La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Un matin de printemps 2011, à la cité « Les LILAS » à Marseille. Paroles et textes tirés du Livre « Voilà la Peinture »

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Un matin de printemps 2011, à la cité « Les LILAS » à Marseille. Paroles et textes tirés du Livre « Voilà la Peinture »"— Transcription de la présentation:

1

2 Un matin de printemps 2011, à la cité « Les LILAS » à Marseille. Paroles et textes tirés du Livre « Voilà la Peinture »

3 Voilà la Peinture ! LAlerte est donnée ! lArtiste est annoncé ! lAtelier va commencer ! La Cité va savancer

4 Les enfants nous attendent avec joie ! On commence par les bisous et le bonjour, cest la matinée du bonheur !

5 Les enfants sinscrivent

6 Comme pour toute ascension ou traversée, nous avons des porteurs deau.

7 Couleurs, pigments minéraux ou végétaux, Pollens de fertilité !

8 Lartiste sinvestit dans les cités auprès des habitants, des enfants. Ce que lart engendre, cest la fécondité de sa posture dans la rue.

9 Artistes et animateurs ouvrent un espace où les enfants déploient leur liberté créatrice et tissent leurs liens à la mémoire dun moment, discret, éphémère.

10 La Cité, lieu de vie vertical. A ses pieds, ils font des soleils, des arcs en ciel, ils peignent, ils se peignent, ils vivent.

11 Ce théâtre à tous vents, sans toit, ni porte ni fenêtre, ne connaît ni surveillant, ni règlement, ni ticket. Liberté

12 La qualité du regard existe aussi dans la connaissance et la reconnaissance des habitants de la cité.

13 Chaque fois quun enfant crée une forme, la forme est la réponse à la question que lenfant se pose, sur le sens des choses de la vie. André Gence, peintre marseillais, lun des fondateurs dArts et Développementent

14 Un dessin denfant cest un rythme. Lenfant ne choisit pas. Voyez quand il démarre, il ne se dit pas: Quest-ce que je vais faire ? il part …

15 La peinture, cest de lart, ça se fait par amour, par gentillesse.

16 Au pied des tours, la feuille blanche est un espace de liberté, une respiration, une voie dans la relation avec soi-même

17 Il me dit en ouvrant les bras : Tu sais quoi ? Je me sens bien. Ah ! Je me sens trop bien là !

18 La plupart des gamins ne sarrêtent pas dans leur peinture, comme envoûtés. IIs ont peur de ne plus pouvoir en faire.

19 La tâche sétale, se détache, crée la forme, la reforme, la contourne, la pénètre et léclaire. Couleurs ! Cest la vie, la vie du petit enfant.

20

21 Dans cet atelier, des gestes incontrôlés et à la au hasard !, recouvrent le Canson déclaboussures et de couleurs de peintures à la Jackson Pollock.

22 Les mamans aussi !

23 Une Artiste : Mon chemin personnel de peintre dans cette expérience originale me permet de vivre une aventure humaine singulière et riche: Accompagner un être et laider dans sa construction, agir contre lexclusion dans une réalité sociale difficile.

24 Il y a une petite fille qui avait les mains pleines de bleu. On lui dit de se laver les mains.Elle dit non, jai les mains de Marseille.

25 Quelques arbres, une ficelle : un lieu où chacun peut sexposer ….

26 et puis….. on range….

27 [...] Marseille sest faite avec les Juifs, les Espagnols, les Portugais, les Arabes, les Arméniens et avec dautres communautés. La cité du fada, Aati et Zoghdani

28 Une maman à un bénévole: Vous faites exister nos enfants...

29 FIN Photo montage : Marie-Françoise et Yvon. Bénévoles Association Arts et Développement 360 Bd National Marseille www. artsetdeveloppement.com Pour la Cause des enfants, Voilà la peinture ! Rejoignez nous dans la rue !


Télécharger ppt "Un matin de printemps 2011, à la cité « Les LILAS » à Marseille. Paroles et textes tirés du Livre « Voilà la Peinture »"

Présentations similaires


Annonces Google