La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Conférence-actualité BCEAO-COFEB LAfrique et les grands émergents Présentation par Patrick Plane CERDI-CNRS Dakar, Mercredi 24 juillet 2013 CENTRE DETUDES.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Conférence-actualité BCEAO-COFEB LAfrique et les grands émergents Présentation par Patrick Plane CERDI-CNRS Dakar, Mercredi 24 juillet 2013 CENTRE DETUDES."— Transcription de la présentation:

1 Conférence-actualité BCEAO-COFEB LAfrique et les grands émergents Présentation par Patrick Plane CERDI-CNRS Dakar, Mercredi 24 juillet 2013 CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

2 AFD - A savoir 19 de-recherche/.../a-savoir Jean-Raphaël Chaponnière, Dominique Perreau, Asia center DP associates Patrick Plane, CNRS, CERDI Cordonné par Rémi Genevey Directeur de la stratégie AFD CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

3 1- Les nouvelles puissances sur la scène africaine CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

4 Que sont les puissances émergentes ? La notion de puissance implique la constitution dun soft power (Capacité à susciter ladhésion à des valeurs) et dun hard power (pouvoir de coercition) pour reprendre les expressions de Joe Nye Université de Harvard Le champ détude resserré: tous les pays émergents ne sont pas des puissances émergentes: Chili et Mexique (OCDE), Turquie et Maroc…. Même parmi les BRICS, on sélectionne le Brésil, la Chine et lInde. On ne retient pas lAfrique du sud ou la Russie qui na plus guère de politique africaine. CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

5 Les trajectoires de coopération en longue période Le Brésil : lactivisme au-delà de la sphère lusophone. Impulsion politique du Président Lula qui rappelle que le Brésil est le 2 ième pays noir du monde (76 millions sur 190 millions) après le Nigéria. Le commerce avec lASS embryonnaire, mais les intentions politiques sont là et quelques grands groupes en position (Vale, Petrobras, Andrade Guttierez et Odebrecht (BTP). (logique de package deal : mines + énergie +BTP). CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

6 Les trajectoires de coopération en longue période Inde : du commerce aux partenariats de production Les relations indo-africaines ont plus de 2000 ans. Elles plongent leurs racines dans les échanges avec les commerçants du Gujarat. En 1961 Nehru effectue un voyage en Afrique, trois ans avant celui de son homologue Zhou en Lei. Les entreprises privées sont le moteur du développement. Comme la Chine, lInde fait le pari des classes moyennes africaines et les implantations sont dans une logique de profitabilité à long terme. La présence indienne avec des entreprises emblématiques (Tata, Mital Bharti), mais dautres entreprises et pas seulement dans les services…. CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

7 Les trajectoires de coopération en longue période La Chine : intérêts stratégiques et relations internationales Comme lInde, porte parole du tiers-mondisme (Conférence de Bandung,1955). Choc des cultures. La chine suggère que la démocratie nest pas forcément la bonne option pour le développement. Développement du Soft power avec les Instituts Confucius. Présence de à chinois en Afrique. Lobsession est le contrôle des approvisionnements en matières premières. De grandes entreprises dans lextraction minière et pétrolière (CINOPEC,CNPCI, CNPC), mais aussi dans les activités de commerce en produits manufacturés. CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

8 Les trajectoires de coopération en longue période Les nouvelles puissances en Afrique ont des comportements assez classiques, notamment dans le commerce bilatéral. Ces pays sont avant tout soucieux de sécuriser leurs approvisionnements en matières premières, notamment en pétrole et minerais, quils échangent contre des biens et services, contre des infrastructures. Les images traditionnelles: Chine « atelier du monde » et Inde « bureau du monde » se modifient rapidement à la faveur dune dynamique de diversification qui élargit les domaines de production et déchanges CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

9 2- Limpact économique des émergents sur les systèmes productifs CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

10 2-1 Un dynamique de croissance profitable à lAfrique La demande de matières premières soutient lactivité La croissance des puissances émergentes a été un véritable moteur du développement par le canal du commerce international. Bénéficiaire de cette dynamique, lAfrique a stimulé sa croissance, soit par les exportations, largement tirées par la hausse des prix et la demande de matières premières, soit par le canal des IDE qui ont également aiguillonné la demande intérieure. CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

11 Tableau 1 : Taux de croissance du PIB prix et dollars constants de 2000 CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL Inférieure à celle de lOCDE dans les années 80, la croissance africaine est désormais bien supérieure

12 Croissance stimulée par les exportations En moyenne, depuis 2000, lAfrique se positionne sur une croissance largement au-dessus de la tendance des pays de lOCDE A lexception de 2009 (2,7 %), lAfrique a démontré une capacité de résilience à la crise Croissance tirée par les pays asiatiques. Le commerce international en a été le vecteur avec des phénomènes de redistribution de parts de marché très significatifs. CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

13 Tableau 2 : Taux de croissance annuel moyen des exportations En valeur et en dollars courants CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL Croissance des exportations africaines significativement supérieure à celle de lOCDE. Les grands émergents en sont les principaux animateurs

14 Origine de la dynamique des flux commerciaux Lannée 2009 nest pas à lavantage de lAfrique. La baisse des exportations a avoisiné ici 25 % contre moins de 20 % dans les pays de lOCDE La baisse prend tout son sens par rapport à lemballement des prix et des marchés de matières premières dans les années 2000 ( fonctionnement des marchés à terme et spéculation ). Illustration par le marché du pétrole : variations jamais observées depuis le choc pétrolier des années Entre juillet et décembre 2008, le niveau de prix a fluctué entre un plus haut à 145 dollars et un plus bas à 40 dollars (niveau de 1980). CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

15 Les exportations stimulent les importations africaines en provenance des émergents Le rythme de croissance des importations de lAfrique multiplié par quatre entre les deux décennies 1990 et 2000, quand celui des puissances émergentes la été par moins de deux et environ 60% pour lOCDE. Les importations Africaines stimulées par les exportations en volume vers les grands émergents, stimulées également par les prix internationaux des matières premières et lélévation des termes de léchange. CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

16 Les émergents influent sur les prix des produits manufacturés (importés par lAfrique) et les prix dexportation des matières premières action sur les termes de léchange, meilleur niveau depuis 1990 CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL Termes de léchange jamais aussi élevés depuis 1980

17 La géographique des échanges africains Augmentation des flux et redistributions de parts de commerce international CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL Evolution des Parts France divisée par plus de 2 Chine multipliée par 7 ou 8

18 La France dans les importations africaines Le cumul des parts : Trois émergents = 20 %, inférieur à 5 % sur Redistribution favorable à la Chine, défavorable à lOCDE. Parmi les pays de lOCDE, la France a moins bien résisté, notamment en zone franc. La part de marché des importations divisée par plus de deux contre une contraction de 40 % en dehors de la zone franc Lérosion de la part de marché de la France observable partout. Sur les trois plus grands pays de la zone franc - plus de 40 % du PIB, entre et , le poids de la France est passé de : 43,5 % à 23,2 % au Cameroun, de 40,4 % à 18,3 % en Côte dIvoire, de 42,2 % à 20,7 % au Sénégal. CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

19 Cas emblématique de la perte dinfluence: le Bénin CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

20 Facteurs explicatifs de ces tendances Sous-évaluation systématique de certaines monnaies. La faiblesse du renminbi et la surévaluation de leuro facilitent la pénétration des pays asiatiques. Second facteur: les puissances émergentes sont mieux à même de satisfaire la demande locale des consommateurs à faible revenu: élargissement du spectre de la variété des produits. Troisième facteur: aide et financements publics, caractère lié et affecté des ressources allouées par les émergents. CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

21 2.2. Incertitudes à long terme pour la diversification manufacturière Les émergents ont été un facteur de croissance et délévation du bien-être en Afrique. Moindre dépendance envers les seuls pays industrialisés. Est-ce à dire que la dynamique est sans risques à moyen et long termes ? Question de la diversification des systèmes productifs africains CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

22 Deux principaux écueils La présence et lexploitation des matières premières peut susciter une malédiction : guerres civiles ou conflits inter-ethniques pour le contrôle des rentes Manifestation du syndrome hollandais. La rente sur les matière premières engendre des augmentations de salaires généralisées qui pénalisent le secteur des biens échangeables hors matières premières CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

23 La contribution des émergents est affaire dhorizon temporel. A court terme, les avantages sont peu discutables. Certains travaux suggèrent même quun essoufflement du moteur de croissance en Asie serait très pénalisant. Un ralentissement de 1 % de la croissance en Chine se transmettrait aux pays à faible revenu sous la forme dun manque à gagner de 0,3 % de la croissance. CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

24 A plus long terme, si lon considère que le développement est davantage conditionné par la modification des structures productives que par le rythme de croissance de la demande mondiale de matières premières, le défi du changement structurel pourrait être plus difficile à relever. La Chine est consciente des bouleversements induits par son développement. CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

25 Les investissements directs étrangers, hors matières premières, sont loin dêtre négligeables. Dans lespace intra-régional africain, ils saccompagnent de transferts de technologies et de densification des relations commerciales. Les dispositifs institutionnels de type African Growth and Opportunity Act (AGOA) encouragent limplantation dopérateurs chinois en Afrique (Afrique de lest plus concernée, Kenya, Ethiopie). CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

26 Canal des IDE de diversification: les Zones économiques spéciales (ZES). Elles sont des enclaves bénéficiant d'un régime juridique particulier avec des facilités de fonctionnement dont la suppression des pesanteurs administratives. En comparaison de la zone franche, la ZES sert limplantation des entreprises chinoises selon un plan daménagement qui peut impliquer de connaître demblée les activités à promouvoir. La théorie de la ZES bien développée, mais la pratique encore embryonnaire CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

27 3- Les implications sectorielles des puissances émergentes CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

28 Le développement des échanges en relation avec les minerais…. CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

29

30 Les nouvelles puissances émergentes entretiennent une augmentation de la demande de minerais par habitant. Implication, toute chose égale par ailleurs, tension sur le prix mondiaux CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL Le Japon (12 Kg) consomme deux fois plus de cuivre par habitant que la Chine (6Kg)

31 Les puissances émergentes ont la volonté de sécuriser laccès au pétrole compte tenu des incertitudes du Moyen-Orient CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

32 Graphique 8 : Place du pétrole dans les exportations et recettes budgétaires (2010) (Taille des cercles proportionnelle à la production) CENTRE DETUDES ET DE RECHERCHES SUR LE DEVELOPPEMENT INTERNATIONAL

33

34 Présence des entreprises pétrolières chinoises en Afrique

35 Conclusion Les puissances émergentes ont placé lAfrique au cœur des enjeux de la mondialisation Au-delà des besoins de sécurisation des approvisionnements, la stratégie des trois grands émergents diffère Des incertitudes en résultent pour la transition de lAfrique vers le développement manufacturier Certitudes à plus long terme: lAfrique, dernière frontière démographique


Télécharger ppt "Conférence-actualité BCEAO-COFEB LAfrique et les grands émergents Présentation par Patrick Plane CERDI-CNRS Dakar, Mercredi 24 juillet 2013 CENTRE DETUDES."

Présentations similaires


Annonces Google