La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Roland, en cinglant vers le port réservé aux bateaux dAdeline avec sa précieuse cargaison, était bien inquiet. Comment la belle coquette allait-elle.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Roland, en cinglant vers le port réservé aux bateaux dAdeline avec sa précieuse cargaison, était bien inquiet. Comment la belle coquette allait-elle."— Transcription de la présentation:

1

2

3 Roland, en cinglant vers le port réservé aux bateaux dAdeline avec sa précieuse cargaison, était bien inquiet. Comment la belle coquette allait-elle accueillir son initiative ? Mais il pensait aux vies quil allait sauver, grâce à sa cargaison, et cela lui rendait courage.

4 Les gens miséreux ont des antennes… Déjà se pressaient sur le port les pauvres gens désireux de recevoir un peu de cette manne salvatrice.

5 Bien loin de ces préoccupations, Adeline vint dès quelle fut avertie que le vaisseau approchait. - Je vous ai rapporté, Madame, ce quil y a actuellement de plus précieux au monde : une cargaison de blé doré pour vous permettre de sauver tous ces pauvres gens. Mais la colère dAdeline éclata : - Que me fait, croyez-vous, la vie ou la mort de cette valetaille ? Vous êtes indigne de la confiance que javais mise en vous. Je vous ordonne de jeter toute cette cargaison à la mer. Je nen ai que faire.

6 Le capitaine fut horrifié ! - Réalisez, Madame, que rien nest plus précieux pour lhomme que le blé ! Cest la vie… Malgré le respect que je vous dois, malgré lamour que je vous porte, je ne puis obéir à un tel ordre. Cest condamner à une mort affreuse plus de la moitié des gens de cette ville.

7 La colère dAdeline ne connut plus de bornes. Elle ordonna aux matelots de jeter le blé à la mer… Ils furent bien obligés dobéir, parmi les plaintes et les cris et malédiction des gens affamés massés sur le quai. - Madame, dit Roland, un jour viendra où vous serez dans le besoin, et heureuse davoir quelques grains de blé à croquer pour apaiser votre faim ! Lorgueilleuse éclata de rire.

8 Jai six vaisseaux qui sillonnent toutes les mers du globe, quatre banques qui gèrent ma fortune, cette ville et ce port. Et mon beau château… Moi, dans le besoin ? Elle retira de son doigt la luxueuse bague que lui avait offerte Roland, et, narguant les malheureux massés là, elle leur dit : -Vous voyez cette bague ? Non, je naurai jamais faim, pas plus que je ne reverrai ce bijou un jour. Et elle jeta le joyau à la mer. Roland ne dit mot et tourna les talons.

9 A quelques jours de là, cependant, la cuisinière, qui avait acheté un poisson sur le port, trouva à lintérieur une bague quelle sempressa de montrer à sa maîtresse. Celle-ci blêmit, se souvenant des paroles quelle avait dites. Elle entra en rapport avec ses banques pour savoir où en était sa fortune, mais celle-ci avait été mal gérée, et lun des directeurs avait même disparu avec la caisse… ou ce quil en restait ! Coup sur coup, tous les désastres fondirent sur Adeline.

10 Une tempête dune violence inouïe engloutit trois de ses vaisseaux, avec leurs équipages. Un autre équipage – celui quelle avait chargé de jeter le blé à la mer – se mutina et disparut avec vaisseau et cargaison. Et les deux autres furent arraisonnés par les pirates. Mais nul ne sut sils en réchappèrent, car les vagues, hautes comme des montagnes, détruisaient tout ce qui leur résistait.

11 Les digues, puis le port furent détruits, et la mer put monter librement, sapant, dans sa colère, les murs des maisons de la ville qui sécroulaient. Les gens qui en réchappaient fuyaient vers dautres lieux. Mais dans toutes les régions dalentour la famine et la tempête semaient la désolation.

12 Que devenait la belle Adeline, celle qui, pomponnée, parfumée, surveillait de la fenêtre de son palais larrivée de ses voiliers ? Il ne reste quune mendiante qui a dû fuir ses créanciers et son palais en ruines et cherche en vain du travail, dans un pays dévasté par la famine et la colère des éléments, parcouru par des bandes de pillards et de brigands.

13 Le chef dune de ces bandes sempara delle, la jeta en travers de son cheval, et lemporta loin de son pays, ballottée pendant des heures. Puis, un gentilhomme croisa leur route, et les pillards, abandonnant cette proie sans grand intérêt, se jetèrent sur le cavalier, et Adeline trouva assez de forces pour senfuir et se cacher, dans ce pays inconnu… La sècheresse paraissait ici moins rude, et Adeline reprit espoir de trouver du travail.

14 Roland, pendant ce temps, ayant perdu espoir de conquérir et fléchir le cœur de sa belle, cétait installé dans une contrée qui ne connaissait pas de problèmes, et avait trouvé là un armateur qui lui confiait ses bateaux. Il voguait sur toutes les mers du globe, mais aimait revenir dans sa ville dadoption. Il pensait souvent à Adeline, et aux pauvres gens quil avait laissés et dont il avait appris le triste sort. Il pensa plusieurs fois re-tourner, aller voir si Adeline avait besoin de lui… Mais il avait conscience que, si elle avait des problèmes, elle devait les affronter toute seule…

15 Les moissons de ses terres étaient belles, et il aimait assister aux moissons. Il remarqua un jour une pauvre femme qui glanait les épis tombé à terre. Il appela une servante : - Portez à cette personne un peu de pain frais dans un torchon propre et un petit flacon de vin !

16 Quand la servante arriva près de la pauvresse, celle-ci écrasait des épis dans sa main pour en croquer les grains. Vous pensez si le pain et le vin furent les bienvenus ! -Je ne connais pas vos maîtres, mais vous les remercierez de la part dAdeline… dit-elle. La servant, frappée par la façon de sexprimer de cette mendiante, sempressa de rapporter ces paroles à son maître. Ai-je besoin de vous raconter la suite ?

17 Roland partit comme un fou à travers champs à la recherche de la glaneuse. Serait-il possible que ce soit SON Adeline ? Quand il la retrouva, son cœur fondit de tendresse et de pitié devant tant de misère. Mais elle, le reconnaissant, se détourna et voulut fuir. Il lui prit la main. -Pourquoi me fuyez-vous, Madame, alors que je vous retrouve ? - Maintenant, je suis pauvre, je nai rien à vous offrir.

18 -Mais moi, jai à vous offrir mon cœur, ma maison, toutes ces terres. Et vous aussi avez quelque chose à moffrir, quelque chose de bien plus précieux ! -??? - Votre cœur qui a enfin appris la dure leçon de la vie, et qui saura désormais être compatissant aux misères des autres.

19 Elle se voilà le visage en pleurant : -Jai honte lorsque je pense aux paroles que jai pu dire ! Et votre bonté me fait encore plus mesurer combien elles étaient scandaleuses… - Ny pensez plus, Madame. Venez chez moi. Mes servantes vont soccuper de vous. Si vous le permettez, nous nous marierons, et nous retournerons dans votre ville, voir sil y a encore des gens à secourir, et sil est possible de la relever…

20 Ainsi fut fait. Le mariage eut lieu en grande pompe. Ils repartirent dans leur ville lointaine, et y vécurent en semant autour deux la compréhension et la bonté.

21 Images scannées offertes par Marie-Rose, que je remercie. Texte : Jacky, daprès un conte traditionnel Musique : FLÜTA DE LES ANDOS : Ninapaq Diaporama de Jacky Questel, ambassadrice de la Paix

22 Vu sur Diaporamapps.com Voir aussi Voyagepps.com


Télécharger ppt "Roland, en cinglant vers le port réservé aux bateaux dAdeline avec sa précieuse cargaison, était bien inquiet. Comment la belle coquette allait-elle."

Présentations similaires


Annonces Google