La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Théories et Schémas de la Communication Théories et Schémas de la Communication.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Théories et Schémas de la Communication Théories et Schémas de la Communication."— Transcription de la présentation:

1 1 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Théories et Schémas de la Communication Théories et Schémas de la Communication

2 2 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Science de la Communication Conceptualiser et rationaliser les processus de transmission entre êtres, machines, groupes ou entités Connaissances de plusieurs sciences : linguistique, télégraphie, téléphonie, psychologie, sociologie, politique etc…

3 3 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Sciences connexes à la Communication

4 4 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Science de la Communication Lémetteur Le récepteur Le message Le code ou langage Le canal

5 5 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Bases de la Communication Processus de communication processus de transmission d'un message d'un émetteur à un récepteur à travers un média subissant des interférences sous condition de message de rétroaction ou feedback Voies de communication moyens de communications et de transport, notamment les télécommunications, les voies routières et ferroviaires, les entreprises de communication

6 6 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Bases de la Communication Temporalité dune communication Localisation CodeContexte Protocole

7 7 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Bases de la Communication Enjeux de la communication Communication verbale et non verbale Enjeux identitaires Faire passer une information ou une émotion Créer une norme commune pour se comprendre Créer une relation pour dialoguer fréquemment, ou relancer le dialogue Obtenir une influence pour utiliser ou forcer l'autre à agir selon sa volonté Donner son identité, sa personnalité au tiers, pour être connu Signes linguistiques signes non exprim é s par un langage Enjeux relationnels Enjeux territoriaux FeedbackRéseau

8 8 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Principaux types de Communication

9 9 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les Théories de la Communication Les Théories de la Communication

10 10 Les Théories de la Communication IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 « si la notion de communication pose problème, celle de la théorie de la communication ne le fait pas moins » Armand et Michèle Mattelart Histoire des Théories de la Communication La découverte, coll. « Repères », Paris 1995

11 11 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006

12 12 La Théorie de lInformation IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les idées Les limites Les applications Les auteurs Linformation est transmise de manière linéaire Linformation est quantifiable Messages types Normes langagières Langages informatiques La communication nest pas linformation La représentation techni- cienne est réductrice (parce quelle fait abstraction du sens) Linformation est réduite au signal SHANNON (Américain, 1916) WEAVER (Américain, ) Leur œuvre commune : « théorie mathématique de la communication »

13 13 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 La Théorie de lInformation Mots-clés signal – bruit – émetteur – récepteur – message – canal – transmission - redondance

14 14 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars types de problèmes de communication selon Shannon et Weaner La Théorie de lInformation Les problèmes techniques Les problèmes sémantiques Les problèmes defficacité

15 15 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 En conclusion… La Théorie de lInformation On peut mesurer mathématiquement la quantité de linformation On peut faire un rapprochement avec les principes de la thermodynamique Il y a un rapport entre linformation et lentropie/néguentropie In-former cest lutter contre le chaos On peut utiliser les probabilités : linformation cest limprobable ou le surprenant

16 16 La Cybernétique IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les idées Les limites Les applications Les auteurs On se préoccupe davantage de léchange quantitatif de linformation que du sens Norbert WIENER (Américain, , professeur de mathématiques au MIT) Son œuvre : « cybernétique et société »… Linformation est transmise de manière circulaire Tout système tend vers léquilibre Linformation se conçoit dans un système ouvert Intelligence artificielle Introduction de la raison et du calcul dans les relations Échanges scolaires Outils interactifs

17 17 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Mots-clés système – interaction – rétroaction – entropie – circulation - homéostasie La Cybernétique

18 18 Lempirico - fonctionnalisme IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les idées Les limites Les applications Les auteurs Lanalyse qualitative est négligée au profit de lanalyse quantitative Le medium et le message (Mac Luhan) Linformation est dépendante du contexte de réception Propagande Segmentation des publics Publicité (étude de laudience – Audimat) LAZARSFELD LASWELL (sociologue américain, ) « Structure et fonction de la communication dans la société»… MAC LUHAN «la galaxie Gutemberg» « comprendre les medias » Régis DEBRAY « traité de mediologie »

19 19 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Mots-clés Mass media – communication – pouvoir – influence – réception du message Lempirico - fonctionnalisme

20 20 La méthode structurale – la linguistique – la sémiotique IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les idées Les limites Les applications Les auteurs la signification dun message repose sur une infinité de signes ces signes forment un système analysable et codé Argumentaires Discours Fonction du message Ferdinand DE SAUSSURE suisse, linguiste, « cours de linguistique générale» Roland BARTHES Critique littéraire - « Mythologie »… AUSTIN Philosophe, « Quand dire cest faire » JAKOBSON Russe, linguiste, « essai de linguistique générale » LEVI-STRAUSS Français, anthropologue « les structures élémentaires de la parenté »… Étude qui privilégie lobjet (la langue) par rapport au sujet (la personne qui parle) Le code permet de modéliser le système et donne lillusion de contrôler le sens global Dissociation de lécriture et de la parole Étude des signes en dehors du contexte spécifique de production

21 21 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Mots-clés système – code – langage – signe – référent – signifiant – signifié - signification La méthode structurale – la linguistique – la sémiotique

22 22 Le constructivisme, la pragmatique, la systémique IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les idées Les limites Les applications Les auteurs il ny a pas de réception passive des messages mais construction permanente dun cadre subjectif on ne peut pas ne pas communiquer La communication est un champ scientifique La meilleure façon daméliorer la communication cest de métacommuniquer Gregory BATESON Américain, ethnologue et psychologue, 1949 « Naven » WATZALAWICK Américain « la réalité de la nuit », « une logique de communication » GOFFMAN Marguerite MEAD Américaine, ethnologue culturaliste « Mœurs et sexualité en Océanie » méthodologie du changement (thérapie familiale) Projet Gestion des ressources humaines idéologie de la communication La communication simpose comme valeur cadre, comme fin en soi et non comme moyen Attention trop soutenue au comportement Privilégie la représentation subjective et ne souligne pas suffisamment le compromis avec les déterminismes sociaux qui est à la base des stratégies complexes des individus

23 23 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Le constructivisme, la pragmatique, la systémique Opposition commune à lutilisation en sciences humaines du modèle de communication de Shannon Mental Research Institut Il n'est pas possible de ne pas communiquer Il existe deux niveaux de communication : le contenu et la relation La nature de la relation dépend de la ponctuation, c'est-à-dire de la séquence de communication Il existe deux modes de langage chez l'homme : le digital et l'analogique Tout échange de communication est symétrique ou complémentaire, selon qu'il se fonde sur l'égalité ou la différence

24 24 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Mots-clés digital – analogogique – comportement – sens – interaction – énonciation – contexte – cadre – cadrage – double bind Le constructivisme, la pragmatique, la systémique

25 25 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les Modèles et Schémas de la Communication Les Modèles et Schémas de la Communication

26 26 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Schéma de Shannon Modèle mathématiqueSchéma linéaire Modèle du télégraphe ou du téléphone Le message est produit Lémetteur transforme le message en signal Le message est transporté par un canal (le câble téléphonique) Le récepteur transforme le signal en message pour le destinataire Les Modèles et Schémas de la Communication

27 27 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Schéma de Weaver Source dinformation EmetteurRécepteurDestination Message Signal émis Signal reçu Message Source de bruit Les Modèles et Schémas de la Communication

28 28 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Schéma de Harold D. LASSWELL Les Modèles et Schémas de la Communication quidit quoi par quel canal à qui avec quel effet

29 29 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les Modèles et Schémas de la Communication Le modèle de Riley & Riley communicateur Les individus appartiennent à des groupes primaires (familles, communauté…) récepteur Phénomène de réciprocité INTER-INFLUENCE

30 30 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Schéma de WIENER Les Modèles et Schémas de la Communication Schéma circulaire Notion de Feed-Back confirmer la réception du message infirmer la réception du message demander des précisions relancer la discussion. terminer la discussion Assurer la réception du message Le feed-back POSITIF : Accentuer un phénomène Le feed-back NEGATIF : Régulation (reformulation, questionnement…) Absence de Feed- Back Frein à la communication

31 31 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 LINGUISTIQUE Les Modèles et Schémas de la Communication Les modèles de la linguistique point de vue philosophique : on peut s'intéresser aux rapports du langage avec le développement de la pensée conceptuelle point de vue anthropologique : on peut considérer le langage comme un système d'échange et d'évolution point de vue ethnologique : on verra encore le langage dans son rapport avec la transmission d'une culture point de vue psychologique : on étudie l'aspect de traitement du langage, son utilisation, sa représentation, sa compréhension sous-disciplines de la psycholinguistique Le langage est d'abord principalement parlé la phonétique décompose la première trace physique sonore la phonologie s'intéresse à l'organisation de ces sons en décrivant les unités de base de ce niveau la morphologie se charge de définir les unités de base de sens Plus généralement, on appelle ce dernier niveau la sémantique on trouve la syntaxe qui s'intéresse aux règles grammaticales… tandis que la pragmatique permettra de décrire les capacités de production du langage

32 32 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les Modèles et Schémas de la Communication Le modèle de Jakobson Le message est composé de 6 facteurs A chacun de ces facteurs est lié une fonction du message… Point de vue centré sur le message lui-même « ces 6 fonctions du langage ne sexcluent pas les unes des autres, mais que souvent elles se superposent » Jakobson domaine du langage digital domaine du langage analogique

33 33 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les Modèles et Schémas de la Communication Modèles issus de la réseautique informatique Phase de mise en contact/connexionPhase de lenvoi du (des) message (s) Phase de clôture / déconnexion L'émetteur envoie une demande de connexion Le récepteur répond, soit affirmativement, soit négativement. Si on fonctionne dans le principe d'une communication synchrone, l'émetteur et le récepteur s'envoient des messages pour se synchroniser Lémetteur envoie un message Le récepteur dit sil l a bien reçu ou si lémetteur doit renvoyer son message Les rôles du récepteur et de lémetteur peuvent sinverser au cours de la communication Lun des ordinateurs demande la fermeture de la connexion

34 34 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les interrogations actuelles

35 35 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Les interrogations actuelles À quelles limites se heurtent les théories générales de linformation et de la communication ? Rapports entre information et communication (interpersonnelle) Linterdisciplinarité est-elle préférable au repliement disciplinaire ? Y a-t-il une spécificité des sciences de linformation et de la communication ? Est-ce vraiment une science ? Sommes-nous dans une société de linformation ou de la communication ?

36 36 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Propos de D. Wolton… Directeur du laboratoire CNRS Communication et politique « Le défi de la communication est moins de partager quelque chose avec ceux dont je suis proche que d'arriver à cohabiter avec ceux, beaucoup plus nombreux, dont je ne partage ni les valeurs ni les intérêts. Il ne suffit pas que les messages et les informations circulent vite pour que les Hommes se comprennent mieux. Transmission et interaction ne sont pas synonymes de communication. » « Le village global est une réalité technique qui attend un projet politique ; car plus les techniques réduisent les distances géographiques, plus les distances culturelles prennent de l'importance et obligent à un projet humaniste pour que les hommes se tolèrent. Sinon, l'information et la communication, qui ont été pendant des siècles des facteurs de liberté et de progrès, peuvent devenir au XXI ème siècle des facteurs de guerre. » « Dans la communication, le plus compliqué n'est ni le message, ni la technique, mais le récepteur. » « On peut passer des heures avec des machines, sans être capable d'entretenir des relations humaines et sociales satisfaisantes. Le progrès technique ne suffit pas pour créer un progrès de la communication humaine et sociale. Opposer les anciens et les nouveaux médias est une problématique dépassée ; il faut les penser ensemble. L'essentiel de la communication n'est pas du côté des techniques mais du côté des hommes et des sociétés. »


Télécharger ppt "1 IUFM Créteil Colloque Communication 2 et 3 mars 2006 Théories et Schémas de la Communication Théories et Schémas de la Communication."

Présentations similaires


Annonces Google