La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les mobilisations collectives dans le monde du travail : questions anciennes, enjeux contemporains Elodie Béthoux ENS Cachan – IDHES

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les mobilisations collectives dans le monde du travail : questions anciennes, enjeux contemporains Elodie Béthoux ENS Cachan – IDHES"— Transcription de la présentation:

1 Les mobilisations collectives dans le monde du travail : questions anciennes, enjeux contemporains Elodie Béthoux ENS Cachan – IDHES 26 février – 6 mars CUF de Moscou

2 Plan du cours Cours 1 – Les habits neufs de la conflictualité sociale Cours 2 – Au-delà de la grève, des mobilisations plurielles Séminaire 1 – Mesurer et comparer les conflits sociaux en Europe : enjeux théoriques et méthodologiques Séminaire 2 – Conflit et négociation : objets, espaces, acteurs (Simmel / Reynaud) Cours 3 – Des mobilisations « improbables » ? Cours 4 – Les mobilisations transnationales : dynamiques institutionnelles et actions collectives Séminaire 3 – Regards sur quelques expériences extra- européennes (Argentine, Chine) Séminaire 4 – Discussion des recherches

3 COURS 1 - Les habits neufs de la conflictualité sociale / INTRODUCTION Au croisement de la sociologie des mobilisations et de la sociologie des relations professionnelles Relations professionnelles = « lensemble des pratiques et des règles qui, dans une entreprise, une branche, une région ou léconomie tout entière, structurent les rapports entre les salariés, les employeurs et lEtat. Ces rapports peuvent être individuels ou collectifs, être directement le fait des acteurs impliqués dans la relation de travail ou de leurs représentants (syndicats de salariés, organisations demployeurs), senraciner dans des coutumes ou donner lieu à la production de règles formelles. » (Michel Lallement, 2008)

4 COURS 1 - Les habits neufs de la conflictualité sociale / INTRODUCTION 3 types dacteurs : -Les salariés et leurs représentants (organisations syndicales, comités dentreprise) -Les employeurs et leurs représentants (organisations patronales) -LEtat = employeur (fonction publique), législateur (droit social), arbitrer Qui sorganisent et se rencontrent à différents niveaux : -Interprofessionnel -Sectoriel (= branche) -Entreprise + territoires

5 COURS 1 - Les habits neufs de la conflictualité sociale / INTRODUCTION dont les rapports sont pris entre deux pôles : coopération conflits et qui visent la régulation des relations de travail : -Encadrer les pratiques -Définir les règles Mobilisations collectives dans le monde du travail Pourquoi ? Comment ? Quelles évolutions ? Quel cadre ? Quels effets ? 1.Un objet : les mobilisations collectives dans le monde du travail 2.Un contexte singulier ? Retour sur lhistoire du cas français 3.Une thèse en question : le déclin contemporain de la conflictualité sociale

6 1. Un objet : les mobilisations collectives dans le monde du travail Mobilisations sociales > actions collectives > conflits sociaux > conflits du travail > grèves > … Rappeler le caractère polymorphe et polyscénique du conflit (J.-M. Denis, 2012) -a minima incompatibilité et antagonisme -MAIS des formes multiples : ouvert/fermé, individuel/collectif, sauvage/institutionnalité… -ET dans toutes les sphères de la vie sociale Donc une relation universelle (cf. G. SIMMEL Sém. 2) MAIS aussi un phénomène social et historique

7 1. Un objet : les mobilisations collectives dans le monde du travail CONFLITS DU TRAVAIL INDIVIDUELSRecours aux prudhommes Sanctions Absentéisme… COLLECTIFAvec arrêt de travail GrèveDébrayage Sans arrêt de travail Grèves perlées, grèves du zèle Manifestations, pétitions, refus dheures supplémentaires …

8 1. Un objet : les mobilisations collectives dans le monde du travail OR un glissement sémantique et historique = réduction du conflit social aux seuls CONFLITS DU TRAVAIL « Par conflit social, lentendement commun perçoit pour lessentiel un type de conflit donné : le conflit du travail. » (Guy Groux, 1998) Cf. influence de K. Marx : conflit dans la sphère de la production, résultat des rapports sociaux de production Conflit de classes NB : sociologie française de laprès-1945 dominée par la sociologie du travail, avec intérêt fort pour le travail industriel et prégnance du paradigme marxiste.

9 1. Un objet : les mobilisations collectives dans le monde du travail Plus encore, la GREVE comme forme archétypale du conflit du travail = une pratique + lincarnation dune classe qui prend conscience delle-même Cf. Michelle Perrot : la grève comme « blanc » dans la ligne continue de la production = moyen de pression économique (revendications) + moyen dexpression donc buts matériels et immédiats + objectifs moraux, politiques, symboliques plus lointains = un enjeu de démocratie sociale

10 1. Un objet : les mobilisations collectives dans le monde du travail Pendant les 30 Glorieuses ( ), la grève sest imposée comme répertoire daction (symboles : journée nationale daction + défilé syndical), avec -Débordement des frontières de lindustrie vers le salariat tertiaire : élargissement de la base sociale -Institutionnalisation = adossement au droit, consécration comme « instrument légitime de la régulation sociale » (Stéphane Sirot, 2002) DONC assimilation du conflit à la grève qui lenferme dans une de ses formes spécifiques… > Conséquences pour létude des évolutions contemporaines de la conflictualité sociale ?

11 2. Un contexte singulier ? Retour sur lhistoire du cas français 3 caractéristiques principales à souligner : Le paradoxe français : très faible taux de syndicalisation mais forte capacité de mobilisation Lancrage historique profond et la résonance de la grève en France Lorientation vers un syndicalisme de militants

12 2. Un contexte singulier ? Retour sur lhistoire du cas français Le paradoxe français : très faible taux de syndicalisation mais forte capacité de mobilisation -Aujourdhui, plus faible taux de syndicalisation en Europe : 8 % en moyenne (5 % privé / % public) -Une tradition de pluralisme syndical (divisions, rivalités) Cf. 5 principales organisations syndicales : CGT – Confédération générale des travailleurs CFDT – Confédération française démocratique du travail F0 – Force ouvrière CFTC – Confédération française des travailleurs chrétiens CFE-CGC – Confédération française de lencadrement- confédération générale des cadres Cf. organisations patronales : Medef + UEAPME - Forte capacité de mobilisation « gréviculture » ?

13 2. Un contexte singulier ? Retour sur lhistoire du cas français Lancrage historique profond de la grève en France > Les 3 étapes (S. Sirot) : histoire du droit du travail -interdiction : Loi le Chapelier 1791 (principes anti- corporatistes) -libération progressive : 1864 = levée du délit de coalition – -institutionnalisation progressive : reconnaissance institutionnelle du droit de grève en 1946 et 1956, étendu aux fonctionnaires en 1950 > Du côté de lhistoire sociale : souvent présente et incarnation de mouvements touchant tout le pays (1906, , 1936, , 1953, mai 1968, décembre 1995, 2003…) Cf. E. Shorter & C. Tilly : « vagues de grève » surtout récurrence et résonance

14 2. Un contexte singulier ? Retour sur lhistoire du cas français Lorientation vers un syndicalisme de militants Par opposition à un syndicalisme de services (= modèle de lEurope du Nord) Evolution des conflits du travail = 2 grilles de lecture largement divergentes (cf. G. Groux et J.-M. Pernot) Lecture « pan-syndicale » : héritage du syndicalisme révolutionnaire du début du XXe s., conception « radicale » de la grève, mythe de la « grève générale » Lecture « institutionnaliste » (auj. dominante) : les 3 étapes et la grève comme pratique sociale assez commune et instrument de régulation

15 3. Une thèse en question : le déclin contemporain de la conflictualité sociale Par rapport à cet ancrage historique, idée quon observerait aujourdhui un net déclin de la conflictualité sociale (en France et plus largement en Europe) Ce déclin se lirait notamment dans le recul des jours de travail perdus pour cause de grève

16 3. Une thèse en question : le déclin contemporain de la conflictualité sociale Un déclin qui serait en lien avec les transformations du monde socio-productif : -Tertiarisation des activités et de la population active (# bastions industriels) -Mondialisation de léconomie -Externalisation des activités productives et recours à la sous-traitance ( éclatement des collectifs de travail) -Féminisation de la population active -Chômage et précarisation de lemploi -Individualisation de la relation de travail…

17 3. Une thèse en question : le déclin contemporain de la conflictualité sociale Une thèse qui porte donc sur lampleur de la conflictualité sociale mais aussi sur ses acteurs et sur ses objets, son contenu. Or elle est très discutée, sur 3 points : La mesure du phénomène Principal indicateur : les Journées Individuelles Non Travaillées pour fait de grève (= JINT) produites par le Ministère du travail = une source administrative, qui pose plusieurs problèmes : -… de fiabilité (pas de signalement obligatoire) -… dexhaustivité (PME et grèves courtes) -… de partialité (focalisation sur la seule grève) Une très forte sous-évaluation des grèves (cf. SEM. 1)

18 3. Une thèse en question : le déclin contemporain de la conflictualité sociale La mesure du phénomène (suite) Réfléchir au bon instrument de mesure pour -avoir une approche plurielle de la conflictualité : croiser les points de vue des différents acteurs impliqués (direction dentreprise, salariés, représentants des salariés) -pouvoir contextualiser les pratiques conflictuelles recensées À partir de 2005, mise en place par le Ministère du travail dune nouvelle enquête : ACEMO (Activité et conditions demploi de la main dœuvre) Enquête REPONSE (Relations professionnelles et négociations dentreprise)

19 3. Une thèse en question : le déclin contemporain de la conflictualité sociale Les acteurs A lidée de déclin, sajoute lidée dune polarisation entre salariés du privé et salariés du public = une représentation binaire de la conflictualité au travail Les objets Et sajoute également lidée que les conflits actuels, dans le contexte de crise économique, seraient avant tout des conflits défensifs (mobilisations contre et non pour) = grève créatrice de droits céderait la place au conflit défensif Avec un enjeu central : la défense de lemploi

20 3. Une thèse en question : le déclin contemporain de la conflictualité sociale Débats alors également sur le sens à donner à ces évolutions contemporaines Recul apparent de la grève et de la conflictualité = Résultat de linstitutionnalisation des conflits du travail ? Avènement dune société pacifiée et dun monde du travail assagi ? Effet de la pression exercée par la montée du chômage et lextension de la précarité qui désarmeraient et diviseraient les salariés ?

21 COURS 2 – Au-delà de la grève, des mobilisations plurielles PLAN 1.Une conflictualité contemporaine diffuse et protéiforme… 2.… mais toujours inégalement représentée 3.Entre individualisation, judiciarisation et radicalisation ? 4.Syndicats et mouvements sociaux : concurrence ou complémentarité ?

22 1. Une conflictualité contemporaine diffuse et protéiforme… Lorsquon change dinstrument de mesure (enquêtes déclaratives REPONSE et ACEMO), on constate le maintien, plutôt que le recul, de la conflictualité, mais sous des formes diversifiées et renouvelées. = pluralité des modes daction Donc ne pas réduire les conflits à leurs seules manifestations les plus anciennes et les plus visibles que sont les grèves. doù « appréhender la grève dans un halo de pratiques conflictuelles dont elle est de moins en moins le centre » (Groux et Pernot)

23 1. Une conflictualité contemporaine diffuse et protéiforme…

24 Et à la fin des années 2000 ? Cf. données DONC une évolution ambivalente des conflits du travail -Affaiblissement de la pratique gréviste -Cependant une déstabilisation des cadres traditionnels de laction collective, en lien avec une fragilisation de la condition salariale, qui nimplique pas une éradication de la conflictualité au travail… -Mais plutôt un redéploiement sous contrainte des pratiques conflictuelles

25 1. Une conflictualité contemporaine diffuse et protéiforme… Pourquoi « sous contrainte » ? -Entraves à laction collective multiples -Engagement dans la grève a toujours un coût -Or recours à la grève objectivement et subjectivement plus difficile, surtout dans une situation socio- économique dégradée -Cependant, ni apathie, ni résignation = « adaptation pragmatique aux conditions de la mobilisation » (Annie Collovald et Lilian Mathieu) Trouver des moyens « moins coûteux » mais tout aussi efficaces que la grève (ex : débrayages)

26 2. … mais toujours inégalement représentée Idée : les salariés ne sont pas égaux devant laction collective Facteurs favorables : appartenance à un secteur structuré, intégration dans un collectif de travail, partage dune identité professionnelle forte, accès à la représentation collective, présence déquipes syndicales… Donc segmentation du marché du travail + précarisation de lemploi renforcent davantage ces inégalités. 2 variables particulièrement discriminantes dans le recours différencié à laction collective : -Taille de létablissement ou de lentreprise -Implantation syndicale et présence dinstitutions représentatives du personnel

27 2. … mais toujours inégalement représentée -Taille de létablissement ou de lentreprise Plus la taille est grande, plus la probabilité dun conflit collectif lest aussi. NB : fort effet taille… qui explique la part grandissante du secteur public dans les grèves depuis les années 1980… # mouvement de « déconcentration productive » du privé -Implantation syndicale et présence dinstitutions représentatives du personnel Rôle des délégués syndicaux dans la structuration du rapport salarial autour du couple conflit/négociation.

28 2. … mais toujours inégalement représentée Cf. John KELLY (1998) : 5 conditions nécessaires au déclenchement dun conflit collectif = Existence dun sentiment dinjustice assez répandu Perception dun adversaire commun par les acteurs du conflit Partage dintérêts communs et conscience de cela Disposer dune capacité dorganisation collective Avoir auprès des salariés un tissu de militants actifs et expérimentés + J.-M. Denis, 6 e condition : que lissue du conflit, la victoire (totale ou partielle) soit perçue comme possible par les acteurs

29 2. … mais toujours inégalement représentée DONC des différences sectorielles nettement marquées : industrie – services >> bâtiment et commerce Cependant, le conflit peut toutefois sy exprimer, mais sous des formes souvent : -plus individuelles -voire définitives départ de lentreprise = « EXIT » Cf. Albert O. Hirschman – « exit, voice, loyalty »

30 3. Entre individualisation, judiciarisation et radicalisation ? 3 traits des conflits contemporains à discuter : -Individualisation : une hausse nette des conflits individuels dans tous les secteurs dactivité -Judiciarisation -Radicalisation : des cas doccupations dusine ou de séquestration des cadres dirigeants très médiatisés… mais un phénomène qui reste minime et pas historiquement nouveau Idée que la radicalité serait prise en charge par dautres mouvements sociaux ?

31 4. Syndicats et mouvements sociaux : concurrence ou complémentarité ? Action collective incarnée par les organisations syndicales serait de plus en plus liée à dautres enjeux protestataires, qui déborderaient des cadres traditionnels dessinés par la relation demploi, et seraient portés par les « mouvements sociaux » (ONG, associations) = question de louverture du syndicalisme aux mouvements sociaux et à la société civile Cf. Etats-Unis : idée dun renouveau de la syndicalisation via ancrage dans la communauté locale (ex: Justice for Janitors) « Le mouvement ouvrier ne se réalise pleinement que lorsquil suit dautres mouvements démocratiques, voire fusionne avec eux, et lorsquil permet à ses participants dagir non seulement comme travailleurs mais aussi comme membres de communautés ayant des intérêts et des identités multiples. » (Johnson, in Turner, 2001)

32 4. Syndicats et mouvements sociaux : concurrence ou complémentarité ? Cf. Isabelle Sommier : pour une approche unifiée de la conflictualité sociale… contre lopposition binaire entre « vieux conflits » et « nouveaux conflits » Ex : rencontre syndicalisme / mouvements altermondialistes « La contribution des associations de sans et des nouveaux syndicats à lémergence de la cause antiglobalisation (Sommier, 2008), si elle a contribué dans un premier temps à « ringardiser » les confédérations syndicales sur le terrain de linternationalisme, a fini par obliger une partie dentre elles à sy investir et à lui fournir les ressources nécessaires à lorganisation du second forum social européen dans notre pays en 2003 (Agrikoliansky et Sommier, 2005). »

33 Merci de votre attention. Place aux questions !


Télécharger ppt "Les mobilisations collectives dans le monde du travail : questions anciennes, enjeux contemporains Elodie Béthoux ENS Cachan – IDHES"

Présentations similaires


Annonces Google