La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Espérance versus Espoir 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question. 4. En.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Espérance versus Espoir 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question. 4. En."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Espérance versus Espoir 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question. 4. En guise de conclusion Réunion préparée avec Nicole Poupon et Bernard Maréchal.

2 Étymologie et définitions Étymologie : Étymologie : Espérance vient du latin sperare, attendre le bonheur. Définitions : Définitions : Le Robert : Sentiment qui fait entrevoir comme probable la réalisation de ce que lon désire. Dictionnaire de philosophie Godin : Sentiment de confiance en lavenir. Alors que lespoir porte sur un bien déterminé, lespérance est plus générale. Lune des trois vertus théologales de la religion catholique (avec la foi et la charité).

3 Espérance versus Espoir. 1.Espoir : Dun point de vue purement affectif, on parle plus volontiers despoir que despérance et lon oppose ce sentiment à la crainte. Les théoriciens classiques de la nature humaine (Hobbes, Descartes, Spinoza) inscrivent tous lespoir au rang des passions fondamentales et le relient systématiquement au désir : espérer, cest considérer comme réalisable ce que nous désirons le plus intensément. Lespoir est donc indissociable dun rapport positif au temps ; il est la passion de lavenir car il fait du temps notre meilleur allié. 2.Espérance : La thématique de lespérance appartient plus spécialement à la perspective religieuse, surtout chrétienne. A linverse des vertus morales qui dépendent de la seule raison et ne concernent que les rapports entre hommes, les vertus théologales telles que lespérance renvoient directement à Dieu. Espérer cest croire en la grâce de Dieu et en la vie éternelle promise par lui. Pourrait-on dire que dans l'espérance je vois briller l'avenir dans le présent, ce qui est le contraire de l'espoir qui désespère le présent ? Espérance : vertu ou passion ?

4 QUESTIONS 1.Espérer, est-ce désirer ? 2.Espérance et crainte sont-elles indissociables ? 3.Lespérance prédispose-t-elle au bonheur ?

5 1.Espérer, est-ce désirer ? Animation Nicole Poupon Désir : manque ou puissance ? Espérer : puissance ou impuissance ?

6 1. Espérer, est-ce désirer ? 1.Désir: puissance ou manque ? Désir-manque: Désirer cest manquer : cest la conception de Platon. Je désire manger parce que jai faim (je manque de nourriture). Linsatisfaction ou la souffrance sont à lorigine du désir. Désir-puissance: Désirer, cest avoir de lappétit : cest la conception dAristote et de Spinoza. Je désire manger parce que jai de lappétit. Le désir nest pas manque, mais puissance. Puissance de jouir ou jouissance en puissance: le plaisir est son acte. Le désir est-il signe de notre puissance ou de notre impuissance ? 2.Espérer ? Espérance et manque : Quaurais-je à espérer si je ne manquais de rien ? Lespérance est un désir qui porte sur ce quon na pas. Espérance et puissance : On nespère que ce qui ne dépend pas de nous : espérer, cest désirer sans pouvoir. On nespère que ce dont on est incertain : espérer, cest désirer sans savoir. Si, dans le droit fil de la conception platonicienne du désir, lespérance est à la fois signe de manque et dimpuissance, nest-elle pas aussi une force par la confiance en lavenir qui la sous-tend ? Espérer est-ce désirer sans jouir ?

7 2.Espérance et crainte sont-elles indissociables ? Animation Bernard Maréchal Crainte, prudence, connaissance, volonté versus espérance ? Si je ne crains rien, quai-je à espérer ? Si je nespère rien, quai-je à craindre ?

8 2. Espérance et crainte sont-elles indissociables ? 1.Crainte ? Cest la peur présente dun mal à venir. « Cest une peur justifiée, ou quon croit telle, et comme en avance sur le danger qui la suscite » dit ACS. Espérer nest-ce pas démentir la crainte ou sen libérer en tablant sur la chance ? On dit souvent que la crainte est le contraire de lespérance, ce nest pas faux si lon noublie pas que cest lun des cas les plus évidents de lunité des contraires. 2.Espérance ? Quaurais -je à espérer si je navais rien à craindre ? A quoi bon faire confiance si lon na rien à redouter ? « Il ny a pas despoir sans crainte, ni de crainte sans espoir » disait Spinoza. Sans renoncer à la prudence, la connaissance et la volonté ne sont-elles pas de meilleurs moyens que lespérance pour se libérer de la crainte? Si je ne crains rien, quai-je à espérer ? Si je nespère rien, quai-je à craindre ? Espérance et crainte ne sont-elles pas indissociablement liées par unité des contraires ?

9 3. Lespérance prédispose-t-elle au bonheur? Bonheur ? Joie ? Plaisir ? Satisfaction des désirs ? Espérer être heureux est-ce lêtre ?

10 3. Lespérance prédispose-t-elle au bonheur ? 1.Le bonheur ? On peut appeler bonheur tout laps de temps où la joie est perçue. Comme le plaisir, la joie nest-elle pas inhérente à la satisfaction dun désir ? La joie nest-elle pas réjouissance, comme une jouissance en plus spirituelle ou spiritualisée (re- jouissance) ? Laptitude à résister à la souffrance, à ce qui ne dépend pas de soi, nest-elle pas tout autant nécessaire au bonheur ? Le Bonheur suppose labsence de crainte, il suppose donc labsence despérance. Pour être heureux, ici et maintenant, la volonté, le courage, la connaissance et lamour ne valent-ils pas mieux que lespérance ? Le bonheur ne serait-il que lécrin de la joie ? Pour être heureux ici et maintenant ne faut-il pas avant tout cultiver son aptitude à se réjouir et à résister à la souffrance ? Espérer ce nest pas être heureux ici et maintenant, cest renvoyer le bonheur à demain. 2.Lespérance ? Si aimer, cest désirer ce qui est. Espérer, cest désirer ce qui nest pas. Même si lespérance fait confiance en lavenir, elle tend à nous enfermer dans le manque ici et maintenant.

11 Le sage nespère rien : il a cessé davoir peur. Il ne craint rien : il a cessé despérer quoi que ce soit. Parce quil serait sans désirs ? Au contraire : parce quil ne désire que ce qui est (ce qui nest plus espérance mais amour) ou ce quil peut (ce qui nest plus espérance mais volonté). ou ce quil peut (ce qui nest plus espérance mais volonté). On dira que cette sagesse est pour nous hors datteinte : lespoir est là, toujours, puisque la faiblesse est là, puisque lignorance est là, puisque langoisse est là. Sans doute. Aussi ne sert-il à rien de vouloir samputer vivant de toute espérance : ce serait faire de la sagesse un nouvel espoir, qui nous en séparerait aussitôt. Développons plutôt notre part de puissance, de liberté, de joie : apprenons à connaître, à agir, à aimer. La sagesse nest pas un idéal : cest un processus. La sagesse nest pas un idéal : cest un processus. André Comte-Sponville

12 Maison des Savoirs dAgde de 18h30 à 20h : mardi 12 janvier : « Désir » mardi 12 janvier : « Désir » mardi 9 février : « Jugement » et choix des sujets du 2em trimestre. mardi 9 février : « Jugement » et choix des sujets du 2em trimestre. mardi 9 mars : « Orgueil » mardi 9 mars : « Orgueil » Prochaines réunions Toutes les informations et documents sont disponibles sur :

13


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Espérance versus Espoir 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question. 4. En."

Présentations similaires


Annonces Google