La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

CORPS, SPORT ET SOUFFRANCE : LACCOUCHEMENT EST-IL UN EXPLOIT SPORTIF ? Journée scientifique Quel sens revêt la douleur de laccouchement ? Auditoire du.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "CORPS, SPORT ET SOUFFRANCE : LACCOUCHEMENT EST-IL UN EXPLOIT SPORTIF ? Journée scientifique Quel sens revêt la douleur de laccouchement ? Auditoire du."— Transcription de la présentation:

1 CORPS, SPORT ET SOUFFRANCE : LACCOUCHEMENT EST-IL UN EXPLOIT SPORTIF ? Journée scientifique Quel sens revêt la douleur de laccouchement ? Auditoire du CMU Genève 6 novembre 2006 Eliane Perrin Dr en sociologie Haute École de Santé, Genève Unité de Psychiatrie de liaison Département de psychiatrie (HUG)

2 Comparaison entre les résultats dune étude sur CORPS, SPORT, SOUFFRANCE L'exemple du jogging basée sur lanalyse de contenu de 24 numéros de la revue française Jogging International (1992 et 1993) Article paru dans la Revue Suisse de Sociologie, Vol. 21, No 3, 1995 et les douleurs de laccouchement

3 Comment expliquer qu'autant d'individus, dans nos sociétés occidentales développées, s'imposent en toute liberté des souffrances physiques et mentales intenses par le biais de pratiques physiques et sportives notamment ? Pourquoi se font-ils souffrir ainsi ? Question de départ (étude sport)

4 Questions concernant laccouchement Pourquoi souffrir lors de laccouchement? Pourquoi refuser la péridurale ? Que penser du choix libre - en dehors de toute indication médicale - de la césarienne, dite "césarienne de confort" ?

5 Rappel : La douleur et la souffrance sont insupportables lorsquelles sont imposées aux individus par dautres individus (agressions, accidents) ou par un système politique ou social (torture, privation, exclusion) beaucoup mieux supportées lorsquelles sont provoquées volontairement et vécues comme contrôlables (activités sportives) vécues diversement lorsquelles sont liées à une affection, une maladie ou une intervention chirurgicale et prises en charge par des soignants

6 Questions concernant laccouchement Les douleurs de laccouchement ne sont pas imposées, sauf en cas de viol (ex. des guerres en ex-Yougoslavie) Laccouchement nest pas "volontaire, cest la grossesse qui lest en principe. Ensuite les femmes nont plus le choix: il faut accoucher.

7 Questions concernant laccouchement Les sportifs peuvent ne pas participer à une compétition sils ne sont pas en forme ce jour-là. Les parturientes nont pas ce choix.

8 Questions concernant laccouchement Les sportifs peuvent sentraîner dans des conditions quasi réelles. La préparation à la naissance nest pas du tout comparable.

9 Questions concernant laccouchement Les sportifs peuvent abandonner au milieu dune compétition. Les parturientes nont pas ce choix. Les douleurs de laccouchement sont- elles contrôlables ? Pas totalement. La qualité de la prise en charge de la douleur par les soignants peut modifier considérablement la situation.

10 Rappel : On distingue habituellement La douleur liée aux blessures, aux accidents et aux maladies engendrant des souffrances physiques plus ou moins intenses et durables («pain» en anglais) La souffrance qui correspond à une sensation douloureuse plus globale, accompagnant le plus souvent les atteintes corporelles, mais pouvant survenir même en leur absence («suffering» en anglais)

11 Et on a tendance à penser que Toute douleur physique saccompagne dune souffrance psychique (somato-psychique) Toute souffrance psychique risque dengendrer des maladies et des souffrances physiques (somatisation)

12 Questions concernant laccouchement Les sportifs, comme les parturientes, peuvent souffrir de douleurs physiques et psychologiques Les deux pratiques peuvent engendrer des souffrances physiques et psychologiques ultérieures (séquelles)

13 Souffrir, une des motivations pour faire du sport ? Non ! On fait du sport pour la santé pour la forme pour le plaisir

14 Souffrir, une des motivations pour faire un enfant ? Non ! par amour par désir pour le plaisir On fait un enfant

15 En revanche, le thème de la souffrance apparaît au détour d'interviews de champions ou de récits de pratiques Ex: Un marathonien répond à un journaliste qui lui demande: « Dans quel domaine pouvez-vous encore progresser ? »

16 « Même si je sais souffrir, je n'arrive pas encore à me faire assez mal, tant à l'entraînement qu'en compétition.(...) A l'arrivée de certains marathons, j'ai vu des gars à genoux, à l'agonie, qui mettaient trois jours à récupérer. Moi au bout de trente minutes, c'est fait. Je ne sais pas encore assez me rentrer dedans, me faire mal. Je fais peut-être un peu trop dans la facilité. Tout cela se travaille. C'est un apprentissage. (...) »

17 Et toutes les mères parlent des douleurs de laccouchement supportables pour les unes, insupportables pour les autres

18 Quels sens attribuer à la souffrance sportive ? La souffrance, présence du corps "Se défouler", "se défoncer", "se vider", "se donner", "s'éclater " …

19 Quels sens attribuer à la souffrance de laccouchement ? La souffrance, présence du corps Sans aucun doute mais avec un sens différent " fin des douleurs" " soulagement" " délivrance "

20 Quels sens attribuer à la souffrance sportive ? (suite) La souffrance du lendemain, attestation de l'effort P reuve que l'on a bien travaillé. Les courbatures donnent bonne conscience au coureur, montrant qu'il a réellement fait un effort, qu'il est allé au bout, voire au- delà de ses limites physiques et mentales.

21 Quels sens attribuer à la souffrance de laccouchement ? La souffrance du lendemain, attestation de l'effort Faut-il avoir souffert comme sa mère, sa grand-mère, sa sœur, sa belle-sœur (compétition entre femmes) pour avoir bonne conscience, être une bonne mère, une " vraie " mère ?

22 Quels sens attribuer à la souffrance sportive ? (suite) La souffrance, preuve de la capacité à dominer son corps Preuve de la force de caractère du coureur, de sa toute-puissance sur son corps, une victoire sur soi-même, de lesprit sur le corps.

23 Quels sens attribuer à la souffrance de laccouchement ? La souffrance, preuve de la capacité à dominer son corps Accoucher dans la douleur est-il une preuve de toute-puissance sur son corps ? De victoire sur soi-même ? De domination de lesprit sur le corps ?

24 Quels sens attribuer à la souffrance sportive ? (suite) « Le marathon fonctionne aux deux V (Voltarène - un médicament anti- inflammatoire - et Volonté) » (Segalen, 1994) « Loin de la fuir comme l'homme du commun, le sportif appelle la douleur comme une matière première de l'oeuvre qu'il réalise avec son corps » (Le Breton, 1995)

25 Quels sens attribuer à la souffrance de laccouchement ? Anti-douleur ou volonté ? Anti-douleurs et volonté ? Volonté ou lâcher prise, laisser aller ? Anti-douleurs ou lâcher prise ? Anti-douleurs et lâcher prise ?

26 Quels sens attribuer à la souffrance sportive ? (suite) La souffrance, prévention et garantie de santé pour l'avenir Il faut souffrir jeune pour vieillir en forme

27 Quels sens attribuer à la souffrance de laccouchement ? Laccouchement nest pas bon pour la santé… Mais dans la vie, il y a dautres motivations… Autrefois, les enfants étaient une garantie pour l'avenir, une assurance vieillesse…

28 Quels sens attribuer à la souffrance sportive ? (suite) La souffrance, rédemption des péchés de la chair La souffrance est une rédemption des péchés de la chair, un acte par lequel on rachète le droit de recommencer à pécher (ici: fumer, boire, manger trop) « Deux motivations se rejoignent dans l'offrande de douleur : le perfectionnement moral et la quête du salut » (Le Breton, 1995)

29 Quels sens attribuer à la souffrance de laccouchement ? La souffrance de laccouchement, rédemption des péchés de la chair ? Mais quels péchés de la chair ? Le prix de la sexualité ? Le prix de la jouissance et du plaisir sexuel ? (Cest le sens qui était donné, en des temps chez nous révolus, aux douleurs de lavortement…)

30 Quels sens attribuer à la souffrance sportive ? (suite) La souffrance, dépassement symbolique de la mort Au mur des 27 km. lors d'un marathon, le coureur a l'impression qu'il va mourir. Il trouve un deuxième souffle grâce à la production d'endorphine et termine sa course. Il a dépassé la mort, il a été plus fort qu'elle.

31 Quels sens attribuer à la souffrance de laccouchement ? La souffrance, dépassement symbolique de la mort Ou victoire de la vie sur la mort ? Laccouchement est un moment très dangereux dans la vie des femmes. Elles savent quelles risquent de mourir, tout comme lenfant à naître. Langoisse de mort est toujours présente même si on en parle pas.

32 Quels sens attribuer à la souffrance sportive ? (suite) La souffrance spectaculaire, reconnaissance sociale du courage Les coureurs s'entraînent et s'inscrivent très fréquemment à leur premier marathon à la suite d'un pari avec des proches.

33 Quels sens attribuer à la souffrance de laccouchement ? La souffrance spectaculaire, reconnaissance sociale du courage Laccouchement un spectacle ? Une mise en scène de lhéroïsme des femmes ? Que penser de lencouragement des pères, des proches à être présents dans la salle daccouchement ? Fin de la naissance, secret des femmes ?

34 Quels sens attribuer à la souffrance sportive ? (suite) Courir "utile" ou souffrir pour de bonnes causes Les organisateurs proposent aux coureurs des marathons ou des courses contre le Sida, le cancer, pour des chiens d'aveugles, des fauteuils pour handicapés, etc. Ou des objectifs humanitaires (par ex. courir pour Amnesty International). Ou des causes plus générales comme la Liberté, la Paix, l'Europe.

35 Quels sens attribuer à la souffrance de laccouchement ? Accoucher "utile" ou souffrir pour de bonnes causes Pas besoin de causes supplémentaires: la souffrance de laccouchement est indiscutablement utile pour la survie de lespèce et de lhumanité…

36 Quels sens attribuer à la souffrance sportive ? (suite) « L'idée se développe maintenant, comme il est dit de façon directe, qu'il ne faut pas "courir idiot": c'est la gratuité même de l'effort physique qui est remise en cause et au-delà de la breloque que chacun remporte, ou simplement du bien-être qu'il a pu tirer de la course, se répand l'idée que ce sport peut servir » (Segalen, 1994)

37 Quels sens attribuer à la souffrance de laccouchement ? Laccouchement nest que rarement un effort "gratuit" puisquil y a le plus souvent un ou plusieurs enfants à larrivée. Lorsque lenfant est mort-né, leffort est dramatique.

38 Quels sens attribuer à la souffrance sportive ? (suite) « L'effort de l'homme, sa souffrance doivent susciter la générosité du public » (Segalen, 1994)

39 Quels sens attribuer à la souffrance de laccouchement ? La souffrance de laccouchement, si elle nest pas récompensée par des breloques sportives ou des médailles militaires, est récompensée symboliquement par de ladmiration, de la considération, du respect, de la reconnaissance sociale (statut de vraie mère). Et des fleurs, des cadeaux…

40 Conclusions Nos sociétés sont à cheval sur deux cultures La culture judéo chrétienne qui voit dans la souffrance une rédemption des péchés. Une culture scientifique qui vise à éradiquer la douleur et la souffrance considérées comme inutiles et néfastes (pour un hôpital sans douleur)

41 Conclusions (suite) Dans lhôpital idéal, dès qu'une douleur nous assaille, un médicament devrait être proposé pour l'anéantir. Les seuils de tolérance semblent avoir généralement diminué. Idéalement, la douleur ne devrait plus exister.

42 Conclusions (suite) Moins nous faisons l'expérience de la douleur et de la souffrance, plus nous les craignons, plus elles sont source d'angoisse. Comment exorciser l'angoisse si ce n'est en l'affrontant délibérément ? La souffrance devient supportable, voire même jouissive, lorsqu'elle a été librement choisie par les sportifs, qu'ils la maîtrisent et qu'ils y mettent du sens : elle n'est plus à leurs yeux ni absurde ni injuste.

43 Conclusions (suite) Le choix daccoucher dans la douleur, si elle nest pas terrorisante, peut être une occasion de tester son rapport à la douleur dans un contexte sécurisant et de calmer son angoisse. Si la douleur est terrorisante, elle est traumatisante et inacceptable lorsquon a les moyens de léviter.

44 Conclusions (suite) Le choix du type daccouchement, du recours ou non à la péridurale, dépend des références culturelles et sociales des femmes, du sens quelles donnent à la douleur et à la souffrance (jugées utiles ou inutiles) Ce choix doit être respecté.

45 Conclusions (fin) Laccouchement est toujours un exploit, une véritable épreuve. Mais il nest pas un exploit au sens sportif du terme (compétition et jeux olympiques…)

46 Et quelques livres… David LE BRETON Anthropologie de la douleur, Éditions Métailié, Paris, 1995 Roselyne REY Histoire de la douleur. Éditions de la Découverte, Paris, 1993 Martine SEGALEN Les enfants d'Achille et de Nike. Éditions Métailié, Paris, 1994 Paul FOURNEL Les athlètes dans leur tête. Editions du Seuil, coll. Points, Paris, 1994


Télécharger ppt "CORPS, SPORT ET SOUFFRANCE : LACCOUCHEMENT EST-IL UN EXPLOIT SPORTIF ? Journée scientifique Quel sens revêt la douleur de laccouchement ? Auditoire du."

Présentations similaires


Annonces Google