La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) Jean-Pierre Guillerm, « Le peintre de LEducation sentimentale ou les chefs dœuvre.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) Jean-Pierre Guillerm, « Le peintre de LEducation sentimentale ou les chefs dœuvre."— Transcription de la présentation:

1 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) Jean-Pierre Guillerm, « Le peintre de LEducation sentimentale ou les chefs dœuvre inconnus de lart moderne », dans Revue des Sciences humaines, tome XL, n° 57 : « La peinture et son discours », , pp

2 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) Pellerin est « refusé depuis vingt ans à tous les salons, furieux contre le pouvoir. » « Laissez-moi tranquille avec votre hideuse réalité ! » « Je me moque de la ressemblance ! »

3 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) « Pellerin lisait tous les ouvrages desthétique pour découvrir la véritable théorie du Beau, convaincu, quand il laurait trouvée, de faire des chefs dœuvre. » « Il navait, à cinquante ans, encore produit que des ébauches. » Pellerin copie « Callot, Rembrandt, Goya,… » et « sentoure de tous les auxiliaires imaginables, dessins, plâtres, modèles, gravures… » « Il passa en revue dans sa mémoire tous les portraits de maîtres quil connaissait et se décida finalement pour un Titien, lequel serait rehaussé dornements à la Véronèse. »

4 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) « Elle aurait une robe de velours ponceau avec une ceinture dorfèvrerie, et sa large manche doublée dhermine laisserait voir son bras nu qui toucherait à la balustrade dun escalier montant derrière elle. A sa gauche, une grande colonne irait jusquen haut de la toile rejoindre des architectures, décrivant un arc.[…] Sur le balustre couvert dun tapis, il y aurait, dans un plat dargent, un bouquet de fleurs, un chapelet dambre, un poignard et un coffret de vieil ivoire un peu jaune dégorgeant des sequins dor ; quelques-uns même, tombés par terre çà et là, formeraient une suite déclaboussures brillantes, de manière à conduire loeil vers la pointe de son pied, car elle serait posée sur lavant-dernière marche, dans un mouvement naturel et en pleine lumière. »

5 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) Ingres, portrait de Mme Seronnes

6 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) Gustave Moreau, Salomé

7 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) « Cétait elle – ou à peu près – vue de face les seins découverts, les cheveux dénoués et tenant dans ses mains une bourse de velours rouge. […] Les demi-teintes et les ombres sétaient plombées sous les retouches trop nombreuses et elles semblaient obscurcies par rapport aux lumières qui, demeurées brillantes çà et là, détonnaient dans lensemble. »

8 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) « Cela représentait la République, le Progrès ou la Civilisation, sous la figure de Jésus Christ conduisant une locomotive, laquelle traversait une forêt vierge. » Delacroix, Héliodore chassé du temple

9 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) « Les premiers tons, posés çà et là, faisaient sur la toile blanche des taches de brun, de rouge et de bleu. Un réseau de lignes à la craie sétendait par dessus, comme les mailles vingt fois reprises dun filet ; il était même impossible dy rien comprendre. » « Il sétait mis à repasser ses contours simplement. Ensuite il avait cherché, en les rongeant, à y perdre, à y mêler les tons de la tête et ceux des fonds ; et la figure avait pris de la consistance, les ombres de la vigueur ; tout paraissait plus ferme. »

10 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) « Enfin la Maréchale était revenue. Elle sétait même permis des objections ; lartiste naturellement avait persévéré. Après de grandes fureurs contre sa sottise, il sétait dit quelle pouvait avoir raison. Alors avait commencé laire des doutes, tiraillements de la pensée qui provoquèrent les crampes destomac, les insomnies, la fièvre, le dégoût de soi-même ; il avait eu le courage de faire des retouches, mais sans cœur et sentant que sa besogne était mauvaise. »

11 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) « Quest-ce quun art dont le résultat est de supprimer la composition, de rendre lunité impossible, de subtiliser une série desquisses à un tableau ? » (Tallandier, à propos de Flaubert)

12 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) LOeuvre Emile Zola, 1886 Résumé Le peintre Claude Lantier est le fils de Gervaise de lAssommoir et dun alcoolique ; il est donc marqué par des tares héréditaires. Il rêve de créer un authentique chef dœuvre mais il ny arrive pas. Par un soir dorage, il trouve la jeune Christine abandonnée à elle-même et il la conduit chez lui. Elle devient son amante et son modèle pour le tableau où il rêve de représenter « La Femme ». Le romancier Sandoz, ami de Claude Lantier, lui montre toute sa sympathie pour son projet. Mais lartiste devient de plus en plus sombre et tourmenté. A un moment, il tente même de détruire la toile en grattant avec un couteau le visage peint. Lœuvre devient ainsi, au fil du temps, de plus en plus irréalisable. Le peintre est peu à peu en proie à des troubles et à des hallucinations. Il finit par se pendre en face de son tableau après une nuit damour passionnée ; Christine meurt dune congestion cérébrale en découvrant son cadavre. Les funérailles sont assumées par Sandoz, lécrivain laborieux, qui se remet ensuite au travail.

13 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) Sandoz : « Nous ne sommes que des reproducteurs débiles. » Lantier : « Que lui manquait-il pour les créer vivantes [ses femmes] ? Un rien sans doute ». Lantier : « Ce dont les autres se satisfaisaient, là- peu-près du rendu, les tricheries nécessaires le tracassaient de remords, lindignaient comme une faiblesse lâche ; et il recommençait, et il gâtait le bien pour le mieux. »

14 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) « Lenfantement dun livre est pour moi une abominable torture, parce quil ne saurait contenter mon besoin impérieux duniversalité et de totalité.» (Emile Zola, lettre du 26 janvier 1842) Sandoz : « Moi qui pousse mes bouquins jusquau bout, je me méprise de les sentir incomplets et mensongers malgré mon effort. » Sandoz est « un écho pratique et résigné de Claude.»

15 ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) Cézanne, autoportrait Zola ma très bien empoigné quand même, dans LŒuvre […] lorsquil beugle : « Ah! La vie! La vie! La sentir et la rendre dans sa réalité, laimer pour elle, y voir la seule beauté vaie, éternelle et changeante… »


Télécharger ppt "ROM 2240 Histoire de la littérature française (XIX e – XX e siècles) Jean-Pierre Guillerm, « Le peintre de LEducation sentimentale ou les chefs dœuvre."

Présentations similaires


Annonces Google