La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Ce terme désigne la croyance que certains actes ont toujours une conséquence positive ou négative, que certains objets, animaux ou personnes portent systématiquement.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Ce terme désigne la croyance que certains actes ont toujours une conséquence positive ou négative, que certains objets, animaux ou personnes portent systématiquement."— Transcription de la présentation:

1

2 Ce terme désigne la croyance que certains actes ont toujours une conséquence positive ou négative, que certains objets, animaux ou personnes portent systématiquement bonheur ou malheur, que certains phénomènes sont des présages automatiquement auspicieux ou funestes, et ce pour des raisons que la personne superstitieuse ne saurait expliquer, ou pour des raisons considérées comme irrationnelles, non admises par la science.

3

4

5 Le chat a été divinisé par les Egyptiens ; notamment leurs yeux réfléchissant la lumière la nuit symbolisait le pouvoir de Râ, le dieu Soleil. Déjà, chez les Egyptiens, pourtant idolâtres du chat, le chat noir était assimilé à un Ethiopien noir représentant le Diable. Lorsque le Christianisme sest imposé comme religion détat dans lempire romain, le chat na plus eu de caractère divin mais les fantasmes sont restés dans lesprit populaire et il est devenu une créature satanique surtout sil est noir. Au cours des XII ° et XIII ° siècles, le chat noir subit les attaques dune phobie contre les démons et les sorcières. Le seul fait de posséder un chat noir pouvait vous faire accuser de sorcellerie. Les croyances maléfiques se sont focalisées sur les chats noirs.

6

7 Parmi toutes les superstitions, le malaise suscité par le nombre 13 est celui qui touche le plus grand nombre aujourd'hui. En France, par exemple, de nombreuses rues ne comportent pas de numéro 13. En Italie, la loterie nationale a supprimé le 13. Sur les vols nationaux et internationaux, de nombreux avions n'ont pas de treizième rang. Aux États-Unis, le quatorzième étage suit directement le douzième dans bon nombre de gratte-ciel et d'immeubles d'habitation. Comment cette phobie du nombre 13 est-elle apparue? Il s'agit là de la plus ancienne référence écrite à la malédiction qui plane sur le nombre 13. Née en Scandinavie, la superstition s'étendit bientôt à toute l'Europe. A l'aube de l'ère chrétienne, elle était donc bien ancrée dans tout le bassin méditerranéen. Elle allait trouver un nouveau souffle avec le repas le plus célèbre de l'histoire de l'humanité, la Cène, où le Christ et ses apôtres étaient 13 autour d'une table.

8

9 La voyante ou «chouafa» est une femme qui prétend prédire lavenir. Ce personnage est-il vraiment hors du commun? Possède-t-il des miracles qui lui permettent de connaître ce que les autres ignorent ? Quels sont les secrets de ces femmes? La voyante recourt à plusieurs procédés pour «prédire» lavenir de ses «patients» et pour les soigner. Elle pose un voile vert et rarement noir sur le visage et lorsquun homme ou une femme se présente devant elle, elle jette de lencens dans le brasero et commence à parler en sadressant à son «patient». A la fin, le visiteur dépose une petite somme dargent devant elle sans oublier les conseils qui lui ont été donnés par la voyante et grâce auxquels il résoudra ses problèmes. Souvent, les voyantes qui mettent des voiles, restent toujours dans lanonymat. Il y a un autre type de «chouafate» qui recoure aux cartes quelles étalent devant le visiteur. Ce sont les cartomanciennes.

10 Elle est clairement évoquée dans la sourate du Coran « LAurore » : « Je cherche la protection du seigneur de laube contre le mat quil a crée; contre le mat de tobscurité; contre le mal de celles qui soufflent sur les nœuds; contre le mal de lenvieux, lorsquil porte envie ». Le dernier verset de la sourate se rapporte au jaloux et a sa jalousie. Elle est connue par ceux qui craignent le mauvais œil, quand bien même ne savent-ils pas le Coran par cœur (comme cest, dailleurs, le cas pour la très grande majorité dentre eux. Ceux-ci, pour se prémunir, disent seulement: « Je cherche la protection du seigneur de laube contre le ma! Quil a crée; contre le mat de lenvieux, lorsquil porte envie ». Ce verset apporte lattestation coranique que le mauvais œil existe et que lenvie est nocive. Mais lenvie nen est pas la seule cause.

11

12 Par ailleurs, le superstitieux pathologique considère l'existence d'un ordre supérieur, invisible, qu'il est rarement capable de décrire, mais qui est là, présent, et impose ses lois. À la différence de la superstition populaire, qui est souvent anodine, la superstition pathologique est fortement individualisée. Le superstitieux se sent en défi perpétuel avec le monde qui l'entoure et il passe son temps à « vérifier » que les augures lui sont favorables. Ainsi, par exemple, va-t-il compter les carreaux d'un parquet, pariant avec lui-même qu'il doit y en avoir un nombre pair (ou impair), se créant ainsi des frayeurs, des angoisses, si le résultat obtenu ne correspond pas à son souhait. De tels comportements entrent dans la catégorie des troubles obsessionnels compulsifs. Les autistes et les maniaco-dépressifs sont particulièrement enclins à de nombreuses superstitions souvent imbriquées les unes dans les autres.auguresangoisses troubles obsessionnels compulsifsautistes maniaco-dépressifs

13

14 1. Petit Robert Catéchisme de l'Église catholique § 2110 et 2111 [archive]Catéchisme de l'Église catholique § 2110 et 2111archive Index superstitionum (Index de superstitions) : concile de Leptines (743), en latin : Mansi, Amplissima collectio conciliorum, , 53 vol., t. XII, col Jean-Baptiste Thiers, Traité des superstitions, 1741, 4 vol. Zouki Maliaka-Zouk, Inventaire de superstitions, collection Folio Junior, édité à Nice en Éloise Mozzani, Le Livre des superstitions (sous-titre : Mythes, croyances et légendes), Robert Laffont, coll. « Bouquins », Paris, 1995, (ISBN ).ISBN Apotropaïque Attrapeur de rêves Croyance Loi de Murphy Raison Superstitions et croyances des marins Superstitions au Japon Salomon Reinach, De l'origine et de l'essence des tabous, Cultes, mythes et religions, Tome II, Éd. Ernest Leroux, Paris, 1906, pp De l'origine et de l'essence des tabous

15

16


Télécharger ppt "Ce terme désigne la croyance que certains actes ont toujours une conséquence positive ou négative, que certains objets, animaux ou personnes portent systématiquement."

Présentations similaires


Annonces Google