La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

« Une prospérité sans croissance? » 06/05/2010. Lapport de Tim Jackson Important! Une agence officielle se prononce en faveur de la décroissance (une.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "« Une prospérité sans croissance? » 06/05/2010. Lapport de Tim Jackson Important! Une agence officielle se prononce en faveur de la décroissance (une."— Transcription de la présentation:

1 « Une prospérité sans croissance? » 06/05/2010

2 Lapport de Tim Jackson Important! Une agence officielle se prononce en faveur de la décroissance (une première?) –Commission sur le DD britannique Et propose une modélisation macroéconomique une critique morale et locale de la croissance (cf. la critique des décroissants par R.Savage, Revue nouvelle, 2009)

3 : 4 décennies perdues? Rapport du Club de Rome : « Halte à la croissance? » Confirmé par un rapport officiel commandité par le président Carter (1980): « en dépit dune production matérielle accrue, la population mondiale sera à bien des égards plus pauvre en 2000 quaujourdhui »

4 « Europe 2020 » Conseil européen des 25 et 26 mars 2010 « Une nouvelle stratégie européenne pour lemploi et la croissance » « LUE a besoin dune nouvelle stratégie pour assurer une croissance vigoureuse et créer davantage demploi. Il est essentiel de mettre en place des réformes structurelles si lon veut faire en sorte que la reprise soit vigoureuse et durable […]. »

5 Largumentaire de Jackson Le dilemme de la croissance La réponse conventionnelle La réponse de lauteur : refonte de notre modèle économique

6 Le dilemme de la croissance La croissance (du PIB) a échoué : –limites naturelles –rendement social décroissant Cependant : tabou de la décroissance, vu limpact social potentiel –Cf. crise actuelle –PIB = travail X productivité –Économies structurellement dépendantes vav de la croissance (ex. modèles macroéconomiques)

7 Léchec social « Percolage » de la croissance? Dénoncé dès 1958 : « la société dopulence » (Galbraith), + Gorz, Illich, mai 68…. Jackson : –La croissance « bonheur ». Frustrations engendrées par la consommation « positionnelle » –Au-delà dun certain niveau, croissance progrès social (espérance de vie, niveau déducation…) –Résistance à la décroissance variable dun pays à un autre : structures sociales! –Et les inégalités de revenu? Paradoxe : Jackson dit que cest central, mais pas de chiffres dans le rapport

8 Croissance et bonheur Source : I. Cassiers et C. Delain (2006)

9 Croissance et bonheur

10 Réponse conventionnelle Croissance verte, « Green New Deal », keynésianisme vert = réorientation de linvestissement vers les secteurs et métiers verts Double critique : –Il y a de la marge entre les discours et les réalisations –Découplage insuffisant Du mythe de la croissance au mythe de la croissance verte (angélisation du PIB) Relance de la consommation (bis)

11

12 Découplage relatif mais pas absolu GIEC : les émissions de GES doivent baisser de 50 à 95 % dici 2050 (par rapport à 1990) Depuis 1990, elles ont augmenté de 40 % (le PIB a augmenté de 70 %) Atteindre les objectifs du GIEC nécessiterait une amélioration de lefficacité énergétique (CO 2 émis/$ produit) de 21 à 130 fois

13 Une autre décroissance est possible Source : P. Victor (2007)

14 Utopique? Certains pays « (di)gèrent » la décroissance beaucoup mieux que dautres –Pays confrontés à des crises (Japon, Chili, Argentine…) –Comparaison entre pays (2005)PIB/habitant (US $) Espérance de vie Etats-Unis ,9 Cuba ,7

15 Une économie tirée par la consommation Profit Consommation Nouveautés

16 Léconomie selon Jackson Investissement > consommation –Investissement axé sur léconomie des ressources, plus le profit à court terme, ni l»obsolescence programmée » Public > privé –« rôle crucial » du secteur public dans la transition écologique : services, infrastructures, culture de la consommation durable –Secteur bancaire et énergétique public Marché du travail : –Répartition du temps de travail et des revenus –Allocation universelle (?)

17 12 propositions 1.Développer des modèles macroéconomiques de décroissance 2.Investir dans lemploi, les ressources, les infrastructures 3.Renforcer la régulation financière 4.Comptabiliser la consommation des ressources 5.Partager le travail et le concilier avec la vie familiales 6.Sattaquer aux inégalités 7.Réformer les indicateurs 8.Renforcer le capital humain 9.Inverser la culture consumériste 10.Imposer des limites dutilisation des ressources 11.Fiscalité verte 12.Transfert des technologies vers le Sud et protection des écosystèmes

18 La question des inégalités Sattaquer aux inégalités –Redistribution : révision des barèmes fiscaux, limites inférieures et supérieures de revenu (les bonus…) –Égalité face à léducation, politiques anti-discrimination –Amélioration de lenvironnement local, serv.publics –Valorisation des activités socialement utiles : services aux personnes –Condition pour réussir la RTT « Une société inégale est une société anxieuse, qui favorise la consommation positionnelle »

19 Le rôle de lEtat Villages durables, simplicité volontaire : OK mais ça ne suffit pas –« Les exhortations simplistes à la résistance contre le consumérisme sont vouées à léchec » Nécessité de nouvelles structures sociales permettant aux gens de vivre mieux en consommant moins: –Infrastructures qui favorisent les transports en commun et la mobilité douce –Système des salaires qui valorise les fonctions socialement utiles (linfirmière plutôt que le trader) –Messages des médias et du gouvernement

20 Pour conclure Jackson : réflexion radicale – post-capitaliste? - sous des dehors très « british » Crise = fenêtre dopportunité pour relancer de lutopie Pas étonnant que Gordon Brown ait trouvé ça « shocking »… Une plate-forme de réflexion pour fédérer les anciens, nouveaux et « nouveaux nouveaux » mouvements sociaux? Essentiel de construire des outils macroéconomiques concrets fondés sur la décroissance : à quand un scénario belge par le Bureau du Plan?

21 Reprendre le contrôle Le trait majeur du capitalisme, cest la domination par le virtuel : –« Des forces abstraites et impersonnelles contrôlent la vie sociale, malgré la capacité potentielle croissante des hommes à contrôler leur environnement social et naturel » (M. Postone) –La valeur déchange, la marchandise, la compétitivité, le « libre » échange, la croissance… Le travail humain, la nature ont une valeur en soi, et non comme « capital humain », « capital naturel » Créer de ladhésion sur un projet radical


Télécharger ppt "« Une prospérité sans croissance? » 06/05/2010. Lapport de Tim Jackson Important! Une agence officielle se prononce en faveur de la décroissance (une."

Présentations similaires


Annonces Google