La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Je continue, jespère pour votre plaisir, dexplorer le magnifique petit livre des Éditions Phaidon, "Le Musée de lArt", de même que les commentaires.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Je continue, jespère pour votre plaisir, dexplorer le magnifique petit livre des Éditions Phaidon, "Le Musée de lArt", de même que les commentaires."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Je continue, jespère pour votre plaisir, dexplorer le magnifique petit livre des Éditions Phaidon, "Le Musée de lArt", de même que les commentaires. Mais ce merveilleux petit livre contient bien dautres œuvres avec des commentaires fascinants ! Je ne puis que vous le recommander ! Jai privilégié les peintres moins connus, les peintures parfois oubliées. Et ces commentaires clairs et pertinents nous font comprendre et aimer ces tableaux en particulier, et la peinture en général… Jai décidé aussi de faire une place à des peintures devant lesquelles je ne me serais guère arrêtées dans un musée. Mais les explications données éclairent pour moi tout autrement ces œuvres que je ne comprenais pas… Puissiez-vous, vous aussi, faire des découvertes… Je vous disais ceci dans les numéros précédents mais cest vrai aussi pour celui-ci !

4

5 Anders ZORN ( ) Dagmar Ce nu, penché au bord de l'eau, est absorbé par des pensées sereines, comme une nymphe qui observe son reflet à la surface d'un lac. Les tons doux des rochers et les verts de la nature au loin font écho à sa peau rose. Il y a quelque chose d'innocemment sensuel dans la pose de ce personnage au corps voluptueux qui retient l'attention. ZORN fit une esquisse de cette composition et créa des gravures (technique à laquelle il s'intéressait beaucoup) de ses peintures et de sa sculpture. Il fut l'un des artistes suédois les plus cosmopolites de son époque et il voyagea beaucoup en Europe et en Amérique du Nord. Son coup de pinceau et ses jeux de lumière l'apparentent aux Impressionnistes ; en revanche, les formes solides, la luminosité et le naturel de ses tableaux rappellent nettement la peinture scandinave du début du siècle.

6

7 Francesco ZUCCARELLI Paysage avec le rapt d'Europe Une infinie douceur et une grande délicatesse imprègnent ce paysage pittoresque animé par des personnages féminins élégants et des "putti" joueurs. ZUCCARELLI a utilisé les motifs d'une ville romaine pour et l'histoire du rapt d'Europe pour évoquer un paysage arcadien et pastoral à la manière du peintre paysagiste français Le Lorrain. Zeus, qui s'est déguisé en taureau, nage vers la rive où joue Europe. Il l'incite à monter sur son dos et l'emporte avec lui en Crète. Cette scène narrative a été délibérément reléguée à l'arrière- plan, étant presque accessoire de la composition. ZUCCARELLI, peintre paysagiste florentin, a travaillé prin- cipalement à Venise et à Londres où il vécut pendant dix- sept ans. Ses paysages peuplés de paysans joyeux furent très populaires en Angleterre. ZUCCARELLI fut l'un des membres fondateurs de la Royal Académy à Londres.

8

9 Maurice DENIS ( ) Portrait d'Yvonne LEROLLE Ce tableau est dominé par trois images de la même svelte figure. Les lignes verticales de la composition sont mises en évidence par les plis de sa robe et les troncs d'arbre associés aux chemins rectilignes. DENIS était membre des Nabis (peintres suivant le style de Gauguin dans son utilisation expressive des couleurs et du rythme). Alors que DENIS n'était encore âgé que de vingt ans, il prononça cette phrase, souvent considérée comme la clé de la peinture contemporaine : "Souvenez-vous qu'avant d'être une représentation d'un cheval de guerre, d'une femme nue ou encore d'une anecdote, un tableau est par essence une surface plate rem- plie de couleurs assemblées dans un certain ordre". C'est précisément cette conception de l'art qui donna naissance à l'abstraction. Ce tableau confirme que DENIS privilégie la compos- ition par rapport au sujet. Pourtant, il tenta de raviver la peinture à thème religieux où le sujet tient une place prépondérante et publia même en 1939 un livre d'histoire de l'art religieux.

10

11 Juan SANCHEZ COTAN Nature morte D'une réalité et d'une présence surprenantes, cette simple nature morte recèle un pouvoir d'illusion saisissant. La peinture méticuleuse et l'éclairage dramatique de l'artiste donnent aux fruits et aux légumes une qualité monumentale. La manière dont ils sont disposés, soit suspendus à des ficelles, soit placés sur un rebord ressemblant à une fenêtre, est d'une grande originalité car elle va à l'encontre de la tradition des natures mortes nordiques. Celles-ci représentaient généralement des tables recouvertes de repas somptueux dans tout leur apparat. Ici, au contraire, les légumes sont présentés tels quels, sans ornements. Cette nature morte cache peut-être un message d'ordre, d'austérité et de rigueur. Les natures mortes de SANCHEZ COTAN ont contribué à élever ce genre à un statut qui allait au-delà du purement décoratif. Il devint moine chartreux en 1603 et il peignit aussi des tableaux religieux à Grenade et à Séville.

12

13 Carel FABRITIUS ( ) Le Chardonneret Sur un fond crème, un petit chardonneret est posé sur un perchoir vert. L'oiseau paraît tellement vrai que l'on est tenté de tendre la main pour le toucher. Le côté intime et la simplicité de ce tableau masquent presque le talent avec lequel il fut peint. Fabritius était le plus doué de tous les élèves de Rembrandt. Cependant, en peignant des sujets sombres sur fond clair, il utilisait une technique contraire à celle de son maître qui peignait des sujets clairs sur fond sombre. Fabritius faisait aussi particulièrement attention aux détails visuels. Cet aspect particulier de son art influença sans doute l'artiste Jan Vermeer, qui était un de ses élèves. Le soin apporté à la composition de ce tableau et sa simplicité étonnante nous donnent aussi un avant goût des œuvres de Vermeer. Fabritius mourut de façon tragique lors d'une explosion dans un magasin de poudre à canon de Delft, alors qu'il était en train de peindre. Le présent tableau fait partie des quelques œuvres de lui qui nous sont parvenues.

14

15 Jan VAN EYCK ( ) Les époux Arnolfini Giovanni Arnolfini, marchand italien vivant à Bruges, tient la main de la jeune Jeanne de Chenany, sa femme. Le petit chien, les pantoufles sur le sol, le fruit sur le rebord de la fenêtre, l'unique bougie, le chapelet pendu au mur par un clou, le parquet et le tapis ont tous été peints avec une minutie extrême. Il fut sans doute demandé à Van Eyck de réaliser ce tableau pour commémorer cet événement heureux. Comme s'il en avait été témoin. Van Eyck a écrit sur le mur du fond "Johannes de Eyck fuit hic" (Jan Van Eyck était présent). Dans le miroir placé plus bas, on aperçoit les époux de dos ainsi qu'un troisième personnage, peut-être le peintre lui- même, qui assiste à la scène. Plusieurs couches de pigment mélangé à de l'huile de lin furent appliquées au tableau pour lui donner un aspect lisse et pareil à de l'émail. Il fut ensuite recouvert de vernis. C'est pour s'être servi de cette technique que l'on dit de Jan Van Eyck et de son frère Hubert qu'ils "inventèrent la peinture à l'huile". Leur style fut bien souvent imité mais jamais surpassé.

16

17 LE CORREGE ( ) La Nativité LEnfant illumine ce tableau de sa lumière divine, une lumière si vive qu'elle éblouit la femme se trouvant à ses pieds. La compo- sition de la scène est asymétrique et pleine de mouvement. La houlette du berger désigne les anges qui, eux, montrent du doigt l'enfant Jésus. Ce tableau aux couleurs vives correspond parfaite- ment au style du Corrège à la fin de sa carrière. Le mouvement et l'aspect dramatique de l'œuvre donnent un avant- goût du style baroque du XVIIIè siècle. Le Corrège, surtout connu pour ses peintures sur des coupoles et plafonds d'églises, voulait donner au spectateur l'impression de pouvoir admirer la gloire du Seigneur. Une de ses œuvres les plus remarquables est une fresque réalisée à l'intérieur du dôme de l'église de Saint-Jean-l'Evangéliste à Parme ; cette fresque est une étourdissante masse de corps en train de virevolter. Le CORREGE travailla presque toute sa vie à Parme où il comptait parmi les peintres les plus admirables.

18

19 . Gérard TER BORCH ( ) Couple de danseurs Un courtisan élégant à l'air espiègle dans son uniforme militaire invite à danser une jeune demoiselle timide, qui porte une robe somptueuse en soie blanche. La lumière tombe sur le couple au moment où il lui prend la main. Le reste de l'intérieur parcimonieusement meublé et les spectateurs assis restent dans l'ombre. TER BORCH, un des premier portraitistes hollandais et peintre manié- riste, devint célèbre pour ses scènes intimes et familières de la vie de famille bourgeoise et pour la précision avec laquelle il sut représenter les tissus fins comme la soie et le satin. Le détail de ses peintures et le curieux charme de ses personnages, qui ressemblent à des poupées, plaisaient beaucoup à la bourgeoisie d'Amsterdam et de Haarlem. TER BORCH a voyagé dans toute l'Europe et a sans doute rencontré presque tous les grands artistes du XVIIè siècle, y compris Rembrandt et Diego Velazquez. Cependant son style ne comporte aucune trace de leur influence.

20

21 Hendrick TERBRUGGHEN ( ) Le joueur de flûte Un jeune dandy vêtu d'une chemise de brocart à rayures avec des manches bouffantes joue de la flûte. Son chapeau en velours sombre met en relief son profil. Ce tableau semble dépouillé de toute ambition littéraire : c'est une évocation simple d'un sujet banal et gai. Cependant, la peinture hollandaise de cette époque ayant généralement une plus grande signification symbolique, ce tableau pourrait représenter une personnification de la musique, ou symboliser l'ouïe, l'un des cinq sens. La conception de cette pein- ture est inhabituelle : le personnage audacieusement peint, présen- té sur un arrière-plan simple, est vu de près et occupe presque la moitié du tableau. La franchise de la composition et l'utilisation dramatique de la lumière et de l'ombre révèlent l'influence des tou- tes premières œuvres du Caravage. TERBRUGGHEN fit ses études à Rome avec Gerrit van Honthorst et d'autres membres de l'école dite d'Utrecht. Il fut l'un des principaux instruments dans l'exportation des idées de Caravage vers les climats nordiques.

22

23 Joseph Wright La Forge Un lingot dor incandescent est lunique source de lumière de cette scène nocturne. Elle enveloppe le forgeron, sa famille et ses ouvriers pendant leurs occupations habituelles du soir. Lénorme enclume utilisée pour battre le lingot était entraînée par une roue à eau située en dehors de la forge, ce qui facilitait le travail du forgeron. Bien que lartiste ait essayé de rendre chaque détail de cette scène, au point de peindre même la fumée émanant du lingot brûlant, le tableau, peint pour des gens riches, offre une vision du travail manuel qui manque de réalisme. Wright sest spécialisé dans les effets de lumière, généralement à partir dune seule source artificielle en jouant sur un fort clair-obscur. Dans la ville de Derby, Wright trouva des admirateurs parmi les pionniers de la science et de lindustrie, comme le fabricant de porcelaine Josiah Wedgwood.

24

25 Arthur DOVE ( ) Moi et la lune Un brillant cercle de couleurs, représentant la lune, domine cette composition. Une série de lignes et de dégradés l'entoure comme les anneaux autour de la lune, ou comme les différents niveaux de l'imagi- nation. Des couleurs sombres et troublantes confèrent au tableau -véritable paysage de l'âme - une mélancolie chargée de nostalgie. Ce tableau évoque avec force les sentiments de l'auteur envers la beauté de la nature. Dans les œuvres de DOVE, la nature est souvent prise dans un sens métaphysique, se transformant en représentations abstraites. DOVE écrivit : "j'aimerais me servir du vent, de l'eau et du sable en tant que motifs, mais la plupart du temps, je dois m'en tenir aux couleurs et aux lignes essentielles comme la musique l'a fait avec le son". DOVE, né dans l'état de New-York, visita l'Europe entre 1907 et 1909 et y découvrit le fauvisme. C'est à son retour qu'il peignit plusieurs de ses premiers tableaux abstraits de l'art moderne, dont certains ressemblent aux œuvres de Kadinsky.

26 Texte et illustrations tirées du livre « LE MUSEE DE LART » des Editions Phaidon. Musique : Chopin, NOCTURNE N° 2 Diaporama de Jacky Questel, ambassadrice de la Paix Site :


Télécharger ppt "Je continue, jespère pour votre plaisir, dexplorer le magnifique petit livre des Éditions Phaidon, "Le Musée de lArt", de même que les commentaires."

Présentations similaires


Annonces Google