La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Toronto Harm Reduction Task Force Holly Kramer, coordonnatrice du projet.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Toronto Harm Reduction Task Force Holly Kramer, coordonnatrice du projet."— Transcription de la présentation:

1 Toronto Harm Reduction Task Force Holly Kramer, coordonnatrice du projet

2 Le THRTF Le groupe de travail est un regroupement de professionnels, dorganismes et de membres de la collectivité qui travaillent ensemble pour réduire les méfaits que la distribution et lusage des drogues ont sur les collectivités et les individus.

3 « La sagesse de la collectivité sera toujours plus grande que le savoir du spécialiste. » -John McKnight

4 Réduction des méfaits = « …réduire les conséquences néfastes de lusage de drogues sur la santé et sur les plans économique et social, sans toutefois exiger labstinence de drogues. » -- Riley et coll. [traduction]

5 En dautres termes…. … une approche axée sur la réduction des méfaits ne considère et ne promeut pas labstinence comme un but, que ce soit à court terme ou à long terme.

6 Le seul but de la réduction des méfaits est de réduire ou datténuer les méfaits causés: aux individus (utilisateurs) aux familles aux collectivités à la société

7 La réduction des méfaits offre… une réponse à la consommation de drogues fondée sur la justice sociale plutôt que sur la justice pénale.

8 La réduction des méfaits… une philosophie, une façon de penser, une prémisse, une approche, un point de vue… Il ne dagit PAS dun autocollant, dune expression au goût du jour ou dun énigme

9 Réduction des risques, aussi appelée… gestion des risques ou ou atténuation des risques ou ou limitation des dégâts ou ou prévention des blessures ou décès ou aide à la survie ou promotion de la santé ou promotion de la sécurité ou CONFRONTATION À LA RÉALITÉ

10 La réduction des méfaits est… une façon de penser…une façon de procéder prend les gens « où ils en sont » dune façon holistique respecte les raisons quils donnent pour expliquer leur usage reconnaît les clients comme des personnes méritant dêtre traitées avec dignité et respect ne juge pas; ne punit pas lusage ou la « rechute » perçoit lusage comme un symptôme, pas comme « le problème » cherche des moyens pratiques de réduire les méfaits sans nécessairement supprimer lusage.

11 TROUSSES DE PIPE À CRACK exemple doutil de réduction des méfaits Tuyau en verre Non-toxique (contrairement aux cannettes de boissons gazeuses); bord lisse (contrairement aux bouteilles brisées) Filtres Non-toxiques (contrairement aux « Brillo ») Baume pour les gencives et lèvres Pour produire de la salive, traiter les coupures et brûlures: réduire le risque de transmission de maladies OUTIL POUR LES INTERVENANTS Pour aborder les usagers difficiles à joindre et gagner leur confiance

12 Programme Annex (maison Seaton ) exemple de programme de réduction des méfaits offre lhébergement et de laide aux alcooliques de longue date; offre un accès contrôlé à de lalcool consommable (par opposition à la Listerine, etc.) la consommation dalcool des résidents diminue; impact sur dautres déterminants de la santé: p. ex., meilleure nutrition, besoins en matière de soins de santé, hygiène, socialisation, etc. ENCORE UNE FOIS : la consommation dalcool diminue!

13 La réduction des méfaits est un continuum… elle va de lusage chaotique à labstinence reconnaît que labstinence peut ne pas être possible pour tous reconnaît quun cycle dusage et de non usage est « normal » prend les gens « là où ils en sont » en : encourageant un usage moins dangereux offrant des solutions de rechange Une approche axée sur la réduction des méfaits tient compte des besoins des gens, quelque soit leur consommation

14 La réduction des méfaits fait la distinction entre usage et comportement… P. ex.: les conducteurs désignés sont une mesure de réduction des méfaits… Nous ne disons pas ne buvez pas, mais plutôt si vous buvez, ne conduisez pas.

15 Réduction des méfaits: Comprend que lusage de drogues est universel Reconnaît que certaines personnes ont toujours utilisé des drogues, habituellement pour une RAISON Accepte que certaines personnes utiliseront toujours des drogues Prétend que lon ne devrait refuser un service ou laccès à un service à aucune personne sous prétexte quelle utilise une drogue, quelle soit licite ou illicite.

16 La consommation de drogues: SIGNE SYMPTÔME MANIFESTATION MÉCANISME DADAPTATION BAUME BESOINS INSATISFAITS DÉSESPOIR DOULEUR MAUVAISE SANTÉ TRAUMATISME

17 Voyez les discordances! Déterminants sociaux de la santé Soins pendant lenfance/ladolescence Éducation (occasions) Emploi/sécurité demploi Sécurité alimentaire Logement approprié/stabilité Inclusion sociale Accès aux soins dentaires / de santé Vivre à labri de la discrimination/ persécution/violence/stigmatisation Quelques expériences courantes parmi les usagers de drogues ABANDON, MAUVAIS TRAITEMENTS, ITINÉRANCE, FAIM, ISOLEMENT, NÉGLIGENCE, PAUVRETÉ, MALADIE, PEUR, MARQUES PSYCHOLOGIQUES, MANQUE DAMOUR, REJET, CHÔMAGE, MANQUE DINSTRUCTION

18 Fournir un service selon la philosophie de la réduction des risques: Reconnaître la valeur et la nécessité dune autodétermination et de plans de soutien individuels

19 et que….. certaines personnes se débrouillent bien avec peu de soutien, mais ont parfois des « rechutes » et ont besoin dun niveau de soutien plus élevé pendant un certain temps… les gens doivent pouvoir passer dun niveau de soin à un autre; la fluidité est réaliste; il faut soutenir les clients afin quils demeurent aussi autonomes quils peuvent lêtre; un éventail de services est nécessaire… SE FONDE SUR LES BESOINS DES CLIENTS

20 Quelques sites Web utiles:


Télécharger ppt "Toronto Harm Reduction Task Force Holly Kramer, coordonnatrice du projet."

Présentations similaires


Annonces Google