La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Petit tour dhorizon Philo-Psycho Nietzsche, Spinoza, Freud, Jung,... 3. Questions / Discussion : 3.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Petit tour dhorizon Philo-Psycho Nietzsche, Spinoza, Freud, Jung,... 3. Questions / Discussion : 3."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Petit tour dhorizon Philo-Psycho Nietzsche, Spinoza, Freud, Jung, Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question. 4. En guise de conclusion Réunion préparée avec Jacqueline Salenson et Michel Rumeau

2 Étymologie et définitions Étymologie : Étymologie : Mot savant du XVIII siècle, de même racine que « coulpe » du latin culpa, « faute »; culpabilis « coupable ». Définitions : Définitions : Le Robert : Etat de celui qui est coupable (qui a commis une faute). Dictionnaire de philosophie Godin : i. Subjectivement, état de celui qui a transgressé la loi (juridique ou morale) ii. Objectivement, caractère dune action que la loi interdit Dictionnaire de psychologie : Sensation née dune faute commise, réelle ou imaginée. Si les fautes réelles, entorse à la loi par exemple, peuvent engendrer de la culpabilité, certains individus peuvent exprimer au travers de leurs comportements un sentiment inconscient de culpabilité.

3 Petit tour dhorizon Philo-Psycho 1.Pour Spinoza ( ), c'est dans le sentiment de culpabilité d'abord que nous sentons et éprouvons que nous sommes. C'est ce sentiment qui provoque la prise en charge de soi par soi (la responsabilité). 2.Pour Nietzsche ( ), cest la culpabilité qui fait le malheur de lhomme. La source de la mauvaise conscience, c'est la notion d'un Dieu saint envers lequel on aurait une dette. Doù ses critiques à légard du christianisme. 3.Pour Freud ( ), le sentiment de culpabilité est ambivalent : il peut être morbide et naître du refoulement mais aussi être sain, valable et moral, s'il est l'expression de ce Je qui est en nous un véritable pouvoir d'examen, de jugement. Ce sentiment, dû à des fautes subjectives, trouve sa source dans le complexe dOedipe. Pour Mélanie Klein et D. W. Winnicott qui ramènent la culpabilité à la relation du nourrisson avec sa mère, il y a également ambivalence car l'enfant simultanément a peur de la fusion avec sa mère (alors que la vie le pousse à grandir, il craint de rester un avec elle) et désire aimer et être aimé de cette mère qui est la source de tous ses plaisirs. Il y a donc tout à la fois attirance vers la mère et rejet de celle-ci. 4.Pour Jung ( ), la culpabilité de soi vis-à-vis de soi, cest le refus de s'accepter soi-même. Ce qui rejoint lanalyse de Lewis Engel et Tom Ferguson (psychologues cliniciens) selon laquelle : on se sent coupable quand on nest pas capable, de même quon est incapable dagir lorsquon se sent coupable. En fin de compte la culpabilité nous construit-elle ou nous déconstruit-elle ?

4 QUESTIONS 1.Doù vient et comment sexprime la culpabilité? 2.Responsabilité et culpabilité sont-elles liées ? 3.Toute culpabilité doit-elle être sanctionnée et de quelle façon ?

5 1.Doù vient et comment sexprime la culpabilité ? Animation Jacqueline Salenson Sans loi, de quoi serions nous coupables ? Etre moralement coupable est-ce lêtre objectivement ? Selon la « loi » dont il sagit, la culpabilité ne sexprime-t-elle pas de différentes façons ?

6 1. Doù vient et comment sexprime la culpabilité ? 1.Doù vient-elle ? Etre coupable, cest commettre une faute en transgressant délibérément la loi. Mais la loi peut être : Objective, exogène, collective, de lordre juridico-politique Subjective et consciente, endogène, personnelle, de lordre de la morale Subjective et inconsciente, de lordre du psychisme. Etre coupable, cest commettre une faute objective ou subjective ou les deux à la fois. La culpabilité inconsciente est de lordre du psychisme qui échappe aux valeurs conscientes (collectives ou personnelles), mais nen est-elle pas la matrice ? Pour être coupable, il faut dabord une norme, une référence, une loi définissant ce qui est juste. Il faut ensuite un acte qui transgresse la dite loi. 2.Comment sexprime-t-elle ? La culpabilité objective sexprime sous la forme dune sanction (avertissement, blâme, amende, condamnation, emprisonnement...). La culpabilité subjective sexprime par le sentiment davoir commis une faute, sous forme de : Regret : comme le manque en nous de ce qui ne fut pas et aurait du être. Remord : comme une tristesse présente pour une faute passée, comme le regret du bien qui ne fut pas. Volonté de réparation (dédommagement, compensation, pardon) La culpabilité inconsciente naît selon Freud du refoulement parfois morbide qui trouverait sa source dans le complexe dOedipe. Elle sexprime par un certain mal-être à vivre. Mais peut-on vraiment parler de culpabilité puisque, dans ce cas, la loi nest pas délibérément transgressée ? On peut être coupable objectivement sans lêtre subjectivement et inversement. La culpabilité inconsciente nest-elle pas la plus ambiguë ?

7 2.Responsabilité et culpabilité sont-elles liées ? Animation Michel Rumeau Est-on responsable de ses erreurs ? De quoi et vis à vis de quoi est-on coupable ? Responsable et non coupable; cela a-t-il un sens ?

8 2. Responsabilité et culpabilité sont-elles liées ? 1.De quoi est-on responsable ? On est responsable de tout ce quon fait volontairement, ou de ce quon laisse faire et quon pourrait empêcher. Ainsi est-on responsable de ses erreurs mais on nen est pas coupable. Une erreur est une idée fausse quon croit vraie La responsabilité suppose la liberté : on est responsable de ce quon fait librement. On peut être responsable et non coupable, alors quon ne saurait être coupable consciemment sans être responsable. 2.De quoi est-on coupable ? Etre coupable, cest être responsable dune faute accomplie délibérément. Une faute, « c est une erreur qui sécarte moins du vrai que du bien ou du juste » dit ACS. Toute faute suppose une norme de référence (une loi ou une valeur) transgressée délibérément. Ainsi est-on non seulement responsable de ses fautes mais coupable. Par exemple, on sera responsable dune faute intellectuelle (une erreur de jugement) mais coupable dune faute morale. La responsabilité suppose la liberté, mais la responsabilité ne se limite pas à ce quon fait volontairement : elle inclut aussi ce quon laisse faire et quon pourrait empêcher. Sans en être coupable, on est responsable de ses erreurs. On est coupable de ses fautes, autrement dit, de la transgression délibérée de la loi ou de la morale. Ainsi peut-on être responsable et non coupable, notamment de ses erreurs.

9 3.Toute culpabilité doit-elle être sanctionnée et de quelle façon ? Sans sanction, de quoi serions coupables ? Pourquoi sanctionner ? De la sanction morale à la sanction pénale : similitudes et différences ?

10 3. Toute culpabilité doit-elle être sanctionnée et de quelle façon ? 1.Pourquoi sanctionner ? Une fonction de rétribution : la violation de la règle cause un préjudice à la société. En réponse, la société inflige au coupable un autre préjudice destiné à compenser le premier. Une fonction délimination : sa forme la plus radicale est la peine de mort, mais elle a pris également dautres formes moins barbares telles que le bannissement, lexil, lemprisonnement... une fonction dexemplarité : la peine a alors une fonction dintimidation afin déviter que les personnes tentées de violer la loi ne le fassent. Une fonction de réadaptation sociale : la peine a alors pour objectif de mettre en œuvre les conditions pour que lindividu ne récidive pas. La sanction nest-elle pas inhérente à la culpabilité ? Si nous étions complètement moraux, le sentiment de culpabilité ne pourrait-il pas suffire à sanctionner nos fautes ? Mais dès lors que nous manquons de moralité, qui pourrait prétendre que la culpabilité ne doive pas être sanctionnée autrement ? De quoi serions-nous responsables si nous navions pas à assumer la responsabilité de nos actes ? Assumer la responsabilité de sa culpabilité, nest-ce pas ça être sanctionné ? Dun autre ordre, mais de même nature, la sanction pénale nest-elle pas le substitut nécessaire à ceux qui manquent de moralité ? 2.De la sanction morale à la sanction pénale, du sentiment de culpabilité à la peine. Nest-ce pas parce que nous manquons de moralité que nous avons besoin de lois ? La loi nest-elle pas comme une morale nécessaire à ceux qui en manquent ? Le sentiment de culpabilité nest-il pas la sanction à laquelle sexpose en son fort intérieur tout individu qui transgresse les valeurs morales qui sont les siennes ? La sanction pénale de la société nest-elle pas nécessaire à ceux qui manquent de culpabilité endogène par manque de morale ?

11 « La culpabilité n'est, après tout, qu'un sentiment de compassion à l'égard de la détresse et du malheur que l'on a causés. » « La culpabilité n'est, après tout, qu'un sentiment de compassion à l'égard de la détresse et du malheur que l'on a causés. » Staraselski Valère (Ecrivain français contemporain) « Il y aura toujours un chien perdu quelque part qui mempêchera dêtre heureux. » Anouilh Jean Sans me sentir coupable davoir mal aimé, comment pourrais-je aimer mieux ?

12 Mardi 10 février « Intelligence »Mardi 10 février « Intelligence » et choix des sujets du second trimestre et choix des sujets du second trimestre Mardi 10 mars « Révolte »Mardi 10 mars « Révolte » Toutes les informations et documents sont disponibles sur : Prochaines réunions Lundi 19 janvier 18h15 Salle du temps libre à Colombiers « Le corps et l'esprit, une seule et même réalité » Conférence dHenri Atlan. Mardi 20 janvier 18h15 Auditorium Médiathèque de Béziers « Quelle place pour l'homme dans l'univers ? » Café-Philo Michel Tozzi

13


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Petit tour dhorizon Philo-Psycho Nietzsche, Spinoza, Freud, Jung,... 3. Questions / Discussion : 3."

Présentations similaires


Annonces Google