La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

THERAPEUTIQUES A VISEE RESPIRATOIRE DYSPNEE Traitement étiologique (antibiotique, corticoïdes, diurétique, broncho-dilatateur, endoprothèse…) - LO2 - MORPHINE,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "THERAPEUTIQUES A VISEE RESPIRATOIRE DYSPNEE Traitement étiologique (antibiotique, corticoïdes, diurétique, broncho-dilatateur, endoprothèse…) - LO2 - MORPHINE,"— Transcription de la présentation:

1 THERAPEUTIQUES A VISEE RESPIRATOIRE DYSPNEE Traitement étiologique (antibiotique, corticoïdes, diurétique, broncho-dilatateur, endoprothèse…) - LO2 - MORPHINE, - BENZODIAZEPINE, - SCOPOLAMINE.

2 DYSPNEE LOXYGENE - Lunettes plutôt que masque. - Maintenir loxygène uniquement si amélioration clinique. - Peut assécher les muqueuses et peut générer une gêne supérieure aux bénéfices attendus. Au domicile : Entente préalable nécessaire à partir du 2 ème mois Préciser « … oxygénothérapie, par bouteille (ou concentrateur doxygène liquide si débit > 3 l/mn) à raison de …litre/mn, …heures/jour à partir du …….pour une durée de…

3 DYSPNEE LA MORPHINE - 2,5 à 5 mg per os toutes les 4 heures en adaptant la posologie dès 4 heures à leffet clinique obtenu (EVA dyspnée) et à la tolérance. si besoin laugmentation se fait par palier de 30 %. - Si le malade est déjà sous morphine, on peut prescrire une augmentation de 30 % de la posologie reçue par 24 H.

4 DYSPNEE Le MIDAZOLAM (HYPNOVEL ® ) et autres benzodiazépines à demi-vie courte En cas danxiété importante, benzodiazépines à demi-vie courte : - lorazepam : TEMESTA ® - bromazepam : LEXOMIL ® - alprazolam : XANAX ® Ou, par voie injectable dans les dyspnées réfractaires ou les épisodes de suffocation, midazolam HYPNOVEL ® (ou VERSED ® en ville).

5 DYSPNEE HYPNOVEL ® amp injectable SC, IM, IV 5 et 50 mg (VERSED ® ) (amp. Inj. 2 mg/ml) 1 à 2,5 mg/injection à renouveler toutes les mn si besoin puis relais 0,25 à 0,50 mg/kg (50 % chez la personne âgée). En cas dasphyxie avec sensation de mort imminente et attaque de panique, réaliser une sédation selon les recommandations de la SFAP.

6 DYSPNEE LA SCOPOLAMINE (antispasmodique anticholinergique) 1 amp = 0,5 mg Posologie : 0,25 à 0,50 mg en SC toutes les 4, 6 ou 8 heures, ou 1 à 4 Scopoderm Patch ® toutes les 72 heures.

7 ANTITUSSIFS Mesures simples dhumidification de lair inspiré (ou aérosols hydratants ou sérum physiologique). - pour la toux sèche : antitussif opiacé ou non : Codéïne 15 à 25 mg toues les 4h, ou pholcodine (RESPILENE ®, DENORAL ® ), ou dihydrocodéïne (DICODIN ® ), ou dextrométhorphane (ACTIFED ®, HUMEX ® ) Ou morphine. Possible aérosol danesthésiques locaux en cas de toux rebelle (diète complète d1h après la nébulisation) XYLOCAINE ® 1% 1 à 2 ml + BICARBONATE en aérosol. - pour la toux productive : Cf. asséchants et fluidifiants

8 FLUIDIFIANTS (per os) La plus souvent utilisée est la N-acétylcystéine : MUCOMYST ® si le patient peut expectorer normalement. Il faut savoir les arrêter lorsque le patient ne peut pas expectorer. ASSECHANTS Scopolamine injectable ou en Patch. AMM pour le traitement des râles agoniques.

9 ANTICONVULSIVANTS Lors des douleurs neurogènes à type de décharge électrique ou délancements brefs et répétés. Action stabilisante de membrane. RIVOTRIL ® (clonazépam) en raison de sa maniabilité et de sa tolérance. TEGRETOL ® (carbamazépine) (AMM névralgie faciale) NEURONTIN ® (gabapentine) (AMM douleurs post zostériennes) THERAPEUTIQUES A VISEE NEURO-PSYCHIQUE

10 Le Clonazépam : RIVOTRIL ® Benzodiazépine. RIVOTRIL ® comp.sécable à 2mg soluté injectable à 1 mg (SC ou IV) gouttes à 0,25 %. X gttes = 1 mg. O,5 mg à 3 mg par jour en augmentant par paliers selon les résultats sur la douleur et la tolérance (somnolence). Si risque de somnolence (personne âgée) préférer les prises vespérales. Remarque : utile à petite dose ( 2 mg/24 H) dans les myoclonies sous opiacés.

11 La gabapentine : NEURONTIN ® Gel mg, cp mg. Les réponses sur la douleur sont individuelles et pourraient nécessiter des posologies quotidiennes très variables (600 mg/24 H, jusque 3600 mg/24H). Les gélules peuvent être ouvertes et les comprimés ne doivent pas être écrasés.

12 ANTIDEPRESSEURS Antidépresseurs tricycliques imipraminiques. Sous réserve de leur tolérance : - LAROXYL ® (amitriptylline) (sédatif) comprimés ou gouttes 1 prise le soir. (10mg/jour) à augmenter tous les 3 jours de 10 mg jusquà une dose moyenne de 50 mg/jour en fonction de la tolérance clinique. AMM dans les douleurs neurogènes. - ANAFRANIL ® (clomipramine) cp Chez la personne âgée : PRUDENCE

13 Antidépresseurs sérotoninergiques Les plus utilisés sont :. - DEROXAT ® (paroxétine) cp sec 20mg. - PROZAC ® (fluoxétine) gél 20mg, sol buv. - SEROPRAM ® (citalopram) cp sec 20mg. - ZOLOFT ® (sertraline) gél 50mg. IRSNA = inhibiteur de la recapture de la sérotonine et noradrénaline - NORSET ® (Mirtazapine) cp 15 mg - EFFEXOR ® (Venlafaxine) cp 25, 50 mg, L.P 37,5 mg

14 ANXIOLYTIQUES - MYORELAXANTS Les benzodiazépines (BZD) Les benzodiazépines à demi-vie courte sont à préférer. - XANAX ® (alprazolam) comp séc.0,25 - 0,50 -1mg demi-vie : 12 H. - LYSANXIA ® (prazepam) comp séc 10 – 40 mg/gttes voie sublinguale possible, demi-vie : 4-6 H. - TEMESTA ® (lorazepam) comp 1 mg – 2,5 mg demi-vie : 10 – 20 H. -VALIUM ® (diazépam) comp mg/gttes 1 % amp inject 10 mg (voie rectale possible) demi-vie : 32 H. - HYPNOVEL ® (midazolam).

15 Le méprobamate : EQUANIL ® Lhydroxyzine : ATARAX ® - 25 mg comprimés mg comprimés sirop mg/2 ml ampoule injectable. Préconisé dans les prurits généralisés, les dystonies neurovégétatives. Possède des propriétés anticholinergiques, qui peuvent être recherchées.

16 la sédation en phase terminale (recommandations de la SFAP 2002 – 3 principales indications de sédation : Situation aiguë à risque vital immédiat : hémorragie cataclysmique, dyspnée majeure… Symptôme réfractaire non soulagé en dépit des efforts obstinés pour trouver un protocole adapté sans compromettre la conscience du patient. Situation singulière et complexe dont la réponse ne peut se réduire au seul domaine médical, avec une détresse vécue comme insupportable par le patient. Elle peut être intermittente ou prolongée.

17 Avant dêtre réalisée et au cours du suivi : Information du patient (+ consentement quand la situation le permet) et de lentourage. Information de léquipe multidisciplinaire (+ objectifs). Le projet thérapeutique est écrit dans le dossier et les posologies utilisées sont notées…

18 Conduite pratique en situation aiguë - voie veineuse en place (délais daction immédiat) Diluer 5 mg de midazolam dans 10 cc Injecter en IV, cc par cc (1/2 mg par 1/2 mg) jusquà locclusion des paupières (dose dinduction) pour obtenir un score de Rudkin à 4 (patient avec les yeux fermés, mais répondant à une stimulation tactile légère, traction du lobe d loreille) Soit renouveler les injections en cas de réveil, Soit entretenir la sédation jusquau moment prévu du réveil Dose horaire égale à 50 % de la dose utile à linduction (PSE).

19 - en labsence de voie veineuse Par voie SC : 2,5 à 5 mg pour un patient de 50 kg. (délais daction du midazolam en SC : 10 – 15 mn) Titrer la dose nécessaire (de 15 mn en 15 mn) pour obtenir la sédation attendue. Soit renouveler les injections discontinues en fonction du résultat clinique. Soit entretenir la sédation etc… dose horaire = 50 % de la dose dinduction.

20 NEUROLEPTIQUES But : Agitations modérées ou intenses. Etats confusionnels. Nausées, vomissements rebelles (HALDOL ®, LARGACTIL ® ). Sueurs (MELLERIL ® 10 à 50 mg/24 heures).

21 Produits : Phénothiazines LARGACTIL ® comprimés 25 mg – 100 mg solution buv 4 % ampoules inj 25 mg. 25 à 100 mg orale, SC ou IV:24 h en continue ou en 3 fois. NOZINAN ® ampoules inj 25 mg 25 à 100 mg SC IM ou IV/24 h en continue ou en 3 fois. Très sédatif; Moins irritant en administration lente (sérum physiologique).

22 Butyrophénones HALDOL ® (halopéridol) comprimés 1 – 5 mg gouttes 0,05 o / oo et 2 o / oo injectable 5 mg 3 à 30 mg par voie orale, SC, ou IV/24 h en 2 ou 3 prises/24 h ou en continu au PSE. Benzamide TIAPRIDAL ®

23 Remarques en cas de confusion avec agitation Rechercher une étiologie curable. Les neuroleptiques classiques (halopéridol et phénothiazines) sont utilisés en 1 ère intention mais ils ne sont pas recommandés chez la personne âgée, particulièrement en cas de démence, du fait de nombreux effets secondaires (symptômes extrapyramidaux, sédation, toxicité cognitive, hypotension orthostatique, constipation, rétention durine, troubles de laccomodation).

24 En cas dintolérance et chez la personne âgée, préférer les neuroleptiques atypiques avec la rispéridone (RISPERDAL ® ) : 1 à 4 mg/jour per os en 2 prises (0,25 à 1 mg/jour chez la personne âgée) ou avec lolanzapine (ZYPREX ® ) : 5 à 10 mg/jour (2,5 à 5 mg chez la personne âgée) per os en 2 prises ou 1 injection IM/12h. HYPNOTIQUES - STILNOX ® comprimés, - IMOVANE ® comprimés.

25 THERAPEUTIQUES A VISEE BUCCALE Cest la fréquence des soins de bouche qui en fait son efficacité. prophylaxie anticandidosique Soins systématiques de base Bains de bouche Bicarbonate ® 1,4 %, bonne tolérance +/- antiseptique, Bétadine ® verte ou Hextril ® ou Eludril ® : 3 à 5 min puis recracher +/- avec antifongique BOUCHE SECHE Absence de salive Langue plissée, moins colorée Lèvres sèches : gerçures Voie rauque

26 la conservation des corps gras et de leau gélifiée ne doit pas dépasser 24 heures. + Soins locaux : - application à laide dun écouvillon de : - gelée LANSOYL ® sur gencives : HORS AMM - corps gras : VASELINE ® sur les lèvres - si trouble de déglutition : GELODIET ® + Correcteurs des hyposialies : - Salive artificielle : ARTISIAL ® flacon remb. S.S - ou stimulant salivaire (si glandes salivaires fonctionnelles) SULFARLEM ® S 25 : 1 à 2 cp 3 fois/j ou SALAGEN ® : 1 à 2 cp/j BOUCHE SECHE

27 pour les appareils dentaires : trempage et brossage systématiques dans et avec MYCOSTATINE Yaourts laissés en cataplasme buccal quelques minutes. garder le produit au moins 1 min dans la bouche puis déglutir Soins locaux : -Bain de bouche avec : BICARBONATE ® : 1,4 %. + Si Candida Albicans ou Candida tropicalis : TRIFLUCAN ® suspension 50 mg/j soit 1 mesure. TTT pendant 7 à 14 j. Si besoin, (200 mg/j) et prolongation de la durée de TTT BOUCHE MYCOSIQUE Langue framboisée dépapillée et/ou points blancs Dépôts blanchâtres diffus -langue -gencives -plafond du palais Parfois dépôts noirâtres

28 Cl absolue avec PREPULSID ® Interactions avec anticoagulants oraux, sulfamides hypoglycémiants, cyclosporine, théophiline, phénytoine conservation à < 8° C (frigo) prises à distance des repas garder le produit quelques minutes dans la bouche, puis déglutir. Si contre indication du TRIFLUCAN ® Et si Candida krusei ou de Candida glabrata : MYCOSTATINE ® suspension - 4 à 6 millions UI/j soit 2 à 3 flacons/j Éventuellement: -MYCOSTATINE ® cp gynécologiques -TTT pendant 3 semaines DAKTARIN gel buccal BOUCHE MYCOSIQUE

29 alimentation et boissons froides attention à ne pas en déposer sur le voile du palais : perte de la sensation de respiration et du goût : le patient devient très angoissé en bain de bouche puis déglutie Soins systématiques de base + Soins locaux : HORS AMM - badigeonnage avec 1 compresse stérile de : XYLOCAINE- ADRENALINE ® 2 % et/ou EXACYL ® ampoule : 1 ampoule = 1 application : 2 à 3 min + TTT per os : EXACYL ® : 2 à 4 ampoules/j en 2 ou 3 prises BOUCHE HEMORRAGIQUE -langue -gencives -joues

30 attendre 2 heures avant de manger pour éviter les fausses routes. cytoprotecteur des muqueuses : forme un biofilm avec les protéines de lulcère. BOUCHE ULCEREE DOULOUREUSE Soins systématiques de base + Soins locaux : en alternance - badigeonnage à laide d un écouvillon de : XYLOCAINE ® visqueuse à 2 % - bain de bouche avec : ULCAR ® : HORS AMM 2 fois/j minimum jusquà 8 fois/j Diluer 1 sachet de 1 g dans 1 cuillère à soupe deau stérile (1 ampoule) Gargarisme pendant 2 à 3 min puis avaler. APHTOSES

31 attendre 2 heures avant de manger pour éviter les fausses routes. Soins systématiques de base + - ULCAR ® bain de bouche HORS AMM - antalgique niveaux I, II ou III de lOMS - cryothérapie : bains de bouche froids, glaces. XYLOCAINE ® visqueuse à 2 % ULCERATIONS MUCITIQUES

32 Soins systématiques de base + application à laide dun écouvillon de : XYLOCAINE ® visqueuse à 2 % VASELINE ® + TTT per os de lherpès : ZELITREX ® 1 cp 2X/j sur 5 j ZOVIRAX IV ® HERPES fissures aux commissures des lèvres vésicules +/- bulles ou desquamées, blanchâtres

33


Télécharger ppt "THERAPEUTIQUES A VISEE RESPIRATOIRE DYSPNEE Traitement étiologique (antibiotique, corticoïdes, diurétique, broncho-dilatateur, endoprothèse…) - LO2 - MORPHINE,"

Présentations similaires


Annonces Google