La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Choix de poèmes de Daniel Villaperla Période du 01-04 au 30-06-2009 (N°40) Attendez que la musique de Mozart démarre et prenez le temps dapprécier les.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Choix de poèmes de Daniel Villaperla Période du 01-04 au 30-06-2009 (N°40) Attendez que la musique de Mozart démarre et prenez le temps dapprécier les."— Transcription de la présentation:

1

2 Choix de poèmes de Daniel Villaperla Période du au (N°40) Attendez que la musique de Mozart démarre et prenez le temps dapprécier les textes poétiques que vous aimez dans cette sélection… Les diapositives changent au clic de la souris

3 Du fond de mon cœur des larmes me viennent Si je pense, Amour, à ma maîtresse; Elle n'est qu'une enfant que je trouvai ainsi Pâle, immaculée au fond d'un bordel. Ce n'est qu'une enfant, blonde rieuse et triste. Elle ne sourit pas et ne pleure jamais; Mais au fond de ses yeux, quand elle vous y laisse boire Tremble un doux Lys d'argent, la fleur du poète. Elle est douce et muette, sans aucun reproche, Avec un long tressaillement à votre approche; Mais quand moi je lui viens, de ci, de là, de fête, Elle fait un pas, puis ferme les yeux- et fait un pas. Car elle est mon amour et les autres femmes N'ont que des robes d'or sur de grands corps de flammes, Ma pauvre amie est si esseulée, Elle est toute nue, n'a pas de corps -elle est trop pauvre. Elle n'est qu'une fleur candide, fluette, La fleur du poète, un pauvre lys d'argent, Tout froid, tout seul, et déjà si fané Que les larmes me viennent si je pense à son cœur. Et cette nuit est pareille à cent mille autres quand un train file dans la nuit -Les comètes tombent- Et que l'homme et la femme, même jeunes, s'amusent à faire l'amour. La Prose du transsibérien et de la petite Jehanne de France Blaise Cendrars Suite…

4 Le ciel est comme la tente déchirée d'un cirque pauvre dans un petit village de pêcheurs En Flandres Le soleil est un fumeux quinquet Et tout au haut d'un trapèze une femme fait la lune. La clarinette le piston une flûte aigre et un mauvais tambour Et voici mon berceau Mon berceau Il était toujours près du piano quand ma mère comme madame Bovary jouait les sonates de Beethoven J'ai passé mon enfance dans les jardins suspendus de Babylone Et l'école buissonnière dans les gares, devant les trains en partance Maintenant, j'ai fait courir tous les trains derrière moi Bâle-Tombouctou J'ai aussi joué aux courses à Auteuil et à Longchamp Paris New York Maintenant j'ai fait courir tous les trains tout le long de ma vie Madrid-Stokholm Et j'ai perdu tous mes paris Il n'y a plus que la Patagonie, la Patagonie qui convienne à mon immense tristesse, la Patagonie, et un voyage dans les mers du Sud Je suis en route J'ai toujours été en route Le train fait un saut périlleux et retombe sur toutes ses roues Le train retombe sur ses roues Le train retombe toujours sur toutes ses roues "Blaise, dis, sommes-nous bien loin de Montmartre?" Suite…

5 Nous sommes loin, Jeanne, tu roules depuis sept jours Tu es loin de Montmartre, de la Butte qui t'a nourrie, du Sacré Cœur contre lequel tu t'es blottie Paris a disparu et son énorme flambée Il n'y a plus que les cendres continues La pluie qui tombe La tourbe qui se gonfle La Sibérie qui tourne Les lourdes nappes de neige qui remontent Et le grelot de la folie qui grelotte comme un dernier désir dans l'air bleui Le train palpite au cœur des horizons plombés Et ton chagrin ricane... "Dis, Blaise, sommes-nous bien loin de Montmartre?« ……………………………………………………….. Ce soir un grand amour me tourmente Et malgré moi je pense à la petite Jehanne de France. C'est par un soir de tristesse que j'ai écrit ce poème en son honneur Jeanne La petite prostituée Je suis triste je suis triste J'irai au Lapin Agile me ressouvenir de ma jeunesse perdue Et boire des petits verres Puis je rentrerai seul Photos: benjamin_mercadier

6 Giuseppe Ungaretti J'ai tout perdu Jai tout perdu de lenfance, Jamais plus je ne pourrai Perdre mémoire à crier. Lenfance, je lai enfouie Au fond des nuits. A présent, lame invisible, Elle me coupe de tout. Je me souviens comment jexultais de taimer, A présent je suis perdu Dans lillimité des nuits. Désespoir incessant, croissant, La vie ne mest plus rien, En travers de la gorge, Quun roc de cris. Photo:Ailime_Ael

7 Quêtes absurdes Je lai cherché Dans la ronde vive Des amours adolescentes De fêtes futiles et scintillantes En soirées bruyantes Naïve ou lascive Dalcool aux lourdes vapeurs Entêtantes, jai noyé mes peurs Pour tromper mon cœur Je lai adoré Dans le regard sombre Dun autre amour ambigu Au code de la décence tenu… Étouffé de mots tus À vivre dans lombre De son émoi hésitant Otage soumise de son tourment Jai dormi longtemps Je lai cherché encore Au oui solennel Lanneau dor qui étincelle Dillusoires promesses éternelles Au pied dun autel Dans lunion fidèle À bâtir des remparts Jusquà ce que lennui nous sépare Mais toujours trop tard Hélas… il ma trouvée. Maria

8 Petite Nymphe folâtre, Nymphette que jidolâtre, Ma mignonne, dont les yeux Logent mon pis et mon mieux Ma doucette, ma sucrée, Ma Grâce, ma Cythérée, Tu me dois pour mapaiser Mille fois le jour baiser. Tu men dois au matin trente, Puis après dîner cinquante, Et puis vingt après souper. Eh quoi ? Me veux-tu tromper ? Avance mes quartiers, belle, Ma tourte, ma colombelle Avance-moi les quartiers De mes paiements tout entiers. Demeure ! Où fuis-tu, Maîtresse Le désir qui trop me presse, Ne saurait arrêter tant, Sil nest payé tout comptant. Reviens, reviens, mignonnette, Mon doux miel, ma violette, Mon œil, mon cœur, mes amours, Ma cruelle, qui toujours Trouves quelque mignardise, Qui dune douce feintise Peu à peu mes forces fond, Comme on voit dessus un mont Sécouler la neige blanche, Pierre de Ronsard Les amours diverses Suite…

9 Ou comme la rose franche Perd le vermeil de son teint Des rais du Soleil éteint. Où fuis-tu, mon Angelette, Ma vie, mon âmelette ? Apaise un peu ton courroux, Assy-toi sur mes genoux, Et de cent baisers apaise De mon cœur la chaude braise. Donne-moi bec contre bec, Or un moite, ores un sec, Or un babillard, et ores Un qui soit plus long encores Que ceux des pigeons mignards Couple à couple frétillards. Ah Dieu ! ma douce guerrière, Tire un peu ta bouche arrière Le dernier baiser donné A tellement étonné De mille douceurs ma vie, Que du sein me la ravie, Et ma fait voir à demi Le Nautonier ennemi, Et les plaines où Catulle, Et les rives où Tibulle, Pas à pas se promenant, Vont encore maintenant De leurs bouchettes blêmies Rebaisotant leurs amies. Photo:brightgirl

10 Je nai pas dautre ami que toi, où pourrais-je aller loin de ta porte. ? Jai reçu tes bienfaits, je te donne mon âme tout entière. Que tu menvoies dans la nuit ou dans la clarté, jirai volontiers. Je ne mécarterai plus de tes ordres, je te sacrifierai et ma tête et mon sang. Si tu me regardes avec douceur, pourquoi craindrais-je lAdversaire ? Par ta force, je vaincrai ceux qui constamment sont vainqueurs de moi Si tu mentoures dune haie dans ta vigne, je serai sans souci du maraudeur. Je nai que toi pour vigneron : si tu me laisses privée de tes soins, je me dessèche. Plante-moi dans une bonne terre, pour que je prenne de fortes racines Fais frissonner sur moi la brise printanière, pour que je mépanouisse Émonde-moi et plante-moi tout au.fond, pour que je me réveille et me renouvelle. Répands ton eau vivante sur les rameaux de mon cœur pour que leur dureté passe Répands-la en ruisseaux abondants afin que je connaisse la reverdie, la nouvelle jeunesse. Ne me laisse pas me nouer sans feuilles et sans fleurs, Nourris-moi pour quà lheure venue je te donne mes fruits. Seigneur, épanche ta rosée pour que mes fruits soient délectables. Irik Prière

11 Mots Où le cœur de lhomme se reflétait - Nu et surpris – aux origines ; je cherche Au monde un coin perdu, loasis propice A vous laver par mes pleurs Du mensonge qui vous aveugle. Alors Fondrait aussi la masse des souvenirs Effrayants, comme neige au soleil. Umberto Saba - Mots

12 Page froissée Cétait comme un papier Quelle avait froissé Mis en boule En un bref frémissement Presque jeté Puis repris avec émotion Déplié, aplati Car cétait sa vie Elle nen avait pas dautre Sa feuille Plus blanche mais prête encore A lécriture Et elle tenta pied à pied Den aplanir les boursouflures Sa feuille Un papier froissé La mer aussi avait ses séparures Ses craquelures recommencées Ses éclats de voix Ses grondements de cœur La mer neuve, toujours Et vive La mer et ses divines rives Odile Rougé

13 Un homme désire une bouche comme un voilier lanse du port. Mais à linstant quelle le touche cet homme la désire encor. Il peut sen plaire davantage. Il peut aussi se lamenter que, toujours, le glaive partage La définitive unité. Il proteste pour un losange de lui hors delle suspendu. Mais mangé par le doux mélange et jusquaux sommets descendu Dans la belle outre il se tourmente encore : « Dans toi je me perds. Je te redoute la charmante bouche des voraces enfers. Tes anémones me disloquent. Ta robe en chair a des boutons. Je les froisse. Nos dents se choquent. Tigres de miel, nous nous battons. Éparse avec la tienne, et contre elle, ma substance me fuit quand le noir poignard sur la montre marque midi. Midi? Minuit. Ton algue si bien se démembre que je me blâme de navoir dautre cœur que celui du monstre, nous deux, que je nose entrevoir. Suite… Le désir de lhomme Jacques Audiberti

14 Amie, ah ! pour nous reconnaître dans lherbe où je grouille avec toi, quel serpent doit-il ne plus être si nul serpent nest le plus froid? Si chair identique nous sommes, quun même tremblement durcit, si nous recommençons les hommes, tous, toutes les femmes aussi, que reste-t-il, ô figue rose, de lautre, quand lautre le prend? Léchange consenti compose le bloc le plus indifférent. » La femme dit : « Que puis -je.faire ? Dois-je mourir, os de mon doigt? me défaire pour te refaire, pour quenfin tu dises : « Pour moi, cest pour moi que la pauvre caille meurt dans le canot de mes bras, pour moi que le masque sécaille, que tombent les gants et les bas... Suite…

15 « Même si tu mourais, pervenche, oui, même si tu meurs, la mort nétant, dans ce monde qui penche, quun peu plus de bande à bâbord, même si tu meurs, déchirée ta tendresse par le milieu, toi qui mas profonde livrée la passive image de Dieu, puisque Dieu consentit, nature ! être ici ta bouche, ta main, lanthropophage architecture de ton corps, qui songe le mien, je doute... Maimes-tu moi-même ou bien maimes-tu même moi, lanonyme, le cent millième, le fleuve où toute bête boit ? Murène au brillant diadème tu maimes ton profond surcroît Comme peux-tu dire : « Je taime » ? Nul nest lui. Chacun se reçoit. « Que dois-je découdre ou répondre pour que roi tu te sentes toi ? « Oui, je suis roi, jusquà me fondre dans le crabe et le cacatoi ! Suite…

16 Quenfin tu me prouves, écarlate tombe de mon sort le plus droit fleur qui flatte mais qui frelate le rigide sentier du roi ! que cest moi, que cest mieux que larbre de soufre, le brou-re du dos, mieux que le trijumeau de marbre et le soleil des animaux, que cest moi que tu désaltères aux calebasses de satin, moi, donc, et non lélémentaire, le corps, ce pendu qui me tient. « Tu me piétines. Tu me manges. Mais tu maimes ! Confesse-ten ! Ah ! Si nous étions des archanges, si nous étions, nous évitant, des poissons aux pures espèces je saurais peut-être comment, toi, mon amant, qui me dépèces, taimer sans aimer mon amant, taimer, quel deuil ! sans que je taime, taimer, quel,froid ! hors de ton corps jusquà te blesser, quel blasphème jusquà te laisser, quel remords ! »

17 Quand vois laube du jour venir Nulle rien ne dois tant haïr Quelle fait de moi départir Mon ami que jaime damour. Or ne hais rien tant que le jour, Ami, qui me départ de vous. Je ne vous puis de jour venir, Car trop redoute lapercevoir, Et si vous dis trestout pour vrai Quen aguet sont les envieux. Or ne hais rien tant que le jour, Ami, qui me départ de vous. Quand je me gis dedans mon lit Et je regarde en côté moi, Je ny trouve point mon ami Si men plains à fins amoureux. Or ne hais rien tant que le jour, Ami, qui me départ de vous. Beau doux ami, vous en irez : A Dieu soit vos corps commandé. Par Dieu vous prie, ne moubliez Je naime nul autant que vous ; Or ne hais rien tant que le jour, Ami, qui me départ de vous. Or prie à tous les vrais amants Cette chanson aillent chantant Ainsi en dépit de médisants Et de mauvais maris jaloux. Or ne hais rien tant que le jour, Ami, qui me départ de vous. Aube Gace Brulé Photo:arachnid15

18 Fernando Pessoa Si après ma mort Si après ma mort, vous voulez écrire ma biographie, Rien de plus simple. Elle na que deux dates – celle de ma venue au monde et celle de ma mort. Entre une chose et lautre tous les jours sont à moi. Je suis facile à définir Jai vu comme un damné. Jai aimé les choses sans la moindre sentimentalité. Je nai jamais eu de désir que je ne puisse réaliser parce que je nai jamais perdu la vue. Même entendre na jamais été pour moi quun accompagnement de voir. Jai compris que les choses sont réelles et toutes différentes le unes des autres ; Jai compris ça avec les yeux, jamais avec la pensée. Comprendre ça avec la pensée serait les trouver toutes semblables. Un jour le sommeil ma pris comme nimporte quel enfant. Jai fermé les yeux et je me suis endormi. A part ça, jai été lunique poète de la Nature.

19 Le lac de Lucerne Comme ces nuits sans sommeil En alerte d'amour et d'émotion Eperdue de fatigue. Une nuit grand voyage, à Lucerne ou au Caire En partance, ton souffle dans mon cou. Ton souffle dans mon cou et ton cil sur ma joue. Aussi belles, aussi fortes, aussi floues, Deux nuits sur ce lac d'insomnie. Chantal Cudel

20 Remy Belleau Ha !Mon cœur Ha ! mon cœur, que je vis heureux Maintenant que je suis amoureux Ha ! belle nuit entre les belles, Si souvent jen avais de telles. Je ne voudrais pas être Dieu ! Tantôt, nous nous fâchons ensemble, Tantôt, un baiser nous rassemble Doucement, puis ce boutefeu Amour, entre deux bouches closes Invente mille douces choses Pour vous en donner à choisir Sa flamme nétant paresseuse En la passion on amoureuse Dallumer un nouveau plaisir. Suite…

21 Tantôt, nous luttons bras à bras Dessus le lit entre les draps, Tantôt nue me veut combattre Avesques son tétin dalbâtre, Me pressant le ventre et le flanc Puis faisant tantôt la farouche, Senfuit, me dresse une escarmouche Et se couvre dun linge blanc, Ou du drap, ou de sa chemise, Pour retarder mon entreprise, Et me fait retirer honteux, Ne voulant pas que je lapproche, Ferme tout aussi quune roche Encontre les flots écumeux. Comblé de plaisir, je mendors. Elle, aussitôt, dessus les bords De mes lèvres, se vient étendre, Moi sentant de sa bouche tendre Mille petits baisers mignards, Le bout de sa lèvre mignotte Coulevrant, qui flotte et reflotte, Deçà, delà, de toutes parts. Je meurs, si mon âme atteinte De trop de plaisir sest contrainte Laisser ce corps, puis sur son sein Penché tout transi je soupire.

22 Sous lombre de leurs cils Soulevés par les songes Les amants se rendorment Et lisent dans la chambre Laraignée du balcon Tisse un rayon de lune Les amants lisent Le livre quils écrivent Le vent seffeuille Un dahlia blêmit Les amants se rendorment Et rêvent dans leurs bras. Fouad El-Etr - Sous l'ombre de leurs cils Photo:Pichy

23 Au fond de mon jardin Sous le regard discret d'un sapin parasol Parmi les herbes gaies parmi les herbes folles J'ai enfoui mon chagrin J'ai mis sécher aux voltiges du vent Sur la corde du temps Tes combats et tes guerres Les larmes de ma peine J'ai placé en secret À l'abri cachés dans un coffret Nos instants enrubannés de bonheur et de joie Le souvenir de nous, le souvenir de toi Mon cœur tremblant un peu Je me suis enveloppée dans la chaleur du feu Caressée et bercée par la tendresse des flammes Je me suis sentie mieux Entraînée plus loin vers une douce torpeur Les paupières alourdies je me suis endormie À mon réveil la nuit était venue La lune me souriait la paix m'était rendue Marybé Au fond de mon jardin

24 Là où, comme un oreiller sur un lit, Senflait un talus fertile pour soutenir Le front penché de la violette, Nous étions assis côte à côte, Trésor inestimable lun pour lautre. Nos mains étaient étroitement scellées Par un baume puissant qui delles-mêmes émanait, Et nos regards, en senroulant ensemble, Formaient un,fil unique Sur lequel étaient enfilés nos yeux. Entregreffer ainsi nos mains, pour le moment, Était notre seule façon de nous unir, Faire naître dans les yeux lun de lautre De petits personnages Notre seule façon de procréer. Comme entre deux armées dégale force Le Destin suspend une victoire incertaine, Nos âmes (qui pour défendre leur cause Avaient quitté nos corps) planaient entre elle et moi. Et, tandis que nos âmes négociaient là, Nous étions comme deux gisants sur un sépulcre. Tout le jour notre posture resta la même Et nous ne dîmes mot de tout le jour. LExtase John Donne Suite… Photo:Unrawel

25 Et, si quelquun dassez affiné par lamour Pour comprendre le langage des âmes Et être devenu, par vertueux amour, Pur esprit, sétait trouvé à bonne portée, (Même sans savoir laquelle des deux âmes parlait, Car toutes deux pensaient et toutes deux parlaient de même) Il aurait pu en retirer maturité Et partir de là plus pur quil nétait venu. Cette extase nous tire de notre embarras, Disions-nous, et nous montre ce que nous aimons Nous voyons que ce nétait rien de sexuel, Et nous voyons que nous ne voyions pas ce que cétait Mais, comme chaque âme prise se séparément Contient un mélange de choses inconnues, Lamour mêle à nouveau ces âmes mélangées, De deux en fait une, chacune étant les deux. Transplantez une violette, La vigueur, la couleur, la taille (Qui jusque-là étaient médiocres et chétives) Doublent et redoublent et se multiplient. Quand lamour fait que deux âmes sinteraniment De la sorte, lâme plus forte qui naît delles Surmonte les défauts de chaque âme isolée. Nous donc, qui sommes cette âme nouvelle, Savons de quoi nous sommes composés de faits, Car les éléments qui nous forment sont des âmes Et rien ne les pourra jamais changer Mais, hélas, pourquoi pendant si longtemps Oublions-nous ainsi nos corps? Suite… Photo:graphixgrl

26 Ils sont nôtres, bien quils ne soient pas nous. Nous sommes les esprits dont ils sont, eux, la sphère. Nous leur devons beaucoup puisque cest eux dabord Qui nous ont à nous-mêmes révélés, Et quils nous ont donné leurs forces et les sens. Ils ne sont pas rebut pour nous, mais alliage. Linfluence des astres nagit sur les hommes Quaprès avoir dabord mis sa marque sur lair, De même lâme ne peut couler dans une âme Quaprès être passée par le chemin du corps. De même que le sang peine pour engendrer Des esprits aussi semblables à des âmes quil se peut, Parce quil faut de tels doigts pour nouer Le nœud subtil qui nous fait hommes, De même faut-il que lâme des purs amants Descende à des passions, à des affections Qui soient à la portée des sens. Sinon, un grand Prince demeure prisonnier. Retournons donc à nos corps pour que, de la sorte, Lamour soit révélé à de faibles humains. Les mystères de lamour croissent dans les âmes, Cest pourtant dans le corps que se trouve son livre Et, si quelque amant, comme nous, A écouté ce dialogue dun seul, Quil nous observe bien : il ne verra Presque aucun changement Quand nous serons retournés à nos corps.

27 Paul Eluard - Certitude Si je te parle cest pour mieux tentendre Si je tentends je suis de te comprendre Si tu souris cest pour mieux menvahir Si tu souris je vois le monde entier Si je tétreins cest pour me continuer Si nous vivons tout sera à plaisir Si je te quitte nous nous souviendrons Et nous quittant nous nous retrouverons. Photo:MY_EKPHRASIS

28 Le jardin de mon irréalité Entre dans le jardin de mon irréalité, viens me consoler sous le saule et m'offrir tes pensées, viens rire sur les rimes des rosiers, faire une devinette sur la violette ou chercher des vers dans le pommier ; mais ne camoufle pas tes sentiments devant les camélias et attention, ne fais pas de l'oeil à l'oeillet, tu es à moi, donc enchaînons-nous au chêne avec le pois de senteur, et moquons-nous des marguerites effeuillées puis glissons-nous sous les grappes de la glycine et tu effleureras mes lèvres lys comme les pétales des tulipes. Alice Lamy

29 Anne qui se mélange au drap pâle et délaisse Des cheveux endormis sur ses yeux mal ouverts Mire ses bras lointains tournés avec mollesse Sur la peau sans couleur du ventre découvert. Elle vide, elle enfle dombre sa gorge lente, Et comme un souvenir pressant ses propres chairs, Une bouche brisée et pleine deau brûlante Roule le goût immense et le reflet des mers. Enfin désemparée et libre dêtre fraîche, La dormeuse déserte aux touffes de couleur Flotte sur son lit blême, et dune lèvre sèche Tète dans la ténèbre un souffle amer de fleur. Et sur le linge où laube insensible se plisse, Tombe, dun bras de glace effleuré de carmin, Toute une main défaite et perdant le délice A travers ses doigts nus dénoués de lhumain. Au hasard ! A jamais, dans le sommeil sans hommes, Pur des tristes éclairs de leurs embrassements, Elle laisse rouler les grappes et les pommes Puissantes, qui pendaient aux treilles dossement, Qui riaient, dans leur ambre appelant les vendanges, Et dont le nombre dor de riches mouvements Invoquait la vigueur et les gestes étranges Que pour tuer lamour inventent les amants... Suite… Anne Paul Valéry Photo:amiyaz

30 Sur toi, quand le regard de leurs âmes ségare, Leur cœur bouleversé change comme leurs voix, Car les tendres apprêts de leur festin barbare Hâtent les chiens ardents qui tremblent dans ces rois... A peine effleurent-ils de doigts errants ta vie, Tout leur sang les accable aussi lourd que la mer Et quelque violence aux abîmes ravie Jette ces blancs nageurs sur tes roches de chair. Récifs délicieux, Ile toute prochaine, Terre tendre, promise aux démons apaisés, Lamour taborde, armé des regards de la haine, Pour combattre dans lombre une hydre de baisers Ah ! plus nue et quimprègne une prochaine aurore, Si lor triste interroge un tiède contour, Rentre au plus pur de lombre où le Même signore, Et te fais un vain marbre ébauché par le jour Laisse au pâle rayon ta lèvre violée Mordre dans un sourire un long germe de pleur, Masque dâme au sommeil à jamais immolée Sur qui la paix soudaine a surpris la douleur Plus jamais redorant tes ombres satinées, La vieille aux doigts de feu qui fendent les volets Ne viendra tarracher aux grasses matinées Et rendre au mouvement tes bruyants bracelets... Mais suave, de larbre extérieur, la palme Vaporeuse remue au-delà du remords, Et dans le feu, parmi trois feuilles, loiseau calme Commence le chant seul qui réprime les morts.

31 Compagne d'aujourd'hui Alfonso Costafreda Compagne daujourdhui, je ne veux Dautre vérité que la tienne, vivre Où tes yeux souvriront, Offrant ta lumière, ton flux à ce que je vois et sens… Dénouer cette pelote Obscure de la peur, Retrouver lobjet perdu, Briser la voix du songe… Et lentement, Réapprendre à vivre, Encore et encore Comme une matinée Chargée de richesse. Photo:cellists

32 Auprès de toi Mon cœur s'est réchauffé, Mon âme s'est égayée, Mon esprit s'est reposé. Auprès de toi Mon être s'est confié, Mon corps s'est révélé, Ma tendresse s'est dévoilée. Auprès de toi Mes yeux ont brillé, Mon sourire s'est éveillé, Ma douceur a éclaté. Auprès de toi J'ai vécu l'amitié, J'ai connu l'amour, J'ai ressenti le bonheur. Auprès de toi de Michelle Juaire

33 Properce 0 nuit éblouissante 0 comble de bonheur, ô nuit éblouissante, ô toi, couche que mon délice a faite bienheureuse ! Que de mots échangés à la lumière de la lampe La lumière enlevée, quelle amoureuse rixe ! Tantôt elle luttait contre moi à seins découverts et tantôt mattardait en vêtant sa tunique ! Elle ouvrait dun baiser mes yeux chavirés de sommeil « Eh quoi ! grand paresseux, lon dort ! » me disait-elle. Combien nos bras noués ont détreintes changé ! combien sur ses lèvres se sont les miennes attardées ! Hélas ! cest profaner Vénus que sébattre à laveugle ne sais-tu que les yeux sont en amour nos guides ? Gare ! Dans ton entêtement à coucher habillée, ta toilette et ton corps éprouveront mes mains Même, pour peu que plus avant memporte la colère, Tu produiras des bras maltraités à ta mère ! Tant que faire se peut, emplissons nos regards damour la longue nuit sen vient qui naura pas daurore. Photo:for_waver

34 Clara Janés Patiente j'attendrai Patiente jattendrai, Guettant, comme un chien, le moment. Ou je menfoncerai dans la forêt de tes vers Et me fraierai lentement un chemin A travers doccultes sentiers, A travers des petits recoins Que tu as laissés entrouverts.

35 A tourner, lever, tomber les talons sur leurs aiguilles piétinant les secondes le cri aux heures secouées, enfoncées temps d'hommes balanciers de désirs volatiles nids de coucous jetant la minute consommée écarte les jambes à minuit les aiguilles à douze coups remontent la boîte à vivre craque en mille nuits pour que vienne le jour mille silences de femme Louve Mathieu Quelle heure est-elle ?

36 Jean-Antoine de BAÏF Lâme en lâme mêlée Ô doux plaisir plein de doux pensement Ô doux plaisir plein de doux pensement, Quand la douceur de la douce meslée, Etreint et joint, lame en lame mellée, Le corps au corps accouplé doucement. Ô douce mort ! ô doux trepassement ! Mon ame alors de grandjoye troublée, De moy dans toy secoulant a lemblée, Puis haut, puis bas, quiert son ravissement. Quand nous ardentz, Meline, damour forte, Moy destre en toy, toy den toy tout me prendre, Par celle part, qui dans toy entre plus, Tu la reçoys, moy restant masse morte : Puis vient ta bouche en ma bouche la rendre, Me ranimant tous mes membres perclus. Photo:harmonyzz

37 Clara Janés Je demande Prisonnière dune panique insurmontable et bien que sachant les rêves inutiles, depuis cette prison à tortures quest la vie, je demande lautonomie totale de lhomme et le droit de ne justifier en aucune façon son existence. Photo:SacredMind

38 Le ciel est bleu et sans nuages ; Le soleil frappe les murs blancs D'un éclat neuf, réjouissant ; Dans l'air frais courent des messages. Moi je regarde et je respire Cette vigueur de renouveau ; La ville rit dans son berceau Que caresse un joyeux zéphir. Que fais-tu à cette heure du jour, Toi que j'aime peut-être trop tard ? Pourrai-je combler ce retard En te déclarant mon amour ? Le sais-tu quand je songe à toi ? Entends-tu la voix de mon coeur Te parler dans sa pure ardeur T'inviter à venir à moi ? Nadeige Bajzik Le ciel est bleu

39 Il est passé ce moment des plaisirs Dont la vitesse a trompé mes désirs; Il est passé; ma jeune et tendre amie, Ta jouissance a doublé mon bonheur. Ouvre tes yeux noyés dans la langueur, Et quun baiser te rappelle à la vie. Celui-là seul connoît la volupté, Celui-là seul sentira son ivresse, Qui peut enfin avec sécurité Sur le duvet posséder sa maîtresse. Le souvenir des obstacles passés Donne au présent une douceur nouvelle; A ses regards son amante est plus belle; Tous les attraits sont vus et caressés. Avec lenteur sa main voluptueuse Dun sein de neige entrouvre la prison, Et de la rose il baise le bouton Qui se durcit sous sa bouche amoureuse. Lorsque ses doigts égarés sur les lis Viennent enfin au temple de Cypris, De la pudeur prévenant la défense, Par un baiser il la force au silence. Il donne un frein aux aveugles désirs; La jouissance est longtemps différée; Il la prolonge, et son âme enivrée Boit lentement la coupe des plaisirs. Suite… Evariste De Parny - Délire Photo:atomjell

40 Éléonore, amante fortunée, Reste à jamais dans mes bras enchaînée. Trouble charmant! le bonheur qui nest plus Dun nouveau rouge a coloré ta joue; De tes cheveux le ruban se dénoue, Et du corset les liens sont rompus. Ah! garde-toi de ressaisir encore Ce vêtement quont dérangé nos jeux; Ne môte point ces charmes que jadore, Et quà la fois tous mes sens soient heureux! Nous sommes seuls, je désire, et tu maimes Reste sans voile, ô fille des Amours! Ne rougis point; les Grâces elles-mêmes De ce beau corps ont formé les contours Par-tout mes yeux reconnoissent lalbâtre, Par-tout mes doigts effleurent le satin. Foible pudeur, tu résistes en vain, Des voluptés, je baise le théâtre. Pardonne tout, et ne refuse rien, Éléonore; amour est mon complice. Mon corps frissonne en sapprochant du tien. Plus près encor, je sens avec délice Ton sein brûlant palpiter sous le mien. Ah! laisse-moi, dans mes transports avides, Boire Lamour sur tes lèvres humides. Oui, ton haleine a coulé dans mon coeur, Des voluptés elle y porte la flamme; Objet charmant de ma tendre fureur, Dans ce baiser reçois toute mon âme. Suite… Photo:atomjell

41 A ces transports succède la douceur Dun long repos. Délicieux silence, Calme des sens, nouvelle jouissance, Vous donnez seuls le suprême bonheur! Puissent ainsi sécouler nos journées Aux voluptés en secret destinées! Quun long amour massure tes attraits; Quun long baiser nous unisse à jamais. Laisse gronder la sagesse ennemie; Le plaisir seul donne un prix à la vie. Plaisirs, transports, doux présents de Vénus, Il faut mourir quand on vous a perdus ! Photo:atomjell

42 Luis Camões De mon état je suis si incertain De mon état je suis si incertain Que consumé dardeur je suis tremblant de froid ; Et sans motif je pleure et je ris à la fois, Jembrasse lunivers et jétreins le néant. Tout ce que je ressens est une confusion ; Un feu sort de mon âme, un fleuve de mes yeux Tantôt jespère et tantôt jai des doutes, Tantôt je déraisonne et tantôt je vois clair. Je suis sur terre et je menvole au Ciel, Je découvre en une heure mille années, Et en mille ans puis trouver une heure. Si quelquun veut savoir pourquoi je suis ainsi, Je dis que je lignore ; et pourtant je soupçonne, Madame, que ce nest que pour vous avoir vue. Photo:MartaSonija

43 Ghislaine Renard Tourbillons Tu crois mimpressionner Mintimider Me pétrir de ta force, Mais cest de moi que jai peur De linconnu qui gronde Déferle au plus profond De mes torrents intimes, Dangereux précipice. Jai peur de mengloutir Et jai envie de fuir Vers le rivage paisible Rassurant De la tendresse apprivoisée Familière. Jai peur davoir trop mal.

44 Rémy Belleau Le Corail Donc cest toi, bouche cousine De cette branche Coraline, Qui me commandes la vanter. Las! serai-je toujours esclave Brûlant sous ta parole grave Dun feu qui ne peut salenter ? Ell naît en rameaux verdissante, Dessous lécume blanchissante Ou contre le roc quelle suit, Ou choisit sa terre propice Sur la rive, maigre nourrice Puis ayant passé sa jeunesse Courbe déchoit en sa vieillesse, Tête et racine pourrissant, Comme les corps de toutes choses Qui sont dedans la terre encloses, Dont lhumeur les va nourrissant. Confite en cette pourriture, Mourant, bâtit sa sépulture Molle, glissante au fond des eaux, Mais trois fois heureuse demeure Qui fait que jamais ne se meure Le sang pourpré de ses rameaux. Suite…

45 Car sitôt que le ciel sirrite, Et la mer aigrement dépite Cave les flancs des rochers durs, Cette herbe aux rives écoulée, Dessous une écume mêlée, Emprunte du ciel ses couleurs 0 seigneur, que tu nous découvres De grands secrets, voyant ces œuvres Petit ouvrage de tes mains : Voyez comme une herbe flétrie, Au,fond de leau toute pourrie, Se fait un miracle aux humains. Ce nest pas la force épanchée Du sang de la tête tranchée De Méduse, qui larrosa, Quand Persée aux rives ondoyantes, Sur un lit dherbes verdoyantes Encore tremblante la posa. Suite… Photo!devoshun

46 Cest le Corail de ma maîtresse Qui tient plutôt de la rudesse Du sang de ce monstre hideux Car tant soit peu quell le desserre Pour soupirer, elle mempierre, Restant muet devant ses yeux. Doncques, ô branche Coraline, Puisque tu portes médecine De quelque rafraîchissement, Apaise lamoureuse flamme Qui me va brûlant jusquà lâme Par je ne sais quel enchantement. Étanche la plaie coulante QuAmour de sa darde volante Ma,faite au branle de sa main Et dun or fin bien enchâssée, Dun cordon de soie enlacée, Je taurai toujours dans mon sein. Photo:devoshun

47 Constance de Salm Lettre XXXVIII de "Vingt- quatre heures d'une femme sensible » Lamour ! … Quest-ce que lamour ? … Un caprice, une fantaisie, une surprise du cœur, peut être des sens ; un charme qui se répand sur les yeux, qui les fascine, qui sattache aux traits, aux formes, aux vêtement même dun être que le hasard seul nous fait rencontrer. Ne le rencontrons-nous pas ? Rien ne nous en avertit, ne nous trouble… nus continuons de vivre, dexister, de chercher des plaisirs, den trouver, de poursuivre notre carrière comme si rien ne nous manquait ! … Lamour nest donc pas une condition inévitable de la vie, il nen est quune circonstance, un désordre, une époque … que dis-je ? un malheur ! une crise… une crise terrible… elle passe, et voilà tout.

48 Luce Nostalgie Nostalgie, tu es là ui nous attends au tournant, toujours à l'affût d'une lézarde, tu te dilates dans les pensées, serres de près les cœurs, ranimes les soupirs, veilles les rêves, tu te faufiles et tu t'étends dans l'esprit qui se relâche, cueilles chaque instant de reddition pour te répandre dans l'âme, nostalgie, tu vis en nous et pour nous.

49 Je naime pas dormir quand ta figure habite, La nuit, contre mon cou ; Car je pense à la mort laquelle vient si vite Nous endormir beaucoup. Je mourrai, tu vivras et cest ce qui méveille ! Est-il une autre peur ? Un jour ne plus entendre auprès de mon oreille Ton haleine et ton cœur. Quoi, ce timide oiseau replié par le songe Déserterait son nid, Son nid doù notre corps à deux têtes sallonge Par quatre pieds fini. Puisse durer toujours une si grande joie Qui cesse le matin, Et dont lange chargé de construire ma voie Allège mon destin. Léger, je suis léger sous cette tête lourde Qui semble de mon bloc, Et reste en mon abri, muette, aveugle, sourde, Malgré le chant du coq. Cette tête coupée, allée en dautres mondes, Où règne une autre loi, Plongeant dans le sommeil des racines profondes Loin de moi, près de moi. Ah ! je voudrais, gardant ton profil sur ma gorge, Par ta bouche qui dort Entendre de tes seins la délicate forge Souffler jusquà la mort. Jean Cocteau Souffler jusquà la mort

50 Cest un nectar, non des baisers, que Nééra Me verse en son haleine aux suaves parfums, Elle y verse le thym, le nard et la cannelle Et le miel que labeille aux cimes de lHymette Va butiner sur les rosiers en fleur Pétrir en cire et en liqueur Et resserrer dans ses ruches dosier… Domme-moi mille fois ta bouche à dévorer, Jy gagnerai dêtre immortel Convive à ce devin festin ! - Mais, non, préserve-moi plutôt dun tel bienfait, Ou fais-toi déesse avec moi… Loin de toi ne me chaut ni la table des dieux Ni de Jupin le diadème, LOlympe entier my voulût-il contraindre. Jean Second Baiser IV

51 Angèle Lux Laisse-moi partager ton ombre Laisse-moi partager ton ombre Te toucher de toutes mes mains Et chevaucher les méridiens De cet amour beaucoup trop grand Laisse mon rêve ployer l'aile Et doucement toucher du doigt, Sans plus de mots et de paroles, Ton visage enfin reconnu Laisse-le se poser sans fièvre, À nu, sur ta peau de miel Et déposer sur tes paupières Le soleil qui dort sur tes lèvres Laisse-moi le prendre dans mes mains Et oublier ma thébaïde Dans le sable dormant des songes Ô que toi seul peux éveiller

52 Tristan CORBIERE Féminin singulier Eternel Féminin de léternel jocrisse ! Fais-nous sauter, pantins nous pavons les décors ! Nous éclairons la rampe... Et toi, dans la coulisse, Tu peux faire au pompier le pur don de ton corps. Fais claquer sur nos dos le fouet de ton caprice, Couronne tes genoux !... et nos têtes dix-corps ; Ris ! montre tes dents !... mais... nous avons la police, Et quelque chose en nous deunuque et de recors.... Ah tu ne comprends pas ?... - Moi non plus - Fais la belle, Tourne : nous sommes soûls ! Et plats ; Fais la cruelle ! Cravache ton pacha, ton humble serviteur!... Après, sache tomber ! - mais tomber avec grâce - Sur notre sable fin ne laisse pas de trace !... Cest le métier de femme et de gladiateur.

53 Ana Marques Gastão Cible Pour une fois raconte comment le corps sajuste à la surface de tes mots. Parle dun après antérieur, de ce sommeil dément dans la fissure de la lumière ; du vol violent, de la blessure cyclique, labsence insistant sur la peau quand à une heure indue tu parfumes mes mains. La chaleur sétend aux lèvres, lété simule la durée dans le vers, leau circule, vigoureuse au fond du puits jusquà disparaître dans le lit muet. Rien nest ce quil paraît, on se souvient de ce quon oublie et je dis : les doigts nus dissolvent en ta bouche le miel à fleur dépaves. Regarde-moi : pose ton regard sur ma robe, enlève-la moi en un geste divresse précipité comme à un prisonnier, les moissons montent lestes dans le lac immodéré et la nuit revient, Lente, endormie. Je te donne ce que je nai – lhistoire dun fleuve exultant qui explose dans la bouche en version romantique, poème dépourvu de sillons tragiques ou de discours complets. Et toi, tu me donnes ce que je suis : métaphore hurlant son mal là où sachève le texte.

54 Musique de Mozart : Romance du Concerto pour piano et orchestre N°20 K.466 Photos: Internet Ce diaporama poèmes n°40 est strictement privé. Daniel 30 juin 2009 Il est à usage non commercial.


Télécharger ppt "Choix de poèmes de Daniel Villaperla Période du 01-04 au 30-06-2009 (N°40) Attendez que la musique de Mozart démarre et prenez le temps dapprécier les."

Présentations similaires


Annonces Google