La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Distraction et Conduite automobile Marie-Pierre Bruyas IFSTTAR - LESCOT Salon Sécurité routière – 28/11/2013.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Distraction et Conduite automobile Marie-Pierre Bruyas IFSTTAR - LESCOT Salon Sécurité routière – 28/11/2013."— Transcription de la présentation:

1 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Distraction et Conduite automobile Marie-Pierre Bruyas IFSTTAR - LESCOT Salon Sécurité routière – 28/11/2013

2 Attention & Conduite Conduite automobile –Apparente simplicité, mais dynamique et complexe (plan cognitif) –Implique le diagnostic de la situation, lanticipation de son évolution, des prises de décision, la planification des actions … => nécessite des ressources attentionnelles Défaut dattention –Inattention, pathologies, distraction… –Selon les sources, contribuent à 25-50% des accidents –Polymorphes et varient selon les populations de conducteurs enjeu de sécurité routière La distraction au volant correspond au détournement de l'attention dédiée à des activités cruciales pour une conduite sécuritaire vers une activité concurrente (groupe de travail US-UE, 2010)

3 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Attention & Conduite Quelques généralités –Attention sélective : filtre qui sélectionne les éléments utiles et ignore ceux qui ne le sont pas, capacité dattention limitée –Conduite en partie automatisée Certaines activités nécessitent peu dattention : automatiques (routines acquises par répétition ; nombreuses chez experts) A linverse dautres nécessitent de lattention : contrôlées –Demande attentionnelle dépend du contexte Rond point complexe / Autoroute avec trafic fluide Zone 30, proximité décoles … –Le conducteur distrait régule-t-il ?

4 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Systèmes embarqués & Conduite Modification de lunivers informatif du conducteur –Introduction des systèmes de communication et dassistance (GPS, système dalerte, régulateur, limiteur…) => modification de la tâche de conduite –Crée des problèmes de sécurité Manipulations engendrées par leur utilisation Augmentation de la charge attentionnelle induite Différents types de systèmes –qui améliorent la sécurité ou le confort (régulateur, GPS…) => Mettre en balance : effets négatifs / bénéfiques –sans lien avec la conduite automobile (radio, tél. …) => Tâche secondaire qui a un impact sur la sécurité (charge perceptive et cognitive supplémentaire)

5 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Systèmes embarqués & Conduite Distinction entre systèmes et fonctions – Un même système utilisé pour différentes fonctions Téléphone : discuter, numéroter, lire/écrire SMS, Internet … Système de navigation : guidance, mais aussi vitesse, position des zones de danger, durée trajet, distance … – Chaque fonction peut nécessiter des réponses de différente nature manuelle, orale, visuelle => qui nauront pas les mêmes effets sur la conduite

6 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Trois grandes catégories de travaux de recherche – Les études expérimentales Permettent de connaître précisément limpact sur le comportement de conduite mais pas destimation du risque – Les études épidémiologiques Evaluation dun risque global = téléphoner – Les études naturalistes Sur de grandes quantité de données Etudes plus récentes, réalisées essentiellement aux USA Expertise collective IFSTTAR – INSERM (pour le téléphone au volant) Distraction & Conduite

7 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Téléphone & Conduite Les études expérimentales Très nombreuses dans le monde Plusieurs réalisées à IFSTTAR Sur simulateur, piste, route …

8 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Téléphone & Conduite : Etudes expérimentales Impact dune conversation téléphonique sur la conduite – Modification du comportement visuel Tendance à regarder droit devant Moins bonne inspection de lenvironnement (rétro, compteur) –Diminution de lattention allouée à la tâche de conduite Attention détournée vers un contexte autre que conduite (EEG) –Diminution de la capacité à détecter des changements et « Cécité inattentionelle » ( Même lorsque le conducteur regarde directement un objet, il peut ne pas lavoir vu) – Augmentation des temps de réponse (très nombreux travaux) Résultats similaires sur route, simulateur, en laboratoire Erreurs de détection de signal

9 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Discuter / Numéroter, Lire, Ecrire des SMS … –Différences très importantes Discuter = charge cognitive dépendante de lintensité émotionnelle et de la complexité Numérotation /SMS/Internet = distraction visuo-manuelle (nécessité de détourner le regard & interférence avec tenue du volant) –Numérotation et SMS Moins détudes réalisées Comportement visuel : Fréquence et durée des regards = surveillance de lenvironnement & détection des dangers dégradées Vitesse inférieure à conversation TR encore plus longs que pendant la conversation Contrôle latéral du véhicule altéré Téléphone & Conduite : Etudes expérimentales

10 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Mains libres / à la main (pendant une conversation) –Charge mentale équivalente ou plus faible avec KML –TR : pas de différence –Position latérale : résultats divergents –Vitesse Diminue quand le téléphone est tenu à la main Stratégie de compensation ? Conducteurs plus conscients du risque (téléphone à la main) ? Mais –Un kit mains libres cest quoi ? Grande variété de dispositifs, Nouveaux dispositifs (commandes vocales) quil faudrait évaluer ? Téléphone & Conduite : Etudes expérimentales

11 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Ecouter la radio –Pas daltération des performances de conduite –Écoute non suffisante en soi pour générer interférence –Sans réel engagement dans lactivité, pas de dégradation Discuter au téléphone / Avec un passager –Dégradation plus importante des performances ? –Vécu comme plus gênant pour la conduite (% passager) –Discours plus altéré au téléphone (+ grande difficulté à maintenir la conversation) –Différences liées à la spécificité des communications Exigence de continuité au Tel => attention plus soutenue Absence physique de linterlocuteur –Effort supplémentaire –Partage dune même conscience de la situation Téléphone & Autres activités vocales

12 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Que retenir ? –Discuter au téléphone Traitement de linformation altéré Temps de réaction plus longs (fonction de la complexité de la conversation) Risque de ne pas détecter un élément important puis de mettre trop longtemps pour réagir –KML / tenu à la main Pas ou peu de différence au moment de la discussion (vitesse exceptée) mais KML ?? –Manipulations du téléphone Bien plus perturbatrices Traitement de linformation altéré, TR encore + lents ET problèmes de trajectoire Téléphone & Conduite

13 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Avantages et limites des études expérimentales –Etude du comportement dans un environnement contrôlé Montre bien limpact dun système sur la conduite –Mais, gestion des tâches souvent assurée par lexpérimentateur et non par le conducteur Parfois peu de marges pour adapter le comportement –Tâche de conduite pas toujours très représentative (surtout en laboratoire) Conduite dun véhicule non familier, Absence de facteurs motivationnels –Tâches de communication artificielles –Pas destimation du risque pour la sécurité routière Téléphone & Conduite

14 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Téléphoner et risque daccident –Très peu détudes (une dizaine) –Deux types de comparaisons et deux estimations du risque Conducteurs possesseurs (utilisateurs potentiels) / non possesseurs de téléphone –Risque moyen daccident pour un conducteur qui téléphone une partie de son temps : entre 1,1 et 1,2 Accidentés qui téléphonaient / accidentés qui ne téléphonaient pas –Sur-risque pris par un conducteur au moment où il téléphone : entre 3 et 5 –Risque retenu (expertise collective) = 3 Téléphone & Conduite : E pidémiologie

15 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Téléphoner et risque daccident –Durée des communications et temps dexposition (enquêtes) De 2 à 6 % des conducteurs sont observés en train de téléphoner Téléphone à la main = plus de 40 % de lutilisation du téléphone Un conducteur téléphone 5 % de son temps de parcours, temps pendant lequel il multiplie son risque par 3 –Doù la proportion des accidents attribués à lusage du téléphone est évaluée à 10% (expertise collective Ifsttar - Inserm) Limites –Pas détude française Les 2 plus citées sont Canadienne et Australienne –Permet dévaluer un risque dans sa globalité Ne différencie pas les différents usages du téléphone –Peu de certitudes sur le comportement du conducteur avant laccident Téléphone & Conduite : E pidémiologie

16 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Etudes naturalistes –Calcul dun risque dêtre impliqué dans un événement critique pour la sécurité routière ou dun accident Observation du comportement de conducteurs Détection automatique dévénements potentiellement critiques comparées à des périodes de référence Très grandes quantités de données (VL & PL) –Risque calculé en fonction de la nature de la tâche Discuter au téléphone est dissocié Risque plus élevé pour numéroter MAIS risque extrêmement élevé associé aux SMS Risque plus élevé quand la demande attentionnelle est élevée Téléphone & Conduite : Etudes naturalistes

17 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Etudes naturalistes américaines Téléphone & Conduite : Etudes naturalistes Durée Moyenne Type de tâcheOdd-Ratioregard hors de la route (sur 6 sec.) Ecrire un SMS23,244,60 Réaliser une tâche complexe10,074,40 Regarder une carte routière7,023,90 Composer un numéro de téléphone5,933,80 Parler sans indication de passager1, Parler avec téléphone tenu1,041,27 Parler avec KML0,441,60 (Daprès Olson, 2009 ; 203 conducteurs de PL, 4,8 millions de km enregistrés)

18 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Conclusion Téléphone au volant : un risque daccident multiplié par 3 ? Kit mains-libres ou téléphone tenu à la main ? Développer des méthodologies dévaluation –Prendre en compte le développement rapide des technologies –Evaluer lergonomie et la compatibilité avec la conduite Utilisation conjointe téléphone & autres systèmes … –Système de navigation : concurrence des informations vocales ? (m –Régulateur de vitesse : facilite/encourage? lutilisation du téléphone (moins dattention dédiée à la route) –…–…

19 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Conclusion Nécessité de sensibiliser –En ce qui concerne lusage courant du téléphone –Mais aussi et surtout en ce qui concerne les usages plus récents (Internet, s, films …) et toute manipulation dun système –Ce que dit la loi : Article R : « L'usage d'un téléphone tenu en main par le conducteur d'un véhicule en circulation est interdit » Décret de 2012 : sanction renforcée (amende passe de 35 à 135 et retrait de 2 à 3 points) Article R : « Le fait de placer dans le champ de vision du conducteur d'un véhicule en circulation un appareil en fonctionnement doté d'un écran et ne constituant pas une aide à la conduite ou à la navigation est interdit » Décret de 2012 : sanction renforcée (amende de 5 ème classe et retrait de 3 points)

20 Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Merci pour votre attention … Références –Expertise collective Ifsttar – Inserm, Téléphone et Sécurité routière (2011) –Bruyas, M.P., Fort, A., Lancelle, V. (2013). Effect of phone conversations on tactical components of the driving task, 3rd International Conference on Driver Distraction and Inattention, Gothenburg, Sweden, September 4-6, –Bruyas, M.P., Brusque, C., Debailleux, S., Duraz, M., Aillerie, I. (2009). Does making a conversation asynchronous reduce the negative impact of phone call on driving?, Transportation Research Part F: Traffic Psychology and Behaviour, 12(1), pp12-20 –Bruyas, M.P., Taffin, M. (2009), Is there any difference between conversing by phone and conversing with a passenger?, First International Conference on Driver Distraction and Inattention, Gothenburg, 28-29Septembre 2009 –Bruyas, M.P., Chapon, A., Lelekov-Boissard, T., Letisserand, D., Duraz, M., Aillerie, I., (2006). Évaluation de limpact de communications vocales sur la conduite automobile. Recherche Transports Sécurité, 91, pp99-119


Télécharger ppt "Salon Sécurité routière – 28/11/2013 Distraction et Conduite automobile Marie-Pierre Bruyas IFSTTAR - LESCOT Salon Sécurité routière – 28/11/2013."

Présentations similaires


Annonces Google