La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Yolande est furieuse, si furieuse quelle fait les cent pas dans sa salle à manger sans arriver à calmer lindignation qui bouillonne dans son esprit.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Yolande est furieuse, si furieuse quelle fait les cent pas dans sa salle à manger sans arriver à calmer lindignation qui bouillonne dans son esprit."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Yolande est furieuse, si furieuse quelle fait les cent pas dans sa salle à manger sans arriver à calmer lindignation qui bouillonne dans son esprit excité. Comment Marcelle a-t-elle pu lui parler ainsi ? Lui dire quelle nétait pas une bonne chrétienne, vous vous rendez compte ? Que me reproche-t-elle ? Dêtre restée vieille fille, peut-être ? Mais je vais à léglise tous les dimanches, je fais le catéchisme, et Monsieur le Curé est très content de mes services ! Alors !!! Que vient-elle me rabattre les oreilles !

4 Dailleurs, il vient souvent déjeuner à la maison, cest pratique pour discuter et mettre les cours au point. Et elle ose me dire que Viviane, qui ne met jamais les pieds à léglise, et que jai même entendu sacrer, une fois, est plus chrétienne que moi, sous prétexte quelle continue à soccuper de son frère alcoolique qui lui pose pourtant les pires problèmes, et nécoute aucun des conseils quelle lui donne ! Et après, il se retrouve dans des situations pas possibles quelle doit démêler.

5 Eh bien, si jétais à sa place, il se débrouillerait tout seul ! Je le lui ai assez dit ! Je lui ai conseillé de le laisser tomber, ou dattendre quil donne des preuves de bonne volonté ! Mais non, elle sentête ! Bon sang, que je suis en colère ! Je ne sais même plus pourquoi Marcelle ma parlé de Viviane ! Je lui ai dailleurs dit que, si Viviane était idiote et irrespon- sable, cela ne regardait quelle. Je dois dailleurs dire que je nai pas compris le regard de Marcelle à ce moment-là. Elle a juste hoché la tête en disant doucement : tu ne comprendras jamais cela !

6 Tout ça, parce que je lui ai dit que je nirais pas voir Albert. Et que je ne lèverai certainement pas le petit doigt pour laider. Il a des problèmes, cest son affaire. Il se met toujours dans des situations incroyables, lui aussi, et ce nest pas à moi à le sortir de là ! Dire que je lai élevé, cet enfant ! Jai pourtant fait de mon mieux ! Jai essayé de lui inculquer lhonnêteté, le goût du travail bien fait, le respect de la nature et des animaux… Pour ce que ça lui sert ! Un bon verre deau fraiche, ça va aller mieux !

7 Et dabord, que voudrait-elle que je fasse, Marcelle ? Ce nest pas parce que je suis catholique que jai des pouvoirs magiques. Et jai mes limites, moi ! Non, je nai rien compris ! Pourquoi était- elle si étonnée et si incrédule, lorsque je lui ai dit que ce nétait pas à moi à intervenir ? Celui qui se met dans le pétrin, quil sen sorte ! Daccord ! Ses problèmes de santé, il ny est pour rien. Et encore ! Se soigne-t-il bien ? Fait-il ce quil faut ? Quand je pense que lon me reprochait, lorsquil était petit, de négliger sa santé !

8 Est-ce leffet du verre deau ? Est-ce leffet de la dernière idée ? Est-ce lef- fet dun souffle dEsprit-Saint ? Yolande arrête net ses cent pas coléreux. Et si par hasard… Et est-ce quil se pourrait que… Yolande sassied, sa colère coupée. Et ses jambes aussi ! Voyons… Se pour- rait-il que les problèmes de santé de Serge soient la conséquence de mala- dies mal soignées dans son enfance ? Mais non, elle a toujours fait ce quil fallait ! Oui, elle la fait en soins, en médecins, en remèdes ! Mais en amour aussi, il faut combler un enfant ! Et ça, a-t-elle su ?

9 Voyons… Quà dit Monsieur le Curé, à midi ? Il lui a demandé des nouvelles dAlbert, elle a répondu quelle nen avait pas. Non, il na rien dit. Mais il a soupiré. Tiens ! Maintenant quelle y pense, il a eu le même regard que Marcelle. Bon. Reprenons depuis le début. Yolande fait deux colonnes dans sa tête, comme elle fait faire parfois à ses petits du caté : dun côté ce que fait Viviane, pour être bonne chrétienne, comme dit Marcelle, et ce quelle fait elle. Cest facile, dans la colonne de Viviane, elle ne trouve rien à mettre ! Va-t-elle seulement à messe pour Pâques ?

10 Mais, dans sa colonne personnelle, Yolande narrête pas dentasser. Dabord, elle a élevé Albert, ça compte, non ? Et puis, elle ne manque aucun office, la messe du dimanche, le chapelet du vendredi. Elle fait le catéchisme et, si elle en juge par le plaisir des enfants, elle le fait bien. Elle est polie, elle ne ment pas. Elle aime Dieu, comme dit le commande- ment, de toutes ses forces, et son prochain comme elle-même. Dailleurs, ne dit-on pas delle quelle ne ferait pas de mal à une mou- che, et ne pourrait pas laisser un chat dans la rue ? Et puis… Yolande sarrête, horrifiée. Le souffle de lEs- prit-Saint est il encore passé sur son cœur ?

11 Mais elle sest nettement vue, dans le temple, devant lautel, sûre delle, alors que Viviane, dans le fond, nosait même pas avancer. Mon Dieu, mon Dieu ! Suis-je vraiment com- me ce pharisien sûr de lui ? Pourtant, je me dis quelquefois que jai bien encore des dé- fauts à corriger, moi aussi. Mais pourtant, je ne puis rien mettre, rien, rien, dans la colonne de Viviane. Si cest lEsprit-Saint qui la bouscule ainsi dans ses idées, elle commence à en voir assez ! En effet, elle réalise quelle na jamais vu Viviane fâchée contre quelquun, ou parler mal des autres.

12 A elle, on lui dit souvent : Toi, Yolande, tu es aussi irascible quune vieille fille ! Alors, elle peut mettre la bonne humeur de Viviane dans sa colonne ? Mais si elle est toujours de bonne humeur, cest que tout va bien pour elle, voilà ! Tout va bien ? Et le chauffard qui a bousillé sa voiture et lui a occasionné 8 jours dhospitalisation ? Et tous les soucis que lui cause son frère, qui ne la remercie de son aide quen linjuriant, quand il a bu ? Pourtant, elle ne lui dit jamais : il faut que tu fasses comme ça… Si tu navais pas fait ça… Nen a-t-elle pas marre de réparer les pots cassés ? Le jour où Yolande lui a posé cette question, Viviane a répondu en riant : quand on aime, on ne compte pas !

13 Quant on aime… Tu aimeras ton prochain… Ah ! Non ! Que la petite voix de lEsprit-Saint sarrête ! Et Yolande, en un geste denfant, se bouche les oreilles. Mais la voix continue à résonner en elle : …comme toi-même pour lamour de Dieu. Son prochain ? Albert est bien plus que son prochain ! Elle la élevé ! Mal, peut-être, on le lui a assez reproché, ouvertement ou tacitement, mais elle a fait ce quelle a pu ! Oui, elle a fait… Autrefois… Mais limpératif du commandement est pour aujourdhui et demain… Et aujourdhui, est-ce quelle aime Albert comme elle saime elle-même ? Elle lui reproche ses dépenses inconsidérées, mais ne vient-elle pas de soffrir ce riche bibelot qui, finalement, ne va pas du tout avec son intérieur ?

14 Yolande préfère arrêter, elle se rend compte que la liste des comparaisons pourrait être longue. Un autre verre deau glacée ! Cela aide à mieux réfléchir ! Donc, dans la liste de Viviane, il faut mettre : elle aime son frère. Et dans la sienne ? Elle aime ses petits du catéchisme. Et la voix insidieuse reprend : les aimes-tu pour eux, ou pour tout ce quils tapportent ? Les aimerais-tu autant sils étaient sales et indisciplinés ? Là, ça suffit, Yolande ignore délibérément la petite voix.

15 Voyons, que dis-tu, Jésus, dans ton évangile ? Non, tu ne parles pas daller à la messe ou au temple, ou… Tu dis simplement "faites ceci en mémoire de moi", mais moi, je ne puis pas le faire. Par contre, tu nous dis souvent : aimez votre prochain… Donnez un verre deau… Tu nous dis… Oh la la ! Jen ai le vertige ! Tu nous dis de pardonner 77 fois 7 fois ! Et moi, je dois bien reconnaître que, dans mon for intérieur, je ne puis pardonner à Albert la crasse quil ma faite. Tout de même, Seigneur, je lui ai donné des con- seils ! Je lui ai assez dit ne pas faire ceci, mais de faire cela… Et il na rien écouté ! Oui mais ces conseils étaient de mon temps, de mon âge… Je commence à comprendre le détachement de Vi- viane qui se refuse à donner tout conseil ou di- rective, disant quelle nest pas dans la peau de son frère pour savoir ce qui lui convient, à lui !

16 Mais alors, Seigneur, cest si compliqué que cela, daimer son prochain ? Il ne suffit pas denvoyer un peu dargent pour les mission-naires ? Cest vrai que je suis parfois – oui, bon, souvent ! – acerbe avec mon entourage. Et cela aussi, ça compte ? Alors, ça ne sert à rien daller à la messe, si, après… Mais enfin, Christ-Jésus, tu te rends compte de ce que tu nous demandes ? Cest impossible tu sais ! Pardon, pardon ! En fait damour, et de pardon, tu as été bien plus loin, puisqu tu as été jusquà la croix. Mais toi, tu es DIEU… Et, ce que tu me demandes, Viviane le fait bien, elle !

17 Moi, je ne sais plus jen suis. Ta petite voix, elle ne pourrait pas sarrêter de discuter dans mon cœur ? Mais elle a raison, ta petite voix ! Moi, je ny arriverais jamais toute seule, mais, avec toi, tout devient possible… Enfin, si vous le dites… Bon ! Je vais téléphoner à Albert ! Et, promis, il ny aura ni conseils ni reproches ! Tu es content ?

18 Dessins offert par Frnçoise Mastin, que je remercie Texte : Jacky Musique : Frnnçois Devienne, clarinette : andantino con variazone Diaporama de Jacky Questel, ambassadrice de la Paix Site :


Télécharger ppt "Yolande est furieuse, si furieuse quelle fait les cent pas dans sa salle à manger sans arriver à calmer lindignation qui bouillonne dans son esprit."

Présentations similaires


Annonces Google