La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

E-learning en entreprise ©l.coffernils De la formation en mieux?, en pire? OU?

Présentations similaires


Présentation au sujet: "E-learning en entreprise ©l.coffernils De la formation en mieux?, en pire? OU?"— Transcription de la présentation:

1 E-learning en entreprise ©l.coffernils De la formation en mieux?, en pire? OU?

2 Structure de l expos é Qu est-ce que l e-learning? Choix du terme Un exemple de plate-forme de F.A.P : ACOLAD Quels r é sultats une entreprise peut-elle attendre de l e-learning … et avec quelles contraintes ?(aspects p é dagogiques, communicationnels,techniques et conceptuels) Un exemple concret de mise en œ uvre.

3 De mauvais augure F.A.D, E-learning, Blended learning, F.A.P, E.A.O …… Renvoi à une même r é alit é : l utilisation des T.I.C.E soit une p é dagogie particuli è re F.A.P: ajoute l id é e que la formation peut être en pr é sentiel ou non, mixte, coach é e ou non mais toujours continue

4 ACOLAD Une plate-forme conçue par l Université de Strassburg Les enseignants des formations h é berg é es : AcoladnetHemes Login : Veuillez saisir votre nom d'utilisateur. Mot de passe : Veuillez saisir votre mot de passe. Je renc ontre des probl è mes avec les icôn es sur mon post e local c li q u e z i c i p o u r p l u s d 'i n f o r m a ti o n s Besoin d'aide?

5 Un exemple maison Transformation d un cours en s é minaires chaque s é mainaire en situations – probl è mes ( avec documents, ressources, coaching par chat, mail,collaboration par le forum, la visualisation du travail en é quipes), bref de l individualisation de l enseignement tout en renfor ç ant la collaboration(et effet T-men)

6 Convivialit é du syst è me:suivez le guide

7

8 Diff é rentes salles pour diff é rentes fonctions

9 Un travail par petites é quipes

10 Quels r é sultats? Aspects p é dagogiques B é n é fices de l individualisation due à la FAD ( formation à distance) : - ROI évident par léconomie de temps et de déplacements ; - lapprentissage est un acte individuel ; - les objectifs, les « grains de savoir », suivent le rythme de lapprenant.

11 Mais risque de perte de cohérence du projet pédagogique re- médiation par la socialisation : apprendre seul mais avec les autres par la co-construction, la re-formulation et la confrontation de points de vue ( par le forum par ex.) ( source : CNAM pays de Loire)

12 Les nouvelles techniques ( mm, FAD, images de synth è se,simulateurs) appellent des nouvelles m é thodes p é dagogiques( mises en situations, situations-probl è mes, essais- erreurs, capitalisation et transmission des donn é es). ( source : SNCF) Probl é matique particuli è re du jeune travailleur mieux rencontr é car la g é n é ration actuelle n applique que si elle en comprend le pourquoi. Visualisation des interactions entre é tudiants est n é cessaire pour objectiver le travail ( tracking du nombre de messages, de son é talement dans le temps et du nombre de personnes concern é es)

13 Remarque Nécessité dun encadrement strict avec un tutorat quotidien ( réactivité sinon abandon). A la limite, la qualité du tutorat est plus importante que le contenu multimediatique

14 Aspects communicationnels d un projet d e-learning 2 tendances ( parfaitement cumulables) a/ cr é er un grand é v é nement au d é marrage ; utiliser l intranet, l affichage, les zines ; monter des ateliers de formation pour les diff é rentes fonctionnalit é s ; suivre les utilisateurs en envoyant des mails, en t é l é phonant ( f é liciter, encourager) ; faire en sorte que son syst è me soit absolument z é ro- panne. ( source : Bouygues)

15 Ou/et B/ r é unir les directeurs ; lancer par zone g é ographique ( par t é l é phone et r é unions pr é sentielles) ; fiche de lancement de chaque nouvelle formation par ; assurer le reporting ; assurer le relais des informaticiens ( avant qu ils ne partent ….) ( source kiloutou)

16 L exp é rience de Walt Disney Europe attire l attention sur : - la n é cessit é de fixer une date d archivage des documents re ç us ( par ex QCM) - de garder les codes sources même si prestataires ext é rieurs car il faut pr é voir leur disparition ou leur malveillance - d é terminer ce qu il y a lieu de faire en mati è re de droit à l image. Par exemple, un accord é crit peut limiter l utilisation de l image dans le temps. Aspects techniques et conceptuels

17 Encore un peu de technique Pour les donn é es statistiques, utilisation de SPHINX ( source : INSEP) Faire en sorte de limiter les contraintes techniques tout en rendant son portail é volutif (source : Arcelor) S assurer d un single sign on Division des portails p é dagogiques selon le niveau d é tudes mais avec une identit é visuelle unique ( source : Minist è re de l é ducation luxembourgeois ) Pr é voir 7 jours de travail pour une heure de conception ( source : Thales) Concevoir une charte graphique aussi pour un portail ou un e-campus Faire continuellement valider les contenus par les experts en l igne. ( source : Sanofi-Aventis)

18 Un graphisme int é ressant

19 Premi è re conclusion - lourds investissements en temps, é nergie et parfois en argent, -hauts taux de r é ussite de la FAD ou FAP( pq?) -aspect f é d é rateur d un e-campus ou d un portail, en particulier en cas d é clatement g é ographique de l entreprise - hot point: partage entre la tendance à l utilisation de ressources internes et de prestataires externes est de 50/50. les deux semblent fonctionner. Nous constatons que la phase dé tude des besoins a pris g é n é ralement 50 à 60 % du temps des responsables formations

20 Belgium: 12 points Le dilemme pr é c é dent a é t é r é solu chez BELGACOM par un partage de l in et de l out sourcing sans complexe Approche mixte : en interne: concentration sur le contenu et outils de "rapid e-learning «, analyse des besoins, parfois même le story-board en externe : sur base du cahier des charges, le prestataire r é alise la formation.Le choix actuel de Belgacom est now.be

21 Volume de formation 2005: pr è s de 13 % des formations suivies par les employ é s de Belgacom ont eu lieu en e-Learning, regroupant pr è s de 340 formations dans tous les domaines -e-Learning va de pair avec le d é veloppement des services interactifs B2E -d é marche, de plus en plus int é gr é e, facilite l expansion d une culture « e » au sein de l entreprise.

22 Approche « blended » la théorie via une formation e-learning ex: Web based training (site web à vocation pédagogique) E-presentation (présentation audio- vidéo accompagnée de slides Powerpoints) la partie pratique via une formation classique

23 Exemples · Bureautique · Applications spécifiques · Télécommunicati on · Le marché des télécommunications · Sécurité et électricité · Belgacom en Bourse · Fibres optiques · Belgacom TV

24 merci À Denis Dorbolo e-Learning consultant Belgacom Corporate University

25 Et à vous pour votre attention


Télécharger ppt "E-learning en entreprise ©l.coffernils De la formation en mieux?, en pire? OU?"

Présentations similaires


Annonces Google