions sur les marchés des hydrocarbures et dautres ressources. Une humanité mariée avec sa planète Il ny en a pas dautre habitable dans le coin –On devra vivre sur les capacités de ressources existantes ; –On devra assurer la restauration de lenvironnement. Ce sera la condition de la paix. La qualité de la vie humaine sera irrémédiablement liée à la capacité à bichonner la planète. Assurément pour des siècles et des millénaires.

66 Futur Facteur 4 Préparer un Plan Climat Energie Territorial Réaliser le profil climat du territoire Engager de débat public, Réaliser un Bilan Carbone de ladministration et du territoire. Engager un processus de co-construction Proposer des actions qui bénéficient dune réelle acceptation sociale ; Etudier donc attentivement le contenu du Livre Blanc. Elaborer le Plan Climat Energie Qui prenne en compte les engagements du Protocole de Kyoto, et prépare les suivants. Qui sapplique à tous les domaines de compétence directs, Qui sera relayé par toutes les structures liées, Un plan qui pourra sinsérer au niveau national et régional. Le Plan Climat Energie soumis au vote

67 Futur Facteur 4 Une co-construction qui mobilise lensemble des acteurs du territoire Les différentes catégories dacteurs se mobilisent : –la Collectivité (Région, agglo, communes membres), –les Conseils de quartier, –La CCI et les entreprises, –les partenaires sociaux et les associations, –Les relais dopinion, –des citoyens sur la base du volontariat. Impliquer directement environ 500 personnes. Avec une question simple : Que peut faire le territoire pour réussir, pour sa part, à stabiliser le climat ? –Diviser par 4 les émissions de gaz à effet de serre sur son territoire à lhorizon 2050 –Appliquer les objectifs européens pour 2020, les 3 x 20.

68 Futur Facteur 4 Le rôle central des intercommunalités Entre moi et le monde –Elles décident des investissements ayant la plus longue durée de vie : Les bâtiments, Les infrastructures de transport, Les réseaux –Elles répartissent les activités sur le territoire, Le facteur 1000 Pour quune politique de ce type soit appropriée, il faut quau moins un millième de la population soit impliquée ou demandeuse La bonne échelle –Les agglomérations, –Les pays ou les départements pour les zones rurales –La région pour un bouclage global notamment concernant les transports. Cest une des décisions majeures attendues du Grenelle de lEnvironnement. 68

69 Futur Facteur 4 Démocratie de co-construction et démocratie représentative La prise en charge des questions denvironnement nécessite une transformation profonde des comportements. Une franche adhésion des personnes sera facilitée par leur implication directe dans lélaboration des décisions 1.Engager un travail de sensibilisation et de formation du grand public 2.Constituer des ateliers délaboration ouverts à toutes les parties prenantes 3.Publier un Livre blanc qui rassemble les propositions Garantir une écriture sans amertume et tournée vers le futur Le Livre Blanc constitue une sorte de mandat de la société en direction des élus. Les propositions à ce stade engagent les partenaires du débat et pas la Collectivité. 4.Effectuer la finalisation technique des propositions 5.Prendre la délibération La phase de démocratie de co-construction favorise lexercice de la démocratie représentative

70 Futur Facteur 4 Les mutations que cela signifie Le retour vers une planification territoriale prescriptive –La 1 ère fois que lon sengage dans une prospective à 40 ans –Cela sapplique déjà aux grandes branches industrielles (marché de quotas européen) ; –Les engagements nationaux imposeront une planification descendante, La mise en cohérence entre les différents niveaux de territoire –Le SCOT qui devient la structure demboîtement des différents documents de planification ; Empiriquement, construire la cohérence entre PLU, PDU, Agenda 21, PCET et SCOT. Une profonde réforme territoriale –Le prochain Schéma Régional Climat Air Energie élaboré conjointement par le Conseil Régional et la Préfecture de région va dans ce sens. –Le Plan régional qui emboîte les planifications des niveaux subsidiaires (départements, agglos) Une évolution qui se fera progressivement.

71 Futur Facteur 4 Optimisation et emploi Le gaspillage des ressources est antisocial –Passer dune conception spatiale de la ville à une conception systémique –Des prix des ressources orientés à la hausse dans ce siècle –Impliquer les consommateurs sur le plan dun meilleur comportement Entre vigilance individuelle et assistance électronique Les gisements demplois –Maîtriser des flux (énergies, eau) –Mesurer et évaluer –Développer les emplois de surveillance des ressources pour les utiliser au mieux Avec lappui des nouvelles technologies de communication –Développer les ressources renouvelables –Valoriser des déchets et les co-produits –Développer les optimisations par écologie industrielle Que les déchets et les excès de chaleur des uns soient les ressources des autres, 71

72 Futur Facteur 4 Compacité et Multimodalité Compacité de la ville pour racourcir les distances –La ville définie par les opportunités offertes sur un même territoire –Des inégalités sociales qui prennent de plus en plus la forme dinégalités territoriales y compris dans lorganisation urbaine –Eviter létalement urbain –Mixité des fonctions. Des modes de transports choisis en fonction des usages et des distances –Les modes doux sur petites distances –La priorité de transports collectifs de qualité par rapport à la voiture –Des modes de transports à la demande dans une économie de fonctionnalité Covoiturage, Auto-partage. La voiture repensée en profondeur –Redescente en gamme –Voiture électrique ou hybride 72

73 Futur Facteur 4 Ancrage des acteurs économiques La crise se caractérise par une accélération du mouvement de la production industrielle vers les pays émergents –Une évolution qui touche de plus en plus la recherche et le tertiaire. Un processus qui est amplifié par la primauté du droit de la concurrence par rapport à tout autre critère dintérêt général –Avec une ouverture à la concurrence mondiale ; –Les villes de plus en plus en compétition. La controffensive, le modèle allemand dancrage –Soutenir et attacher les entreprises –Mettre luniversité et la recherche en appui des PME –Offrir des stages en entreprise comme marchepieds vers lembauche –Développer les services aux entreprises –Mettre en place des pépinières dentreprises –Développer des zones dactivité de qualité –Soutenir des activités à haute qualité environnementale –Favoriser les circuits courts, 73

74 Futur Facteur 4 La nature des activités futures En décroissance –La consommation de ressources rares et de matières premières ; –Lémission de polluants ; –Le gabarit des véhicules et les déplacements contraints ; –Certains déplacements longue distance des marchandises (pondéreux). –Le stockage de déchets. En stabilité –Les surfaces habitées ; –Des consommation deau. En croissance –La consommation de produits électroniques ; –La productivité agricole ; –La communication, léducation et loffre culturelle ; –Les consommations liées à la santé. Un processus de tamisage –Relocalisation de certaines activités ; –Probablement réduction de certaines mobilité longue distance (aérien) ; –Le flux tendu par une rationalisation industrielle. En déduire une orientation claire de la croissance économique en valeur du PIB –Nettement plus intensif en emplois par les fonctions doptimisation ; –Après substitution travail/technologie, ressources/travail. 74

75 Futur Facteur 4 75 Il y a un infini dans un monde fini Le progrès par lefficacité de lutilisation des ressources plutôt que la croissance des flux de matières –Le progrès technologique se reproduit. –Le coût croissant des matières premières étend le champ des technologies rentables. Le cercle – un monde sans fin –Une économie du recyclage –Les filières biologiques et les énergies renouvelables La dématérialisation et les nouvelles technologies de communication –Une infinité dinformation avec très peu de matières mobilisées. –Sengager dans une société relationnelle. Trouver un équilibre entre sa recherche personnelle de plaisir et le maintien de ses impacts dans un volume admissible –Un investissement éducatif et culturel considérable –Savoir projeter sa vie dans ce siècle –Raconter une vie réussie au XXIème siècle à un enfant de 10 ans

76 Futur Facteur 4 Comprendre ce siècle et le réussir –Ses échéances : plusieurs convergent autour de 2050 La fin de la croissance démographique, La stabilisation du climat, Le déclin de certains ressources ; –Réussir une convergence Nord-Sud, condition de la paix La fonction la plus utile lors dun changement de civilisation, cest limagination et la créativité. Dégager un récit de vie réussie pour ce siècle –Savoir lexprimer pour un enfant de 8 ans, –Un changement évident de comportement des salles depuis 6 mois : lattente dun récit positif. Aimer son siècle, –Nourrir une empathie avec lhumanité, cest la condition de ladhésion. Principes pour laction La relation à lavenir


Télécharger ppt "Futur Facteur 4 1 Le climat et lénergie, enjeux du XXI e siècle Lille Intervention de Pierre Radanne 4 octobre 2012."

Présentations similaires


Annonces Google