La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Leçons tirées de lALENA William Maloney, Luis Serven Banque mondiale Comité sénatorial permanent des affaires étrangères www.worldbank.org/laceconomist.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Leçons tirées de lALENA William Maloney, Luis Serven Banque mondiale Comité sénatorial permanent des affaires étrangères www.worldbank.org/laceconomist."— Transcription de la présentation:

1

2 Leçons tirées de lALENA William Maloney, Luis Serven Banque mondiale Comité sénatorial permanent des affaires étrangères

3 Le Mexique, avant et après lALENA É changes commerciaux par rapport au PIB37,0%75,7% IED par rapport au PIB, excluant les privatisations1,2%2,9% IED par rapport au PIB1,2%3,0% Croissance r é elle du PIB par habitant, en devises locales1,1%1,2% Salaires r é els en devises locales3,5%-1,0% Salaires r é els en dollars9,5%-0,5% Taux de pauvret é - SEDESOL*22,5%24,2% Taux de pauvret é - CEPALC47,8%41,1%

4 Comment évaluer limpact de lALENA? Dix ans à peine se sont é coul é s. D autres é v é nements importants sont survenus depuis : La crise de Tequila et la r é cession de 1995 Les r é formes unilat é rales entre 1986 et 1993 – effets escompt é s de l ALENA et effets à retardement des r é formes IED massif dans les é conomies é mergentes, pas seulement au Mexique Baisse constante des prix des produits de base (agriculture) et tendances soutenues au chapitre de l emploi Notre d é marche à diff é rents volets : Histoire : avant et apr è s l ALENA – Changements structurels ? Diff é rences d un secteur et d un É tat à l autre Comparaisons : Le Mexique par rapport aux autres é conomies latines

5 Le Mexique a-t-il profité de lALENA? Oui, mais il aurait pu en profiter davantage. En général, oui Pas autant quon lavait laissé entrevoir, mais quand même mieux que les critiques ne le laissent croire. A quelque peu favorisé la convergence des économies nord-américaines. A eu un impact notable sur le commerce et lIED. Na pas profité également à tous les secteurs et toutes les régions. Les avantages ne sont pas automatiques Les ententes de ce genre doivent saccompagner de réformes nationales aux chapitres des institutions, de léducation, de la technologie et de linfrastructure.

6 Plan de la pr é sentation Le commerce L IED La convergence des revenus en A.N. Les disparit é s r é gionales La productivit é et l innovation Les march é s du travail L agriculture

7 Le commerce

8 LALENA favorise le commerce Mais dautres facteurs sont entrés en jeu : la croissance rapide des É.-U. à la fin de années 90 la dépréciation réelle du peso Leffet à retardement des réformes unilatérales des années 80 Aucune preuve de détournement des courants commerciaux LALENA aurait entraîné une hausse de 25 à 30 % des exportations

9 Augmentation considérable des échanges commerciaux Échanges commerciaux par rapport au PIB

10 Linvestissement étranger direct

11 LIED a augmenté, mais pas seulement au Mexique. Est-ce seulement un effet temporaire? IED net, en pourcentage du PIB

12 Convergence du PIB par habitant

13 Écart entre les États-Unis et le Mexique au chapitre du développement Crise de la dette Tequila PIB par habitant aux É.-U. et au Mexique

14 Les écarts au plan institutionnel limitent le rétrécissement de lécart au chapitre du revenu par habitant Variations de – 2 à +2 pour tous les pays CANUSAMEX Voix et reddition de compte Stabilit é politique Efficacit é du gouvernement Qualit é des r è glements Primaut é du doitContrôle de la corruption

15 Les disparit é s r é gionales

16 Les écarts de développement au Mexique : PIB par habitant dans chacun des États PIB par habitant (pesos de 1993 ) ChiapasChihuahuaGuerreroNuevo Le ó n OaxacaSonoraDistrito Federal

17 Comment expliquer les différences de rendement dun État à lautre au cours des années 90? Instruction élémentaire (taux dalphabétisation, niveau dinstruction) Infrastructure Instabilité politique et institutions Si les États pauvres avaient joui de la même instruction et de la même infrastructure en 1990, ils auraient progressé encore plus que les États riches (convergence limitée)

18 La productivité et linnovation

19 Efforts de R & D : Le Mexique est en bas de la moyenne et il arrive loin derrière les grandes stars à ce chapitre 0.0% 0.5% 1.0% 1.5% 2.0% 2.5% 3.0% 3.5% 4.0% 4.5% 5.0% PIB par habitant Rapport R&DPIB pr é vu et observ é Inde Argentine Chine Israël Finlande Corée Mexique 2 21 & ú û ù ë é HAB PIB HAB PIB DR

20 Lécart au chapitre de la R & D au Mexique a été légèrement comblé depuis lavènement de lALENA -160% -140% -120% -100% -80% -60% -40% -20% 0% Taux d é cart par rapport à la m é diane R & D au Mexique ALENA

21 Les march é s du travail

22 L ALENA a-t-il port é pr é judice aux travailleurs mexicains? Progression rapide des salaires r é els (non-maquiladeras) par rapport à ceux des Am é ricains apr è s les crises; taux de chômage les plus bas depuis 1987 (et surtout apr è s 98) Manufacturing Real Wages and Unemployment Evolution

23 Non Trad. Plus dexportations/travailleur Plus dimportations/travailleur Salaires ajustés du capital humain L ALENA a-t-il port é pr é judice aux travailleurs mexicains? Salaires plus é lev é s vers é s par les entreprises devant faire face à la concurrence internationale; hausse plus marqu é e des salaires apr è s 1995 dans les secteurs d exportation; effet limit é sur l emploi dans les r é gions rurales

24 Impact de lALENA sur les salaires dun État à lautre Les salaires r é els ont augment é davantage dans les É tats pr é sentant des statistiques plus é lev é es aux chapitres suivants : Taux d instruction de la main-d oeuvre IED/PIB Importations/PIB Pourcentage de la population ayant é migr é aux É tats-Unis

25 Y a-t-il ici une inégalité? Oui, au plan des salaires, mais pas du revenu du ménage Ann é eGini de la Banque mondiale Gini de SEDESOL ,947, ,445, ,648,1 2002S.O.45,4

26 Tendances de l emploi : agriculture (donn é es de l IMSS) et maquiladoras En milliers En milliers Maquiladoras (axe de gauche)Agriculture (axe de droite)

27 L agriculture

28 Lagriculture mexicaine : Importations et productions agricoles depuis Importations (milliers de tonnes m é triques)Production (milliers de tonnes m é triques)IrrigationNon irrigu é

29 LALENA a-t-il beaucoup changé la donne dans le commerce des produits agricoles? (selon les analyses économétriques) EXPORTATIONS CHANGEMENT STRUCTUREL Produits agricolesD é cembre 1994 TomatesD é cembre 1994 L é gumes frais Novembre 1994 MelonsSeptembre 1994 Autres fruitsJuin 1995 IMPORTATIONS Produits agricoles Aucun Ma ï sAucun Autres ol é agineuxAucun Sorgho Aucun Soja Aucun Bl é Aucun Source: Yúnez-Naude (2003)

30 Pourquoi lagriculutre mexicaine na-t-elle pas souffert autant que certains ne lavaient craint? Augmentation de la demande au Mexique et aux É.-U. en , combinée à … … une hausse de productivité de lagriculture mexicaine en raison de lirrigation Programmes innovateurs daide à lagriculture (PROCAMPO) Il faut maintenant tâcher de réduire la pauvreté dans les régions rurales sans verser dans le protectionnisme, ce qui condamne des générations de pauvres campagnards à se rabattre sur des emplois de piètre qualité et à chercher les faveurs du gouvernement. … en attendant la transformation de léconomie rurale mexicaine

31 FIN


Télécharger ppt "Leçons tirées de lALENA William Maloney, Luis Serven Banque mondiale Comité sénatorial permanent des affaires étrangères www.worldbank.org/laceconomist."

Présentations similaires


Annonces Google