La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Astrophysique et astrochimie Michaël De Becker Masters en Sciences Chimiques et Sciences Géologiques 2013-2014 Chapitre 1: Environnements astronomiques.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Astrophysique et astrochimie Michaël De Becker Masters en Sciences Chimiques et Sciences Géologiques 2013-2014 Chapitre 1: Environnements astronomiques."— Transcription de la présentation:

1 Astrophysique et astrochimie Michaël De Becker Masters en Sciences Chimiques et Sciences Géologiques Chapitre 1: Environnements astronomiques

2 Chap.1 : Environnements astronomiques 1.1 Concepts généraux Rayonnement de corps noir Echelles de distances Magnitude et extinction 1.2 Objets stellaires Diagramme de Hertzsprung-Russel Classification spectrale Formation stellaire Nucléosynthèse et évolution stellaires 1.3 Milieu interstellaire 1.4 Système Solaire Quelques définitions Planètes Comètes Astéroïdes

3 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Rayonnement de corps noir Loi de Planck: Loi de Stefan: Constante de Stefan-Boltzmann:

4 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Rayonnement de corps noir Loi de déplacement de Wien: Le maximum d'émission de la fonction de Planck est d'autant plus déplacé vers les basses longueurs d'onde (hautes énergies) que la température du corps noir est élevée.

5 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Rayonnement de corps noir Loi de déplacement de Wien: Le maximum d'émission de la fonction de Planck est d'autant plus déplacé vers les basses longueurs d'onde (hautes énergies) que la température du corps noir est élevée. Importance du corps noir ? De nombreux 'objets' importants en astrophysique se comportent, en première approximation, comme s'il s'agissait de corps noirs, du point de vue de leur émission de rayonnement ; notamment, les étoiles!

6 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Rayonnement de corps noir Flux (F) : quantité d'énergie émise par unité de temps et de surface Luminosité (L) : quantité d'énergie émise par unité de temps (puissance) Relation directe entre la température du corps noir (appelée température effective de l'étoile) et sa luminosité, pour un rayon stellaire donné.

7 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Echelles de distances Unité astronomique (UA) : rayon moyen de l'orbite terrestre, distance moyenne entre la Terre et le Soleil (environ 150 millions de km) Application : distance au sein du système solaire, ou au voisinage d'étoiles Année lumière (a.l.) : distance parcourue par la lumière en une année terrestre (environ cm) Application : distance des étoiles proches Parsec (pc) : distance à laquelle une observateur verrait une distance linéaire d'une UA sous un angle d'une seconde d'arc, soit 1/3600 degrés (environ 3.26 a.l., ou cm) Application : distance des étoiles, et dimensions caractéristiques de régions interstellaires et d'amas d'étoiles

8 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Magnitude et extinction Magnitude : Echelle logarithmique de perception de l'éclat d'un astre. Historiquement, 6 magnitudes : les étoiles les plus brillantes étaient dites de première magnitude, et les moins brillantes perceptibles à l'oeil nu de sixième magnitude. Deux difficultés (contre-intuitives) : (i) échelle logarithmique et (ii) inversée Une unité de magnitude = facteur ~ 2.5 en brillance (un écart de 5 mag équivaut ~ à un facteur 100) Cette échelle (historique) a été conservée, et pour en avoir un usage rigoureux des conventions particulières ont été adoptées.

9 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Magnitude et extinction Magnitude : Convention adoptée : 2 étoiles différant d'une magnitude ont un rapport de brillance de 100 1/5 = ; référence de l'échelle : Vega, m = 0 Relation entre magnitude et flux (en unités physiques) : Si l'étoile 1 est plus brillante que l'étoile 2, le rapport des flux dans le logarithme est inférieur à 1. Le second membre est donc négatif, et on a bien m1 < m2. Cette relation équivaut à la transformation d'une échelle linéaire (flux) en une échelle logarithmique (magnitudes, perception de la brillance).

10 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Magnitude et extinction Magnitude apparente et magnitude absolue: Perception de la brillance d'une étoile : - dépend de sa brillance intrinsèque - dépend de sa distance Introduction de la notion de magnitude absolue, pour accéder à une comparaison directe des étoiles : magnitude d'une astre s'il était situé à une distance standard (10 pc)

11 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Magnitude et extinction Magnitude apparente et magnitude absolue: Module de distance :

12 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Magnitude et extinction Magnitude bolométrique : Magnitude exprimée dans tout le spectre électromagnétique, par opposition à une magnitude non-bolométrique qui n'est associée qu'à une fraction de la lumière d'un astre (dans une bande spectrale donnée) BC : correction bolométrique, exprimant la contribution à la lumière de l'astre qui n'est pas exprimée dans la magnitude m (définie comme étant négative!) Usuellement, lorsqu'aucune précision particulière n'est fournie, une magnitude est exprimée dans la bande visuelle (V, approximativement centrée dans la bande passante de l'oeil humain). Toutefois, des bandes dites photométriques standard ont été définies dans des domaines spectraux divers, en fonction de l'usage scientifique qui peut en être fait.

13 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Magnitude et extinction Extinction: Atténuation l'intensité lumineuse le long de la ligne de visée : - Absorption - Diffusion Origine : matière constitutive du milieu interstellaire Impact de cette extinction (A) exprimé aussi en échelle de magnitude : L'extinction est un phénomène sensible à la longueur d'onde de la lumière. On peut donc définir également une extinction associée à chaque bande spectrale considérée.

14 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Magnitude et extinction Couleur: Le concept de couleur, en photométrie, est simplement défini comme étant la différence de magnitudes exprimées dans deux bandes distinctes Par exemple : B – V La couleur exprime localement la pente de l'émission de corps noir d'une étoile. La notion de couleur est donc intimement liée à celle de température effective.

15 Chapitre 1: Environnements astronomiques Concepts généraux: Nébuleuse de la Rosette HalphaHalpha, + RVB


Télécharger ppt "Astrophysique et astrochimie Michaël De Becker Masters en Sciences Chimiques et Sciences Géologiques 2013-2014 Chapitre 1: Environnements astronomiques."

Présentations similaires


Annonces Google