La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Identification des comportements toxicomanogènes et les facteurs de risque et vulnérabilité Dr Dan VELEA Hôpital Marmottan Paris.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Identification des comportements toxicomanogènes et les facteurs de risque et vulnérabilité Dr Dan VELEA Hôpital Marmottan Paris."— Transcription de la présentation:

1 Identification des comportements toxicomanogènes et les facteurs de risque et vulnérabilité Dr Dan VELEA Hôpital Marmottan Paris

2 Comportements de consommation Expérimentateurs Expérimentateurs Usage occasionnel Usage occasionnel Usage récréatif Usage récréatif Usage régulier Usage régulier Usage nocif (abusif) Usage nocif (abusif) Dépendance Dépendance

3 L'usage expérimental L'usage expérimental est un essai ponctuel, l'individu cherchant à explorer lui-même les effets de la substance, à titre de curiosité. C'est une consommation en général unique et sans lendemain. L'usage expérimental est un essai ponctuel, l'individu cherchant à explorer lui-même les effets de la substance, à titre de curiosité. C'est une consommation en général unique et sans lendemain.

4 L'usage occasionnel L'usage occasionnel est le recours au produit dans des circonstances particulières, usage convivial par exemple dans le cas du cannabis et ecstasy. L'usage occasionnel est le recours au produit dans des circonstances particulières, usage convivial par exemple dans le cas du cannabis et ecstasy. L'individu recherche une sensation de plaisir, un état de bien-être, d'apaisement ou de désinhibition. L'individu recherche une sensation de plaisir, un état de bien-être, d'apaisement ou de désinhibition.

5 Lusage récréatif Certains consommateurs font un usage récréatif de la drogue. La consommation est souvent groupale, pendant les loisirs (cannabis, ecstasy, ou cocaïne). La recherche de plaisir est au premier plan des motivations des consommateurs. Certains consommateurs font un usage récréatif de la drogue. La consommation est souvent groupale, pendant les loisirs (cannabis, ecstasy, ou cocaïne). La recherche de plaisir est au premier plan des motivations des consommateurs. Lusage récréatif n'a pas dans limmensité des cas des conséquences sur les activités socio-professionnelles. Lusage récréatif n'a pas dans limmensité des cas des conséquences sur les activités socio-professionnelles. La recherche de sensation, la convivialité, lappartenance à un groupe, la transgression des interdits, les rites dinitiation. La recherche de sensation, la convivialité, lappartenance à un groupe, la transgression des interdits, les rites dinitiation.

6 L'usage régulier L'usage régulier est au moins quotidien. Il implique l'existence d'une dépendance psychique. En l'absence de dépendance physique, il n'y a pas de syndrome de sevrage. L'usage quotidien perd en général son caractère convivial. Lutilisation du produit est effectuée pour lutter contre une tristesse importante, ou contre des manifestations anxieuses. Il s'agit d'une tentative d'automédication. L'usage régulier est au moins quotidien. Il implique l'existence d'une dépendance psychique. En l'absence de dépendance physique, il n'y a pas de syndrome de sevrage. L'usage quotidien perd en général son caractère convivial. Lutilisation du produit est effectuée pour lutter contre une tristesse importante, ou contre des manifestations anxieuses. Il s'agit d'une tentative d'automédication.

7 Mode de consommation d'une substance psychoactive préjudiciable à la santé ; complications être physiques ou psychiques. Mode de consommation d'une substance psychoactive préjudiciable à la santé ; complications être physiques ou psychiques. Le diagnostic repose sur des preuves manifestes que l'utilisation d'une ou plusieurs substances a entraîné des troubles psychologiques ou physiques. Ce mode de consommation donne souvent lieu à des critiques et a souvent des conséquences sociales négatives. La désapprobation par autrui, ou par l'environnement culturel, et les conséquences sociales négatives ne suffisent toutefois pas pour faire le diagnostic. Le diagnostic repose sur des preuves manifestes que l'utilisation d'une ou plusieurs substances a entraîné des troubles psychologiques ou physiques. Ce mode de consommation donne souvent lieu à des critiques et a souvent des conséquences sociales négatives. La désapprobation par autrui, ou par l'environnement culturel, et les conséquences sociales négatives ne suffisent toutefois pas pour faire le diagnostic. Utilisation nocive pour la santé (C.I.M.10)

8 Selon lOMS la dépendance se définit comme un « état psychique et parfois physique, résultant de l'interaction entre un organisme vivant et une substance psychoactive caractérisé par des réactions comportementales et autres, qui comportent toujours une compulsion à prendre la substance de façon continue ou périodique de façon à ressentir ses effets psychiques et parfois éviter le sevrage. La dépendance apparaît ainsi comme le résultat des effets pharmacologiques des produits psychoactives additifs et de l'interaction avec l'équipement neuro-biologique de l'organisme ».

9 Critères de la dépendance selon DSM-IV La dépendance est un mode dutilisation inapproprié dune substance, entraînant une détresse ou un dysfonctionnement cliniquement significatif, comme en témoignent trois (ou plus) des manifestations suivantes, survenant à nimporte quel moment sur la même période de douze mois : La dépendance est un mode dutilisation inapproprié dune substance, entraînant une détresse ou un dysfonctionnement cliniquement significatif, comme en témoignent trois (ou plus) des manifestations suivantes, survenant à nimporte quel moment sur la même période de douze mois : tolérance, définie par lune ou lautre des manifestations suivantes : tolérance, définie par lune ou lautre des manifestations suivantes : Besoin de quantités nettement majorées des la substance pour obtenir une intoxication ou leffet désiré ; Besoin de quantités nettement majorées des la substance pour obtenir une intoxication ou leffet désiré ; Effet nettement diminué en cas dusage continu de la même quantité de substance. Effet nettement diminué en cas dusage continu de la même quantité de substance.

10 sevrage, comme en témoigne lune ou lautre des manifestations suivantes : sevrage, comme en témoigne lune ou lautre des manifestations suivantes : Syndrome de sevrage caractéristique de la substance ; Syndrome de sevrage caractéristique de la substance ; La substance est prise dans le but de soulager ou déviter les symptômes de sevrage ; La substance est prise dans le but de soulager ou déviter les symptômes de sevrage ; Substance souvent prise en quantité supérieure ou sur un laps de temps plus long quenvisagé ; Substance souvent prise en quantité supérieure ou sur un laps de temps plus long quenvisagé ; Désir persistant ou efforts infructueux pour réduire ou contrôler lutilisation de la substance ; Désir persistant ou efforts infructueux pour réduire ou contrôler lutilisation de la substance ; Temps considérable passé à se procurer la substance, la consommer ou récupérer de ses effets ; Temps considérable passé à se procurer la substance, la consommer ou récupérer de ses effets ; Les activités sociales, occupationnelles ou les loisirs sont abandonnées ou réduites en raison de lutilisation de la substance ; Les activités sociales, occupationnelles ou les loisirs sont abandonnées ou réduites en raison de lutilisation de la substance ; Poursuite de lutilisation de la substance malgré la connaissance de lexistence dun problème physique ou psychologique persistant ou récurrent déterminé ou exacerbé par la substance. Poursuite de lutilisation de la substance malgré la connaissance de lexistence dun problème physique ou psychologique persistant ou récurrent déterminé ou exacerbé par la substance.

11 Critères de laddiction GOODMAN (1990) A. Impossibilité de résister aux impulsions à réaliser ce type de comportement. B. Sensation croissante de tension précédant immédiatement le début du comportement. C. Plaisir ou soulagement pendant sa durée. D. Sensation de perte de contrôle pendant le comportement. E. Présence dau moins cinq des neuf critères suivants :

12 Préoccupation fréquente au sujet du comportement ou de sa préparation. Préoccupation fréquente au sujet du comportement ou de sa préparation. Intensité et durée des épisodes plus importantes que souhaitées à lorigine. Intensité et durée des épisodes plus importantes que souhaitées à lorigine. Tentatives répétées pour réduire, contrôler ou abandonner le comportement. Tentatives répétées pour réduire, contrôler ou abandonner le comportement. Temps important consacré à préparer les épisodes, à les entreprendre ou à sen remettre. Temps important consacré à préparer les épisodes, à les entreprendre ou à sen remettre. Survenue fréquente des épisodes lorsque le sujet doit accomplir des obligations professionnelles, scolaires ou universitaires, familiale ou sociales. Survenue fréquente des épisodes lorsque le sujet doit accomplir des obligations professionnelles, scolaires ou universitaires, familiale ou sociales. Activités sociales, professionnelles ou récréatives majeures sacrifiées du fait du comportement. Activités sociales, professionnelles ou récréatives majeures sacrifiées du fait du comportement. Perpétuation du comportement, bien que le sujet sache quil cause ou aggrave un problème persistant ou récurrent dordre social, financier, psychologique ou psychique. Perpétuation du comportement, bien que le sujet sache quil cause ou aggrave un problème persistant ou récurrent dordre social, financier, psychologique ou psychique.

13 F. Tolérance marquée: besoin daugmenter lintensité ou la fréquence pour obtenir leffet désiré, ou diminution de leffet procuré par un comportement de même intensité. G. Agitation ou irritabilité en cas dimpossibilité de sadonner au comportement.

14 Le schéma trivarié des addictions

15 1 : Pharmacologie, prohibition... 2 : Psychanalyse, psychobiologie... 3 : Sociologie, théories de l'étiquetage... 4 : "Modèles de maladie"... 5 : Abords culturels, historiques... 6 : Intégration, déviance, systémisme...

16 Facteurs de risque et vulnérabilité en toxicomanie La relation entre facteurs de risque et de vulnérabilité Interaction de trois facteurs : - facteurs de risque liés aux produits (P) - facteurs individuels de vulnérabilité (I) - facteurs de risque environnementaux (E)

17 Risque Emprunté à l'italien « risco » référé au latin « resecum », il signifie « couper » de là écueil puis « risque que court une marchandise en mer ». Issu du latin « rixare » (qui a donné rixe), se quereller, de ce fait résister, il conduit à l'idée de danger. Le risque serait un danger potentiel, révélé ou réveillé par un acte et/ou une représentation. Emprunté à l'italien « risco » référé au latin « resecum », il signifie « couper » de là écueil puis « risque que court une marchandise en mer ». Issu du latin « rixare » (qui a donné rixe), se quereller, de ce fait résister, il conduit à l'idée de danger. Le risque serait un danger potentiel, révélé ou réveillé par un acte et/ou une représentation.

18 Facteurs de risque liés aux produits pouvoir toxicomanogène (dépendance et tolérance) des produits pouvoir toxicomanogène (dépendance et tolérance) des produits risque dapparition de complications sanitaires, psychologiques et sociales risque dapparition de complications sanitaires, psychologiques et sociales statut social du produit statut social du produit

19 PRODUIT DEPENDANCE PSYCHIQUE DEPENDANCE PHYSIQUE TOLERANCE OPIACES Opium Morphine Héroïne STIMULANTS Cocaïne HALLUCINOGENES LSD 25 Mescaline Psylocibine Cannabis

20 Facteurs individuels de vulnérabilité Emprunté au latin « vulnérabilis » « qui peut être blessé », lui-même de « vulnus. Vulneris » c'est à dire blessure la vulnérabilité traduit, dans le langage commun, une faiblesse, une déficience, un manque, une grande sensibilité spécifique à partir desquels l'intégrité d'un être, d'un lieu, se trouve menacée d'être détruite, diminuée, altérée. Emprunté au latin « vulnérabilis » « qui peut être blessé », lui-même de « vulnus. Vulneris » c'est à dire blessure la vulnérabilité traduit, dans le langage commun, une faiblesse, une déficience, un manque, une grande sensibilité spécifique à partir desquels l'intégrité d'un être, d'un lieu, se trouve menacée d'être détruite, diminuée, altérée. Freud utilise la notion de « série complémentaire » (Erganzungsreihe) pour désigner une série de facteurs endogènes et exogènes. L'idée d'une multiplicité de facteurs, liés entre eux, mais de valeurs différentes selon le cas, pourrait expliquer la « vulnérabilité » à un état psychologique spécifique. Freud utilise la notion de « série complémentaire » (Erganzungsreihe) pour désigner une série de facteurs endogènes et exogènes. L'idée d'une multiplicité de facteurs, liés entre eux, mais de valeurs différentes selon le cas, pourrait expliquer la « vulnérabilité » à un état psychologique spécifique.

21 Facteurs individuels de vulnérabilité - facteurs génétiques - facteurs biologiques Les études génétiques portent sur les neurotransmetteurs, en particulier la dopamine et le système de récompense dopaminergique. Les études génétiques portent sur les neurotransmetteurs, en particulier la dopamine et le système de récompense dopaminergique. Dautres voies sont explorées – opioïdes, gabaergiques, sérotoninergiques. Dautres voies sont explorées – opioïdes, gabaergiques, sérotoninergiques. Des altérations au niveau des gènes codant pour les récepteurs dopaminergiques D2 et D4, et sérotoninergiques 5-HTTLPR pourraient ainsi être à lorigine du « syndrome de déficience de la récompense ». Des altérations au niveau des gènes codant pour les récepteurs dopaminergiques D2 et D4, et sérotoninergiques 5-HTTLPR pourraient ainsi être à lorigine du « syndrome de déficience de la récompense ».

22 Facteurs individuels de vulnérabilité - facteurs psychologiques - facteurs psychiatriques

23 COMPORTEMENTS - instabilité, impulsivité/agressivité, troubles des conduites et interactions sociales (bagarres, destruction des biens, pyromanie, violence, cruauté, conduite à risque) - troubles affectifs (humeur triste, anhédonie, faible estime de soi, auto-dépréciation, timidité, crises de larmes, repli sur soi, idées suicidaires, difficultés relationnelle et de résolution des problèmes interpersonnels) - niveau élevé de recherche de sensations (Sensation Seeking Scale -Zuckerman), de nouveauté, faible évitement du danger COMORBIDITE PSYCHIATRIQUE - troubles anxieux (attaques paniques, phobies et peurs) - troubles des conduites - TDAH - troubles du sommeil (insomnie, réveil nocturne, cauchemars) - troubles des conduites alimentaires (anorexie/boulimie) - troubles psychosomatiques (maux de tête, migraines, spasmophilie)

24 Le modèle psychobiologique de Clonninger Ce modèle prend en compte les dimensions de tempérament et de caractère de lindividu. Ce modèle prend en compte les dimensions de tempérament et de caractère de lindividu. Le tempérament correspond aux composantes héritables, dexpression précoce qui interviennent dans lapprentissage par des processus inconscients. Les dimensions du tempérament sont : Le tempérament correspond aux composantes héritables, dexpression précoce qui interviennent dans lapprentissage par des processus inconscients. Les dimensions du tempérament sont : - Recherche de nouveauté - Recherche de nouveauté - Évitement du danger - Évitement du danger - Dépendance à la récompense - Dépendance à la récompense - Persévérance - Persévérance

25 Le modèle psychobiologique de Clonninger Le caractère traduit la réorganisation des concepts de lindividu en réaction au vécu de lexpérience. Les dimensions du caractère sont : Le caractère traduit la réorganisation des concepts de lindividu en réaction au vécu de lexpérience. Les dimensions du caractère sont : - Détermination – la capacité dun individu à contrôler et adapter son comportement afin de sajuster à une situation donnée. - Détermination – la capacité dun individu à contrôler et adapter son comportement afin de sajuster à une situation donnée. - Coopérativité – un score élevé correspond à une tendance à lempathie, à la compassion et un score bas correspond à lintolérance, désintérêt social, sentiment dhostilité. - Coopérativité – un score élevé correspond à une tendance à lempathie, à la compassion et un score bas correspond à lintolérance, désintérêt social, sentiment dhostilité. - Transcendance – illustre la capacité du sujet dappartenance à un tout. - Transcendance – illustre la capacité du sujet dappartenance à un tout.

26 Facteurs liés à lenvironnement - facteurs sociaux (exposition précoce aux produits, marginalité) - facteurs familiaux (consommation des produits, dysfonctionnements familiaux) - le rôle de lentourage - facteurs socio-culturels (immigration, acculturation)

27 FAMILIAUX - relations violentes, conflictuelles - comorbidité psychiatrique familiale - événements de vie traumatiques (deuils, séparations, abus sexuels, incestes, grossesses non-désirées) SCOLAIRE - absentéisme, retard - baisse des résultats - refus scolaire - phobie scolaire PAIRS - entourage qui consomme régulièrement - rites dinitiation - marginalisation

28 Facteurs de protection - niveau élevé dintelligence - capacité de résoudre les problèmes - compétences sociales - estime de soi - soutien familial adapté - compétences scolaires

29 Résilience Le terme de r é silience est utilis é dans le domaine de la physique pour traduire la r é sistance de mat é riaux à la pression. Le terme de r é silience est utilis é dans le domaine de la physique pour traduire la r é sistance de mat é riaux à la pression. Fritz Redl a introduit le concept d« ego resilience » en Fritz Redl a introduit le concept d« ego resilience » en Au milieu des années 1980, plusieurs ouvrages consacrés à la « résilience » ont été publiés, analysant le destin réussi dindividus que leur enfance catastrophique semblait pourtant promettre à un sombre avenir Au milieu des années 1980, plusieurs ouvrages consacrés à la « résilience » ont été publiés, analysant le destin réussi dindividus que leur enfance catastrophique semblait pourtant promettre à un sombre avenir Les manières de lutte contre les situations traumatiques sont nombreuses : construction dun monde imaginaire, échappatoire de la réalité, prise de distance de lévénement traumatique ou la découverte et la construction des solutions dadaptation. Les manières de lutte contre les situations traumatiques sont nombreuses : construction dun monde imaginaire, échappatoire de la réalité, prise de distance de lévénement traumatique ou la découverte et la construction des solutions dadaptation.

30 Syndrome général de comportements à risque (Jessor, 1998) usage de substances psychoactives licites ou illicites usage de substances psychoactives licites ou illicites les comportements dangereux sur la route (vitesse, alcool et drogues, non-port de la ceinture et du casque) les comportements dangereux sur la route (vitesse, alcool et drogues, non-port de la ceinture et du casque) rapports sexuels non-protégés rapports sexuels non-protégés fugues fugues conduites ordaliques (jeu du foulard, roulette russe) et suicidaires (en 1999, 604 suicidés avaient entre ans) conduites ordaliques (jeu du foulard, roulette russe) et suicidaires (en 1999, 604 suicidés avaient entre ans) pratique des sports extrêmes pratique des sports extrêmes Laddiction au risque (Michel, 2003) Laddiction au risque (Michel, 2003)

31 Ordalie (Valleur, Charles-Nicolas) Lordalie est le terme qui désigne le jugement de Dieu et implicitement lacceptation et la condamnation des actes. Lordalie est le terme qui désigne le jugement de Dieu et implicitement lacceptation et la condamnation des actes. La conduite ordalique désigne le fait pour un sujet de sengager de façon plus ou moins répétitives dans des épreuves comportant un risque, souvent mortel. La conduite ordalique désigne le fait pour un sujet de sengager de façon plus ou moins répétitives dans des épreuves comportant un risque, souvent mortel. Le fantasme ordalique serait le fait de se remettre à lAutre, au hasard, à la chance, pour le maîtriser ou être lélu, et par sa survie de prouver tout son droit à la vie, son caractère exceptionnel. Le fantasme ordalique serait le fait de se remettre à lAutre, au hasard, à la chance, pour le maîtriser ou être lélu, et par sa survie de prouver tout son droit à la vie, son caractère exceptionnel.

32 NDE Near Death Experiences Dimensions supérieures des conduites ordaliques, recherche de sensations très fortes, proches de la mort clinique. Dimensions supérieures des conduites ordaliques, recherche de sensations très fortes, proches de la mort clinique. Expérimentations avec des drogues de la classe kétamine, les flatliners. Expérimentations avec des drogues de la classe kétamine, les flatliners.

33 Dimensions de personnalité et addictions Personnalité antisociale (incapacité de se conformer aux normes sociales, impulsivité, irritabilité, agressivité, irresponsabilité persistante, labsence de remords et de critique de ses actes) Personnalité antisociale (incapacité de se conformer aux normes sociales, impulsivité, irritabilité, agressivité, irresponsabilité persistante, labsence de remords et de critique de ses actes) Personnalité borderline (instabilité des relations interpersonnelles, alternance entre lidéalisation excessive et la dévalorisation de l'image de soi, impulsivité, peur dabandon, répétition de comportements ou de menaces suicidaires, sentiments chroniques de vide. Personnalité borderline (instabilité des relations interpersonnelles, alternance entre lidéalisation excessive et la dévalorisation de l'image de soi, impulsivité, peur dabandon, répétition de comportements ou de menaces suicidaires, sentiments chroniques de vide. Personnalité histrionique (réponses émotionnelles excessives, quête d'attention, les interactions avec autrui sont caractérisées par un comportement de séduction, dramatisation, théâtralisme. Personnalité histrionique (réponses émotionnelles excessives, quête d'attention, les interactions avec autrui sont caractérisées par un comportement de séduction, dramatisation, théâtralisme.

34 Le stress, facteur vulnérabilisant Le stress apparaît comme un important facteur vulnérabilisant des addictions. Le stress apparaît comme un important facteur vulnérabilisant des addictions. Le processus de sensibilisation peut être initié mais aussi entretenu par lusage de substances psychoactives et/ou les facteurs stressants. Ainsi, certaines drogues (cocaïne, LSD, ecstasy), peuvent accélérer le processus de sensibilisation. Dans cette situation, ces consommations créés un cercle vicieux, dans lequel la consommation initiale ayant comme objectif lapaisement dun état de tension interne, entraîne finalement dautres consommations (de la même substance ou des substances réputées calmantes) qui cherchent à calmer le nouveau état de stress. Le processus de sensibilisation peut être initié mais aussi entretenu par lusage de substances psychoactives et/ou les facteurs stressants. Ainsi, certaines drogues (cocaïne, LSD, ecstasy), peuvent accélérer le processus de sensibilisation. Dans cette situation, ces consommations créés un cercle vicieux, dans lequel la consommation initiale ayant comme objectif lapaisement dun état de tension interne, entraîne finalement dautres consommations (de la même substance ou des substances réputées calmantes) qui cherchent à calmer le nouveau état de stress.

35 Laddiction, forme dadaptation au stress La désorganisation sociale apparaît comme un précurseur de l'addiction. La désorganisation sociale apparaît comme un précurseur de l'addiction. Le concept d'intégration psychosociale fait référence aux interactions entre les expériences individuelles et de groupe, et la réaction du groupe (acceptation, rejet) face aux individus. Une désorganisation oblige les personnes à lutter pour la restauration de l'intégration psychosociale ; dans certaines situations cette restauration semble impossible et nécessite la création de conduites d'adaptation, conduites qui représentent des substituts de modes de vie (addiction, marginalité, criminalité, replis sur soi, troubles anxio-dépressifs, tentatives de suicides). Le concept d'intégration psychosociale fait référence aux interactions entre les expériences individuelles et de groupe, et la réaction du groupe (acceptation, rejet) face aux individus. Une désorganisation oblige les personnes à lutter pour la restauration de l'intégration psychosociale ; dans certaines situations cette restauration semble impossible et nécessite la création de conduites d'adaptation, conduites qui représentent des substituts de modes de vie (addiction, marginalité, criminalité, replis sur soi, troubles anxio-dépressifs, tentatives de suicides).

36 L'apparition et le maintien de l'addiction représente une forme d'adaptation aux conditions difficiles de vie, aux stress et sollicitations diverses. La centration sur les substances psychoactives (héroïne, alcool, cocaïne, cannabis), ou sur les addictions « silencieuses », comportementales (jeu pathologique, addiction sexuelles, cyberdépendance, ergomanie) sont des manières adaptatives en rapport avec le culte de la performance, aux sollicitations compétitives, au syndrome de burn-out, aux épuisements et insatisfactions récurrentes L'apparition et le maintien de l'addiction représente une forme d'adaptation aux conditions difficiles de vie, aux stress et sollicitations diverses. La centration sur les substances psychoactives (héroïne, alcool, cocaïne, cannabis), ou sur les addictions « silencieuses », comportementales (jeu pathologique, addiction sexuelles, cyberdépendance, ergomanie) sont des manières adaptatives en rapport avec le culte de la performance, aux sollicitations compétitives, au syndrome de burn-out, aux épuisements et insatisfactions récurrentes

37 L'usage régulier de certaines substances psychoactives est souvent rencontré chez des personnes qui sont confrontées aux difficultés persistantes d'adaptation au stress. L'usage régulier de certaines substances psychoactives est souvent rencontré chez des personnes qui sont confrontées aux difficultés persistantes d'adaptation au stress. Chez ces personnes, la seule manière évidente de faire face et de s'en sortir « coping » est le recours aux drogues dites de « confort » (héroïne, cocaïne, cannabis ou médications psychoactives) ou aux comportements addictifs. Chez ces personnes, la seule manière évidente de faire face et de s'en sortir « coping » est le recours aux drogues dites de « confort » (héroïne, cocaïne, cannabis ou médications psychoactives) ou aux comportements addictifs. On assiste ainsi à l'apparition d'un cercle fermé dans lequel plus on a recours à ces produits, plus la capacité de s'en sortir est diminuée. Dans ces conditions la capacité d'assumer des responsabilités individuelles diminue, les personnes focalisent de moins en moins sur les problèmes initiaux et les facteurs stressants qui les amènent à consommer ces produits s'accentuent de plus en plus. On assiste ainsi à l'apparition d'un cercle fermé dans lequel plus on a recours à ces produits, plus la capacité de s'en sortir est diminuée. Dans ces conditions la capacité d'assumer des responsabilités individuelles diminue, les personnes focalisent de moins en moins sur les problèmes initiaux et les facteurs stressants qui les amènent à consommer ces produits s'accentuent de plus en plus.

38 Stress quotidien : - Insuffisance – défaillance de lintégration - Crise socio- économique - Crise familiale - Manque de lestime de soi - Environnement hostile Adaptations : - Addiction aux substances illicites ou licites - Jeu pathologique, sexualité compulsive, cyberaddiction - Criminalité - Refuge mystique ou sectaire Recherche des solutions :


Télécharger ppt "Identification des comportements toxicomanogènes et les facteurs de risque et vulnérabilité Dr Dan VELEA Hôpital Marmottan Paris."

Présentations similaires


Annonces Google