La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Pour un modèle de e-Préparation microfondée Andrea Gumina LUISS G.Carli – Rome

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Pour un modèle de e-Préparation microfondée Andrea Gumina LUISS G.Carli – Rome"— Transcription de la présentation:

1 1 Pour un modèle de e-Préparation microfondée Andrea Gumina LUISS G.Carli – Rome

2 2 Secteur de recherche: un indice 1. Introduction: le rôle des TIC dans le développement en général. 2. Objectifs, fonctions et modèles de e-Préparation 3. Pour une e-Préparation microfondée 3.1 Acception de Gouvernement électronique et modèles de e- Préparation 3.2 Pour une vision de e-Préparation plus specialisée 3.3 Objectifs, indicateurs, mesurages 4. Conclusions

3 3 Expériences dans le monde Lessai probablement le plus réussi de classifier, ou, au moins, de relater les différentes approches dans le contexte de le-Préparation peut être attribuer à linitiative InfoDev de la Banque Mondiale E_Rdnss_Rpt_rev11May05.pdf E_Rdnss_Rpt_rev11May05.pdf

4 4 Les approches principales (1) Méthodologie pour le mesurage: La méthodologie du Centre pour le développement international de lUniversité de Harvard, Readiness for the networked world (www.readinessguide.it)www.readinessguide.it La méthodologie de e-Préparation de lEconomist Intelligence Unit (http://graphics.eiu.com/files/ad_pdfs/2005Ereadiness_Ranking_WP.pdf)http://graphics.eiu.com/files/ad_pdfs/2005Ereadiness_Ranking_WP.pdf La Knowledge Assessment Methodology de la Banque Mondiale (http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/WBI/WBIPROGRAMS/KFD LP/EXTUNIKAM/0,,menuPK: ~pagePK: ~piPK: ~ theSitePK: ,00.html)http://web.worldbank.org/WBSITE/EXTERNAL/WBI/WBIPROGRAMS/KFD LP/EXTUNIKAM/0,,menuPK: ~pagePK: ~piPK: ~ theSitePK: ,00.html Le-Government Readiness Index de lUNPAN, lagence des Nations Unie pour les Administrations Publiques (http://www.unpan.org/egovernment5.asp)http://www.unpan.org/egovernment5.asp La méthodologie de mesurage du Digital Divide de Orbicom (http://www.orbicom.uqam.ca/in_focus/publications/details/2005_ddi.html)http://www.orbicom.uqam.ca/in_focus/publications/details/2005_ddi.html La méthodologie de lITU – pour mesurer les opportunités numériques, lindice DOI. (http://www.itu.int/osg/spu/statistics/DOI/index.phtml)http://www.itu.int/osg/spu/statistics/DOI/index.phtml

5 5 Les approches principales (2) Approches pour la systématisation: UNCTAD, lAgence des Nations Unie pour le développement du commerce (www. D=3591&lang=1) D=3591&lang=1 ITU (www.itu.int/ITU-D/ict/partnership/material/ %20GLOBAL%20ICT.pdf).www.itu.int/ITU-D/ict/partnership/material/ %20GLOBAL%20ICT.pdf Essaie de UnderStand Manchester University sur les modèles de Gouvernement électronique (eGov)

6 6 Quelques conclusions (1) Une première conclusion assez évidente est que les modèles de e- Préparation qui ont été developpés jusquà présent ne sont utiles que pour créer les bases dune comparaison de certains indicateurs à niveau international – et, en effet, il semble que les travaux les plus intéressants sont ceux qui se bornent à la création dune base de métadonnées. Il nest pas certain que les définitions de e-Préparation qui sont généralement données soient appropriées pour définir tout ce qui se trouve à la base du lien entre la capacité dun organisme dintroduire à son intérieur les TIC, et les bénéfices de ces derniéres (quils sappellent développement, croissance ou revenu), et donc pour définir des indices quali-quantitatifs à même de mettre en lumière ces éléments

7 7 Quelques conclusions (2) Dun coté, il faudrait certainement développer des modéles de e-Préparation plus adaptés à saisir les aspects liés à limpact des TIC sur les communautés auxquelles sont appliquées, et de lautre il faudrait approfondir le niveau danalyse à niveau microéconomique. Une autre critique est liée à la faible disponibilité de données qui permettent de soutenir ce type danalyse plus pertinente, et au besoin déviter, si possible, le développement de méthodologies trop originelles, et donc, difficilement comparables; Il faut en suite ajouter un besoin objectif et croissant de ne utiliser que des données quantitatives, mais aussi qualitatives, à fin de pouvoir saisir certains éléments concernants lamélioration de limpacte socio- économique ou lefficacité, effective ou potentielle, des politiques basées sur les TIC (ICT-driven).

8 8 Une hypothèse de modèle: principes de base (1) Le modèle que nous allons essayer de définir, au moins dans sa forme de base, ne concerne spécifiquement que les politiques de e- Gov et non lintroduction générale des TIC dans un contexte déterminé, dabord, parce que la vision quon veut donner du développement basé sur les TIC dune organisation ou dun territorire, est assez vaste, et, en deuxième lieu, car on se réfère indifféremment à des acteurs publics ou privés. (2) Noua allons essayer, en deuxième lieu, de clarifier le potentiel dobservation pour les modèles de e-Préparation, cest-à-dire quelles sont ses finalités. (3) En troixième lieu, nous allons examiner le besoin de fonder notre approche sur des bases micro-économiques, sujet directement liè aux deux précédents.

9 9 Lapproche: eGov et role de le-Préparation Profondement inspirée à la Gouvernance électronique Le modèle de e-Préparation a un rôle bien plus specialisé, puisquil doit essentiellement servir (1) à concevoir, définir et monitorer une politique dintroduction dun modèle de croissance interne (de lorganisation) et externe (de la valeur pour sa collectivité) qui se base sur une utilisation vaste et penetrante des TIC (assorties dune réorganisation, dune définition des services ciblés sur les usagers, dune adptation du contexte et dune qualification des ressources humaines), (1a) dun point de vue de la capacité de lorganisation ou du territoire de la transposer et de la traduire dans les résultats attendus (1b) dans la phase successive de monitorage (2) Et, enfin, à fournir des éléments précis concernants la mise à point des politiques en question, lamélioration des résultats potentiels et la poursuite discretionnaire ou la variation des objectifs supposés.

10 10 E-Prêts à faire quoi? A ce point, il est essentiel sentedre sur la question des produits (output) et des résultats (outcome) prévus ou prévisibles: sinon, nous sommes e-prêts à faire quoi? Plus on devient précis sur les effets et sur le rôle que lintroduction des TIC devrait engendrer, plus il est logique de parler de niveaux microéconomiques danalyse de le-Préparation. Autrement, on risque dobtenir des résultats trop vagues, en limitant la portée de ces modéles ou à un simple exercise de monitorage dune série de facteurs, dont le bénéfice en termes de possibilité pour leGouvernance de connaître une application qui résulte aussi efficace est assez faible, ou en réduisant tout le travail à une simple analyse comparative.

11 11 7 catégories pour une e-Préparation plus specialisée Il faut donc déplacer progressivement notre attention vers une forme de e-Préparation plus specialisé. Cela implique naturellement la necessité de multiplier les efforts conceptuels autour du modéle à adopter, qui sera développé autour de 7 catégories de variables: Organisation / territoire de référence, Usagers impliqués, Objectifs et résultats poursuivables, politiques ICT-enabled à adopter (soit directes soit indirectes, cest-à-dire de contexte), Facteurs affectés, Systèmes de monitorage, Actions de mise à point.

12 12 Le modèle de base Le point de départ, doù vient la philosophie du rôle des modéles de changement ICT- enabled (e-Gouvernance), de leur impacte et des variabiles à mesurer (et donc par rapport auxquelles il faut procéder pour élaborer notre notion de e-Préparation), est le modèle eGEP, que les chercheurs deG4M ont developpé dans le contexte dun étude commissioné par lUnion éuropéenne.

13 13 Modèle eGEP (base)

14 14 Instruments offerts par un modèle de e-Préparation Quels sont les objectifs poursuivis par lintroduction dune stratégie spécifique de-Gouvernance? Comment peut-on en mesurer leur obtention? Quelle est le niveau / la dimension administrative qui peut poursuivre cet objectif? Quels sont les usagers affectés? Quels elements nous permettent datteindrec ces objectifs, à ce niveau administratif, par rapport à ces usagers, si nous introduisons une certaine stratégie de- Gov? Quelles actions / corretions sont-elles nécessaires? Et comment les mesurer?

15 15 Quatre niveaux de modèles de e-Préparation (1) Un premier niveau de modèles est de type macroéconomique et générale: il sagit, en pratique, de la typologie quon rencontre plus habituellement aujourdhui, et qui vise à saisir, par une série spécifique dindicateurs dérivants dun relevé directe ou de façon secondaire, quel est le potentiel daccueil des TIC dans un Pays. Tous les modèles de- Préparation qui ont été relevés au début rentrent dans cette catégorie. Un deuxième niveau de modèles pourrait être de nature macroéconomique sans être générale : donc, il pourrait toujours concerner les Systèmes Pays, essayant cependant de saisir des éléments spécifiques qui nous indiquent comment des stratégies spécifiques de- Gouvernance permettent datteindre certains objectifs. Par conséquant, ils peuvent nous indiquer quelles sont les variables à monitorer pour comprendre la capacité daccueillir ces avantages et quelles sont les politiques macroéconomiques à entamer pour suivre cette direction. LeGEP, pendant cette phase tout à fait préliminaire, pourrait représenter un bon example de ce type de modèle.

16 16 Quatre niveaux de modèles de e-Préparation(2) On pourrait définir un troisième niveau de modèles comme macro- microéconomique sans être générale. Dans ce cas, il faut soccuper de niveaux administratifs et territoriaux spécifiques, et dobjectifs deGouvernance pas tout à fait spécialisés. Par exemple, il faudrait essayer de comprendre comment lintroduction dune stratégie assez vaste deGouvernance dans une Région ou dans une Commune puisse affecter une série de variables, et donc comprendre quels éléments peuvent contribuer à une maximalisation de ces effets. Dans ce cas, le- Préparation est relative, cest-à-dire elle vise à saisir létat de lart, avec une série de variables, dont la présence optimale produit une combinaison qui permet de maximaliser les effets defficience, interne et externe, et defficacité des politiques de-Gouvernance. Un quatrième niveau macroéconomique, visant à saisir le niveau de préparation et les effets potentiels des administrations ou des niveaux organisationnels spécifiques, par rapport à stratégies specialisées (comme, p.e., le niveau de- Préparation par rapport à une stratégie promotionnelle du tourisme en ligne, qui na été appliquée quaux agences qui soccupent de ce sujet). Ce type de modèle dérive de la même approche philosophique contenue dans le troisième niveau de modéle, mais il est calibré pour repondre à exigences et demandes très spécifiques: donc, il est moins adaptè à une analyse générale, et plus à des audits individuels sur des sujets déterminés.

17 17 Trois phases pour recueillir objectifs, indicateurs, mesurages (A) Pendant la première phase il est nécessaire définir avant tout le type dimpacte quon peut sattendre de lintroduction dun procédé dinnovation ICT-enabled aussi pénétrant. En reprenant eGEP (cfr.), on peut dire que les objectifs dune stratégie générale deGouvernance pourraient etre renvoyés à deux macrocatégories: la première de nature sociale (résultat 1), la deuxième de nature productive (résultats 2-4). Cest-à-dire, en suivant cet ordre: 1)Accroître lefficacité du service public, grâce à services améliorés et plus ciblés sur les exigences des usagers. 2)Accroître lefficience du service public, reduire les coûts de fourniture de chaque service individuel, en gardant ou augmentant au même temps la performance. 3)Accroître la productivité du secteur public 4)Affecter positivement le PIB, par rapport aux usagers dans le territoire de compétence On doit tenir compte du point 4 avec prudence,

18 18 (B) En partant de ces quatre résultats attendus (efficacité, efficience, productivité, PIB), la phase successive devrait permettre dapprofondir la relation fonctionnelle, déjà produite dans eGEP, qui existe par rapport à lintroduction des plans de-Gouvernance, en définissant une série plus complète de variables qui permettent de saisir les variations nécessaires pour engendrer un impacte sur les résultats. Cette activité peut concerner une classification par indicateurs dimpacte internes et externes (par rapport à lAdministration). Pendant cette phase, il pourrait être utile partir de la série de variables du Measurement Framework deGEP et de celles proposées dans le projet UnderStand, pour au moins deux raisons: tout dabord, elles sont le produit dun effort significatif en termes conceptuels pendant un an; en deuxième lieu, leur définition dérive dune approche partagée par groupes dAdministrations ou de responsables publics, même si encore restreints, quon pourra utiliser dans de futures activitès de normalisation et de reproduction des observations.

19 19 (C) Une fois quon aura identifier cette relation fonctionnelle avec exactitude, elle doit être remplie. Cette troisième phase constituira, dun coté, la prise en compte du statu quo dune série de valeurs (avant lintroduction dune stratégie de-Gouvernance), de lautre, le point de départ pour un parcours en cinq étapes, autour duquel il faudra construire le résultat de la vérification de le-Préparation : –Il faut traduire la stratégie de-Gouvernance supposée en éléments chiffrés, liés aux cinq macrocatégories autour desquelles on est en train de construire un projet : technologie, organisation, ressources humaines, services, legislation / règlements. Il sera nécessaire élaborer une série dindicateurs qui permettent de saisir les éléments que cette stratégie pourrait introduire. –Pendant la deuxième étape, il faut vérifier comment cette stratégie pourrait se traduire en impactes sur les outcome, sur la base de la relation fonctionnelle quon a précédemment identifiée. –La troisième étape concerne la vérification des scénarios économiques et politiques: son but est de vérifier comment, en modifiant certaines variables, les résultats peuvent changer. –La quatrième étape concerne la production dun ou plus indices de-Préparation strictu sensu (avec un niveau majeur ou mineur de synthése) qui pourraient maximaliser les résultats; –En fin, il faut inclure aussi dans les étapes du procédé de-Préparation une phase de monitorage et de retour dinformation permanente.

20 20 Merci de votre attention


Télécharger ppt "1 Pour un modèle de e-Préparation microfondée Andrea Gumina LUISS G.Carli – Rome"

Présentations similaires


Annonces Google