La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Rencontre via « avenir social » Insertion professionnelle des jeunes: « Ce nest pas en rallongeant la planche du plongeoir quon balaie la peur de sauter,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Rencontre via « avenir social » Insertion professionnelle des jeunes: « Ce nest pas en rallongeant la planche du plongeoir quon balaie la peur de sauter,"— Transcription de la présentation:

1 1 Rencontre via « avenir social » Insertion professionnelle des jeunes: « Ce nest pas en rallongeant la planche du plongeoir quon balaie la peur de sauter, mais… » Philippe Martinet, SESAF, 26 mai 2009

2 2 13 ans d'enseignement (6-10èmes), brevet prim sup 4 ans secrétaire pédagogique et 6 ans président SPV Mastère IDHEAP (1994) Responsable du projet EVM ( ) Membre des directions DGEO puis DGEP, et SESAF Président du groupe d'experts / français CIIP (2002) Responsable de l'OPTI de janvier 2004 à août 2008 Adjoint pédagogique coordinateur de projets T1 et « case management » 23 ans conseiller communal à Gland Député au Grand Conseil depuis 1998 Membre du C.A. de l'Hôpital de Nyon et vice-président dAppartenances Moins dego plus dégaux CSP Au cœur des politiques publiques…

3 3 Quelques constats … non consensuels Les chiffres clé pour comprendre les enjeux à propos du plongeoir et le la peur de sauter Les atouts de loffre actuelle un parachute social pour tous les jeunes… qui le veulent bien Les évolutions en cours le « case management pour la formation professionnelle » Thèses personnelles Plan de lexposé…

4 4 Société homogène Choix professionnel possible à 15 ans Familles ressources (cf. réseau, argent) Patronat pleinement partenaire de la FP Système de formation optimal Réseau socio - thérapeutique efficace parce que bien développé …mais de bonnes raisons despérer: -savoir-faire des pro -Volonté politique et nouvelles lois -pyramide des âges… faible chômage des jeunes… élites performantes Difficile de changer une politique de formation fondée sur des mythes

5 5 Scolarité obligatoire 15 ans 25 ans Formation professionnelle Insertion dans la vie professionnelle Transition 2 Processus dorientation en T1 Mesures dappui à la formation PPLS, OES, OCOSP, SPJ, ODES, … Transition 1 scolaire pratique Case Management Objectif : 95% de jeunes certifiés Place de la Transition école-métier (T1) et du « case management » (CM) JAD 2000 Ado Par an Contrats Chômeurs N

6 6 Source : Valérie Gondoux, SCRIS, août 2006 Choix des jeunes en fin de 9e ou de T1

7 7 Caractéristiques des élèves de lOPTI déficits scolaires mais refus de "9e bis" déficit dans la maîtrise de la langue française séquelles dun "décrochage" scolaire mauvaise image de soi et méconnaissance de son potentiel, "résignation apprise" importantes lacunes dans les "compétences sociales" absence de modèles ou reproduction de modèles inappropriés hyper-sensibilité face à toute contrainte dont ils ne comprennent pas le sens ou à tout sentiment dinjustice (« intolérance à la frustration » "refus de grandir », appréhension du monde des adultes et du travail ou par méconnaissance ou craintes des choix situation familiale et ou sociale difficile, pauvreté difficulté non seulement à trouver une place mais à y tenir besoin de conseil et de suivi en matière dorientation, tantôt très cadré tantôt distant, le projet étant souvent fluctuant pas particulièrement indisciplinés ou violents, et sachant bien reconnaître les enseignants à leur écoute A des degrés très divers, les élèves ont les caractéristiques suivantes : Analyse Ph. Martinet

8 8 Des dispositifs spécifiques Trois composantes essentielles au « mélange » : 1° compléments scolaires et une pédagogie adaptés capacité de reprendre des notions autrement, différencier lenseignement système de niveaux et options autour du projet et des besoins des jeunes étude des notions qui seront vues en 1ère année dapprentissage 2° travail sur la construction de soi du jeune et de son projet maîtrise de classe et coaching forts, cours "compétences sociales" activités "hors cadre", visites, expériences de vie, contact avec les adultes réalisation dun travail personnel pluridisciplinaire. 3°initiation à la vie professionnelle avec stages et orientation alternance avec des expériences professionnelles stages de découverte puis de sélection aide à linsertion (C.V., lettres de postulations, réflexion sur les stages...) … et la capacité de travailler en équipe pluridisciplinaire

9 9 Transition Ecole-Métiers Typologie des mesures Mesures de 15 à 25 ans RAC I RAC II Unités de l'OPTI Nord- Broye Centre Ouest Est OP/COFOP CHARTEM Mesures de pré-formation Mesures de courte durée Mesures d'insertion professionnelle Services d'aide et de conseil COFOP Maison des Jeunes Centre de préformation Ateliers EVAM Préapprentissage-s SeMo Est vaudois / Broye Nord vaudois / Nyon Lausanne - Renens Vevey Rivier Start'Up SeMo TEM + CVAJ Jet Service / CSP Arcades (Fondation Cherpillod) MDJUMP (Lausanne) UTT (Lausanne) MIS-JAD OSP Compléments de scolarité ad hoc

10 10 Caractéristiques de lOPTI Secteurs pré-professionnels à choix Alimentation, Hôtellerie, Restauration Textile, Habillement, Soins corporels Bâtiment - Construction Industrie et Artisanat technique Commerce, Vente Santé, Travail social Médias & communication, Arts appliqués Secteur Accueil "SAS" (si pas de projet défini) Spécificités pour la transition 1 Compléments scolaires à niveau Options pré-professionnelles Suivi dorientation professionnelle Accent sur lestime de soi, le comportement, les méthodes de travail Stages et coaching (moyenne 18 j/an) Aide à la recherche dune place dapprentissage Secteurs (~ 750 places)Besoins des élèves % scolaire préprofessionnel % coaching - stages quelques classes avec la formule : 4 jours OPTI, un jour en école professionnelle O(-) (- -) Projet attesté, mais parfois utopique S(=) (+) (++) capacités minimales requises C(-) (=) comportement idoine P(- à +) stages surtout

11 11 Caractéristiques des SeMo SEMO (Semestres de motivation) Nyon - Renens - Vevey - Bex - Yverdon - Payerne (~ 350 places) % pratique en ateliers* ou stages professionnels (orientation / insertion /transition) 10 % appuis scolaires 10 – 20 % coaching / Portfolio (définition projet prof. réaliste et réalisable / recherches stages + place apprentissage) *exemples d'ateliers proposés : menuiserie, bureautique, métallurgie, décoration, informatique ou cuisine Inscription à l'assurance chômage obligatoire O(+)cherche une insertion rapide en formation professionnelle, ne refuse pas le travail en groupe et en atelier (--) (-)projet absent ou peu réaliste S(-) (=)ne tire pas profit d'une offre scolaire C(+) (++)formellement apte au placement [compétences techniques et sociales compatibles avec formation CFC, élémentaire ou AFP] P(+) (++)activation à plein temps [min. 36 heures de présence par semaine]

12 12 Caractéristiques des préapprentissages En dual 4 jours en entreprise 1 jour de cours ou en école de métiers à plein temps, dans un métier donné En Ecole de métiers, à plein temps, sur un champ professionnel En école de type OPTI, à plein temps mais avec des stages, sur un champ professionnel (ex. santé) ou dans un but dorientation Polymécanique - (CPNV) Ste Croix (12 places), Yverdon (12 places), ETML - Lausanne (18 places) Préapprentissage avec cours théoriques 1 jour accent mis sur la pratique en atelier mécanique et les machines La moitié des admissions sera effectuée par les Ecoles de métiers elles-mêmes O(-) (=) pré-choix dans ce champ S(=) compétences scolaires, en fonction du secteur +/- exigeant C(=) (+) comportement +/- OK P(++) intérêt pour les travaux dans l'industrie mécanique

13 13 Caractéristiques du COFOP - CHARTEM Ateliers d'orientation Bâtiment Artisanat Services Outre le travail dorientation et daide à linsertion, on y développe : la découverte de différentes techniques professionnelles la participation à la réalisation dun projet collectif le rattrapage scolaire l'initiation aux savoir-faire professionnels de base Métallurgie Mécanique CHARTEM - Unité service - Lausanne (36 places) Caractéristiques des élèves Compétences techniques et sociales à développer Consolider les connaissances scolaires Pogramme composé de 60 % de pratique et de 40 % théorie dont des appuis scolaires spécifiques Vente, commerce, multimédia Couture, décoration, coiffure O(-) (=) pré-choix dans ce champ professionnel S(=) (+) compétences scolaires, en fonction du secteur +/- exigeant C(=) (+) comportement +/- OK P(++) besoin « d'entrer par les mains »

14 14 Caractéristiques de lenseignement spécialisé En institutions avec mandat A.I. En institutions, pour 2 ans maxi à but de transition (ex. TEM Verdeil) Par renfort pédagogique dans les autres écoles professionnelles

15 15 Plan dactions pour linsertion des JAD Une MIS à tout nouveau JAD inscrit à laide sociale/ RI Une formation professionnelle à lissue de la mesure Une sanction financière pour les jeunes qui refusent sans raisons valables Une contribution des parents lorsque cest possible 8 millions en trois ans (plus 300 places/année de 3 à 6 mois) Pérennisation et développement des stages en entreprises SPAS/octobre 2008

16 16 Mesures de courte durée Start up Coaching de courte durée Bilan sur 3 semaines avec mise en situation Et dautres à créer… SPAS/octobre 2008 Unité de transition au travail Suivi « à la carte » Programme « Du côté des filles » BPI pour JAD, sur 10 semaines

17 17 Institutions et écoles denseignement spécialisé Institutions SPJ Prestations pour le SPAS SEMO Sites OPTIÉcoles professionnelles Présidence DFJC DSAS DEC DÉLÉGATION DU CONSEIL DETAT À LA FORMATION ET AUX SPORTS Pilotage inter-institutionnel de la T1

18 18 « Engrenage entre l apprenant et le programme qu il devrait suivre, dans une logique d auto-responsabilisation progressive du jeune » « Processus de prise en charge, aux é tapes clairement balis é es, pr é venant l inflation bureaucratique » Phase 1 : d é clenchement – admission dans la T1 ou le CM Phase 2 : analyse de situation – planification (convention) Phase 3 : mise en œ uvre – suivi de la mesure Phase 4 : clôture – é valuation (vision du cas et de la cohorte) « D é gager une vision synchronique (cf. r é seau pluri-disciplinaire) et une vision diachronique (cf. parcours du jeune), dans un souci d efficience et de pr é vention des trappes » « Ressource subsidiaire, permettant 1° aux r é seaux de mieux fonctionner, et 2° au pilotage d être mieux à même de r é guler le syst è me » « Garant qu à chaque é tape, les responsabilit é s respectives des acteurs soient le plus clairement possible d é finies. » Objectifs qualitatifs de la T1 et du CM-FP

19 19 Gestion des demandes individuelles Les Jeunes qui décrochent NB: pour les demandes arrivant en grand nombre: voir schéma « gestion des 3 flux » Jeune + Référents Coordinateur Case manager Coach Case manager Prestataires de mesures Décrochage Maintien ? appel Analyse 4a 4b Retour avec renfort Nouveau projet ACCORD / Convention Suivi Prestation / Mesure Nouveau décrochage Fin et insertion professionnelle 5 6a 6b 7a 7b

20 20 1.Faire reconna î tre la n é cessit é de la T1 dans le syst è me de formation 2.Ajuster les offres de mesures (cf ans, besoins divers) 3.D é velopper une p é dagogie sp é cifique (via la recherche) 4.Mettre en place une formation ad hoc des personnels 5.Am é liorer la coordination des pro (via un bon S.I.) et la collaboration inter-institutionnelle 6.Mieux pr é parer les jeunes au choix professionnel ( à la DGEO) 7.Renforcer le d é marchage et la cr é ation de places de formation 8.Mettre en place la Loi sur la formation (cf. coaching, VAE, … ) 9.D é velopper la collaboration avec le parapublic 10.Appuyer les familles et les migrants 10 thèses et priorités … vu de mon poste


Télécharger ppt "1 Rencontre via « avenir social » Insertion professionnelle des jeunes: « Ce nest pas en rallongeant la planche du plongeoir quon balaie la peur de sauter,"

Présentations similaires


Annonces Google