La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

De nouvelles pratiques daccès au savoir Patrice Flichy.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "De nouvelles pratiques daccès au savoir Patrice Flichy."— Transcription de la présentation:

1 De nouvelles pratiques daccès au savoir Patrice Flichy

2 La participation des amateurs à la production et à la circulation des connaissances est ancienne. Aujourdhui, elle nest plus lapanage de groupes restreints, mais une activité de masse

3 PLAN I Les amateurs de connaissances II Des connaissances pour se prendre en charge III La production amateur de connaissances nouvelles

4 I Les amateurs de connaissances Les communautés de partage dexpérience La vulgarisation scientifique

5 Les communautés de partage dexpérience Evaluer les biens dexpérience, cest à dire des biens dont la qualité nest pas connu a priori (Karpik): Produits culturels Livres (Amazon) Films (IMDB) Tourisme Hôtels (TripAdvisor….), restaurants (City search) Produits technologiques Bricolage Informatique

6 Les communautés de partage dexpérience (2) Noter ou conseiller Agréger les notes des consommateurs Démocratiser les avis: notes, like…. Des algorithme secrets Des conseils entre pairs Sur le choix dun matériel ou dun logiciel Sur des conseils dutilisation (indépendants du fabricant)

7 Les communautés de partage dexpérience (3) Quel rapport avec les marques? Les marques essayent dinstrumentaliser les amateurs (cadeaux, clubs…) Les données collectées par les sites dévaluation sont vendues aux marques

8 La vulgarisation scientifique Lexemple de wikipedia Une encyclopédie faite par les amateurs: En français 1,43 millions darticles, 6° site le plus visité, 2,9 millions de visiteurs uniques par jour En portugais darticles Encyclopédie scientifique et populaire Légitimité analogue à lencyclopédie universalis Agrége des domaines de culture populaire (sports, jardinage, médecines douces …) avec des règles délections spécifiques

9 Wikipedia (suite) Une participation très inégale (loi de puissance) Une petite minorité rédige la plupart des articles. Les contributeurs assidus sont divers: amateurs et universitaires Mais une coopération démocratique Où chacun est égal aux autres et doit argumenter Ecriture collective Une organisation procédurale Une surveillance de tous par tous

10 II Des connaissances pour se prendre en charge

11 Des connaissances pour se prendre en charge Les connaissances permettent à lindividu de mieux se prendre en charge Dans ses rapports avec ladministration Dans ses rapports avec les entreprises De prendre en charge sa santé

12 Prendre en charge sa santé Les trois quart des français consultent des sites dinformation médicale Pour sinformer sur une maladie Poser les bonnes questions au médecin Mieux comprendre son diagnostic Echanger avec les autres Du savoir abstrait au savoir « vécu » Des interventions compatissantes Des conseils pratiques

13 Prendre en charge sa santé (2) La construction dune expertise collaborative Veille, collecte dinformations Mise en réseau des expériences individuelles = création de nouvelles connaissances des pathologies chroniques Ex. Patients like me La question de la propriété intellectuelle Les relations avec les laboratoires

14 III La production amateur de connaissances nouvelles

15 La production amateur de connaissances nouvelles Lhybridation entre lamateur et le scientifique Les logiciels libres et la passion scientifique La démocratie scientifique et technique

16 Lhybridation entre lamateur et le scientifique Trois modes dhybridation La science avec Lamateur collabore avec le scientifique La science à côté Lamateur a ses projets propres La contre-science Lamateur soppose à la science normale

17 La science avec Les sciences citoyennes font coopérer amateurs et scientifiques. Les amateurs collectent, surveillent … en botanique (Tela Botanica, eBird …) en astronomie, en archéologie… Lexemple de Tela Botanica participants, production dune base de données de référence sur la flore (Proulx)

18 La science avec (2) Comment organiser la coopération. Le cas du musée de zoologie de Berkeley Une idéologie commune Des procédures adaptées aux pros et aux amateurs Le concept dobjet-frontière Susan Star

19 La science à côté Le risque que les amateurs deviennent les petites mains de la science? Un projet différent Une science locale et non universelle Une connaissance approfondie de cas particuliers Des processus cognitifs voisins (Garfinkel)

20 La contre-science Peut-on élaborer une contre science? Les amateurs participent à ce mouvement de la recherche « confinée » en laboratoire, et de développement dune « recherche de plein air » (Callon) Sur de graves questions de santé publique (pollution) des amateurs en mettant en réseau des informations peuvent démontrer que lenvironnement peut être la cause dune maladie Refus du protocole de test en double aveugle par des malades du SIDA

21 Les logiciels libres et la passion scientifique Il sagit du cas le plus emblématique de la collaboration entre amateurs et professionnels. Ecriture bénévole de logiciels par des amateurs avertis (lien avec les pros) et des novices. Les uns écrivent le code et gère la communauté. Les autres vérifient Un nouveau mode dorganisation Le bazar opposé à la cathédrale

22 Les logiciels libres et la passion scientifique (2) Des conventions strictes qui fondent la confiance. Organisation par niveau de compétences Une démocratie censitaire versus un dictateur bienveillant La licence copyleft (Richard Stallman) Protége le travail des développeurs Empêche quil soit accaparer

23 Les logiciels libres et la passion scientifique (3) Pourquoi sinvestit-on dans le libre? Une économie hors marché Le modèle du don. (Caillè, Godbout) Le don nest pas uniquement altruiste « Intérêt à » (salaire, notoriété) « intérêt pour » (plaisir) Le libre associe « intérêt à » et « intérêt pour » (Coris)

24 Conclusion La démocratie scientifique et technique La montée des amateurs remet en cause les privilèges des spécialistes (chercheurs, professeurs...) Lhomme ordinaire peut intervenir dans la science Pour son plaisir (lastronome amateur qui regarde les étoiles) Pour participer à la science Pour répondre à ses interrogations propres Pour pouvoir dialoguer avec le scientifiques Pour remettre en cause leurs certitudes

25 Conclusion (2) La démocratie scientifique et technique Les conférences de consensus Face à des problèmes scientifiques et techniques complexes qui ne peuvent être résolus ni par les politiques, ni par les experts, les citoyens ordinaires peuvent faire des propositions pertinentes Comme dans les réunions du débat public, Lamateur occupe une vraie place. Internet est un outil essentiel

26 CONCLUSION GENERALE Lamateur de lère numérique construit son identité en sexprimant dans les domaines artistiques, citoyens, scientifiques et techniques élargit ses savoirs et ses compétences à travers son expérience un parcours autonome dacquisition de compétences

27 CONCLUSION GENERALE (2) participe à une nouvelle forme de démocratisation … celle des compétences Avec lamateur numérique, voici « la compétence des incompétents » (Rancière)

28 CONCLUSION GENERALE (3) Grâce à Internet, nous sommes en train de rentrer dans cette société sans école imaginée par Ivan Illich où le monopole de lécole et des médecins prendraient fin

29 Bibliographie Alain Caillé, Don, intérêt et désintéressement. Bourdieu, Mauss, Platon et quelques autres, Paris, La Découverte, MAUSS. Michel Callon, Pierre Lascoumes et Yannick Barthe Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le seuil, 2001 Florian Charvolin, André Micoud et Lynn Nyhart (coor.) Des sciences citoyennes ? La Tour dAigues, lAube, 2007 Marie Coris, La culture du don dans la modernité. Les communautés du logiciel libre Réseaux, 2006, n° 140 Jacques Godbout Lesprit du don, Paris, La découverte, 1992 Ivan Illich Une société sans école, Paris, Le seuil, 2003

30 Bibliographie (2) Lucien Karpik « Léconomie de la qualité » Revue Française de Sociologie 1989 Heaton, Lorna, Millerand, F., Crespel, Élodie, & Proulx, S. (2011). « L'extension de la botanique aux non spécialistes : Le collectif en ligne tela botanica ». Terrains & Travaux, Julien Levrel « Wikipedia, un dispositif médiatique de publics participants » Réseaux 2006, n° 138 Jacques Rancière La haine de la démocratie, Paris, la Fabrique, 2005

31 Bibliographie (3) Eric Raymond « La cathédrale et le bazar », Susan Star et James Griesemer « Institutional Ecology, Translations and Boundary Objects: Amateurs and Professionals in Berkeleys of Vertebrate Zoology Social Studies of Sciences, 1989

32 MERCI


Télécharger ppt "De nouvelles pratiques daccès au savoir Patrice Flichy."

Présentations similaires


Annonces Google