La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

7. La gestion des problèmes (coping). 7.1. Le modèle ABC-X R. Hill (1958) a proposé de comprendre le processus de stress sous le nom de modèle ABC- X.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "7. La gestion des problèmes (coping). 7.1. Le modèle ABC-X R. Hill (1958) a proposé de comprendre le processus de stress sous le nom de modèle ABC- X."— Transcription de la présentation:

1 7. La gestion des problèmes (coping)

2 7.1. Le modèle ABC-X R. Hill (1958) a proposé de comprendre le processus de stress sous le nom de modèle ABC- X R. Hill (1958) a proposé de comprendre le processus de stress sous le nom de modèle ABC- X A = lévènement stresseur A = lévènement stresseur B = les ressources pertinentes disponibles B = les ressources pertinentes disponibles C= la définition familiale de la situation C= la définition familiale de la situation X= la crise X= la crise McCubbin et Patterson (1982) y ajoutent, sous le nom de « double modèle ABC-X », leffet des contraintes accumulées McCubbin et Patterson (1982) y ajoutent, sous le nom de « double modèle ABC-X », leffet des contraintes accumulées

3 H.G. Lerner: Anger Management 1. Pursuers: tentative de résolution de lanxiété par un accroissement de la fusion, du partage intégral 2. Distancers: tentative de résolution par augmentation de lautonomie (cf. Reiss: IDS) 3. Underfunctioners: tentative de résolution par réduction de lactivité; paralysie et indécision 4. Overfunctioners: tentative de résolution par lhyperactivisme, de surcroît relativement rigide 5. Blamers: tentative de résolution par accusation dautrui et volonté réitérée de le convertir

4 Style compétitif Style coopératif Style évitatif Style accommodatif Concern for relationshio Style Compromis Agression faible Agression forte Coopération minime Coopération forte Concern for self Concern for other Daprès Kilmann et Thomas: styles de résolution des conflits

5 Burr et Klein: Six procédés dans la gestion du stress a) les démarches cognitives visent notamment à augmenter l'information et à recadrer la signification d'un événement; a) les démarches cognitives visent notamment à augmenter l'information et à recadrer la signification d'un événement; b) les démarches émotionnelles consistent en l'expression de ses propres sentiments, l'attention manifestée envers les sentiments d'autrui et la lutte contre les émotions destructrices; b) les démarches émotionnelles consistent en l'expression de ses propres sentiments, l'attention manifestée envers les sentiments d'autrui et la lutte contre les émotions destructrices; c) les démarches relationnelles visent à augmenter la cohésion du groupe, à accroître la flexibilité des rôles et habitudes, à augmenter la coopération; c) les démarches relationnelles visent à augmenter la cohésion du groupe, à accroître la flexibilité des rôles et habitudes, à augmenter la coopération; d) les démarches communautaires tentent de faire intervenir les ressources du réseau de parenté et de mobiliser les ressources institutionnelles; d) les démarches communautaires tentent de faire intervenir les ressources du réseau de parenté et de mobiliser les ressources institutionnelles; e) les démarches spirituelles mettent en jeu le système de croyances des conjoints ou de l'environnement; e) les démarches spirituelles mettent en jeu le système de croyances des conjoints ou de l'environnement; f) les démarches de développement personnel veulent renforcer l'aptitude des individus à l'autonomie, à l'indépendance. f) les démarches de développement personnel veulent renforcer l'aptitude des individus à l'autonomie, à l'indépendance.

6 Les trois pôles de la gestion du stress conjugal COGNITION * Information * Définition * Communication RELATION * Cohésion * Organisation * Orientation ACTION * Décision * Investissement * Contrôle

7 Dimensions utilisées dans létude « Cohésion et conflit dans les familles contemporaines » Dimension « relationnelle »: - Degré dagressivité - Degré de soutien - Degré dévitement Dimension « relationnelle »: - Degré dagressivité - Degré de soutien - Degré dévitement Dimension « actionnelle »: - Niveau dinformation - Niveau de communication - Niveau de contrôle émotionnel - Niveau dactivité Dimension « actionnelle »: - Niveau dinformation - Niveau de communication - Niveau de contrôle émotionnel - Niveau dactivité

8 Cinq styles de gestion 1. Déficit: forte agressivité; peu de soutien; évitement; faible activité; faible information; emportement 1. Déficit: forte agressivité; peu de soutien; évitement; faible activité; faible information; emportement 2. Asymétrie féminine: femme active,homme passif; homme peu communiquant, peu « concerné », peu encourageant 2. Asymétrie féminine: femme active,homme passif; homme peu communiquant, peu « concerné », peu encourageant 3. Asymétrie masculine: homme actif, informé; femme agressive, emportée, mais « concernée » 3. Asymétrie masculine: homme actif, informé; femme agressive, emportée, mais « concernée » 4. Inertie:Agressivité minimale, mais sans soutien net; contrôle émotionnel assez bon; peu de communication, faible information; action « à linstinct », de niveau assez limitée. 4. Inertie:Agressivité minimale, mais sans soutien net; contrôle émotionnel assez bon; peu de communication, faible information; action « à linstinct », de niveau assez limitée. 5. Coopération: Agressivité minimale, soutien maximal ; évitement minimal; forte recherche dinformation; contrôle émotionnel très bon; activité considérable 5. Coopération: Agressivité minimale, soutien maximal ; évitement minimal; forte recherche dinformation; contrôle émotionnel très bon; activité considérable

9 Styles conjugaux et modes de gestion du stress Compagnonnage: Maximum relatif de « coopération; minimum relatif de « déficit » Compagnonnage: Maximum relatif de « coopération; minimum relatif de « déficit » Parallèle: record relatif de « déficit », minimum relatif de « coopération » Parallèle: record relatif de « déficit », minimum relatif de « coopération » Cocon: record relatif d « inertie », faible « déficit », « coopération » dans la moyenne Cocon: record relatif d « inertie », faible « déficit », « coopération » dans la moyenne Association: grandes fréquences de « déficit » et d « asymétrie masculine »; faible fréquence de l »inertie » Association: grandes fréquences de « déficit » et d « asymétrie masculine »; faible fréquence de l »inertie » Bastion: peu de « déficit », un peu plus d « asymétrie féminine » quen moyenne; profil différentiel peu accentué (= proche de la moyenne générale) Bastion: peu de « déficit », un peu plus d « asymétrie féminine » quen moyenne; profil différentiel peu accentué (= proche de la moyenne générale)

10 La perspective de Olson et McCubbin 1. Deux variables fondamentales: Cohésion ( pôles d « enmeshment » vs « disengagement », via connected et cohesive) et Adaptation ( pôles « rigid » vs « cahotic », via structured et flexible ) 1. Deux variables fondamentales: Cohésion ( pôles d « enmeshment » vs « disengagement », via connected et cohesive) et Adaptation ( pôles « rigid » vs « cahotic », via structured et flexible ) 2. Une variable complémentaire : la communication (Listening skills, Speaking skills, Self-disclosure, Clarity, Staying on topic, Respect and Regard) 2. Une variable complémentaire : la communication (Listening skills, Speaking skills, Self-disclosure, Clarity, Staying on topic, Respect and Regard) Hobfoll et Spielberger (1992): daprès une synthèse de différents modèles de gestion du stress, les « ressources » les plus utiles sont « cohesion rather than separateness, flexibility rather than rigidity, communication rather than privacy, boundary clarity rather than ambiguity, and order and mastery rather than chaos and helplessness » (in Olson et DeFrain, 1997) Hobfoll et Spielberger (1992): daprès une synthèse de différents modèles de gestion du stress, les « ressources » les plus utiles sont « cohesion rather than separateness, flexibility rather than rigidity, communication rather than privacy, boundary clarity rather than ambiguity, and order and mastery rather than chaos and helplessness » (in Olson et DeFrain, 1997)

11 Fréquence des problèmes conjugaux selon les modalités du coping (en %) DéficitCoopération Présence de problèmes actuels 4512 Présence de problèmes actuels et antérieurs 4913 Problèmes de déviance 4418 Problèmes relationnels 5817 Problèmes de coordination 4719 Disputes fréquentes 3812 Disputes sérieuses ou graves 5523 Communication fonctionnelle altérée 7546 N.B. Les modes de coping Asymétrie et Inertie présentent des fréquences intermédiaires entre Déficit et Coopération

12 Coping et problèmes conjugaux

13 Coping et problèmes parentaux


Télécharger ppt "7. La gestion des problèmes (coping). 7.1. Le modèle ABC-X R. Hill (1958) a proposé de comprendre le processus de stress sous le nom de modèle ABC- X."

Présentations similaires


Annonces Google