La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

TROUBLES DU COMPORTEMENT DANS LA DÉMENCE DR Paule GLAIZAL, Gériatre 23 MARS 2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "TROUBLES DU COMPORTEMENT DANS LA DÉMENCE DR Paule GLAIZAL, Gériatre 23 MARS 2012."— Transcription de la présentation:

1 TROUBLES DU COMPORTEMENT DANS LA DÉMENCE DR Paule GLAIZAL, Gériatre 23 MARS 2012

2 Depuis 2001, 3 plans de santé publique : Plan Alzheimer 2008/ millions euros recherche 200 millions euros organisation des soins 1 milliard 200 millions pour l'accompagnement médico-social

3 Clinique : déclin "pathologique" des fonctions cognitives. Diagnostic (1 sur 2) : maladie sous-évaluée mais maladie de mécanisme initial inconnu, qui va s'aggraver +/- vite, sans traitement curatif.

4 Recherche : Anomalies protéïnes neuronales recherchées dans LCR Cascade amyloïde, anomalie de phosphorylation protéïne Tau. Réserve cognitive (entrainement intellectuel et psy + éducation initiale) et protection état vasculaire cérébral (mais prévention doit être débutée suffisamment tôt) retardent manifestations cliniques du déficit neuronal Génétique

5 Rigueur intellectuelle Altruisme En attendant des résultats pour faire face aux souffrances malades et familles

6 Stade prédémentiel MCI atteinte 1 ou plusieurs fonctions cognitives, mais autonomie conservée. Stade démentiel Léger MMS > 20 Modéré MMS entre 10 et 19 Sévère MMS < 10

7 Plainte cognitive Troubles d'installation progressive : Mémoire, langage évocateurs maladie d'Alzheimer. Comportementaux, gestuels, fonctions exécutives, confusionnels récurrents DFT, syndrome corticobasal ou démence à corps de Lewy

8 Espérance vie 8 à 10 ans Chez les personnes d'âge début 80 ans entre 4 et 6 ans

9 Parallélement aux troubles cognitifs, symptômes psychologiques et comportementaux : troubles neuropsychiatriques. Origine probablement multifactorielle. 85 % des malades Alzheimer en EHPAD

10 Modification comportementale par rapport à l'état antérieur. Recherche systématique origine organique ou iatrogène (confusion).

11 Les plus fréquents : Apathie, dépression et anxiété A rechercher avec inventaire neuropsychiatrique des 12 symptômes : psychotiques : idées délirantes, hallucinations dhyperactivité : agitation/agressivité, euphorie, désinhibition, irritabilité/instabilité de lhumeur, comportement moteur abérrant affectifs : dépression, anxiété apathie végétatifs : sommeil, appétit

12 Recommandations : Tableau 1 Approche non pharmacologique Tableau 2 Formation des soignants pour bien comprendre le patient : Efficacité et tolérance versus traitements médicamenteux ?

13 Traitements médicamenteux 1°) Eviter tout traitement ayant une action anticholinergique qui aggrave le tableau clinique.

14 2°) Traitements médicamenteux spécifiques : a) Alzheimer Léger (MMS > 20) : inhibiteur cholinestérase Modéré (10 < MMS < 20) inhibiteur cholinestérase Sévère (MMS < 10) mémantine Bithérapie : pas d'arguments Les autres, aucune recommandation : anti- oxydants, vit. E, ginko biloba, nootropes, AINS, hormones (DHEA, oestrogènes), hypocholestérolémiants, omégas3.

15 b) Démence vasculaire : Contrôle des FDR Coexistence maladie d'Alzheimer + lésions vasculaires.

16 c) Démence à corps de Lewy ou démence parkinsonienne. Rivastigmine (Exelon) L-DOPA peut être prescrite en association avec anticholinestrasiques. Agonistes dopaminergiques déconseillés Clonazépam (Rivotril) faibles doses dans troubles du sommeil Neuroleptiques contre-indiqués

17 d) Démences fronto-temporales : Pas recommandations médicaments anti- Alzheimer Mais troubles comportement IRS

18 3) Troubles du comportement Médicaments spécifiques préconisés pour troubles cognitifs semblent avoir un effet bénéfique modéré sur les troubles du comportement. Anticholinestérasiques : apathie, dépression, comportements moteurs abérrants. Mémantine : agitation, agressivité, irritabilité.

19 Psychotropes : pas en première intention. Privilégier monothérapie, faibles doses et réévaluer le traitement.

20 a) les neuroleptiques : Classiques non recommandés car risque événement indésirable grave (Haldol). Pneumopathie d'inhalation, syndrome malin neuroleptiques. Antipsychotiques atypiques de dernière génération (Risperdal, Zyprexa, Leponex) si symptomes sévères : hallucination, détresse, mise en danger. Mais déconseillés : Action anticholinergique Effets secondaires extrapyramidaux Risque cardiovasculaires, AVC Risque de chute Traitement si possible < 3 mois

21 b) anxiolytiques Privilégier les demi-vies courtes Séresta 8 h Xanax 10 h à 20 h Temesta 10 h à 20 h Vératran 4 h Mais : Troubles mnésiques Somnolence diurne risque de chute car sédatifs Sevrage si arrêt brutal

22 c) antidépresseurs uniquement si dépression associée à maladie d'Alzheimer de préférence IRS agitation : Zoloft et Séropram d) Pas de thymorégulateurs

23 Si agitation, règles de prescription : préférence forme per os (buvable) injectable uniquement en urgence dose minimale efficace : ¼ posologies adulte jeune surveillance réévaluation posologie

24 CONTENTION A discuter si : Risque de chute Agitation trouble comportement Déambulation excessive Rechercher : Cause environnementale Raison individuelle Evaluer : Danger pour le sujet ou pour les autres


Télécharger ppt "TROUBLES DU COMPORTEMENT DANS LA DÉMENCE DR Paule GLAIZAL, Gériatre 23 MARS 2012."

Présentations similaires


Annonces Google